Sac de Constantinople

Contexte de la quatrième croisade

Dans les années 1201 à 1202, la quatrième croisade, sanctionnée par le pape Innocent III, se préparait à partir à la conquête de l'Égypte, qui était alors le centre du pouvoir islamique. Après des problèmes initiaux, enfin Boniface, le marquis de Monferrat a été décidé comme chef de la campagne.
Mais dès le début, la croisade a été assaillie par des problèmes fondamentaux. Le principal problème était celui des transports.

Pour transporter une armée de croisades de dizaines de milliers de personnes en Égypte, une flotte importante était nécessaire. Et comme les croisés venaient tous d'Europe occidentale, il leur faudrait un port occidental pour embarquer. Par conséquent, le choix idéal pour les croisés semblait être la ville de Venise. Puissance montante du commerce transméditerranéen, Venise apparaît comme le lieu où l'on peut construire suffisamment de navires pour transporter l'armée sur sa route.

Des accords ont été conclus avec le chef de la ville de Venise, le soi-disant Doge, Enrico Dandolo, que la flotte vénitienne transporterait l'armée au prix de 5 marks par cheval et 2 marks par homme. Venise devait donc fournir une flotte pour transporter 4'000 chevaliers, 9'000 écuyers et 20'000 fantassins pour 'reprendre Jérusalem' pour le prix de 86'000 marks. La destination aurait pu être formulée comme Jérusalem, mais dès le départ, l'objectif était clairement considéré comme la conquête de l'Égypte par les chefs de la croisade.



L'Egypte était affaiblie par une guerre civile et son célèbre port d'Alexandrie promettait de faciliter le ravitaillement et le renforcement de toute armée occidentale. De plus, l'accès de l'Égypte à la fois à la mer Méditerranée et à l'océan Indien signifiait qu'elle était riche en commerce. La flotte construite avec l'argent devrait rester aux mains des Vénitiens après avoir envoyé en toute sécurité les croisés à l'est.
En guise de contribution aux efforts « sacrés » de la Croisade, les Vénitiens acceptèrent en outre de fournir cinquante galères de guerre armées comme escorte à la flotte. Mais comme condition de cela, ils devraient recevoir la moitié de toute conquête qui devrait être faite par les croisés.

Les conditions étaient difficiles, et pourtant nulle part ailleurs en Europe les croisés ne pouvaient espérer trouver une puissance maritime capable de les expédier en Égypte.

La croisade s'endette

Cependant, les choses ne devaient pas se dérouler comme prévu. Il y avait une méfiance et une animosité considérables parmi les croisés. Cela a conduit certains d'entre eux à faire leur propre chemin vers l'est, trouvant leurs propres moyens de transport. Jean de Nesle atteignit Acre avec une force de combattants flamands en 1202 sans la flotte vénitienne. D'autres ont fait leur voyage en mer vers l'est indépendamment du port de Marseille.

De nombreux combattants n'arrivant donc pas à Venise, les dirigeants se sont vite rendu compte qu'ils n'atteindraient pas le nombre de troupes prévu. Mais les Vénitiens construisaient déjà la flotte à la taille convenue. On s'attendait à ce que les chevaliers individuels paient leur billet à leur arrivée. Comme beaucoup avaient maintenant voyagé de manière indépendante, cet argent n'était pas parvenu aux dirigeants de Venise. Forcément, ils ne pouvaient payer la somme de 86'000 marks qu'ils avaient convenue avec le Doge.

Pire encore, ils étaient campés à Venise sur la petite île de Saint-Nicolas. Entourés d'eau, coupés du monde, ils n'étaient pas en position de force pour négocier. Comme les Vénitiens ont finalement exigé qu'ils paient l'argent promis, ils ont fait de leur mieux pour collecter tout ce qu'ils pouvaient, mais il leur restait encore 34 000 marks à court.

Les chevaliers, naturellement liés par leur strict code d'honneur, se trouvaient alors devant un terrible dilemme. Ils avaient rompu leur parole envers les Vénitiens et leur devaient une énorme somme d'argent. Doge Dandolo a cependant su jouer cela à son plus grand avantage.

On suppose généralement qu'il avait prévu très tôt le manque de nombre de croisés et pourtant, il avait continué à construire des navires. Beaucoup soupçonnent qu'il s'est efforcé dès le début d'attirer les croisés dans ce piège. Il avait atteint son ambition. Et maintenant, ses plans devraient commencer à se dérouler.

L'assaut de la ville de Zara

Venise avait été privée de la ville de Zara par les Hongrois qui l'avaient conquise. Non seulement c'était une perte en soi, mais c'était aussi un rival potentiel à leur ambition de dominer le commerce de la Méditerranée. Et pourtant, Venise ne possédait pas l'armée nécessaire pour reconquérir cette ville.
Maintenant cependant, avec l'énorme armée de croisade qui lui était redevable, Venise avait soudainement trouvé une telle force.

Et ainsi les croisés ont été présentés avec le plan du Doge, qu'ils devraient être portés à Zara par la flotte vénitienne, qu'ils devraient conquérir pour Venise. Tout butin par la suite serait partagé entre les croisés et la république vénitienne. Les croisés n'avaient guère le choix. D'une part, ils devaient de l'argent et considéraient tout butin qu'ils devaient capturer à Zara comme le seul moyen de rembourser leur dette. D'un autre côté, ils savent bien que, s'ils ne devaient pas être d'accord avec le plan du Doge, alors les approvisionnements tels que la nourriture et l'eau manqueraient soudainement d'arriver pour nourrir leur armée sur leur petite île au large de Venise.

Zara était une ville chrétienne aux mains du roi chrétien de Hongrie. Comment la Sainte Croisade pourrait-elle se retourner contre lui ? Mais qu'on le veuille ou non, les croisés devaient être d'accord. Ils n'avaient pas le choix. Des protestations papales ont été faites tout homme pour attaquer Zara serait excommunié. Mais rien ne pouvait empêcher l'impossible de se produire, comme la croisade détournée par Venise.

En octobre 1202, 480 navires quittèrent Venise transportant les croisés vers la ville de Zara. Avec quelques arrêts entre les deux, il est arrivé le 11 novembre 1202.
La ville de Zara n'avait aucune chance. Elle est tombée le 24 novembre après cinq jours de combats. Par la suite, il a été complètement saccagé. Dans une tournure inimaginable de l'histoire, les croisés chrétiens saccageaient les églises chrétiennes, volant tout ce qui avait de la valeur.

Le pape Innocent III était furieux et excommunia tous les hommes qui avaient pris part à l'atrocité. L'armée passe maintenant l'hiver à Zara.
Un message a été envoyé par les croisés au pape Innocent III, expliquant comment leur dilemme les avait forcés à agir au service des Vénitiens. En conséquence, le pape, espérant que la croisade pourrait maintenant reprendre son plan initial d'attaquer les forces de l'islam à l'est, accepta de les restituer à l'église chrétienne et annula donc sa récente excommunication.

Le plan d'attaque de Constantinople est ourdi

Entre-temps, la situation des croisés ne s'était pas beaucoup améliorée. Cette moitié du butin qu'ils avaient fait avec le sac de Zara n'était toujours pas suffisante pour rembourser la dette impayée de 34'000 marks aux Vénitiens. En fait, la majeure partie de leur butin était consacrée à l'achat de nourriture pour eux-mêmes tout au long de leur séjour hivernal dans la ville conquise.

Or, pendant que l'armée était à Zara, son chef, Boniface, avait passé Noël dans la lointaine Allemagne à la cour du roi de Souabe.
Philippe de Souabe était marié à Irène Angelina, la fille de l'empereur Isaac II deConstantinoplerenversé par Alexis III en 1195.
Le fils d'Isaac II, Alexius Angelus, avait réussi à fuir Constantinople et à se rendre, via la Sicile, à la cour de Philippe de Souabe.

Il est généralement admis que le puissant Philippe de Souabe, qui attendait avec confiance que le titre d'Empereur du Saint-Empire romain germanique lui soit décerné tôt ou tard, avait l'ambition de détourner la croisade vers Constantinople pour installer Alexis IV sur le trône en place de l'actuel usurpateur.

Si le chef de la croisade, Boniface de Monferrat, est venu à un moment aussi crucial, c'est probablement pour discuter de la croisade. Et il est donc fort probable qu'il ait pris connaissance des ambitions de Philip pour la campagne et les ait très probablement soutenues. En tout cas, Boniface et le jeune Alexius semblaient quitter ensemble la cour de Philippe.

Doge Dandolo avait aussi ses raisons de vouloir voir l'attaque planifiée de la croisade contre l'Égypte détournée. Car au printemps 1202, dans le dos des croisés, Venise négocie un accord commercial avec al-Adil, le sultan d'Egypte. Cet accord accordait aux Vénitiens d'énormes privilèges de commerce avec les Égyptiens et donc avec la route commerciale de la mer Rouge vers l'Inde.

De plus, l'ancienne ville de Constantinople était le principal obstacle pour empêcher Venise de dominer le commerce de la mer Méditerranée. Mais en outre, il semblait y avoir eu une raison personnelle pour laquelle Dandolo voulait voir tomber Constantinople. Car c'était pendant son séjour dans la ville antique qu'il avait perdu la vue. On ne sait pas si cette perte est survenue par suite d'une maladie, d'un accident ou d'une autre cause. Mais Dandolo semblait garder rancune.

Et c'est ainsi que le doge aigri Dandolo et le désespéré Boniface élaborèrent un plan par lequel ils pourraient rediriger la croisade vers Constantinople. Le pion dans leurs plans était le jeune Alexius Angelus (Alexius IV) qui a promis de leur payer 200'000 marks s'ils l'installaient sur le trône de Constantinople. Aussi Alexius promit de fournir une armée de 10'000 hommes à la croisade, une fois qu'il serait sur le trône de l'empire byzantin.

Les croisés désespérés n'avaient pas besoin de faire une telle offre deux fois. Aussitôt, ils acceptèrent le plan. Comme excuse pour une telle attaque contre ce qui était la plus grande ville chrétienne de son époque, les croisés ont déclaré qu'ils agiraient pour restaurer l'empire chrétien oriental à Rome, écrasant l'église orthodoxe que le pape considérait comme une hérésie. Le 4 mai 1202, la flotte quitte Zara. Ce fut un long voyage avec de nombreux arrêts et distractions et le pillage étrange d'une ville ou d'une île en Grèce.

La Croisade arrive au large de Constantinople

Mais le 23 juin 1203, la flotte, composée d'environ 450 gros navires et de nombreux autres petits, arriva au large de Constantinople. Si Constantinople possédait maintenant une flotte puissante, elle aurait pu livrer bataille et peut-être vaincre les envahisseurs. Au lieu de cela, cependant, un mauvais gouvernement avait vu la flotte se décomposer au fil des ans. Inactive et inutile, la flotte byzantine se vautrait dans la baie protégée de la Corne d'Or. Tout ce qui la protégeait des menaçantes galères de guerre vénitiennes était une grande chaîne qui traversait l'entrée de la baie et rendait donc impossible toute entrée par des navires indésirables.

Ne rencontrant aucun défi, les croisés prirent la côte orientale. La résistance était impossible. En tout cas, il n'y avait personne contre cette horde de milliers qui se déversait sur la rive orientale du Bosphore. La ville de Chalcédoine est prise et les chefs de la croisade s'installent dans les palais d'été de l'empereur.

Deux jours plus tard, après avoir pillé Chalcédoine pour tout ce qu'elle valait, la flotte s'est alors déplacée d'un mile ou deux au nord où elle s'est posée sur le port de Chrysopolis. Une fois de plus, les dirigeants résidaient dans la splendeur impériale tandis que leur armée saccageait la ville et tout ce qui l'entourait. Les habitants de Constantinople furent sans doute ébranlés par tous ces événements. Après tout, aucune guerre ne leur avait été déclarée. Un trop de 500 cavaliers ont été envoyés pour repérer ce qui se passait au sein de cette armée qui, à tous points de vue, semblait être devenue folle.

Mais à peine cette cavalerie s'est-elle rapprochée qu'elle a été chargée par des chevaliers à cheval et s'est enfuie. Encore faut-il ajouter que les cavaliers et leur chef, Michel Stryphnos, ne se sont guère distingués ce jour-là. Si leur force était de 500, les chevaliers attaquants n'étaient que 80.

Ensuite, un ambassadeur, un Lombard nommé Nicolas Roux, fut envoyé de Constantinople de l'autre côté de l'eau pour savoir ce qui se passait.
C'est alors que l'on fit comprendre à la cour de Constantinople que cette croisade ne s'était pas arrêtée ici pour continuer vers l'est, mais pour placer Alexis IV sur le trône de l'empire d'Orient. Ce message a été suivi d'une farce le lendemain, lorsque le «nouvel empereur» a été présenté au peuple de Constantinople depuis un navire.

Non seulement le navire a été contraint de rester hors de portée des catapultes de la ville, mais il a également été bombardé d'insultes de la part de ces citoyens qui ont pris les murs pour donner au prétendant et à ses envahisseurs un morceau de leur esprit.

La prise de la tour de Galata

Le 5 juillet 1203, la flotte transporta les croisés à travers le Bosphore jusqu'à Galata, la bande de terre située au nord de la Corne d'Or. Ici, la côte était beaucoup moins sévèrement fortifiée qu'autour de Constantinople et elle abritait les quartiers juifs de la ville. Mais tout cela n'avait aucune importance pour les croisés. Une seule chose leur importait, la Tour de Galata. Cette tour était un petit château qui contrôlait une extrémité de la chaîne qui barrait l'entrée de la Corne d'Or. C'était leur objectif.

Si les Byzantins avaient essayé d'opposer une certaine résistance au débarquement des croisés, ils avaient été tout simplement anéantis et avaient fait fuir les défenseurs.
Maintenant, les croisés espéraient évidemment assiéger la tour ou la prendre d'assaut dans les jours suivants.

Cependant, la tour de Galata et l'entrée de la Corne étant en danger, les Byzantins tentèrent une fois de plus de défier les chevaliers occidentaux au combat et de les chasser du rivage. Le 6 juillet, leurs troupes traversèrent la Corne d'Or pour rejoindre la garnison de la tour. Puis ils ont chargé. Mais c'était un effort fou. La petite force avait affaire à une armée de 20'000 hommes. En quelques minutes, ils ont été repoussés et ramenés à leur donjon. Pire encore, dans la férocité des combats, ils n'ont pas réussi à fermer les portes et les croisés ont donc pénétré de force et ont soit massacré, soit capturé la garnison.

Maintenant aux commandes de la tour de Galata, les croisés ont abaissé la chaîne barrant le port et la puissante flotte vénitienne a fait son chemin dans la Corne et a capturé ou coulé les navires qui s'y trouvaient.

Le premier assaut

Maintenant, la grande force se préparait à son assaut sur Constantinople même. Les croisés ont établi un camp hors de portée des catapultes à l'extrémité nord des grands murs de Constantinople. Pendant ce temps, les Vénitiens ont construit d'ingénieux ponts-levis géants le long desquels trois hommes côte à côte pouvaient grimper du pont de leurs navires jusqu'au sommet des murs si les navires se refermaient suffisamment sur les murs de la ville.

Le 17 juillet 1203 eut lieu le premier assaut de Constantinople. Les combats ont été féroces et les Vénitiens ont pris part aux murs pour une certaine égalité, mais ont finalement été chassés. Pendant ce temps, les croisés ont été mutilés par la célèbre garde varègue de l'empereur alors qu'ils tentaient de prendre d'assaut les murs.
Mais ensuite l'incroyable s'est produit et l'empereur Alexis III a fui Constantinople sur un bateau.

Abandonnant sa ville, son empire, ses partisans, sa femme et ses enfants, Alexis III prend la fuite dans la nuit du 17 au 18 juillet 1203, n'emmenant avec lui que sa fille préférée Irène, quelques membres de sa cour et 10'000 pièces de de l'or et des bijoux inestimables.

Restauration d'Isaac II

Le lendemain, les deux parties se sont réveillées en réalisant que la raison des querelles avait disparu. Mais les Byzantins, ayant l'avantage d'apprendre cette nouvelle en premier, firent le premier pas en libérant Isaac II du cachot du palais des Blachernes et en le rétablissant immédiatement comme empereur. Ainsi, à peine les croisés apprirent-ils la fuite d'Alexis III, qu'ils apprirent la restauration d'Isaac II.

Leur prétendant Alexis IV n'était toujours pas sur le trône. Après tous leurs efforts, ils n'avaient toujours pas d'argent pour rembourser les Vénitiens. Une fois de plus, la quatrième croisade se trouva au bord de la ruine. Un groupe fut bientôt organisé pour aller négocier avec la cour byzantine et son nouvel empereur, pour exiger que lui, Isaac II, remplisse maintenant les promesses faites par son fils Alexis.

Alexius était maintenant soudainement dans le rôle d'un otage. L'empereur Isaac II, de retour sur son trône depuis quelques heures seulement, est confronté aux exigences des croisés pour 200'000 marcs d'argent, un an de provisions pour l'armée, les 10'000 hommes promis et les services de la flotte byzantine pour les transporter En Egypte. Le point le plus grave, cependant, était les promesses religieuses qu'Alexius avait faites si imprudemment dans ses efforts pour gagner la faveur des croisés. Car il avait promis de rendre Constantinople et son empire à la papauté, renversant l'église chrétienne orthodoxe.

Ne serait-ce que pour sauver son fils, Isaac II accepta les demandes et les négociateurs des croisés repartirent avec un document avec la mer d'or de l'empereur dessus et retournèrent dans leur camp. Le 19 juillet, Alexius était de retour avec son père à la cour de Constantinople.

Pourtant, il y avait peu de moyens par lesquels l'empereur pouvait réellement tenir les promesses qu'il avait été forcé de faire. Le récent règne désastreux d'Alexius III avait, comme beaucoup des règnes précédents, pratiquement mis l'État en faillite.
Si l'empereur n'avait pas d'argent, alors toute demande de changement des allégeances religieuses de la ville et de ses territoires semblait encore plus impossible.
L'empereur Isaac II a bien compris que ce dont il avait maintenant le plus besoin, c'était du temps.

Dans un premier temps, il réussit à convaincre les croisés et les Vénitiens de déplacer leur camp de l'autre côté de la Corne d'Or, 'afin d'éviter que des troubles n'éclatent entre eux et les citoyens'.

Le couronnement d'Alexis IV

Cependant, les croisés, ainsi que certains des conseillers de la cour, ont également réussi à persuader Isaac II de permettre à son fils Alexius d'être couronné co-empereur. D'une part, les croisés voulaient enfin voir leur empereur fantoche sur le trône. Mais aussi les courtisans pensaient qu'il était imprudent d'avoir un aveugle comme Isaac II sur le trône tout seul. Le 1er août 1203, Isaac II et Alexis VI sont officiellement couronnés à Sainte-Sophie.

Cela fait, le jeune empereur commença alors à veiller à ce que les sommes qu'il avait promises soient remises à l'armée menaçante du nord. Si le tribunal ne possédait pas 200'000 marks, il s'est mis à fondre tout ce qu'il pouvait pour combler la dette. Dans les efforts désespérés pour compenser d'une manière ou d'une autre cette somme massive, les églises ont été dépouillées de leurs trésors.

Alexius VI était bien sûr très impopulaire parmi les habitants de Constantinople. Non seulement ils ont été forcés de payer des sommes énormes pour avoir le privilège d'avoir les croisés indésirables le forçant à monter sur le trône, mais il était également connu pour faire la fête avec ces barbares occidentaux. La haine contre Alexis IV était telle qu'il demanda aux croisés de rester jusqu'en mars pour l'aider à s'établir au pouvoir, faute de quoi il craignit d'être renversé aussitôt qu'ils seraient partis.

Pour cette faveur, il promit aux croisés et à la flotte encore plus d'argent. Sans plus tarder, ils ont accepté. Pendant certains mois d'hiver, Alexius IV a ensuite parcouru le territoire de Thrace afin d'assurer leur allégeance et d'aider à faire respecter la collecte d'une grande partie de l'argent nécessaire pour rembourser les croisés. Pour protéger le jeune empereur, ainsi que pour s'assurer qu'il ne cesserait pas d'être leur marionnette, une partie de l'armée en croisade l'accompagna.

Le deuxième grand incendie de Constantinople

En l'absence d'Alexius IV, un désastre frappa la grande ville de Constantinople. Quelques croisés ivres ont commencé à attaquer une mosquée sarrasine et les gens qui y priaient. De nombreux citoyens byzantins sont venus en aide aux Sarrasins assiégés. Pendant ce temps, de nombreux résidents italiens des quartiers des marchands se sont précipités au secours des croisés une fois que la violence est devenue incontrôlable.

Dans tout ce chaos, un incendie s'est déclaré. Il s'est propagé très rapidement et bientôt de grandes étendues de la ville se sont retrouvées en flammes. Il a duré huit jours, tuant des centaines de personnes et détruisant une bande de trois miles de large traversant le milieu de la ville antique. Un nombre aussi élevé que 15'000 réfugiés vénitiens, pisans, francs ou génois ont fui à travers la Corne d'Or, cherchant à échapper à la colère des Byzantins enragés.

C'est à cette grave crise qu'Alexius IV revint de son expédition thrace. L'aveugle Isaac II à cette époque avait été presque complètement mis à l'écart et passait la plupart de son temps à rechercher l'épanouissement spirituel en présence de moines et d'astrologues. Le gouvernement était désormais entièrement entre les mains d'Alexius IV. Et toujours le fardeau écrasant de la dette pesait sur Constantinople, hélas le point avait été atteint où Constantinople avait atteint le point où elle ne pouvait plus ou ne voulait tout simplement plus payer. Peu de temps après que cette nouvelle ait atteint les croisés, ils ont commencé à piller la campagne.

Une autre députation fut envoyée à la cour de Constantinople, exigeant cette fois la reprise des paiements. La réunion a été en quelque sorte un désastre diplomatique. Si son objectif était d'empêcher toute hostilité d'avoir lieu, il n'a fait qu'envenimer encore plus la situation. Car menacer l'empereur et faire des demandes à sa propre cour était compris comme l'ultime insulte par les Byzantins.

La guerre ouverte éclata à nouveau entre les deux camps. Dans la nuit du 1er janvier 1204, les Byzantins lancent leur première attaque contre leur adversaire. Dix-sept navires ont été remplis de produits inflammables, incendiés et dirigés vers la flotte vénitienne ancrée dans la Corne d'Or. Mais la flotte vénitienne a agi rapidement et de manière décisive pour éviter les navires enflammés envoyés pour les détruire et n'a perdu qu'un seul navire marchand.

La nuit des quatre empereurs

L'échec de cette tentative de destruction de la flotte vénitienne ne fit qu'accroître encore le ressentiment des habitants de Constantinople envers leur empereur. Des émeutes éclatent et la ville est plongée dans un état de quasi-anarchie. Enfin, le sénat et de nombreux courtisans ont décidé qu'un nouveau chef, qui pourrait inspirer la confiance du peuple, était nécessaire de toute urgence. Tous se réunirent à la Sainte-Sophie et débattirent de qui ils devaient élire à cette fin.

Après trois jours de délibération, un jeune noble appelé Nicholas Canobus a été choisi, bien contre sa volonté. Alexis IV, désespérant de ces réunions à la Sainte-Sophie de le déposer, envoya un message à Boniface et à ses croisés le suppliant de lui venir en aide.

C'était le moment même qu'attendait le courtisan influent Alexius Ducas (surnommé Murtzuphlus pour ses sourcils de rencontre), fils du précédent empereur Alexius III. Il a dit au garde du corps de l'empereur, la célèbre garde varègue, qu'une foule se dirigeait vers le palais pour tuer l'empereur et qu'ils devaient leur interdire l'entrée du palais.

Avec les Varègues à l'écart, il a ensuite convaincu l'empereur de fuir. Et à peine Alexius III volait-il dans les rues de Constantinople que Murtzuphlus et ses co-conspirateurs s'acharnaient sur lui, cessaient ses robes impériales, le mettaient enchaîné et jeté dans un cachot.
Pendant ce temps, Alexius Ducas a été salué empereur par ses partisans.


En apprenant cette nouvelle, les sénateurs de la Santa Sophia ont immédiatement abandonné l'idée de leur chef élu réticent Nicholas Canobus et ont plutôt décidé de soutenir le nouvel usurpateur. Ainsi, en l'occurrence d'une nuit, l'ancienne ville de Constantinople avait vu le règne des co-empereurs Isaac II et Alexis IV prendre fin, un noble réticent appelé Nicolas Canobus élu pour quelques heures, avant Alexis Ducas hélas a été reconnu après avoir usurpé le trône pour lui-même.

Alexius V prend le contrôle

L'usurpateur fut couronné empereur à Sainte-Sophie par le patriarche de Constantinople. L'aveugle et affaibli Isaac II mourut de chagrin et l'infortuné Alexis IV fut étranglé sur ordre du nouvel empereur.

Si le nouvel empereur Alexis V Ducas avait accédé à son pouvoir par des moyens douteux, c'était un homme d'action qui a essayé de son mieux Constantinople contre les croisés. Immédiatement, il met en place des équipes de travail pour renforcer et augmenter la hauteur des murs et des tours faisant face à la Corne d'Or. Il a également mené des embuscades de cavalerie contre ceux des croisés qui s'éloignaient trop de leur camp à la recherche de nourriture ou de bois.

Les gens ordinaires l'ont vite adopté. Car il était évident pour eux qu'ils avaient les meilleures chances de réussir leur défense contre les envahisseurs sous son règne. Cependant la noblesse de Constantinople lui resta hostile. Cela est peut-être dû en grande partie au fait que l'empereur a échangé tous les membres de sa cour contre de nouvelles personnes. Cela avait dissipé une grande partie de l'intrigue et de la possibilité de trahison, mais cela avait également privé de nombreuses familles nobles de leur influence à la cour.

Fait important, la garde varègue a soutenu le nouvel empereur. Une fois qu'ils ont appris qu'Alexius IV avait demandé l'aide des croisés et les avait peut-être avertis de l'attaque de la flotte vénitienne par les brûlots, ils ont peu de sympathie pour l'empereur renversé. Ils ont également aimé ce qu'ils ont vu dans le nouveau dirigeant énergique qui menait enfin le combat contre les croisés.

Le deuxième assaut

Dans le camp des croisés, la direction reposait peut-être encore théoriquement entre les mains de Boniface, mais en pratique, elle appartenait désormais presque entièrement au doge vénitien Enrico Dandolo. Le printemps s'installait maintenant et des nouvelles leur parvenaient de Syrie que ces croisés qui étaient partis indépendamment pour la Syrie au début de la campagne, étaient tous morts ou avaient été massacrés par les armées sarrasines.

Leur désir de se rendre en Égypte devenait de moins en moins important. Et les croisés devaient encore de l'argent aux Vénitiens. Pourtant, ils pourraient simplement être abandonnés par la flotte vénitienne dans cette partie hostile du monde, sans aucun espoir d'aide.

Sous la direction du Doge Dandolo, il a été décidé que le prochain assaut contre la ville devrait être mené entièrement depuis la mer. La première attaque avait montré que les défenses étaient vulnérables, tandis que l'attaque du côté de la terre avait été facilement repoussée.

Afin d'augmenter les chances de succès des attaques contre les redoutables tours défensives, les Vénitiens ont fouetté des paires de navires ensemble, créant ainsi une plate-forme de combat unique, à partir de laquelle deux ponts-levis simultanément pouvaient être appliqués sur une tour.

Cependant, les travaux récents des Byzantins avaient augmenté la hauteur des tours, rendant presque impossible l'accès des ponts-levis au sommet de celles-ci. Et pourtant, il ne pouvait y avoir de retour en arrière pour les envahisseurs, ils devaient simplement attaquer. Leurs approvisionnements alimentaires ne dureraient pas éternellement.

Bien entassés dans les navires, le 9 avril 1204, les Vénitiens et les croisés traversèrent ensemble la Corne d'or en direction des défenses. À l'arrivée de la flotte, les croisés ont commencé à traîner leurs engins de siège sur les plaines boueuses juste devant les murs. Mais ils n'avaient aucune chance. Les catapultes byzantines les ont mis en pièces puis se sont retournés contre les navires. Les assaillants ont été contraints de battre en retraite.

L'assaut final

Les Vénitiens ont passé les deux jours suivants à réparer leurs navires endommagés et à se préparer, avec les croisés, pour le prochain assaut.
Puis, le 12 avril 1204, la flotte quitta à nouveau la rive nord de la Corne d'Or.

Si les combats avaient été à peu près les mêmes que quelques jours auparavant, cette fois, il y avait une différence vitale. Un vent soufflait du nord. Si les galères vénitiennes avaient été conduites sur la plage avec leurs arcs auparavant, alors maintenant le vent fort les a poussées plus loin sur la plage que les rameurs seuls n'avaient réussi auparavant. Cela permit aux Vénitiens d'amener enfin leurs ponts-levis contre les tours surélevées, ce qu'ils n'avaient pas pu faire trois jours plus tôt.

Les chevaliers ont chargé les ponts-levis sur les tours et ont repoussé les hommes de la garde varègue. Deux des tours de défense du mur sont tombées très tôt entre les mains des envahisseurs. Dans le chaos qui s'ensuivit, les croisés sur le rivage réussirent à franchir une petite porte dans le mur et à entrer de force.

L'empereur a maintenant commis l'erreur fatale de ne pas envoyer ses gardes du corps varègues qui auraient pu chasser les intrus qui n'étaient qu'une soixantaine. Au lieu de cela, il a appelé des renforts pour s'occuper d'eux. C'est l'erreur qui a donné aux intrus suffisamment de temps pour ouvrir une porte plus grande par laquelle les chevaliers maintenant montés pouvaient entrer à travers le mur.

Alors que les chevaliers à cheval affluaient maintenant et chargeaient vers son camp sur une colline surplombant la scène, Alexius V a été contraint de se retirer. Il se retira dans les rues du palais impérial de Bouceleon avec son infanterie et sa garde varègue.

La journée s'est terminée avec une partie substantielle du mur nord aux mains des Vénitiens et des terrains en dessous sous le contrôle des croisés. C'est à ce moment qu'à la nuit tombée, les combats se sont arrêtés. Mais dans l'esprit des croisés, la ville était loin d'être prise. Ils s'attendaient à ce que les combats durent encore des semaines, voire des mois, car ils seraient forcés de contester le contrôle de la ville rue pour rue et maison par maison avec des défenseurs byzantins aigris.

Dans leur esprit, les choses étaient loin d'être décidées. Mais les habitants de Constantinople voyaient les choses différemment. Leurs fameuses murailles avaient été percées. Ils se croyaient vaincus. Les gens fuyaient la ville par les portes sud en masse. L'armée était complètement démoralisée et combattrait difficilement les intrus.

Seule la Garde Varègue pouvait compter sur elle, mais elle était trop peu nombreuse pour endiguer la marée des croisés. Et l'empereur savait que s'il était capturé, lui, l'empereur fantoche choisi par les croisés, ne pouvait s'attendre qu'à une chose.

Réalisant qu'il n'y avait plus d'espoir, Alexis V quitta le palais et s'enfuit de la ville. Un autre noble, Théodore Lascaris, tenta désespérément de motiver les troupes et le peuple une dernière fois, mais en vain. Lui aussi a fui la ville cette nuit-là, se dirigeant vers Nicée où il devrait finalement être couronné empereur en exil. Dans la même nuit, les raisons sont inconnues, un autre grand incendie s'est déclaré, détruisant complètement d'autres parties de l'ancienne Constantinople.

Les croisés se sont réveillés le lendemain, le 13 avril 1204, s'attendant à ce que les combats se poursuivent, pour découvrir qu'ils contrôlaient la ville. Il n'y avait pas d'opposition. La ville se rendit.

Le sac de Constantinople

Ainsi commença le sac de Constantinople, la ville la plus riche de toute l'Europe. Personne ne contrôlait les troupes. Des milliers de civils sans défense ont été tués. Des femmes, même des religieuses, ont été violées par l'armée des croisés et des églises, des monastères et des couvents ont été pillés. Les autels mêmes des églises ont été brisés et mis en pièces pour leur or et leur marbre par des guerriers qui avaient juré de se battre au service de la foi chrétienne.

Même la magnifique Sainte-Sophie a été saccagée par les croisés. Des œuvres d'une valeur inestimable ont été détruites simplement pour leur valeur matérielle. L'une de ces œuvres était la statue en bronze d'Hercule, créée par le célèbre Lysippe, sculpteur de la cour de nul autre qu'Alexandre le Grand. La statue a été fondue pour son bronze. Ce n'est que l'une des nombreuses œuvres d'art en bronze qui ont été fondues par des aveuglés par la cupidité.

La perte de trésors artistiques que le monde a subie dans le sac de Constantinople est incommensurable. Il est vrai que les Vénitiens ont pillé, mais leurs actions ont été beaucoup plus modérées. Doge Dandolo semblait toujours avoir le contrôle sur ses hommes. Plutôt que de détruire sans raison tout autour, les Vénitiens ont volé des reliques religieuses et des œuvres d'art qu'ils emporteraient plus tard à Venise pour orner leurs propres églises.

Dans les semaines suivantes, une curieuse élection eut lieu au cours de laquelle les conquérants décidèrent finalement d'un nouvel empereur. c'était peut-être une élection, mais il était évident que c'était le doge de Venise, Enrico Dandolo, qui décidait en fait qui devait gouverner.

Boniface, le chef de la croisade aurait été le choix évident. Mais Boniface était un puissant chevalier guerrier avec de puissants alliés en Europe. Le Doge préférait évidemment un homme pour s'asseoir sur le trône qui était moins susceptible d'être une menace pour les puissances commerciales de Venise. Et donc le choix tomba sur Baldwin, comte de Flandre qui avait été l'un des chefs subalternes de Boniface dans la croisade.

Le Triomphe de Venise

Cela a laissé la république de Venise en triomphe. Leur plus grand rival en Méditerranée a été écrasé, dirigé par un dirigeant qui ne serait d'aucun danger pour leurs aspirations à dominer le commerce maritime. Ils avaient réussi à détourner la croisade d'attaquer l'Égypte avec laquelle ils avaient signé un accord commercial lucratif. Et maintenant, de nombreuses œuvres d'art et reliques religieuses seraient ramenées à la maison pour orner leur propre grande ville. Leur vieux doge aveugle, déjà octogénaire, les avait bien servis.

Lire la suite:

Constantin le Grand

Carte de l'Empire romain

Il s'agit d'une liste de cartes de l'Empire romain dans différentes résolutions que vous pouvez télécharger, imprimer ou utiliser comme vous le souhaitez.

Introduction à la Nouvelle-Espagne et au monde atlantique

En explorant les facettes de l'histoire de la Nouvelle-Espagne, nous pouvons voir les fortes influences de la Reconquista, des systèmes politiques aztèques et de la pensée chrétienne de la fin du Moyen Âge sur l'histoire de la colonie.

L'histoire de Bitcoin : une chronologie complète du début du Web3

Histoire du mouvement Prepper : des radicaux paranoïaques au courant dominant

Aujourd'hui, le mouvement Prepper se développe rapidement aux États-Unis, mais quand et comment ce mouvement a-t-il commencé ?

La Perse antique : de l'empire achéménide à l'histoire de l'Iran

L'ancien empire perse s'est épanoui de l'empire achéménide au deuxième plus grand empire du monde jusqu'à l'Iran moderne. Découvrez toute l'histoire ici.