République romaine

La République romaine peut être divisée en deux étapes principales, la Première République et la République tardive.

Table des matières

La première République romaine

L'essor de la République romaine commence par un soulèvement contre les derniersroi romain.



La révolte contre le roi Tarquin

En 510 avant JCRometémoin d'une révolte contre le règne des rois étrusques. L'histoire traditionnelle se déroule comme suit:

Sextus, le fils du roi Tarquinius Superbus a violé la femme d'un noble, Tarquinius Collatinus. Le règne du roi Tarquinius était déjà profondément impopulaire auprès du peuple. Ce viol était une offense trop grande pour être tolérée par les nobles romains.

Menés par Lucius Iunius Brutus, ils se sont révoltés contre le roi. Brutus était le neveu du roi Tarquin par mariage. Il était peut-être apparenté au roi, mais il n'avait aucune raison de l'aimer.

Lire la suite :Mariage romain

Brutus était le fils de Marcus, dont la richesse substantielle avait été illégalement saisie par le roi Tarquin à sa mort. Non seulement Tarquin avait abusé de son pouvoir pour voler l'héritage de Brutus. Le frère aîné de Brutus avait été assassiné dans le cadre du complot.

Considéré comme un imbécile inoffensif, il avait été ridiculisé par Tarquin en étant nommé commandant en second (Tribunus Celerum). Il ne fait guère de doute que l'élévation de Brutus à ce poste ne se voulait pas une promotion, mais une humiliation. Son héritage volé et son frère assassiné, Brutus était moqué par un tyran.

Maintenant Lucius Iunius Brutus a pris sa revanche et a dirigé la villela noblesseen révolte.
Le prince Sextus s'est enfui à Gabii mais a été tué. Pendant ce temps, le roi et sa famille se sont enfuis à Caere. Son palais a été démoli.

La rébellion contre Tarquinius n'a pas réussi à obtenir l'indépendance définitive de Rome, mais ce devrait être la naissance de la république romaine. C'est après cette révolte que le sénat a remis le pouvoir à deux consuls, bien qu'au début ils s'appelaient préteurs (titre qui devait plus tard devenir le nom d'un autre bureau de la république). Ces consuls ont chacun détenu le pouvoir pendant un an, au cours duquel ils ont régné un peu comme des rois conjoints de Rome.

Ce qu'il faut aussi garder à l'esprit, c'est que cette rébellion était bien une révolte de l'aristocratie de Rome. Rome n'a jamais été une démocratie telle que nous la comprenons aujourd'hui, ni telle que la comprenaient les Grecs. Au début de la république romaine, tout le pouvoir résidait entre les mains de l'aristocratie romaine, les soi-disant patriciens (patricii).

Les deux premiers dirigeants élus de Rome étaient Brutus et Lucius Tarquinius Collatinus. Mais le peuple se retourna bientôt contre le collègue de Brutus qui était un Tarquin et donc directement lié au roi méprisé. Il ne tarda pas à partir en exil, remplacé par un certain Publius Valerius Publicola.

Peu de temps après, un complot substantiel a été découvert, dont le but était de remettre le roi Tarquin sur son trône. Les conspirateurs ont été condamnés à mort. Parmi eux se trouvaient les deux fils de Brutus.

Il n'est pas surprenant qu'après son ridicule, le vol de son héritage, le meurtre de son frère et l'exécution de ses fils, Brutus ait été rempli de haine envers le roi Tarquin.

Aidé par la ville de Veii, le roi Tarquinius en 509 avant JC a cherché à reconquérir sa ville au combat, mais a échoué. La bataille a vu la mort de Brutus, le fondateur de la République. Brutus mort, il incombait à son co-consul Publius Valerius Publicola de mener les Romains à la victoire. C'est donc lui qui fut le premier commandant romain à conduire ses troupes en triomphe à travers Rome.

Lars Porsenna

Mais le roi Tarquinius, bien que vaincu, n'était pas encore mort. Il fit donc appel à son compatriote roi étrusque de Clusium, Lars Porsenna. Porsenna assiégea dûment Rome. La légende raconte que le héros borgne Horatius Cocles a repoussé les hordes étrusques au pont sublicien sur le Tibre qu'il a demandé à être détruit derrière lui alors qu'il combattait.

Une autre légende raconte que Porsenna a finalement annulé le siège. Un héros romain, Mucius Scaevola, a terrifié Porsenna avec une démonstration de la détermination des Romains à le vaincre, en tenant sa main au-dessus d'une flamme nue et en ne la retirant pas tant qu'elle n'a pas brûlé.

Le consul Publius Valerius Publicola chercha par la suite à gagner Porsenna arguant que c'était à lui de juger si Tarquin n'avait pas été un terrible tyran que les Romains avaient eu raison de déposer. Porsenna doit décider si Tarquin ou les Romains doivent gouverner Rome. Tarquin a refusé avec colère la suggestion que Porsenna devrait être un juge sur lui. Offensé, Porsenna lève le siège et part. Tant pis pour la légende.

En réalité, le contraire semble avoir été le cas. Porsenna a capturé Rome. Il n'a pas remis Tarquinius sur le trône, ce qui semble indiquer qu'il prévoyait plutôt de gouverner lui-même la ville. Mais Rome, bien qu'occupée, a dû rester provocante. Dans une tentative d'étouffer toute révolte future, Porsenna a interdit à quiconque de posséder des armes en fer.

Mais cette tyrannie ne devait pas durer. Sous l'impulsion des Romains, d'autres cités du Latium se révoltent contre la domination étrusque. Finalement, en 506 av. J.-C., les choses arrivèrent à un point critique. Les forces latines alliées, dirigées par Aristodème, rencontrèrent à Aricia une armée que Porsenna avait envoyée contre elles sous le commandement de son fils Arruns.

Les Latins ont gagné la bataille. Ce fut un coup décisif contre les Étrusques et maintenant, enfin, Rome avait gagné son indépendance.

Guerre avec les Sabins

Le consul Publius Valerius était alors au faîte de ses pouvoirs. C'est à ce moment que les gens ont commencé à l'appeler 'Publicola' ('l'ami du peuple'). Une guerre avec les Sabins lui offrit l'opportunité d'accompagner son frère, qui avait été élu consul à la fin de son propre mandat, dans la conduite de l'armée à la guerre. Les frères ont mené une campagne réussie, remportant plusieurs victoires (505 avant JC).

Plus encore, Publicola a réussi à se lier d'amitié avec une partie de la noblesse sabine. L'un de leurs principaux chefs décida en effet de devenir romain, amenant avec lui toute sa tribu composée de cinq mille guerriers. Ce chef était Attius Clausus. Il a obtenu le rang de patricien, des terres au-delà de la rivière Anio et a adopté le nom d'Appius Claudius Sabinus.

Il était l'ancêtre originel du Claude clan. Publius Valerius Publicola n'était pas encore terminé. Les Sabins ont lancé une autre attaque et And Publicola était à portée de main pour réorganiser la campagne. Un coup écrasant aux Sabins fut finalement porté à leur capitale Cures par le commandant Spurius Cassius (504 avant JC). Les Sabins demandent la paix.

Peu de temps après, Publicola mourut. Le peuple de Rome lui a accordé des funérailles nationales dans l'enceinte de la ville.

Guerre avec la Ligue latine

Rome était évidemment la plus grande ville du Latium. Et la confiance qu'il a tirée de cette connaissance lui a valu de prétendre parler au nom du Latium lui-même. Ainsi dans son traité avecCarthage(510 av. J.-C.), la république romaine revendiquait le contrôle de parties considérables de la campagne qui l'entourait.

Bien que de telles revendications, la Ligue latine (l'alliance des villes latines) ne les reconnaîtrait pas. Et donc une guerre a éclaté à propos de la question même. Rome, ayant gagné l'indépendance des Étrusques, faisait déjà face à sa prochaine crise. La force très latine qui avait vaincu l'armée de Porsenna à Aricia était maintenant utilisée contre Rome.

D'autre part, l'homme menant la ligue latine contre les Romains était Octavius ​​Mamilius, le gendre du roi Tarquin.

Il peut donc y avoir eu d'autres raisons que la simple question de suprématie au sein de la ligue. En 496 avant JC, les forces romaines rencontrèrent celles de la Ligue latine au lac Regillus. (La légende raconte que les jumeaux divins Castor et Pollux, les Gémeaux, sont apparus au sénateur Domitius avant cette bataille, prédisant la victoire romaine.)

De manière très révélatrice, le roi Tarquin était présent à la bataille, combattant du côté de la Ligue latine.

Le chef des Latins, Octavius ​​Mamilius, a été tué au combat. Le roi Tarquin est blessé. Rome a revendiqué la victoire. Mais si c'était vraiment le cas, n'est pas clair. La bataille pourrait bien avoir été un match nul indécis. Dans les deux cas, la capacité de Rome à résister à la puissance combinée du Latium, qui avait auparavant vaincu les Étrusques, a dû être une fête étonnante de prouesses militaires.

Vers 493 av. J.-C., un traité entre Rome et la Ligue latine fut signé (le foedus Cassianum). Cela pourrait être dû au fait que la Ligue latine admettait la supériorité romaine sur le champ de bataille du lac Regillus. Mais c'était plus probablement parce que les Latins cherchaient un allié puissant contre les tribus montagnardes italiennes qui les harcelaient.

Quoi qu'il en soit, la guerre avec la Ligue latine était terminée. La république romaine désormais solidement établie, le roi Tarquin se retire en exil à Tusculum, dont on n'entendra plus parler.

Le premier conflit des ordres

La révolte contre le roi Tarquin et Porsenna était entièrement dirigée par la noblesse romaine, ce n'était donc essentiellement que les aristocrates romains (les patricii) qui détenaient le pouvoir. Toutes les décisions importantes étaient prises dans leur assemblée, le sénat.

Le vrai pouvoir reposait peut-être sur un peu plus ou moins de cinquante hommes. Au sein de la noblesse de Rome elle-même, le pouvoir était centré sur quelques familles choisies. Pendant une grande partie du cinquième siècle avant JC, des noms tels qu'Aemilius, Claudius, Cornelius et Fabius domineront la politique.

Il y avait bien une assemblée du peuple, les comices centuriates, mais ses décisions nécessitaient toutes l'approbation des nobles patriciens.

La situation économique du début de Rome était désastreuse. De nombreux paysans pauvres sont tombés en ruine et ont été réduits en esclavage pour non-paiement de la dette par les classes privilégiées.

Dans un tel contexte de privation et d'impuissance aux mains des nobles, les roturiers (appelés les « plébéiens » (plebeii) s'organisèrent contre les patriciens. Et ainsi survint ce que l'on appelle traditionnellement « le Conflit des Ordres ».

On pense que les plébéiens ont été en partie inspirés par les marchands grecs, qui avaient très probablement apporté avec eux des histoires sur le renversement de l'aristocratie dans certaines villes grecques et la création de la démocratie grecque.

Si l'inspiration venait des commerçants grecs à l'intérieur des murs de Rome, alors le pouvoir que possédaient les plébéiens découlait du besoin de Rome de soldats. Les patriciens seuls ne pouvaient pas mener toutes les guerres dans lesquelles Rome était presque constamment impliquée.

Ce pouvoir a en effet été démontré lors de la «première sécession», lorsque les plébéiens se sont retirés sur une colline à trois miles au nord-est de Rome, le Mons Sacer (ou peut-être sur l'Aventin).

Plusieurs sécessions de ce type sont enregistrées (cinq au total, entre 494 et 287 avant JC, bien que chacune soit contestée).

La direction des plébéiens était en grande partie assurée par ceux d'entre eux, peut-être de riches propriétaires terriens sans sang noble, qui servaient de tribuns dans l'armée. Habitués à diriger les hommes à la guerre, ils en faisaient désormais autant en politique.

C'est probablement après la Première Sécession en 494 avant J. Ces «tribuns du peuple» devaient représenter les griefs des gens ordinaires auprès des consuls et du sénat.

Mais en dehors d'un tel rôle diplomatique, il possédait également des pouvoirs extraordinaires. Il possédait le droit de veto sur toute nouvelle loi que les consuls voulaient introduire. Son devoir était d'être de garde jour et nuit auprès de tout citoyen qui aurait besoin de son aide.

Le fait que les revendications plébéiennes ne semblaient pas aller plus loin qu'une protection adéquate contre les excès du pouvoir patricien semble suggérer que le peuple était largement satisfait du leadership fourni par la noblesse.

Et il devrait être raisonnable de supposer que, malgré les différences exprimées dans le « Conflit des Ordres », les patriciens et les plébéiens de Rome étaient unis face à toute influence extérieure.

Coriolan et la guerre avec les Volsques

Caius Marcius Coriolanus est une figure dont nous ne savons pas aujourd'hui s'il a jamais existé. Il peut en effet être un mythe, mais on ne peut jamais en être certain. L'histoire raconte que Coriolan a été vaincu dans sa tentative d'être élu consul.

C'était en grande partie le cas parce qu'il s'était opposé avec véhémence à la création du poste de tribun du peuple après le «conflit des ordres». Coriolan, cependant, était un homme rancunier. Lorsque, lors d'une famine, du grain fut expédié de Sicile, il proposa qu'il ne soit distribué aux plébéiens qu'une fois qu'ils auraient perdu leur droit de représentation par les tribuns.

La suggestion a indigné Rome. Ses collègues sénateurs n'accepteraient pas d'affamer leur propre peuple à des fins politiques.

Au lieu de cela, le grain a été distribué sans condition et Coriolan a été accusé de trahison par les Tribuns. C'est son record de héros de guerre dans la guerre avec les Volsques qui a sauvé Coriolan de la mort, bien qu'il ait été exilé de Rome (491 avant JC).

Les compétences de Coriolan en tant que commandant militaire ont maintenant attiré l'attention de son vieil ennemi, les Volsques. Leur chef Attius Tullius lui offrit alors le commandement de leurs forces.

Le talentueux Coriolan vainquit bientôt le Armée romaine , les poussant devant lui, jusqu'à ce que lui et son armée volsque assiégèrent Rome elle-même. Les Romains envoyèrent des délégations, dont sa femme et sa mère pour le supplier de lever le siège.

Enfin, Coriolan a retiré son armée, bien que l'on ne sache pas pourquoi. Il est possible que les Romains leur aient cédé le contrôle des villes qu'ils avaient conquises, mais ce n'est guère plus qu'une supposition.

Coriolan n'est plus jamais revenu. Mais la guerre avec les Volsques devait se poursuivre pendant des décennies.

Rome en tant que puissance régionale

Rome s'était débarrassée des despotes étrusques et avait acquis la suprématie au sein de la Ligue latine. Maintenant, elle était à la tête du Latium. Mais des ennemis se profilaient toujours tout autour, les Étrusques étaient toujours une force puissante et des tribus montagnardes telles que les Volsques et les Aequians menaçaient la plaine du Latium.

Rome était donc toujours en guerre, attaquant ou attaquant son voisin étrusque Veii, ou les Volsques ou Aequians, ou un ennemi latin occasionnel.
Pendant ce temps, les Herniciens (Hernici), qui étaient une tribu latine coincée entre les Equiens et les Volsques, ont été gagnés comme alliés par Rome (486 avant JC). C'était un exemple typique de la devise romaine 'diviser pour mieux régner'.

Lorsque la puissance maritime étrusque fut anéantie par Hiéron de Syracuse à Cumes en 474 av. J.-C., la menace de l'Étrurie fut tellement affaiblie que pendant près de quarante ans, il n'y eut pas de guerre avec Véies.

Capitolinus et troubles à Rome

De retour à Rome même, le conflit des ordres restait un problème permanent. En 471 avant JC, le consulat était partagé entre Appius Claudius (nous ne savons pas s'il s'agissait en fait de l'Attus Clausus original, ou de son fils) et de l'impressionnant Titus Quinctius Capitolinus Barbatus.

Les premiers ont continué dans la même veine que Coriolan et de nombreux patriciens fiers et arrogants, tandis que les seconds ont tenté de stabiliser le navire de l'État à une époque tumultueuse.

Lorsque Claudius provoquait les foules dans le forum avec un discours arrogant, il incombait à son collègue consulaire Capitolinus d'ordonner qu'il soit expulsé du forum par la force avant qu'une émeute ne s'ensuive. Capitolinus était largement respecté et respecté. Cette popularité s'est manifestée dans les urnes. Il était déjà réélu consul en 468 av.

Rome avait désespérément besoin du nerf stable et calme de Capitolinus. La guerre avec les Volsques et les Aequiens continuait et Rome était en effervescence. La ville se développait à une vitesse surprenante. Les hommes en âge de voter ne sont plus au nombre de 104 000. C'étaient des temps instables et imprévisibles.

Un jour, une folle rumeur circula qu'une armée volsque avait échappé aux légions et marchait sur la capitale non défendue. La panique s'est emparée de la ville. Une fois de plus, c'est Capitolinus qui a calmé les gens, les exhortant à attendre jusqu'à ce qu'il puisse être confirmé si l'histoire était vraie ou non. Ce n'était pas le cas.

Lire la suite :Camp de l'armée romaine

En 460 avant JC, tel était le chaos dans la ville qu'un Sabin appelé Herdonius, à la tête d'un groupe d'esclaves et d'exilés, captura et occupa le Capitole. Le consul Valerius a perdu la vie en reprenant la colline la plus prestigieuse de Rome.

Son remplaçant était un Lucius Quinctius Cincinnatus, dont le nom devrait devenir l'incarnation des vertus républicaines pour tous les Romains (et pas seulement pour les Romains, comme l'illustre la ville américaine de Cincinnati).

Cincinnatus était un patricien et opposé à de plus grands droits pour la plèbe. Il a utilisé sa fonction consulaire pour bloquer la législation présentée par les tribuns du peuple en faveur de la plèbe. Cependant, pour l'année suivante, ses adversaires politiques ont proposé les mêmes tribunes que les candidats aux élections pour voir la législation imposée malgré tout.

Le sénat, indigné par un tel comportement égoïste, a immédiatement nommé Cincinnatus pour reprendre le poste de consul, afin de maintenir l'impasse. Cincinnatus a refusé l'honneur. Il a clairement indiqué qu'il n'avait aucune intention d'enfreindre les règles du bureau et de se présenter au cours des années successives, même si ses adversaires trichaient. Puissent-ils être déshonorés, mais non lui. Tout Rome était impressionné.

Lorsqu'une armée sous le commandement de Furius s'est retrouvée piégée dans le territoire équien de Capitolinus, à peine la nouvelle lui était-elle parvenue, avait-il rassemblé les soldats qu'il pouvait, avait appelé les Herniciens alliés pour le soutien et avait marché sur les Équiens et les avait chassés, permettant à Furius et ses hommes de se retirer en toute sécurité.

Cincinnatus

Si Rome s'efforçait dans sa guerre contre les Equiens et les Volsques, la situation devint encore plus grave lorsque la féroce tribu des Sabins rejoignit également la mêlée. Avec une armée consulaire entièrement déployée, l'autre, sous le commandement du consul Lucius Minucius, s'avança pour attaquer la garnison ennemie Sabine sur le mont Algidus et se trouva coupée et assiégée.

La situation était désastreuse et les Romains ont choisi de nommer un dictateur. Cet homme, libéré des contraintes habituelles du bureau, devrait faire face à la crise. Accorder des pouvoirs aussi illimités était bien sûr un grand risque. La nomination d'un dictateur posait toujours la question de savoir si l'homme élu rendrait facilement le pouvoir une fois sa tâche accomplie.

Le choix s'est porté sur Cincinnatus. Sans doute tout Rome se souvenait encore de lui comme de l'homme qui avait rejeté l'opportunité d'être nommé consul pour une année consécutive. La délégation de sénateurs envoyée pour lui apporter le message nécessaire pour se rendre à sa ferme.

L'histoire raconte que Cincinnatus avait connu des moments difficiles. Payer la caution de son fils Caeso qui, accusé de meurtre, s'était enfui en exil, avait coûté à Cincinnatus toute sa fortune. Il s'était retiré dans une petite propriété à l'extérieur de Rome et vivait comme un humble paysan.

Maintenant, on soupçonne qu'il y avait un élément de théâtre politique impliqué ici. Cincinnatus était issu d'une famille extrêmement riche qui possédait de vastes étendues de terres. Néanmoins, la délégation le trouva en train de labourer ses champs (ou de creuser un fossé) lorsqu'elle lui apporta la nouvelle de son élection au poste de dictateur. Ce qui suivit fut remarquable.

Cincinnatus a quitté sa ferme, a levé une armée à Rome, a marché sur les Sabins, les a vaincus au combat et a permis à l'armée de Minucius de battre en retraite en toute sécurité. A son retour Cincinnatus a célébré un triomphe et a démissionné de ses pouvoirs. Il avait été dictateur, – le commandant suprême de Rome, – pendant seulement 15 jours. Une seule extravagance s'était-il permise.

Il fit en sorte que le témoin qui avait témoigné contre son fils Caeso soit expulsé de Rome. Sinon, il n'a pas abusé de son pouvoir de quelque manière que ce soit, n'a pas cherché à le prolonger d'un jour de plus que nécessaire. Il a simplement fait son devoir et est ensuite retourné à sa ferme.

En 439 av. J.-C., Capitolinus fut élu consul pour la sixième fois. Lui et son collègue, Menenius Agrippa, apprirent bientôt un complot mené par Spurius Maelius pour prendre le pouvoir. Aussitôt, ils proposèrent que Cincinnatus soit fait dictateur une seconde fois pour empêcher cet outrage.

Cincinnatus, désormais octogénaire, s'est rapidement occupé de l'affaire et Maelius a connu une fin sanglante. Une fois de plus, il a immédiatement démissionné de sa commission. De son vivant, Cincinnatus est devenu une légende pour les Romains. Deux fois investi du pouvoir suprême, il ne s'y est pas tenu un jour de plus qu'absolument nécessaire.

La haute estime dans laquelle Cincinnatus était tenu par ses compatriotes est mieux illustrée par une anecdote vers la toute fin de sa vie. L'un des fils de Cincinnatus a été jugé pour incompétence militaire.

Il était défendu par nul autre que le grand Capitolinus, qui demandait simplement si l'accusé était condamné, qui irait annoncer la nouvelle au vieux Cincinnatus. Le fils a été acquitté. Le jury n'a pas pu se résoudre à briser le cœur du vieil homme.

Les Décemvires

Une demande exprimée par les plébéiens dans le cadre du conflit des ordres était celle de la loi écrite. Tant qu'il n'y eut pas simplement un code de règles écrites, les plébéiens restèrent virtuellement à la merci des consuls patriciens qui décidaient de ce qu'était la loi.

Ainsi, trois éminents Romains furent envoyés à Athènes en 454 av. J.-C. pour étudier le code de lois créé par le grand Solon. Le fait qu'ils aient été envoyés à Athènes suggère une fois de plus qu'il y ait une forte influence grecque sur les revendications des plébéiens.

En 451 av. J.-C., la délégation revint.

Leur proposition était que pendant un an, non pas deux consuls mais un groupe de dix hommes dirigeraient les affaires de l'État et prépareraient le nouveau code de lois. En pratique, cela signifiait qu'ils agiraient en tant que juges suprêmes et que leurs jugements recueillis seraient utilisés pour construire le code des lois au cours des douze mois de leur mandat.

Ainsi, en 451 av. J.-C., une commission fut créée. Il se composait de dix patriciens. Ils s'appelaient les decemviri («les dix hommes») et étaient chargés de créer un code de lois simple en un an.

L'homme qui devait devenir leur chef était Appius Claudius Inregellensis Sabinus Crassus. Si son nom complet semble un peu long, il n'est pas surprenant qu'aujourd'hui il soit généralement appelé Appius Claudius 'le Decemvir'.

Il était peut-être le fils ou le petit-fils du premier Appius Claudius venu à Rome des Sabins. Les deux grands hommes de Rome, Capitolinus et Cincinnatus, ont été exclus des decemviri, probablement en raison de leur implication dans l'expulsion du témoin lors du procès du fils de Cincinnatus, Caeso.

Au bout d'un an, les decemviri avaient produit dix tables énumérant les lois qui devaient gouverner Rome.

La plèbe était ravie. Mais il a été jugé par tous que le travail était inachevé et donc dix autres hommes devaient être nommés, cette fois composés de cinq patriciens et de cinq plébéiens, pour achever le travail.
L'immense popularité des Tables signifiait que désormais les poids lourds politiques étaient désireux de devenir decemviri. Capitolinus et Cincinnatus couraient désormais également.

Appius Claudius était le seul des décemvirs précédents à se faire réélire. Cela était mal vu comme une soif de pouvoir inquiétante, contraire aux traditions de la république. Capitolinus et Cincinnatus lui ont plutôt proposé de présider l'élection. S'ils supposaient que cela l'empêcherait de se présenter comme candidat, ils se trompaient.

Appius Claudius a manipulé les règles pour que le seul candidat majeur à l'élection soit lui-même. C'était un signe effrayant de ce qui allait arriver. A peine les dix nouveaux decemviri ont-ils été élus, que Rome s'est réveillée dans une tyrannie.

Pendant le temps où les decemviri étaient en fonction, le Constitution romaine n'était plus en place, car ils régnaient à la place des consuls. La première année avait vu les dix remplir consciencieusement leur office comme prévu. Cependant, la deuxième année a vu une injustice flagrante et leurs jugements ont été rendus en faveur d'amis et de copains.

Les riches et les puissants pouvaient partir pour leurs villas à la campagne et attendre l'inévitable fin. Mais la plèbe n'avait aucun moyen d'échapper à la tyrannie.

Le travail de codification des lois de Rome était achevé. L'année a passé. Pourtant, les decemviri ne se sont pas retirés.

Certains patriciens tels que les Horaces et les Valéries ont fait de leur mieux pour s'opposer aux tyrans, mais avec peu de succès. Mais la plèbe étant tyrannisée, l'armée a rapidement refusé pratiquement de se battre. Pendant ce temps, les Équiens et les Sabins pressaient fort. La catastrophe se profilait.

Enfin, Appius Claudius 'le Decemvir' s'est complètement dépassé. Épris avec une fille appelée Verginia qui était fiancée à un autre homme, il a fabriqué une histoire par laquelle un Marcus Claudius prétendait qu'elle était son esclave.

Appius Claudius a lui-même présidé le procès et a bien sûr proclamé que Verginia était bien l'esclave de Marcus Claudius. Sans aucun doute, cela signifiait que ses fiançailles étaient invalides – et il serait donc en mesure de faire son propre mouvement sur Verginia.

Toute Rome était outrée. Le père de la jeune fille, un centurion appelé Verginius, l'a tuée en entendant le verdict plutôt que de la laisser être réduite en esclavage. L'acte accompli, il s'est ensuite frayé un chemin hors de la ville.

Il semble qu'une grande partie de la plèbe de la ville l'ait rejoint. Ils ont pris la colline du Janicule de l'autre côté du Tibre et ont refusé de revenir à moins que le decemviri ne démissionne. Ainsi commença la Seconde Sécession (449 av. J.-C.).

Avec les Equiens et les Sabins s'abattant sur Rome, la reddition des decemviri était inévitable. Rome avait besoin de son armée et pour cela elle avait un besoin urgent de la plèbe. Les décemvires démissionnent à une seule condition qu'ils ne soient pas livrés à la plèbe qui les aurait mis en pièces.

Si les neuf autres ont échappé à la punition, le méprisé Appius Claudius a maintenant obtenu ses justes desserts. Verginius l'a accusé d'avoir enfreint l'une des lois mêmes énoncées dans les Douze Tables selon lesquelles personne ne devrait être autorisé à asservir faussement une personne libre. Il a été jeté en prison où il s'est suicidé.

Bien qu'il soit également possible que les Tribuns du Peuple l'aient tué.

Il convient de mentionner qu'en dehors de la version ci-dessus du conte, certains historiens pensent que les mêmes dix patriciens devemviri ont régné pendant deux ans, préparant les Douze Tables.

Mais lorsque les plébéiens ont estimé que les lois n'avaient pas une portée suffisante, ils les ont forcés à démissionner et ont à la place provoqué la nomination de deux consuls plus radicaux. Dans ce cas, le récit des outrages d'Appius Claudius serait une pure invention.

Quoi qu'il en soit, la création des Douze Tables a marqué un tournant dans Histoire romaine . Rome devrait désormais être une société régie par la loi plutôt que par les hommes.

Les Douze Tables

C'est ainsi qu'est née la fameuse loi romaine écrite, la Douze Tableaux . Les lois étaient gravées dans du cuivre et exposées en permanence à la vue du public. Les douze tables de cuivre étaient un simple ensemble de règles régissant le comportement public, privé et politique de chaque Romain.

Guerre avec l'Étrurie, les Volsques, les Équiens et les Falériens

Le pouvoir des tribus montagnardes Aequian, Sabine et Volscian a finalement été - et inévitablement - brisé. Les Aequians ont été vaincus sur leur forteresse sur le mont Algidus en 431 av. Dans toutes les guerres du Ve siècle av. J.-C., l'équilibre de la victoire reposait sur Rome et ses alliés.

Cela impliquait généralement un gain de territoire par les vainqueurs, la part du lion revenant à Rome dont la force augmentait donc constamment.

A la fin du Ve siècle av. J.-C., Rome était en fait devenue tout sauf la maîtresse du Latium. Les villes latines, connues sous le nom de Ligue latine, étaient peut-être encore indépendantes, mais elles étaient de plus en plus soumises au pouvoir et à l'influence romaine.

Une guerre finale avec les Étrusques de Veii a conduit à la chute de la grande ville en 396 avant JC lorsque Marcus Furius Camillus et son commandant en second Cornelius Scipio l'ont assiégée et ont réussi à saper les murs.

Veii était une ville si importante et si belle que sa conquête a été une victoire substantielle pour Rome et marque une étape importante dans son ascension au pouvoir. Célèbre, la grande statue de Juno, reine des dieux, a été prise de Veii, déplacée à Rome et placée dans un temple spécialement construit pour elle.

LIRE LA SUITE: Dieux romains

La victoire décisive sur Veii, qui a ajouté une grande zone à l'ouest du Tibre au territoire romain, était en partie due à la pression exercée sur l'Étrurie par un nouvel ennemi, les Gaulois, qui à cette époque avaient complètement envahi le bassin du Pô et de là traversaient les Apennins en Etrurie même.
Les Étrusques avaient également été chassés de leurs possessions en Campanie, au sud-est du Latium, par les Samnites, descendant des collines.

Rome est pratiquement restée dans un état de guerre constant. En 394 av. J.-C., ce fut le tour des Falerii. Lorsque Camillus est arrivé pour assiéger, un enseignant a enlevé plusieurs enfants nobles à sa charge et les a livrés aux Romains, promettant qu'avec ces otages aux mains des Romains, les Falerians devaient se rendre.

Camille n'en voudrait pas. Il a libéré les enfants et les a ramenés aux Falerii, avec le traître enseignant comme leur captif. Le résultat était saisissant. Les Falériens furent si frappés par l'acte honorable de leur ennemi qu'ils se rendirent aussitôt à lui.

La reddition des Falerii s'est avérée une mauvaise nouvelle pour Camille, car son armée avait espéré le pillage. La division du butin de Veii en avait déjà déçu beaucoup, maintenant l'échec de gagner le butin d'un ennemi devenu ami a éclaté de colère.

Ses célébrations à Rome lors de son triomphe en faisant tirer son char par quatre chevaux blancs (jugés sacrilèges à l'époque) n'avaient pas non plus contribué à sa popularité.

Comme ce fut si souvent le cas dans l'histoire de la république, cela se termina devant les tribunaux. Camillus a été accusé d'avoir volé du butin (de Veii) qui appartenait à l'État.

Il fut envoyé en exil. La légende raconte que Camille, indigné par tant d'injustice et d'ingratitude, pria les dieux de faire en sorte que Rome ait besoin de son retour.

Invasion des Gaulois

Camille a rapidement réalisé son souhait. Les Gaulois arrivaient. L'invasion par lesGauloisdu nord a peut-être tellement affaibli l'Étrurie que Rome a enfin réussi à conquérir son vieil ennemi Veii, mais il ne fallut pas longtemps avant que le flot de barbares celtes ne se dirige vers Rome même. Rien ne pouvait arrêter cet assaut féroce de barbares.

Les Gaulois ont traversé l'Étrurie et se sont dirigés vers Rome. En 386 av. J.-C., ils rencontrèrent le Armée romaine à Allia (11 milles à l'extérieur de Rome). Les alliés romains ont fait irruption et ont fui. Les légionnaires sont débordés et écrasés. Ce fut une défaite massive.

Des légendes nous racontent ensuite l'invasion de la ville. On dit que des barbares sont entrés par effraction dans le sénat et ont été émerveillés par la dignité des sénateurs silencieux et assis, avant de tous les massacrer. La tentative d'attaque surprise contre le Capitole assiégé a été déjouée par le caquetage des oies sacrées de Junon qui a averti les gardes romains.

La situation désespérée de Rome appelait l'exilé Camille. Nommé dictateur, il a couru pour rassembler les forces qu'il pouvait. Des contingents romains brisés ont été rassemblés et des alliés convoqués. Alors que Rome saignait l'homme qu'elle avait si ingrat jeté dehors, c'était maintenant son seul espoir de sauvetage.

Romains et Gaulois, après des mois d'occupation, ont cherché à s'établir. Les Gaulois (de la puissante tribu des Senones) étaient en proie à la maladie et avaient également appris que leur propre territoire avait été envahi par les Vénètes en leur absence.

La nourriture était également rare et toutes les sorties dans la campagne pour piller les denrées alimentaires étaient accueillies par Camillus et ses forces. Une famine menaçait. Sans doute les Gaulois tenaient-ils à rentrer chez eux, mais pas plus que les Romains ne souhaitaient qu'ils partent. Il a donc été convenu qu'une rançon devait être payée. La somme était colossale : mille livres d'or.

La légende nous a donné la fameuse scène de l'énorme rançon pesée sur une balance fixée par les Gaulois. Lorsque Quintus Sulpicius se plaignit d'une telle tricherie, le chef gaulois Brennus ajouta son épée au contrepoids avec les mots « Vae victis » (« Malheur aux vaincus »).

Avant que la rançon ne soit jamais payée, Camille et son armée sont arrivés. Brennus a été informé par son nouvel adversaire que Rome ne paierait pas en or, mais en acier.
Cette histoire de Camillus et de ses forces délabrées battant la horde gauloise a un soupçon de propagande à ce sujet, inventée pour masquer une défaite et – pire – Rome étant à la merci des barbares et devant acheter sa liberté.

Pourtant, nous ne pouvons pas entièrement ignorer que l'histoire peut être vraie. Le thème récurrent de l'histoire romaine est la force de ses ressources. Lorsqu'elle était vaincue, elle se regroupait toujours et se battait encore et encore. De plus, il y avait peut-être des alliés prêts à soutenir Camille, ne serait-ce que pour empêcher le saccage gaulois de se diriger vers Rome.

Ainsi, l'histoire de la victoire de Camille sur les Gaulois est peut-être vraie.
Le fait certain qui survit est que les Gaulois, après avoir balayé l'Étrurie de manière dévastatrice, se sont déversés sur Rome, l'ont saccagée, puis ont reculé vers le nord.

L'Étrurie ne s'est jamais remise du coup, tandis que Rome a vacillé sous lui.

Rome reconstruite

La ville de Rome avait été ravagée par la guerre. Les Gaulois n'ont peut-être pas pu prendre le Capitole, oui, une grande partie de la ville restante avait été dévastée.

La ville avait été si gravement mutilée par le pillage barbare qu'il a même été envisagé d'abandonner Rome et de déplacer la population vers la belle ville de Veii à la place. Bien sûr, cela ne s'est jamais produit. Au lieu de cela, les matériaux de construction ont été fournis aux frais de l'État, afin que chaque citoyen reconstruise sa maison, à condition qu'il s'engage à le faire dans l'année.

On a souvent dit que la disposition délabrée de Rome et ses rues chaotiques étaient le résultat direct de cette reconstruction précipitée. De même, il semble que les Romains, dans le cadre de cette reconstruction, aient finalement décidé d'un mur d'enceinte approprié.

Ce qu'on appelle le mur servien, comme les Romains l'attribuaient au roi Servius Tullius (qui n'a probablement construit que les terrassements d'agger sur les collines du Quirinal, du Viminal et de l'Esquilin), est généralement considéré comme ayant été construit après la retraite des Gaulois.

Le mur s'étendait sur cinq miles de circonférence avec dix-neuf portes, embrassant les sept collines de Rome. Cette nouvelle impénétrabilité n'a fait que renforcer les prétentions romaines à la domination sur la région au sens large. Elle pouvait donc faire la guerre dans la région sans craindre pour sa propre sécurité, car les tribus n'avaient pas les moyens de briser ces défenses.

Le conflit ultérieur des ordres

Les Gaulois s'étant retirés et Rome étant le chef confirmé du Latium, la vieille lutte entre les patriciens et les plébéiens renoua avec l'intensité.

Naturellement, cela n'avait en fait jamais disparu, mais s'était poursuivi comme un processus qui arrivait maintenant à son paroxysme.

Les petits propriétaires plébéiens souffraient sous la pression du service militaire et des terribles pertes qu'ils avaient subies lors de l'invasion des Gaules.
Ils considéraient avec ressentiment les patriciens qui commandaient encore le consulat et avaient donc accès aux décisions concernant ce qui devait arriver aux terres conquises. Sans aucun doute, de nombreux plébéiens espéraient recevoir une part de pour atténuer leurs difficultés.

Un effet majeur que les guerres avaient eu surSociété romaineétait de réduire considérablement le nombre de patriciens. Ayant une part de l'armée au-delà de leur proportion de la population, les patriciens avaient dû subir de terribles pertes pendant les guerres.

En dehors de cela, plusieurs familles patriciennes ont vu des avantages politiques à défendre la cause des plébéiens, gagnant ainsi une grande popularité, mais servant à saper davantage le statut de la classe patricienne. Il s'agira en grande partie des familles de ceux qui s'étaient mariés entre les classes, depuis que cela avait été autorisé en 445 av.

En dehors de cela, les plébéiens les plus riches avaient désormais les yeux rivés sur le pouvoir, cherchant à occuper eux-mêmes des fonctions plutôt que de simplement assister au sénat.
Avec les patriciens affaiblis et les aspirations des plébéiens en hausse, l'érosion des différences constitutionnelles entre les deux classes était inévitable.

Les « Rogations liciniennes »

Il incombait à deux tribuns du peuple, Caius Licinius Stolo et Lucius Sextius de proposer un grand projet de réforme. Le projet de loi traitait des questions de dette et de réforme agraire, mais surtout il proposait l'admission des plébéiens au poste de consul.

Naturellement, les patriciens ont rejeté la proposition du revers de la main, car elle semblait saper leur richesse, leurs propriétés foncières et leurs privilèges de bureau dans une égale mesure. Mais Licinius et Sextius étaient faits d'une étoffe sévère. Ils ont maintenant suivi une politique de veto à toute élection, rendant les affaires de l'État impossibles.

Cette période de l'histoire romaine est parfois appelée «l'anarchie», car Rome ne possédait aucun gouvernement à proprement parler. Les seules élections que les deux permettaient étaient celles des tribuns du peuple.

Le peuple a veillé à ce que Licinius et Sextius soient réélus et puissent continuer à bloquer toutes les affaires du gouvernement, jusqu'à ce que les patriciens cèdent.

Les patriciens ont mené une lutte courageuse pour défendre leurs privilèges. Mais l'écriture était sur le mur. En fait, c'est le héros même de la faction patricienne, Camille, qui, dans sa dernière dictature, lui accorda de combattre la seconde invasion des Gaules, força le sénat à accepter les « Rogations liciniennes » (367 av. J.-C.). Du coup, les consuls devaient être désormais un patricien et un plébéien. Le principe était désormais établi que les plébéiens pouvaient effectivement régner. L'impasse était levée.

Les riches et les puissants ont rapidement trouvé des moyens de contourner les parties des Rogations liciniennes qui traitaient de la dette et de la distribution des terres. Mais l'exigence que l'un des consuls soit plébéien porte un coup mortel aux privilèges de l'ancienne aristocratie.

Le Conflit des Ordres devait durer plusieurs décennies par la suite, mais les vainqueurs allaient inévitablement être les plébéiens. Si la lutte des patriciens pour leur droit exclusif à diverses fonctions se poursuivit, la loi de 367 av. J.-C. fut le début de la fin.

En 356 av. J.-C., Rome a vu le premier dictateur plébéien prendre ses fonctions. En 351 av. J.-C., le premier plébéien prit le poste de censeur. En 342 avant JC, les deux consuls pouvaient être plébéiens. En 300, la préture était ouverte aux plébéiens.

Montée en puissance de Rome en Italie

En 367 av. J.-C., les Gaulois revinrent vers le sud, mais Camille en avait maintenant la mesure. Ils ont été vaincus sans ménagement et repoussés vers le nord. Cette même année, 367 av. J.-C., le grand tyran Denys de Syracuse mourut, laissant à son fils un empire qui à ce moment semblait destiné à dominer l'Italie, une puissance plus puissante que la république en expansion sur le Tibre.

Syracuse était la plus puissante ville-État grecque. Pourtant, il s'est rapidement effondré, ayant été maintenu en grande partie par le génie personnel de Denys, plutôt que d'être un empire cohérent. Ainsi, alors que Syracuse déclinait, ses dominions dans le sud de l'Italie représentaient des prix tentants pour quiconque pouvait rassembler la force de les conquérir.

Bien sûr, l'absence d'une puissance impériale forte et bien établie sur le sol italien s'est avérée d'un immense avantage pour l'expansion de l'État romain. Bien qu'au départ, cela ne profitait qu'aux tribus montagnardes italiennes sauvages qui commençaient maintenant à harceler les riches villes marchandes grecques de la Magna Graecia (sud de l'Italie).

Rome était peut-être une puissance importante en Italie, mais la zone de sa suprématie était encore limitée au Latium et à une partie de l'Étrurie.
Maintenant, elle devait faire face à un nouvel et redoutable ennemi, la confédération samnite.

Un rôle majeur dans l'ascension continue de Rome a été joué par la série de guerres samnites commençant en 363 avant JC et se terminant en 290 avant JC. Mais avant même l'ouverture de la lutte avec les Samnites, l'ascendant de Rome après l'invasion gauloise était sérieusement menacé.

C'est peut-être seulement parce que les voisins qui la craignaient redoutaient encore plus la menace gauloise dont ils avaient déjà tant souffert, que Rome put faire plus que se défendre. Il y avait, de plus, des villes latines qui s'alliaient même avec les Gaulois contre elle, forçant ainsi le reste des Latins, même à contrecœur, à se jeter sous la protection de Rome.

La Ligue latine a été renouvelée à des conditions soulignant plus définitivement le statut supérieur de Rome (358 avant JC), et la troisième marée gauloise a été annulée en 358 avant JC (ou peut-être 360 ​​avant JC). Mais non sans que Rome ait dû se retirer derrière ses nouveaux murs et attendre la retraite gauloise.

Les cités étrusques saisirent l'occasion d'attaquer Rome à l'heure de son embarras. Elle a subi quelques défaites, mais en 351 avant JC, les Étrusques ont été contraints d'accepter une paix de quarante ans.

Après cette invasion gauloise, les Romains décidèrent de constituer un fonds de secours (l'aerarium sanctius) qui devait être utilisé en cas de nouvelle invasion. Cette réserve spéciale était conservée dans le trésor public du temple de Saturne au Forum romain.

Cette année-là et la suivante, les Gaulois renouvelèrent les hostilités, pour être chassés par le fils du grand Camille qui les avait battus quarante ans auparavant.

Les Latins étaient bien tenus en main et l'Étrurie était liée à la paix pendant de nombreuses années. Rome était maintenant pratiquement incontestée dans sa région immédiate.

À ce stade, Carthage a reconnu Rome comme la grande puissance à venir et a convenu avec elle du traité capital de 348 avant JC - de l'avis de certaines autorités, le premier entre les deux États, tandis que d'autres le considèrent comme un simple renouvellement d'un traité soi-disant faite en 509 av. J.-C., la toute première année de la république.

Si la menace gauloise persistait, elle diminuait. En 331 av. J.-C., la féroce tribu gauloise des Senones demanda finalement la paix.

Traité romain avec Carthage

Dans le traité de 348 av. J.-C., Carthage s'engage à respecter tout le territoire latin et les villes côtières en tant que sphère d'influence romaine.

Carthage était interdite de possession de territoire, mais pas d'action.
En particulier, si les Carthaginois mettent à sac une ville du Latium qui n'était pas sous protection romaine, les captifs et le butin peuvent être emmenés, bien que le site devienne par la suite une possession romaine. Le traité semble avoir fait une distinction significative entre les zones sous protection romaine directe et les villes qui n'étaient que de simples alliés de Rome. Les villes sous domination romaine devaient être complètement à l'abri des attaques carthaginoises, contrairement aux alliés.

Les commerçants et marchands romains ont été autorisés à accéder aux ports d'Afrique, de Sardaigne et de Sicile, ainsi qu'à Carthage même. Les navires de guerre romains devaient accéder à ces ports dans les guerres contre des tiers.
Les marchands carthaginois ont obtenu l'accès à Rome.

Les Romains à leur tour ont été exclus de l'installation en Sardaigne et en Afrique et ont accepté des limites à la navigation romaine. Fait important, Carthage a obtenu la liberté d'action militaire en Italie.

Cela semble avoir été une préoccupation majeure des Carthaginois pour empêcher Rome d'interférer dans l'une de ses attaques contre les villes grecques du sud. De toute évidence, Carthage était consciente des prouesses militaires croissantes de Rome.

Première guerre samnite

Cinq ans après la conclusion du traité avec Carthage, Rome était en guerre avec les Samnites. Pendant des siècles, les tribus montagnardes des Apennins avaient cherché à conquérir les plaines en contrebas. Dans le Latium, des tribus telles que les Aequiens, les Volsques et les Sabins s'étaient heurtées aux Romains.

Encore plus au sud, en Campanie, la confédération samnite déferlait maintenant dans la plaine de Campanie. Les Samnites avaient la réputation d'être des guerriers montagnards redoutables, à moitié civilisés. Ironiquement, les Campaniens vaincus se sont largement avérés être des descendants d'anciens envahisseurs samnites qui s'étaient installés dans une vie moins guerrière.

Rome avait sagement choisi de s'allier aux Samnites. Il se peut en fait que certaines campagnes précédentes contre les Gaulois aient vu des alliés samnites combattre aux côtés de légionnaires romains.

Pourtant, maintenant, un grand prix leur faisait signe de les diviser. Capoue, l'une des villes les plus riches d'Italie.

Alors que les tribus montagnardes du sud de l'Italie battaient les villes grecques qui n'étaient plus protégées par la grande puissance navale de Syracuse, celles-ci ont fait appel à la Grèce pour obtenir de l'aide.

Cependant, Capoue et les Campaniens se tournèrent vers Rome. La ville elle-même a vu son armée vaincue et poussée derrière ses murs, les Samnites n'ayant pas campé sur le mont Tifata juste à l'extérieur de la ville.

Rome a renoncé à son traité avec les Samnites et a fait marcher ses armées vers le sud jusqu'à la Campanie. Le héros romain Marcus Valerius Corvus a dirigé une armée consulaire. Il a vaincu les Samnites au mont Gaurus et de nouveau à Suessula.

L'autre armée, commandée par Corneille, fut d'abord piégée dans les vallées samnites. Mais une fois extrait par l'intervention d'une troisième force romaine commandée par Publius Decius Mus, Cornelius a ajouté une autre victoire décisive à la campagne romaine.

Les Samnites furent vaincus et chassés de la plaine de Campanie.

La victoire était impressionnante. Les tribus montagnardes italiennes n'étaient généralement pas si faciles à gérer. En deux ans, 343 et 342 av. J.-C., Rome avait étendu sa sphère d'influence avec une aisance consommée. Ce succès fut si éclatant que Carthage envoya une ambassade pour féliciter Rome de son triomphe.

Mutinerie de l'armée

Pourtant, Rome ne devait pas tout avoir. Loin de là. En 342 avant JC, elle fut frappée par la mutinerie de certaines de ses propres troupes en Campanie. Rome n'avait jamais stationné de garnisons à une telle distance de la ville elle-même et les hommes se sont montrés peu disposés à protéger indéfiniment les Capouans des Samnites.

Pourtant, il y avait aussi des problèmes au sein de la structure de l'armée elle-même car certains des privilégiés abusaient de leurs positions pour accorder des faveurs et les cavaliers équestres étaient payés trois fois le taux de l'infanterie ordinaire.

Si la mutinerie a commencé en Campanie, elle s'est rapidement propagée et une armée rebelle a finalement campé à seulement huit milles de Rome. Pendant ce temps, il y avait la guerre avec les Samnites à considérer. Il était clair qu'on ne pouvait pas continuer une guerre avec une armée mutine campée devant ses propres portes.

D'une manière ou d'une autre, au moment de la victoire contre les Samnites, où les puissances étrangères reconnaissaient les prouesses de Rome, la mutinerie romaine avait réussi à transformer un triomphe en un fiasco total.

Marcus Valerius Corvus a été nommé dictateur pour faire face à cette débâcle. Plutôt que de chercher un combat, il a choisi de négocier un règlement et de répondre aux préoccupations des soldats. Des règles ont été introduites pour décourager les abus de privilège et des promesses ont été faites pour régler les problèmes de rémunération injuste.

Valerius a également eu la sagesse de ne pas chercher à punir les meneurs. Il s'était rendu compte que les promesses initiales de négociation qui masquaient une volonté de séparer, d'arrêter et de punir les meneurs de la mutinerie n'avaient fait qu'exacerber les sentiments dans les rangs.

La faiblesse temporaire de Rome l'a forcée à régler la guerre avec les Samnites qui, heureusement, étaient également défiés sur une autre frontière à l'époque et donc poursuivis pour la paix (341 avant JC). Le traité prévoyait non seulement la paix entre les deux parties, mais renouvelait leur ancienne alliance.

La Grande Guerre latine

Pourtant, une crise beaucoup plus grave se profilait à la suite de la mutinerie romaine.

Lorsque la mutinerie contraint Rome à faire la paix avec les Samnites, les Campaniens, dépendants de leur allié, se retrouvent subitement abandonnés. Plus encore, les Latins qui avaient été contraints à une guerre avec les Samnites qu'ils n'avaient jamais demandées, se sont soudainement sentis toujours en guerre avec la féroce tribu montagnarde, tandis que les Romains qui les avaient entraînés s'étaient renfloués et s'étaient entendus.

Pire, Rome était désormais alliée à l'ennemi samnite !

Il était donc parfaitement compréhensible que les Latins et les Campaniens se sentent trahis. Ils formèrent alors leur propre alliance, à laquelle les Volsques se joignirent également).

De plus, les Latins ont exigé de Rome que le traité de la Ligue latine soit renégocié, permettant aux Latins de s'exprimer à égalité sur les questions, qu'ils ne soient plus jamais entraînés dans une guerre contre leur propre volonté.

Cela peut en effet avoir été un défi à la domination romaine mais, compte tenu du récent fiasco, cela semblait parfaitement justifiable. S'il en était resté là, Rome aurait bien pu s'entendre avec ses voisins. Fatalement, les Latins sont allés plus loin. Ils ont exigé que la constitution romaine soit modifiée, par laquelle l'un des consuls et une proportion importante de sièges au sénat romain soient réservés aux Latins.

Cela, Rome ne pourrait jamais l'accepter. Les Latins avaient été assez fous pour fournir aux Romains une cause de guerre.

Marcus Valerius Corvus avait très vite réussi à étouffer la mutinerie, principalement par la réconciliation. Ses forces étaient prêtes au moment où la guerre a été déclarée (340 avant JC). Alors que les Latins rassemblaient encore leurs forces, Valerius fit marcher ses troupes vers le sud, unis à une armée d'alliés samnites puis, à Suessa Aurunca, descendit sur une armée latino-campanienne qui fut complètement vaincue.

Rome offrait alors aux Campaniens une paix favorable. Bien sûr, ils ont accepté. C'était un exemple classique de la devise : « diviser pour mieux régner ».
Cela a laissé les Latins faire face à la machine de guerre romaine-samnite avec seulement les Volsques comme alliés. Le dénouement était inévitable. En deux ans de campagne, Rome a complètement vaincu les Latins et conquis la ville d'Antium.

L'effet de la « Grande Guerre latine » était de resserrer l'emprise de Rome sur le Latium et de lui fournir plus de terres sur lesquelles installer sa population agricole toujours croissante. La Ligue latine a finalement été dissoute (338 avant JC). Certaines des villes ont obtenu tous les droits romains, d'autres ont été admises aux droits civils mais pas aux droits politiques de la citoyenneté romaine.

Tous ont été interdits de former des alliances séparées les uns avec les autres ou avec une puissance extérieure.

Rome ne dominait plus une alliance latine. Rome régnait désormais sur le Latium.

Alexandre 'le Molossien'

Le sud de l'Italie avec ses colonies grecques était tombé sous la domination syracusaine sous le règne de Denys. Cependant, avec sa mort en 367 avant JC et la disparition ultérieure du pouvoir syracusain, cette région, connue sous le nom de Magna Graecia, était devenue un territoire contesté.

Si Denys avait utilisé les féroces tribus montagnardes italiennes contre les villes grecques afin de les amener sous son emprise, alors maintenant ces mêmes tribus montagnardes formèrent la Ligue Bruttienne et entreprirent de conquérir ces dominions pour elles-mêmes.

En 343 av. J.-C., la ville de Tarente fit finalement appel à l'aide de la puissante cité-état de Sparte.

En réponse, le roi spartiate Archidamus a dirigé une expédition. Pourtant, cela échoua de manière désastreuse et le roi fut tué au combat contre les Lucaniens en 338 av.

Ensuite, en 334 av. J.-C., alors qu'Alexandre le Grand se lançait dans la grande entreprise orientale, son oncle Alexandre « le Molossien » d'Épire répondit à l'appel des Tarentins, très probablement avec ses propres rêves impériaux.

Alexandre d'Épire se montra un général compétent et Rome jugea bientôt sage de conclure avec lui un traité promettant de ne pas intervenir en faveur des Samnites (334 av. J.-C.). Étant donné que les Samnites étaient des alliés de Rome à l'époque, il s'agissait clairement d'une violation de la foi.

Pourtant, Rome était très probablement préoccupée par la force et la qualité de la puissance militaire grecque déployée et cherchait donc à rester neutre.
Le succès du Molossien fut rapide, puisqu'il vainquit les Samnites et les Lucaniens au combat et conquit ville après ville.

Ces succès étaient si surprenants que Tarente s'inquiétait maintenant des ambitions de l'homme dont elle avait demandé l'aide.

Pourtant, la carrière d'Alexandre devait être écourtée. En 330 avant JC, un assassin lucanien l'a poignardé avant qu'il ne puisse consolider son pouvoir en Italie. Il n'a laissé aucun successeur pour poursuivre son projet en Magna Graecia.

La deuxième guerre samnite

La période entre la Grande Guerre latine et la Seconde Guerre samnite a vu les deux principales puissances militaires se bousculer pour se positionner sur le continent italien. Les Romains ont progressivement accru leur influence en Campanie, fondant des colonies dans des endroits stratégiques, contribuant à sécuriser Capoue contre toute menace des Samnites. Pendant ce temps, la confédération samnite continuait à faire la guerre à Tarente au sud.

Jusqu'à présent, les supposés alliés pouvaient poursuivre leur paix précaire. Mais lorsqu'en 334 av. J.-C., les Romains ont conclu un traité avec Alexandre 'le Molossien' pour ne pas aider les Samnites, toutes les illusions qu'ils étaient des alliés ont été dissipées.

Pendant plusieurs années, la pièce anxieuse a tenu. Enfin, en 327 av. J.-C., une dispute locale dans la ville de Néapolis voit les Samnites y établir une garnison. Capoue se plaignit inévitablement à Rome. Les Romains ont cherché à négocier avec les Samnites mais ont été repoussés.

Ce qui avait semblé inévitable tout du long était maintenant arrivé. Les deux principales puissances militaires allaient se disputer la prédominance sur la péninsule italienne. Les Romains assiègent Néapolis et la deuxième guerre samnite commence (326 av. J.-C.).

Cette guerre posa un tout nouveau défi aux Romains. Si la première guerre contre les Samnites avait prouvé que les légions pouvaient faire face aux hommes des collines dans les plaines de Campanie, les affronter dans leurs forteresses de montagne était une tout autre affaire.

Ainsi, au début, une impasse s'ensuivit, par laquelle les Samnites ne pouvaient pas s'aventurer dans les plaines, mais les Romains ne pouvaient pas monter dans les montagnes.

En 325 av. J.-C., Rome commença à s'aventurer plus loin, ayant pour la première fois une croix militaire sur la côte adriatique. Des victoires mineures ont été remportées et des alliés précieux ont gagné.

La guerre se déplaçait lentement, mais l'initiative semblait appartenir aux Romains.
Puis, en 321 av. J.-C., une catastrophe a frappé.

Les Fourches Caudines

Alors que Rome tentait un assaut frontal sur le cœur des Samnites, une armée de 20 000 Romains et alliés, dirigée par les deux consuls de la république, fut piégée par le général samnite Caius Pontius dans un col de montagne entre Capoue et Bénévent connu sous le nom de Fourches Caudines, où il pouvait ni avance ni recul. L'armée romaine a fait face à un anéantissement certain et a été forcée de se rendre.

Les conditions imposées ont été l'une des plus graves humiliations que Rome a subies dans toute son histoire. On avait perdu sans combattre.

Les troupes ont été désarmées et contraintes de subir un ancien rituel d'assujettissement. Homme par homme, comme un ennemi vaincu et déshonoré, on les fit passer « sous le joug ». Dans ce cas, il s'agissait d'un joug fabriqué à partir de lances romaines, car il était considéré comme une grande indignité pour le soldat romain de perdre sa lance.

Pendant ce temps, les consuls captifs acceptèrent un traité de paix par lequel Rome rendrait plusieurs de ses villes campaniennes et livrerait pas moins de six cents cavaliers comme otages.

L'armée est rentrée chez elle en disgrâce. Les consuls ont démissionné. Rome a été humiliée.

Le sénat a refusé d'accepter le traité. Il a fait valoir que les deux consuls n'avaient pas le pouvoir d'accepter de telles conditions sans l'approbation préalable du sénat de Rome (techniquement, le pouvoir sur les déclarations de guerre et de paix appartenait aux comitia centuriata et la politique étrangère au sénat).

Bien sûr, c'était de la pure sémantique. Rome utiliserait n'importe quelle excuse pour lui permettre de se battre et effacer l'humiliation qu'elle venait de subir.
Cruellement, les deux consuls ont été livrés aux Samnites afin que l'ennemi puisse leur faire ce qu'ils voulaient, comme punition pour leur accord à un traité sans autorisation appropriée.

Le seul à sortir de cette affaire avec honneur fut Caius Pontius. Car lorsque le général samnite se vit présenter les deux Romains, il rejeta simplement toute idée de les punir et les renvoya à Rome en hommes libres. Ponce savait que son rejet de la sauvagerie ne faisait qu'ajouter à la honte de Rome.

La guerre reprit maintenant le rythme lent qu'elle avait pris avant l'attaque téméraire qui avait conduit à la catastrophe de Caudine.

Au début, les Samnites avaient le dessus. Rome a été chassée de certaines forteresses et en 315 av. J.-C., la stratégie romaine pour avancer vers l'Adriatique a subi un coup écrasant lors de la bataille de Lautulae.

Rome chancelle. La Campanie était sur le point de déserter. Capoue a même brièvement changé de camp et s'est alliée aux Samnites.

Mais Rome, comme le fut sa force à travers les âges, redoubla d'efforts. Son prélèvement d'infanterie est passé de deux à quatre légions.

La guerre a commencé à tourner en faveur de Rome. En 314 av. J.-C., la forteresse samnite de Luceria fut conquise et devint une colonie romaine. Surtout, les 600 cavaliers retenus en otages depuis la libération des Fourches Caudines avec la conquête de Luceria.

La confédération samnite se trouva invariablement repoussée sur tous les fronts.

Capoue se rendit à la hâte et redevint un allié romain (314 av. J.-C.).
En 312 avant JC, sur ordre du censeur Appius Claudius Caecus, Rome a commencé la construction de la Via Appia, la première de ses célèbres autoroutes militaires. Il devait relier Rome à Capoue, lui permettant de déplacer des troupes et des fournitures vers son allié avec beaucoup plus de facilité.

En 311 av. J.-C., un nouveau défi surgit. Les Samnites ont réussi à susciter la révolte de plusieurs alliés contre la suzeraineté romaine. Après quarante ans de paix, les Tarquiniens et les Falériens mènent la révolte étrusque. Ainsi, les anciens ennemis, les Aequians, se sont levés. Dans les montagnes centrales, les Marsi et les Paeligni ont également changé de camp. Même les anciens alliés de Rome, les Herniciens, se sont rebellés.

Aussi sérieuses que puissent paraître toutes ces révoltes, elles n'auraient pu contribuer à faire pencher la balance que si les Samnites étaient encore à la hauteur du pouvoir romain. Pourtant, il est clair qu'ils ne l'étaient plus.

Rome était désormais capable de combattre sur deux fronts à la fois, tenant et battant les Étrusques tout en poursuivant leur avance contre les forteresses montagnardes samnites. En 304 avant JC, les Samnites demandèrent la paix. Des traités ont été conclus partout avec les Samnites, les Étrusques et les petites tribus montagnardes qui s'étaient soulevées.

Rome pouvait se permettre d'être généreuse, ayant établi sa suprématie militaire sur toutes les parties impliquées.

La troisième guerre samnite

Après la fin de la Seconde Guerre Samnite, Rome était libre de prendre son temps et de régler les problèmes laissés par la guerre.

Il semblait évident que le combat avec les Samnites n'était pas encore terminé et Rome chercha donc à mettre de l'ordre dans ses affaires en attendant l'inévitable combat. Ayant obtenu la paix avec les Étrusques et les Samnites, Rome a cherché à installer les petites tribus.

Les Herniciens ont obtenu la citoyenneté. Les Aequians ont été écrasés et leurs forteresses de montagne ont été démantelées. La Via Valeria a alors commencé à relier Roman avec le territoire Aequian. Une fois qu'il n'y avait plus de menace militaire, les Aequians ont également obtenu la citoyenneté.

Une brève guerre avec la tribu montagnarde des Marsi dans le centre de l'Italie les a vus vaincus et leur a ensuite accordé une alliance renouvelée.

La guerre avec les Étrusques avait amené leurs voisins du nord, les Ombriens, dans la sphère d'influence romaine. Au cours d'une brève guerre, la ville ombrienne de Narnia fut conquise et vit une colonie romaine s'établir à sa place. La Via Flaminia a été commencée pour permettre un accès romain facile à sa nouvelle colonie. Des alliances avec plusieurs villes ombriennes ont été conclues.

Après cette brève période de consolidation, Rome dominait une vaste zone du centre de l'Italie, était la puissance suprême dans un grand nombre d'alliances et possédait des routes militaires cruciales menant au nord, au sud et à l'ouest.

En 298 avant JC, les Lucaniens du sud de l'Italie se sont approchés de Rome pour obtenir de l'aide contre les Samnites qui envahissaient leur territoire. Nul doute que Rome, désormais véritablement la plus grande puissance d'Italie, devait avoir hâte de régler une fois pour toutes cette vieille rivalité.

Par souci de formalité, le sénat demanda aux Samnites de se retirer de Lucanie. Comme prévu, les Samnites ont rejeté cette demande et la guerre a été déclarée.

Lucius Scipio Barbatus a fait marcher son armée au sud de la Campanie en Lucanie où il a rapidement chassé les Samnites de la région. Pourtant, les forces de Rome étaient maintenant étirées. Jamais auparavant elle n'avait opéré avec ses troupes si loin au sud.

En 296 avant JC, les Samnites ont attaqué avec deux forces distinctes. La petite armée s'est déplacée en Campanie, la force majeure, commandée par un certain Gellius Egnatius, s'est déplacée vers le nord à travers le territoire sabin et l'Ombrie jusqu'à ce qu'elle atteigne la frontière avec la tribu gauloise des Senones.

Tout au long de sa marche, il avait rassemblé de nouvelles forces. Maintenant, il a été rejoint par les féroces Senones et de nombreux Étrusques. Cette vaste armée rencontra alors l'armée de Scipion Barbatus qui suivait Egnatius depuis qu'il s'était échappé du territoire samnite.

Les Romains sous Scipion Barbatus ont subi une défaite écrasante à Camerinum (295 avant JC).

Les Samnites, conscients de l'énorme pouvoir que leur ennemi devenait, avaient fait monter les enchères à des hauteurs encore jamais vues en Italie.

Consciente de l'énorme danger que représentait la défaite de Camerinum, Rome leva une force sans précédent en réponse et mit 40 000 hommes sur le terrain sous le commandement de Fabius Rullianus et Publius Decius Mus.

Il devait être évident pour tous que la lutte de ces deux grandes forces déciderait du sort de l'Italie.

Les armées se sont rencontrées à Sentinum en 295 av. Fabius commandait la gauche et tenait calmement la force samnite en échec, prenant progressivement l'avantage. Decius a vu son aile droite atrocement mutilée par les féroces Gaulois et leurs chars terrifiants.

Le droit romain a tenu, quoique de justesse. Decius a perdu la vie en refoulant la charge gauloise. C'était assez. L'aile droite tenant, l'avancée progressive de la gauche contre les Samnites a décidé de la bataille. Le chef samnite Egnatius mourut dans le carnage et sa coalition perdit un très grand nombre d'hommes.

Dans l'année (295 av. J.-C.), Fabius reçut la reddition des rebelles ombriens et les Gaulois demandèrent la paix. En 294 avant JC, les villes étrusques qui s'étaient jointes à la révolte avaient également fait la paix avec Rome.

La défaite écrasante des Samnites et de ses alliés dans le nord, a maintenant quitté Rome pour s'occuper du territoire samnite.

Lucius Papirius Cursor a envahi le Samnium et à Aquilonia en 293 av. J.-C. a remporté une victoire écrasante sur l'ennemi, non seulement en battant leur hôte principal, mais en écrasant la tristement célèbre «Légion du lin» qui représentait la force de combat d'élite des Samnites. La bataille d'Aquilonia a également vu Lucius Scipio Barbatus racheté de sa défaite à Camerinum. Commandant l'aile gauche, il se précipita aux portes de la ville qui avaient été ouvertes pour permettre à l'armée vaincue de se retirer en lieu sûr.

La bataille d'Aquilonia a donc vu les Samnites perdre leur corps de combat d'élite, la ville d'Aquilonia, subir la mort de 20 000 hommes et la capture de 3 500 autres.

Célèbres à juste titre pour leur courage et leur ténacité, les Samnites se sont battus, mais leur cas était sans espoir. Le consul Manius Curius Dentatus les a vaincus une dernière fois en 290 avant JC et par la suite les Samnites ne pouvaient tout simplement plus se battre.
En 290 avant JC, la paix fut conclue, peut-être à des conditions plus favorables pour les Samnites que Rome n'aurait accordé à un ennemi moins acharné.

Ils ont perdu du territoire et ont été contraints de devenir des alliés. Pratiquement tout autour des Samnites, leurs voisins étaient désormais alliés à Rome, rendant ainsi impossible toute autre action indépendante des Samnites.

Des colonies militaires romaines ont été installées en Campanie ainsi qu'à la périphérie orientale du Samnium.

La 'loi hortensienne'

L'année 287 av. J.-C. vit le dernier épisode du Conflit des Ordres. Les Rogations liciniennes en 367 avant JC avaient principalement traité du droit des plébéiens de se présenter aux élections au consulat. Cependant, il a également traité de la réforme agraire et de la dette.

Pourtant, ces deux derniers points avaient été facilement contournés par les riches et les puissants. Mais après la fin de la troisième guerre samnite, la question de la dette a de nouveau bouilli. La dernière sécession a vu les plébéiens abandonner encore une fois Rome et prendre la colline du Janicule de l'autre côté du Tibre.
Q. Hortensius a été élu dictateur pour résoudre la crise.

Il a mis en place plusieurs lois pour satisfaire les demandes plébéiennes. Les lois prévoyaient la distribution des terres publiques aux citoyens et l'annulation des dettes.

On soupçonne que, comme d'habitude, une telle législation n'aura rencontré qu'un succès limité.

Plus important cependant, la loi Hortensienne accordait également à l'assemblée plébéienne (concilium plebis) le droit d'adopter des lois qui seraient contraignantes pour tous les Romains, qu'ils soient plébéiens ou patriciens.

Dans ce dernier saut, le pouvoir avait finalement été établi entre les mains des gens ordinaires de Rome. Le privilège de l'aristocratie avait été brisé.

Pourtant, il faut être prudent pour ne pas exagérer ce changement. La Loi Hortensienne était une étape capitale, sans aucun doute. Elle a mis fin à l'érosion progressive du pouvoir de ceux dont la seule qualification était la naissance aristocratique. La cause patricienne était perdue.

Pourtant, le pouvoir et les privilèges restaient entièrement aux riches. Bien sûr, peu importe que la richesse d'un individu soit issue d'une ascendance patricienne ou plébéienne. Néanmoins, la richesse restait la principale exigence pour accéder à toute position de pouvoir.

Même si le concilium plebis avait obtenu le droit d'adopter des lois, les citoyens ordinaires n'avaient pas voix au chapitre dans ces réunions. Les orateurs des deux chambres législatives, le concilium plebis et les comices tributa, étaient toujours les riches privilégiés. Donc, si ce sont les pauvres qui dominaient ces conseils par le vote, ce sont les privilégiés qui décident de ce qu'ils voteront.

Guerre avec les Étrusques et les Gaulois

Les troubles suscités par Egnatius et sa campagne du nord lors de la troisième guerre samnite se sont répercutés depuis un certain temps dans le nord de l'Italie. En 284 av. J.-C., une armée d'Étrusques et de Gaulois de la tribu Senones assiège Arretium. La force romaine envoyée pour soulager la ville subit une défaite écrasante, perdant 13 000 hommes.

Plusieurs cités étrusques rejoignirent alors la révolte. Des poches d'agitation s'étendaient jusqu'au Samnium et à la Lucanie. La guerre fut brève, mais combattue avec une intensité surprenante. Rome, ses troupes n'étant liées par aucun autre conflit, était libre d'engager autant de troupes que nécessaire pour éradiquer le problème une fois pour toutes. Elle l'a fait durement.

Le soulèvement étrusque est écrasé. Manius Curius Dentatus a conduit une force puissante sur le territoire des Senones.

L'armée gauloise a été anéantie et la zone plus large a été incendiée. La tribu des Senones a été entièrement chassée des terres situées entre les rivières Rubicon et Aesis. Dans cette région dévastée, les Romains implantèrent alors la colonie de Sena pour la dominer désormais.

La campagne avait été si brutale que le territoire autour de Sena a été dévasté pendant cinquante ans.

Les voisins gaulois des Senones, les Boii, craignent désormais le même sort et envahissent en grand nombre l'Etrurie. Les Étrusques y virent une fois de plus une opportunité de se joindre à la lutte contre la domination romaine.

En 283 avant JC, P. Cornelius Dolabella rencontra leurs forces conjointes près du lac Vadimo et les vainquit.

En 282 avant JC, les Boii tentèrent une nouvelle invasion, mais furent à nouveau sévèrement vaincus.

Ils demandèrent la paix et obtinrent un traité à des conditions assez faciles, très probablement car l'attention de Rome était maintenant attirée sur le sud de l'Italie où des troubles s'agitaient avec Tarente et le roi Pyrrhus. Si lourdement les Gaulois avaient été vaincus, la paix devrait tenir encore cinquante ans.

Les rebelles étrusques combattront encore un certain temps, mais finiront par capituler face à une défaite inévitable. Ils ont tous les deux obtenu des conditions faciles, à un moment où Rome exigeait de toute urgence la paix dans ses territoires du nord.

Pyrrhus d'Épire (318-272 av. J.-C.)

Depuis la mort d'Alexandre 'le Molossien' en 330 av. J.-C., la lutte entre les tribus montagnardes du sud de l'Italie et les villes grecques s'est poursuivie sans relâche.

La ville de Tarente avait continuellement cherché l'aide des puissances grecques, mais n'avait pas obtenu grand-chose. Ni l'intervention de Cléonyme de Sparte en 303 avant JC ni Agathocle de Syracuse en 298 avant JC n'avaient conduit à une quelconque amélioration.
Plus encore, si certaines de ces interventions avaient vu Tarente agir au mépris égoïste des intérêts d'autres villes grecques de la Magna Graecia, alors ces villes en étaient venues à considérer Tarente avec suspicion.

En 282 avant JC, la ville grecque de Thurii sur le golfe d'Otrante au talon même de l'Italie a demandé à Rome de l'aide contre les attaques persistantes des Lucaniens et des Bruttiens.

Lorsque Rome est intervenue, envoyant un consul C.Fabricius avec une force et une petite flotte, Tarente a protesté. Les Tarentins y voyaient une violation de leur traité de 302 av. J.-C., qui interdisait aux navires romains d'entrer dans la baie de Tarente.

Rome a fait valoir que le traité était obsolète étant donné que la situation politique avait depuis considérablement changé, notamment avec la destruction du pouvoir samnite. En outre, ont-ils soutenu, ils n'étaient là que pour aider à défendre un voisin grec voisin des Tarentins.

Pendant ce temps, les Tarentins nourrissaient toujours du ressentiment pour l'insulte perçue qu'ils avaient subie lorsque Rome avait repoussé l'un de leurs efforts de médiation entre les factions belligérantes lors de la troisième guerre samnite. Or, cette intervention dans leur sphère d'influence était perçue comme une nouvelle provocation. Pourtant, la paix précaire s'est maintenue.

La campagne de Fabricius a été rapide et réussie. Après avoir expulsé les envahisseurs lucaniens et bruttiens, il retourna à Rome avec sa force principale, laissant derrière lui une garnison protectrice et certains des navires de patrouille.

C'est alors que les Tarentins se sont déchaînés. Ils mobilisèrent leurs forces et attaquèrent la garnison romaine de Thurii et coulèrent ou capturèrent plusieurs navires romains dans la baie. Cette réaction extrême peut s'expliquer par des facteurs volatils de la politique tarentine intérieure à l'époque. Il est également probable que Tarente était disposée à tolérer à contrecœur l'intervention romaine à Thurii, mais a vu une garnison romaine rester derrière comme un pas de trop.

Les Romains ont réagi étonnamment pacifiquement. Peut-être parce qu'ils étaient encore occupés à régler la guerre courte et acharnée avec les Gaulois des tribus Boii et Senones et certaines villes étrusques. Ils n'avaient peut-être aucun appétit pour un engagement majeur dans l'extrême sud de la péninsule et ont donc cherché à parvenir à un accord de paix.

Tout ce qu'on demandait aux Tarentins était d'indemniser les navires coulés.

Tarente s'est cependant sentie encouragée par la nouvelle qu'un autre dirigeant étranger s'était engagé à se battre pour leur cause et avait rejeté la demande romaine. L'homme qui avait promis son aide n'était rien de moins que le roi Pyrrhus d'Épire.

Pyrrhus, roi d'Épire, était le neveu et le successeur d'Alexandre 'le Molossien' qui avait apporté de l'aide auparavant. Il était marié à une fille d'Agathoclès de Syracuse, ce qui lui a peut-être donné l'espoir de succéder à ce trône à temps. La Sicile peut donc avoir été son véritable objectif, l'Italie du Sud n'étant qu'un tremplin vers cette fin.

Pyrrhus a peut-être vu cela comme son opportunité de faire à l'ouest, ce qu'Alexandre le Grand avait accompli si célèbrement à l'est. Ce n'était peut-être pas un vain espoir. Le roi Pyrrhus avait la réputation d'être le plus grand chef militaire depuis Alexandre le Grand.

Comme il sied à sa réputation, Pyrrhus arriva avec une armée de 25 000 hommes, provenant de divers quartiers des « États successeurs » de l'empire d'Alexandre. Il devait également introduire l'éléphant de guerre sur le champ de bataille occidental, emmenant avec lui vingt de ces redoutables animaux.

Les Tarentins se rendirent vite compte qu'ils avaient obtenu plus que ce qu'ils avaient négocié lorsqu'ils furent placés sous la loi martiale (281 av. J.-C.). Les autres villes grecques sont restées à distance, n'ayant pas demandé les services du célèbre général en premier lieu.

Rome était naturellement inquiète. Elle a relevé un défi comme jamais auparavant. Les plus belles armes grecques étaient rassemblées contre elle. Une très grande force a été levée, jusqu'à la classe la plus basse de citoyens, qui étaient les moins susceptibles d'être jamais appelés.

Une armée consulaire a été envoyée au nord pour réprimer un autre soulèvement des Étrusques. L'autre, commandé par Publius Valerius Laevinus, fut envoyé au sud pour rencontrer Pyrrhus. Laevinus a marché à travers la Lucanie où il avait besoin de mettre en garnison certaines de ses forces pour assurer sa retraite. Avec une force de 20 000 hommes, Laevinus rencontra alors Pyrrhus à Héraclée (280 avant JC).

La bataille était féroce. Les légions romaines se sont avérées un match pour la phalange hautement entraînée de Pyrrhus. Même la cavalerie romaine notoirement peu fiable a remporté un certain succès. À un moment donné, Pyrrhus a fait tuer son cheval sous lui et a dû être sauvé.

Lire la suite : Formation de l'armée romaine

Pourtant les Romains n'avaient encore jamais vu, peu importe combattu, un éléphant. Les éléphants de guerre ont jeté la cavalerie romaine dans le désarroi et les cavaliers ont été chassés.

Cela a laissé les flancs des légions romaines exposés. Ils furent débordés et mis en déroute. Les pertes romaines auraient été de 15 000 hommes. Compte tenu de leur total initial de 20 000, ce fut une défaite écrasante.

Pourtant, l'armée de Pyrrhus elle-même n'avait pas fait beaucoup mieux. Ses propres pertes avaient été si graves qu'il a déclaré qu'une victoire de plus lui ferait perdre la guerre. C'est donc au roi Pyrrhus que l'on doit l'expression d'une « victoire à la Pyrrhus », définissant une victoire trop chèrement acquise.

Si Pyrrhus avait subi de lourdes pertes sur le champ de bataille, sa position générale s'était considérablement améliorée. La nouvelle de sa victoire à Héraclée a amené les Lucaniens, les Samnites et les villes grecques de son côté. Rome était en fuite.

A Rhegium, la légion romaine qui garnissait la ville se mutina.
C'est à la lumière d'une telle crise que le conseiller en chef de Pyrrhus, Cineas, a été envoyé à Rome pour offrir la paix. Cineas s'est adressé au sénat, proposant que si Rome perdait tous ses territoires gagnés aux Lucaniens, Bruttiens et Samnites et garantissait de laisser les villes grecques en paix, Pyrrhus offrirait une alliance.

Le sénat hésitait en effet. Concéder les territoires samnites après les terribles guerres que Rome avait subies pour les conquérir serait extrêmement dur. Pourtant, Rome pouvait-elle faire une autre épreuve de force contre Pyrrhus maintenant qu'il jouissait de l'alliance de toute l'Italie du Sud ?

Il revenait à Appius Claudius Caecus, un ancien censeur aujourd'hui âgé, infirme et frappé de cécité, qu'il fallait porter au sénat, de s'adresser à ses collègues sénateurs, les exhortant à ne pas céder et à tenir bon contre l'envahisseur. Appius Claudius a gagné la journée et la proposition de paix de Cineas a été rejetée.

La force de Pyrrhus marcha maintenant sur Rome. Par la Campanie, ils poussèrent dans le Latium et atteignirent jusqu'à Anagnia, ou peut-être même Préneste.
Bien que de manière inattendue pour Pyrrhus, alors qu'il marchait dans ces zones, aucun nouvel allié ne rejoignit son camp. La Campanie et le Latium, semblait-il, préféraient la domination romaine à la sienne.

Se trouvant loin de sa base de pouvoir, sans soutien local, la nouvelle lui parvenait maintenant que l'armée consulaire sous Coruncianus qui avait été envoyée au nord pour faire face aux Étrusques revenait maintenant pour renforcer les forces de Laevinus. Pendant ce temps, à Rome, de nouvelles levées s'élevaient.
Face à une telle démonstration de force, Pyrrhus jugea sage de prendre ses quartiers d'hiver à Tarente.

L'année suivante, Pyrrhus reprit de l'avance et entreprit d'assiéger la ville d'Asculum. Rome est venue rencontrer son armée avec une force de 40 000 hommes, dirigée par les deux consuls. Les forces de Pyrrhus étaient égales en nombre.

La bataille d'Asculum (279 avant JC) s'est terminée dans une impasse, les forces romaines après une longue et dure bataille incapables de faire plus d'impression sur la phalange macédonienne, se sont retirées dans leur camp. Dans l'ensemble, la victoire a été accordée à Pyrrhus, mais aucun avantage significatif n'a été obtenu.

Les combats avaient été si durs que l'une ou l'autre des parties s'est retirée en ne cherchant plus de concours cette année-là. Pourtant, les développements diplomatiques allaient apporter une nouvelle tournure.

Si l'on soupçonne que l'objectif du roi Pyrrhus a toujours été de chercher à dominer la Sicile, l'appel à l'aide de la ville de Syracuse a dû être un rêve devenu réalité. Enfin, il eut une excuse pour faire campagne en Sicile.

La ville de Syracuse était bloquée par Carthage et avait donc besoin d'une aide urgente. De nombreuses villes grecques de l'île étaient tombées aux mains des Carthaginois ces dernières années.

Carthage elle-même s'est approchée de Rome, offrant une aide financière et navale. C'était sans doute l'espoir des Carthaginois que Rome pourrait occuper l'aventurier de l'Épire en Italie, les laissant libres de conquérir toute la Sicile.

Si au début cela a été rejeté, Rome a finalement accepté une telle alliance, reconnaissant que quels que soient les plans de Pyrrhus, il était leur ennemi commun.
Si Carthage avait espéré garder le général grec logé en Italie, son plan a échoué. Laissant derrière lui une garnison pour sécuriser Tarente, il s'embarqua pour la Sicile en 278 av.

Avec Pyrrhus parti, Rome trouva les tribus montagnardes du sud de l'Italie une proie facile. Les Samnites, les Lucaniens et les Bruttiens ont été chassés du champ et leurs terres ravagées.

Pendant trois ans, Pyrrhus a combattu en Sicile, d'abord avec un grand succès, mais finalement dans une impasse dans l'imprenable forteresse carthaginoise de Lilybaeum.

La victoire finale en Sicile lui échappant, il abandonna cette entreprise et retourna en Italie, répondant aux appels désespérés à son retour par les tribus montagnardes et les cités grecques (276 avant JC).

La bataille décisive a eu lieu à Bénévent en 275 av. Pyrrhus a cherché à réaliser une attaque surprise contre l'armée de Curius Dentatus mais a été repoussé, notamment parce que les Romains avaient appris à gérer sa phalange et ses éléphants.

La deuxième armée consulaire sous Cornelius se fermant pour rejoindre Dentatus, Pyrrhus dut céder et battre en retraite. Suite à son aventure sicilienne, il ne commandait plus les effectifs qui pouvaient égaler deux armées consulaires romaines en campagne. Le roi Pyrrhus a été sévèrement vaincu.

Reconnaissant que la marée s'était retournée contre lui, Pyrrhus rentra chez lui en Épire. Ses mots d'adieu furent mémorables Quel champ de bataille je laisse pour Carthage et Rome !

L'histoire raconte que Pyrrhus mourut plus tard lors d'un assaut sur Argos, où une vieille femme le voyant combattre son fils épée à épée dans la rue en contrebas lui aurait jeté une tuile sur la tête. Bien que d'autres sources lisent qu'il a été assassiné par un serviteur.

La victoire sur Pyrrhus était importante car c'était la défaite d'une armée grecque expérimentée qui combattait dans la tradition d'Alexandre le Grand et était commandée par le commandant le plus capable de l'époque.

Rome puissance dominante de l'Italie

Après sa défaite de Pyrrhus, Rome a été reconnue comme une puissance majeure en Méditerranée. Rien ne le rend plus clair que l'ouverture d'une ambassade permanente d'amitié par le roi macédonien d'Égypte, Ptolémée II, à Rome en 273 av.

En 272 av. J.-C., l'année même de la mort de Pyrrhus, la puissante ville grecque de Tarente, dans le sud de l'Italie, tomba aux mains de Rome. Le général de Phyrrus, Milo, réalisant la situation intenable une fois son maître mort, négocia simplement son retrait et livra la ville aux Romains.

Sans force majeure pour s'opposer à eux, les Romains ont impitoyablement éliminé toute dernière résistance à leur suprématie du sud de l'Italie. Ils ont pris d'assaut la ville de Rhegium qui était tenue par les rebelles mamertins (271-270 av. J.-C.), ont forcé les tribus bruttiennes à se rendre, ont écrasé les derniers vestiges de la résistance samnite et ont placé Picenum sous la domination romaine.

Enfin, en 267 av. J.-C., une campagne contre la tribu des Sallentins dans le talon même de l'Italie donna à Rome l'important port de Brundisium et mit fin à sa conquête du sud de l'Italie.

En prenant le contrôle du sud, Rome possédait de précieux pays forestiers des tribus et des riches villes grecques qui s'engageaient à fournir à Rome des navires et des équipages à l'avenir. Si Rome contrôlait désormais la péninsule italienne, il y avait essentiellement trois catégories différentes de territoires dans son royaume.

Le premier était l'ager romanus ('Terre romaine'). Les habitants de ces anciennes zones habitées détenaient la pleine citoyenneté romaine.

Les secondes étaient de nouvelles colonies latines (ou dans certains cas des colonies romaines), qui ont été fondées pour aider à sécuriser des zones stratégiquement importantes et qui dominaient les terres périphériques qui les entouraient. Un avantage supplémentaire à la fondation de ces territoires coloniaux était qu'ils fournissaient un débouché à la demande de terres par la paysannerie latine.

Il semble que le colon ait perdu certains de ses privilèges en tant que citoyens romains à part entière en échange de terres dans ces colonies. La colonie semble donc avoir détenu un statut intermédiaire entre l'ager romanus et les territoires italiens alliés.

Le troisième type de territoire était constitué des civitates sociae (territoires alliés). Les leurs couvraient la majorité du continent italien.
Le statut de ces communautés était qu'elles restaient assez indépendantes de Rome. Rome n'a pas interféré dans leur gouvernement local et n'a exigé aucun impôt de ses alliés.

En fait, les alliés étaient si libres de la domination romaine directe qu'ils pouvaient accepter des citoyens exilés de Rome. (Par conséquent, certains citoyens contraints à l'exil pourraient simplement s'installer dans des villes aussi proches de Rome que Tibur et Préneste.)
Mais les alliés devaient se soumettre à la politique étrangère romaine (ils ne pouvaient entretenir de relations diplomatiques avec aucune puissance étrangère.) et ils devaient fournir un service militaire.

Les détails de l'arrangement avec les alliés italiens variaient d'une ville à l'autre, car Rome concluait des accords individuels avec chacun d'eux séparément.

(Donc, si les alliés n'avaient généralement pas à payer d'impôts, ce n'était pas universel. Par exemple: en guise de punition pour sa collusion avec Phyrrus, la ville de Tarente était tenue de payer un tribut annuel.)

Que ce soit en tant qu'allié, colonie ou territoire sous domination directe, en effet toute l'Italie désormais, du détroit de Messine à la frontière des Apennins avec les Gaules, reconnaissait la suprématie d'une puissance singulière, Rome.

La conquête de l'Italie a apporté la stabilité politique et les opportunités commerciales qu'une telle stabilité apporte invariablement. Pourtant, la guerre brutale qui avait été nécessaire pour y parvenir avait dévasté de vastes étendues de terre. Les zones qui avaient autrefois soutenu de grandes populations n'accueillaient plus que quelques bergers qui s'occupaient des troupeaux de leurs riches maîtres.

Plus encore, avec l'acquisition par Rome des forêts de montagne, elle a rapidement commencé l'exploitation forestière irresponsable de ces importantes forêts. Cela a entraîné à son tour des inondations dans de nombreuses zones basses, rendant inutiles les riches terres agricoles.
Déjà à ce stade précoce, le déclin de la campagne italienne a commencé.

Les Mamertines

A ce stade de l'histoire, les choses auraient pu se reposer quelque temps en Italie, s'il n'y avait pas eu l'héritage d'Agathocle de Syracuse. Pendant son règne, Agathocle avait fait grand usage des compagnies libres de mercenaires tribaux des hautes terres du continent dans ses divers projets militaires.

A la mort d'Agathoclès, la ville de Messane à la pointe nord-est de la Sicile était tombée entre les mains de l'une de ces compagnies libres (vers 288 av. J.-C.) - qui s'appelaient les Mamertini ('fils de Mars') nuisance à leurs voisins sur les deux côtes, et à tous ceux qui ont utilisé le détroit de Messine, où ils ont opéré comme des pirates.

Les Mamertini s'étaient récemment alliés à la force rebelle de leurs compatriotes campaniens, qui s'étaient mutinés, avaient saisi Reghium et l'avaient tenu contre les Romains pendant une décennie.

Rhegium avait finalement été pris d'assaut par les Romains en 270 avant J. 216 av. J.-C.).

En 264 av. J.-C., Hiero jugea qu'il était temps d'en finir avec les pirates mamertins. Compte tenu de leur conduite, personne ne risquait d'être lésé. Mais s'emparer de cette ville stratégique reviendrait à modifier le rapport de force pour la Sicile et le détroit de Messine.

Si les motivations de Hiero étaient tout à fait compréhensibles, sa décision a eu des conséquences bien au-delà de tout ce qu'il aurait pu prévoir. Hiéron assiégea Messine. Face à un ennemi aussi puissant, les Mamertines n'avaient que peu de chance.

Pourtant, n'étant pas grecs, ils n'hésitaient pas à demander de l'aide à Carthage contre leur assiégeant. Les Carthaginois ont obligé en envoyant une flottille qui à son tour a rapidement persuadé Hiéron d'annuler son siège.

Pendant ce temps, les Mamertines cherchaient maintenant un homme par lequel se débarrasser de leurs hôtes carthaginois. Ils étaient d'origine italienne et Rome était maintenant le champion de tous les Italiens. Invariablement c'était à Rome qu'ils envoyaient chercher de l'aide.

Rome s'est retrouvée sans le vouloir à la croisée des chemins du destin. Pour la première fois, son regard est porté au-delà des confins immédiats de la péninsule italienne.

La ville de Messine la concernait-elle ? Quelle obligation éventuelle y avait-il de protéger une bande de mercenaires renégats ? Pourtant, permettre à Carthage de s'emparer de la ville pourrait nuire aux intérêts mercantiles des riches villes grecques que Rome avait récemment acquises. De toute évidence, le port était d'une importance stratégique. Pourrait-il être laissé à Carthage ? Une expédition militaire réussie en Sicile ne promettait-elle pas la gloire aux commandants et beaucoup de butin aux soldats ?

Rome était complètement divisée. Le sénat ne pouvait tout simplement pas se décider. Au lieu de cela, la question a été renvoyée à l'assemblée populaire, les comices tributa.

L'assemblée ne savait pas non plus quelle action entreprendre. Rome n'avait-elle pas subi une guerre acharnée contre le roi Pyrrhus ? Mais ce sont les consuls qui ont parlé à la population rassemblée et les ont poussés à l'action, avec la perspective d'un butin pour les troupes.

Pourtant, l'assemblée n'a pas choisi de déclarer la guerre. Au lieu de cela, il a décidé d'envoyer un corps expéditionnaire à Messine qui devrait tenter de rendre la ville aux Mamertines.

Diplomatiquement, les Romains ont formulé leurs plans comme une action contre Syracuse, car c'était cette ville qui avait initialement attaqué. Aucune mention n'a été faite de Carthage.

En fin de compte, Rome a remporté une victoire très facile. Un détachement relativement petit a été envoyé pour relever Messine. Lorsque le commandant carthaginois apprit leur approche, il se retira sans combattre. Gardant les apparences, Rome resta officiellement en guerre avec Syracuse.

Encore une fois, cela aurait pu être la fin de tout cela. Rome n'avait pas fait de mal à un seul Carthaginois et avait en fait pris les armes contre les anciens rivaux de Carthage, les Grecs de Syracuse.

Mais Carthage n'allait pas subir ce qu'elle considérait comme une humiliation, exécuta le commandant qui s'était retiré de Messine sans combat et envoya aussitôt une force à elle pour récupérer la ville. Remarquablement, Carthage a réussi à s'allier avec Hiéron contre Rome.

Rome répondit aussitôt en envoyant toute une armée consulaire pour renforcer sa petite garnison. Ce qui avait commencé comme une bagarre entre trois partis au sujet d'une petite ville, était maintenant devenu une guerre à grande échelle entre les grandes puissances de la Méditerranée occidentale.

Malgré la bizarrerie avec laquelle cette guerre semble avoir commencé, il est difficile de ne pas voir une sorte de dessein romain dans le déclenchement de ce conflit. Sa conquête de l'Italie lui avait apporté une vaste main-d'œuvre et de nouvelles richesses, mais aussi des compétences de construction navale et de navigation.

Rome possédait désormais un pouvoir réel et cherchait à l'utiliser. Désormais protectrice des bases commerciales grecques telles que Capoue et Tarente, Rome a sans doute hérité du rôle hellénistique de rivale de Carthage.

La Sicile représentait le foyer d'intérêts conflictuels entre la puissance grecque et punique en Méditerranée. A l'est de la Sicile s'étendait le royaume de la domination grecque, à l'ouest cette sphère de Carthage. Pourtant, aucun traité entre les différentes parties n'avait jamais stipulé les sphères d'influence sur cette île importante.

Avec la conquête par Rome du sud de l'Italie, ou Magna Graecia comme on l'appelait, elle entrait désormais invariablement dans la course aux intérêts commerciaux aux côtés des Grecs.

La première guerre punique (264-241 av. J.-C.)

Les guerres puniques sont le terme généralement utilisé pour désigner le long conflit entre les deux principaux centres de pouvoir de la Méditerranée occidentale, Rome et Carthage. Carthage était à l'origine une colonie phénicienne. Le nom latin d'un phénicien est « Poenus », ce qui conduit à notre adjectif anglais « punique ».

La période au cours de laquelle se sont déroulées les trois guerres puniques s'étend sur plus d'un siècle. Une fois les guerres terminées, la puissante Carthage qui dominait, selon le géographe grec Strabon, plus de 300 villes en Libye et 700 000 habitants dans ses propres murs, a été anéantie.

Si le premier acte de la guerre fut le siège de Messine, par les forces conjointes de Carthage et de Syracuse, l'arrivée de l'armée consulaire romaine sous Appius Claudius y mit fin. (264 av. J.-C.) Immédiatement, il était clair que les deux anciens ennemis de Syracuse et de Carthage n'étaient pas capables d'agir comme des alliés efficaces.

Le siège de Messane levé, en 263 av. J.-C., Manius Valerius mena une armée sur le territoire de Syracuse et assiégea la ville elle-même. L'attaque malavisée contre une ville aussi merveilleusement fortifiée que Syracuse a conduit à un échec inévitable.

Pourtant, Valerius a plus que compensé cela avec un succès diplomatique. Après des négociations, Hiero a changé de camp et s'est joint aux Romains pour s'opposer à Carthage.

De toute évidence, Hiero a vu l'écriture sur le mur. Les jours du pouvoir syracusain étaient comptés. L'ampleur même des armées engagées par Rome et Carthage doit lui avoir fait comprendre cela très clairement. Syracuse ne pouvait tout simplement plus rivaliser.

La Sicile serait désormais dominée soit par Carthage, soit par Rome. Face à ce choix, il n'était pas étonnant que Hiero ait choisi les Romains plutôt que l'ancien ennemi phénicien de la Grèce.

Dans l'accord, Hiéron céda à Rome la ville de Messine et la plus grande partie de son domaine sicilien. Il a également promis le paiement de cent talents par an pendant quinze ans. En retour, Rome l'a confirmé comme roi de Syracuse. (263 avant JC)

L'incursion de Rome en Sicile, malgré son premier revers lors du siège de Syracuse, a bien commencé. Chassant les Carthaginois de Messane et établissant une alliance avec Hiéron, signifie que Carthage n'avait aucun accès au détroit.
Au contraire, cela signifie que le principal objectif de guerre de Rome a été atteint en une seule année.

La guerre était cependant loin d'être terminée.

Carthage répondit aux succès romains en débarquant une armée de pas moins de 50 000 hommes en Sicile sous le commandement d'un général appelé Hannibal (c'était un nom punique assez courant), établissant son quartier général à la forteresse d'Acragas (plus tard appelée Agrigente), la deuxième ville après Syracuse sur l'île de Sicile.

L'armée romaine sous le commandement des consuls Lucius Postumius et Quintus Mamiluius, renforcée par les forces syracusaines, traversa l'île et assiégea Acragas (262 avant JC). La campagne s'est avérée très difficile.

Notamment pour l'arrivée de puissants renforts carthaginois sous un commandant appelé Hanno. Rome a réussi à vaincre les forces d'Hannon au combat, mais ils n'ont pas pu empêcher les forces d'Hannibal de se dégager du siège et de se retirer.

Même si leur victoire n'avait pas abouti à la destruction de l'armée ennemie, Rome avait triomphé, prenant et saccageant la ville d'Acragas, la renommant Agrigente.

La prise d'Agrigente marqua une étape vitale dans la guerre. Si les objectifs de guerre romains n'étaient pas clairs, ils avaient maintenant établi qu'ils pouvaient vaincre les armes carthaginoises, quelle que soit l'ampleur de la résistance punique. Il semble clair que c'est à cette époque que Rome entreprit de conquérir toute la Sicile.

Les Carthaginois à leur tour ont été forcés de réaliser que, quelle que soit leur suprématie en mer, sur terre, ils n'étaient pas à la hauteur des légions romaines. Pour le reste de la guerre, ils ne chercheraient plus à entrer dans des batailles rangées avec les forces romaines.

Pendant ce temps, la suprématie carthaginoise sur mer restait intouchable. Carthage possédait quelque 120 quinquérèmes, tandis que Rome possédait au mieux quelques croiseurs fournis par ses ports grecs du sud de l'Italie.

Mais la confiance romaine initiale après l'affrontement d'Agrigente s'avérerait mal fondée. 261 avant JC s'est avéré une année de campagnes indécises qui n'ont conduit à aucune avancée tangible.

Cependant, en 260 av. J.-C., Rome était prête à défier la domination carthaginoise de la mer. Elle achevait la construction d'une flotte de combat de 140 navires de guerre, qui devait partir combattre la fameuse marine punique.

Les constructeurs navals romains avaient beaucoup appris sur la construction d'un quinquérème (quelque chose dont ils ne savaient rien du tout auparavant) d'un navire carthaginois qui avait été capturé au début de la guerre.

Le commandement des forces romaines était désormais partagé entre le consul Gaius Duilius, qui commandait les forces terrestres et son collègue consulaire Gnaeus Cornelius Scipio, qui commandait la flotte.

Scipion partit pour la Sicile avec les 17 premiers navires à achever pour organiser l'arrivée de toute la flotte, une fois celle-ci achevée.

Cependant, Scipion a été distrait par la promesse d'une victoire rapide et facile et a réussi à se faire capturer dans une folle escapade sur l'île de Lipara, où il a dirigé sa flottille de 17 navires directement dans un piège carthaginois. Cela lui a valu le sobriquet éternel «Asina» (l'âne) après son nom. Pendant ce temps, la capture de Scipion a laissé le commandement de toutes les forces de Rome à Gaius Duilius.

Le tout premier véritable engagement naval romain s'est produit sur une partie non précisée de la côte italienne, lorsque la flotte de combat romaine terminée a navigué vers la Sicile pour rencontrer son commandant en attente, Duilius.

Le même commandant carthaginois, encore une fois un homme appelé Hannibal, qui avait précédemment capturé Scipio Asina commandait maintenant une flottille de 50 navires pour enquêter sur la nouvelle flotte romaine. D'une manière ou d'une autre, il a été assez fou pour se laisser entraîner dans un combat avec une force beaucoup plus importante, au cours de laquelle il a perdu la plupart de ses navires. Néanmoins, il a réussi à s'éclipser avec le reste de sa force.

La bataille de Mylae

Peu de temps après avoir été unie à son nouveau commandant à Messane, la flotte romaine entreprit de défier la principale flotte de guerre carthaginoise de la région, basée à Panormus, le long de la côte nord de la Sicile. La flotte punique, forte de quelque 140 ou 150 navires, s'attendant à une victoire facile, accepta le défi et prit la mer pour se battre.

La confiance carthaginoise était justifiée. Carthage avait une grande tradition navale, alors que Rome n'avait pratiquement aucune expérience maritime. Les deux grandes flottes se rencontrèrent au large de Mylae. (260 avant JC)

Duilius remporta une victoire complète. (260 avant JC)

Les Carthaginois ont subi la perte de 50 navires avant de fuir.
On parle beaucoup de l'invention romaine du corvus, un pont-levis barbelé attaché au mât principal des navires, qui peut être laissé tomber dans le pont de l'ennemi et sert ainsi de passerelle pour que les Romains déploient leurs soldats supérieurs.

L'invention du corvus est traditionnellement attribuée à Gaius Duilius, le nouveau commandant de la flotte.

La guerre navale ancienne reposait fortement sur l'utilisation de l'éperonnage. On ne peut que spéculer si l'habileté et la maniabilité supérieures de la flotte carthaginoise leur ont permis d'éperonner leurs ennemis avec succès, mais le déploiement du corvus ne leur a pas permis de se retirer, maintenant les navires verrouillés en place.

Les Romains victorieux abandonneraient alors leur navire en perdition pour le navire de guerre carthaginois intact. Cela dit, ce ne sont que des spéculations. Rien n'est vraiment connu sur la nature de cette première victoire romaine en mer si ce n'est que le corvus a joué un rôle.

Gaius Duilius a remporté un triomphe dans les rues de Rome pour cette victoire sur la flotte carthaginoise. Une colonne commémorative a été érigée dans le forum romain célébrant sa grande victoire à Mylae.

La victoire romaine à Mylae n'a été suivie d'aucune avancée significative. Parvenir à une fin satisfaisante de la guerre semblait insaisissable. Au lieu de cela, Rome a gaspillé une grande partie de l'avantage obtenu à Mylae dans les opérations navales en Corse et en Sardaigne (BC 259), qui n'ont apporté aucun avantage durable.

Pendant ce temps, l'armée romaine sur terre a progressivement écarté les forces carthaginoises du centre de l'île de Sicile dans des combats durs et de plus en plus acharnés.
Carthage est restée incontestée dans ses trois principaux bastions de l'île : Panormus (Palerme), Drepanum (Trapani) et Lilybaeum (Marsala)

La guerre s'éternisait sans qu'aucune des parties ne fasse d'avancées significatives. Hamilcar menait une campagne défensive efficace contre les forces romaines supérieures.

La bataille d'Ecnome

Rome s'est maintenant tournée vers l'histoire pour trouver un exemple de la façon de traiter avec son adversaire intrépide. Quelque cinquante ans plus tôt, le puissant roi syracusain Agathoclès avait brisé le blocus naval écrasant de sa ville et débarqué des troupes en Afrique, causant des ravages dans le cœur punique et conquérant presque Carthage elle-même.

Maintenant, Rome cherchait à imiter la réussite d'Agathocle. Une flotte de 330 navires sous le commandement des consuls Manlius Atilius Regulus et Lucius Manlius Vulso a jeté l'ancre au large d'Ecnomus le long de la côte sud de la Sicile.

L'armée romaine de 40 000 hommes s'embarqua et se prépara à combattre la flotte carthaginoise commandée par Hamilcar, qui s'approchait de la direction de Lilybaeum. Carthage, consciente des intentions romaines de débarquer en Afrique, cherchait désespérément à engager son ennemi en mer pour empêcher une invasion.

La bataille d'Ecnomus (256 av. J.-C.) était la plus grande bataille navale de l'histoire à l'époque. De nombreux navires de guerre romains étaient gênés par le remorquage de navires de transport. Pourtant, il semble que les capitaines carthaginois à leur tour aient été fortement inquiétés par l'usage du corvus.

Si les Carthaginois avaient les compétences navales supérieures et une plus grande maniabilité dans leurs navires supérieurs, il est apparu que le nombre et la qualité des soldats romains parmi la flotte romaine rendaient toute victoire carthaginoise impossible. Au final, Rome avait perdu 24 navires. Pourtant, la flotte romaine avait coulé 30 navires de guerre carthaginois et en avait capturé 64 avec leurs équipages.

Avec la flotte punique chassée à Ecnomus, la voie était maintenant libre pour une traversée de la Méditerranée et l'invasion de l'Afrique.

Campagne Regulus en Afrique

L'armée romaine débarque à Clupea (Kélibia). La flotte est ensuite rentrée chez elle sous le commandement du consul Manlius, tandis que Regulus est resté à la tête d'une force de 15 000 hommes.

L'armée de Regulus s'avança avec aisance et assiégea la ville d'Adys. Une armée carthaginoise, réunie à la hâte et placée sous le commandement conjoint d'Hamilcar et d'un général appelé Hasdrubal, s'empressa de relever la ville.

Regulus a remporté une victoire totale sur ses ennemis carthaginois, notamment parce que le terrain sur lequel la bataille s'est déroulée n'a pas favorisé la cavalerie et les éléphants de l'armée punique. Connaissant les prouesses romaines sur le champ de bataille, les Carthaginois ont cherché à éviter de les rencontrer en terrain découvert.

L'opposition carthaginoise écrasée à Adys, l'armée romaine pouvait désormais Rome la campagne à son gré, détruisant et pillant au fur et à mesure.
Pour aggraver les choses pour Carthage, de nombreux peuples autochtones se sont alors rebellés, voyant une chance de se libérer de leurs dirigeants puniques.

Régulus se logea alors à une journée de marche de Carthage. La ville de Carthage était pleine à craquer de fugitifs. Une famine menaçait. Une grande partie de la campagne était en révolte ouverte.

Rome a finalement obtenu ce qu'elle cherchait à obtenir. Carthage propose de négocier. Mais à ce moment très critique, Regulus n'était tout simplement pas la bonne personne pour ce poste. Ses exigences à leur égard étaient si exorbitantes, que les Carthaginois pensèrent qu'il était plus sage de continuer à se battre, coûte que coûte.

Peu de temps après l'échec des négociations avec Regulus, un contingent de mercenaires grecs arriva dirigé par un Spartiate appelé Xanthippus.
Xanthippus était un soldat exceptionnel, qui s'était déjà fait un nom dans la défense de Sparte contre le roi Pyrrhus.

Il se leva rapidement pour se voir confier le commandement général des forces carthaginoises et supervisa l'entraînement des troupes selon les traditions spartiates. Le moral est monté en flèche. Xanthippus et ses lieutenants grecs ont rapidement établi que la principale erreur des Carthaginois était d'éviter de se rencontrer en terrain découvert, où leurs principales armes de guerre, les éléphants et la cavalerie, pouvaient être utilisées.

Il a finalement fait marcher son armée de chiffons nouvellement formée de prélèvements bruts et de mercenaires dans la plaine ouverte de Bagradas ( Medjerda ) où il a offert la bataille.

L'armée carthaginoise se composait de 12 000 fantassins, 4 000 cavaliers et 100 éléphants. Regulus, désireux d'écraser cette dernière résistance punique, était sans aucun doute convaincu que son infanterie supérieure pourrait détruire les Carthaginois dans une bataille ouverte. Des renforts romains étaient déjà en route vers l'Afrique dans la flotte romaine de retour. Regulus devait en être conscient, mais a choisi de ne pas attendre.

Au début de la bataille, les éléphants ont chargé et causé des ravages parmi l'infanterie romaine. Assez pour permettre à la milice et aux mercenaires délabrés de tenir tête aux légions. Pendant ce temps, la cavalerie punique supérieure chassait les cavaliers romains.

Au retour de la cavalerie, les légions romaines chargées par derrière, par la cavalerie, écrasées par la ruée des éléphants et repoussées par la phalange carthaginoise, furent taillées en pièces. Cinq cents ont été capturés, dont le consul Regulus.

De l'armée romaine, autrefois forte de 15 000 hommes, seuls 2 000 ont réussi à s'échapper. Tous les autres périrent à Bagradas. (255 av. J.-C.) Les survivants sont recueillis, assiégés à Clupea, par la flotte romaine. Ainsi se termina l'expédition romaine d'Afrique lors de la première guerre punique.

Pourtant, les catastrophes ont suivi les catastrophes. Sur le chemin du retour, la flotte romaine sous le commandement de Marcus Aemilius Paullus, contre l'avis des pilotes locaux, est restée trop près de la côte sud de la Sicile. Il a été pris dans une tempête soudaine au large de Camarina et brisé en morceaux contre le rivage rocheux. 250 navires ont été perdus, seuls quatre-vingts navires ont survécu. (255 avant JC)

À la fin de 255 av. J.-C., Rome ne semblait pas plus près de conclure la guerre qu'elle ne l'avait été après sa victoire à Mylae. Cela dit, le gain territorial progressif à travers la Sicile faisait de plus en plus pencher la balance en faveur de Rome.

Ayant perdu leur flotte au retour d'Afrique, les Romains entreprirent d'en construire une autre. Rome avait maintenant complètement cessé de penser que pour vaincre Carthage, elle avait besoin d'une marine puissante. Maintenant, bien que la tactique ait changé. La marine devait opérer en soutien des armées en Sicile.

Le premier succès est venu en 254 avant JC lorsque la forteresse punique de Panormus est tombée sous un assaut conjoint de la terre et de la mer. Ce n'était pas moins que Gnaeus Cornelius Scipio Asina qui commandait l'attaque de Panormus. L'homme même qui avait été facilement pris au piège par les Carthaginois, capturé puis libéré lors d'un échange de prisonniers, avait récupéré son poste, avait été réélu consul et avait maintenant remporté une grande victoire militaire. C'était certainement un retour. Il ne s'est jamais débarrassé du surnom Asina (l'âne).

La Légende de Regulus

La perte de Panormus a semé la consternation à Carthage. Les Carthaginois ont cherché à négocier. Rome aussi était lasse de la guerre. La légende raconte que parmi les ambassadeurs carthaginois se trouvait Regulus. Carthage a supposé que lui, en tant que compatriote romain, pouvait aider à orienter ses compatriotes vers la paix. Il avait été contraint de prêter le serment solennel de retourner en captivité à Carthage si la mission de paix échouait.

Regulus a cependant harangué avec succès les sénateurs romains pour continuer le combat contre son ennemi à tout prix. Par la suite, fidèle à son serment, il retourna à Carthage où il fut cruellement torturé à mort. Ainsi va la légende patriotique.

L'histoire peut cependant être une fabrication pour excuser la torture vicieuse que deux nobles puniques ont subie en captivité de la famille de Regulus, en particulier par les mains de sa femme.

La torture aurait été si vicieuse qu'elle a provoqué un scandale public, qui n'a pris fin que lorsque les magistrats romains sont finalement intervenus et y ont mis fin.

Cette barbarie était généralement expliquée comme une réaction de sa famille à la mort cruelle de Regulus, mais elle a peut-être été à l'origine de la création d'une légende pour justifier un épisode romain particulièrement sauvage.

La guerre s'éternisait sans qu'aucune des parties ne parvienne à réaliser une avancée significative.

Pendant plusieurs années, les deux belligérants sont restés dans l'impasse, incapables de porter un coup décisif. Bien qu'évidemment Rome ait continué à pousser Carthage hors du territoire au fil du temps, bien que contre une opposition féroce.
Cependant, si Rome se lançait parfois dans des expéditions de raids navals, cela entraînait le plus souvent de nouvelles pertes de navires par la tempête, plutôt que des actions ennemies. De toute évidence, les Romains n'étaient toujours pas des marins.

En 250 avant JC, le commandant carthaginois Hasdrubal a cherché à réaliser une percée, a fait sortir son armée de Lilybaeum et a lancé une attaque sur Panormus.

Dans la bataille qui a suivi, les Romains ont remporté une victoire complète sur le corps d'éléphants carthaginois, mettant fin à la grande peur des éléphants qu'ils ressentaient depuis la défaite désastreuse de Regulus à Bagradas.
Au total 120 éléphants furent capturés et l'armée carthaginoise fut chassée en pleine fuite.

La domination des Romains sur terre ne faisait plus aucun doute. Sur l'île de Sicile, elle dominait tout le territoire, à l'exception des forteresses puniques de Drepanum et Lilybaeum.

Forts de leur victoire à Panormus, les Romains assiègent Lilybaeum l'année suivante (249 avant JC). C'était leur première tentative notable d'engins de siège scientifiques et les ingénieurs militaires syracusains du roi Hiero y auront sans aucun doute joué un rôle majeur.

Les Romains n'épargnent rien. La force romaine assiégeante était dix fois plus nombreuse que les défenseurs puniques. Les deux consuls romains étaient présents, commandant le blocus et la batterie de la forteresse punique, dont la défense était organisée par le général carthaginois Himilco.

Réalisant peu de progrès contre Lilybaeum, tout en subissant de nombreux revers et une grande perte d'hommes, les Romains sont devenus frustrés. Une sortie des Carthaginois sous Himilco a même vu tous les engins de siège romains incendiés.

Les pénuries alimentaires pour les assiégeants ne pouvaient être surmontées que par l'envoi de céréales par Hiéron de Syracuse.

Lourdes pertes romaines en mer

Le siège de Lilybaeum (ou du moins celui mené par la marine) était commandé par Publius Appius Claudius Pulcher. Voyant un nouveau contingent naval carthaginois se rassembler au port de Drepanum, Pulcher décida d'agir, avant que cette flotte ne vienne défier le blocus maritime romain de Lilybaeum.

La bataille navale de Drepanum est également bien connue pour l'anecdote concernant les poulets sacrés. Avant toute grande bataille, les Romains cherchaient à prendre les présages et à établir si les dieux favorisaient leur entreprise. Pour cela ils transportaient sur le vaisseau amiral un petit groupe de poules en cages. S'ils mangeaient abondamment des miettes de gâteau sacré qu'on leur offrait, il était entendu que les présages étaient bons. Si, cependant, ils refusaient de manger, les présages étaient jugés mauvais.

Avant la bataille de Drepanum, le consul a été informé que les poulets ne mangeaient pas et que, par conséquent, les présages étaient mauvais. Ne voulant pas tenir compte des conseils de ses augures, Pulcher saisit la cage contenant les poulets et la jeta par-dessus bord, annonçant que s'ils ne mangent pas, ils boiront !

Comme cela a prouvé que les poulets avaient raison depuis le début.

L'attaque de Pulcher sur le port de Drepanum a été un désastre total, causé en grande partie par son incompétence en tant que commandant naval.
Il n'avait pas équipé ses navires du corvus qui avait si bien servi la flotte romaine lors de rencontres précédentes et lors de l'attaque, il a choisi de commander depuis son vaisseau amiral à l'extrême arrière de la flotte romaine.
Seuls 30 navires se sont échappés, avec 93 navires romains capturés par les Carthaginois. (249 avant JC)

Quelques jours seulement après cette défaite, une autre grande flotte romaine, commandée par le consul Iunius Pullus et apportant des fournitures et des renforts pour le siège de Lilybaeum, se trouva manœuvrée vers la côte par une flotte carthaginoise adverse avant l'arrivée d'une tempête. Connaissant les dégâts causés, les Carthaginois se retirèrent, laissant la flotte mise en pièces par la tempête. Pas un seul navire ne serait resté. (249 avant JC)

Cependant, Iunius Pullus, rassembla les survivants de ce désastre, les reforma en une sorte d'armée, et marcha et réussit à prendre la forteresse montagneuse du mont Eryx (Erice), avec son célèbre temple à Aphrodite .

Rome était maintenant épuisée. La guerre avait duré 15 ans. La main-d'œuvre perdue en mer était stupéfiante. De tous ses efforts, il ne restait presque rien de sa marine. Drepanum et Lilybaeum sont restés assiégés, bien que peu de résultats aient été produits, car les deux bastions carthaginois continuaient d'être approvisionnés par voie maritime.

Une fois de plus, les deux adversaires fatigués entamèrent des négociations. Pourtant, ils n'arrivent à rien.

Hamilcar Barça

Le pouvoir de Rome étant pour le moment épuisé, l'initiative revient à Carthage.
En 247 avant JC, Hamilcar Barca reçut le commandement général des opérations en Sicile.

Il mena plusieurs raids audacieux sur la côte italienne, s'empara de la forteresse du mont Hercte (près de Panormus, aujourd'hui Monte Pellegrino) d'où il mena des opérations de type guérilla contre les Romains et, après trois ans de combats supplémentaires, Hamilcar reconquit le mont Eryx. Pourtant, malgré toutes ses capacités, Hamilcar n'a jamais eu assez de troupes sous ses ordres pour faire autre chose que harceler et étouffer les efforts romains.

Bataille des îles Aegates

À son tour, Rome se redressa. Avec des prêts forcés aux membres du sénat, Rome leva encore une autre flotte de 200 galères, qui fut envoyée pour imposer un blocus complet sur Lilybaeum, où le siège se poursuivit sans relâche et Drepanum, qui était maintenant également assiégée.

C'était en effet un dernier coup de dés désespéré par Rome, cherchant à mener à bien une lutte presque sans fin.

Les Carthaginois avaient entre-temps conduit leur flotte à tomber en ruine et avaient désarmé nombre de leurs navires. Très probablement, eux aussi étaient maintenant au bord de l'épuisement financier et ne pouvaient tout simplement plus entretenir une flotte d'une telle ampleur.

Aussi avant cette décision soudaine de reprendre la mer, Rome avait semblé complètement découragée par ses pertes à toute idée d'équiper une autre flotte. La suprématie carthaginoise sur mer semblait assurée.

En entendant parler des efforts romains, les Carthaginois rassemblèrent la flotte qu'ils pouvaient, équipèrent à la hâte les navires avec des recrues brutes et envoyèrent cette force de secours désespérée à l'aide de leurs bastions siciliens.

Le consul Gaius Lutatius Catulus a entendu parler de leur venue et les a recherchés avant qu'ils ne puissent atteindre la sécurité du port de Drepanum. Sa principale crainte semble avoir été que les renforts carthaginois puissent s'unir à Hamilcar Barca et causer un carnage indicible entre les mains d'un commandant aussi compétent.

Les deux flottes se sont rencontrées aux îles Aegates (Egadi) à l'été 241 av.

Les deux parties se battaient ont été entravés par divers inconvénients. Le commandant de Rome, Catulus, était toujours gravement blessé par une blessure à la cuisse qu'il avait reçue lors de la préparation du siège de Drepanum. Lors de la réunion des flottes, Rome a dû avancer vers l'ennemi dans un coup de vent dans une mer agitée.

Pendant ce temps, les navires puniques étaient chargés de cargaisons pour les forces assiégées en Sicile. Le commandant de la flotte avait espéré en vain atterrir pour décharger les navires avant de rencontrer la flotte romaine.

Pourtant, l'avantage secret de Rome résidait dans le fait que leurs nouveaux navires étaient tous construits sur le modèle d'un navire carthaginois particulièrement rapide et capturé qui avait réussi à plusieurs reprises à exécuter le blocus à Lilybaeum. Comparez cela avec la nature plutôt délabrée de la force de secours punique assemblée à la hâte.

Lorsque les navires se sont rencontrés, le résultat est devenu clair presque instantanément. Les combattants mieux entraînés et équipés de Rome, combinés à ses navires supérieurs, ne laissaient à Hannon aucune chance de succès.

50 navires carthaginois ont été coulés. 70 ont été capturés avec leurs équipages. Rome a fait 10 000 prisonniers ce jour-là. Pendant ce temps, la flotte romaine a subi la perte de 30 navires et en a vu 50 autres gravement endommagés.

Hamilcar Barca était maintenant coupé de tout renfort ou ravitaillement carthaginois. Les villes de Lilybaeum ou Drepanum étaient assiégées sans aucun espoir d'aide. La situation carthaginoise était désespérée.

Hamilcar Barca, bien que prêt à se battre, a été chargé de chercher à s'entendre avec Rome. Catulus a mené les négociations pour Rome. Contrairement à Regulus des années plus tôt, il n'allait pas laisser passer l'occasion de mettre fin à cette guerre.

La première guerre punique touchait enfin à sa fin. (241 avant JC)

Règlement de la guerre

La première guerre punique était une compétition épique dans laquelle chaque camp mettait facilement des armées de 50 000 hommes sur le terrain et envoyait des flottes de 70 000 hommes au combat.
Pourtant, les deux parties ont également été amenées au bord de leur capacité financière par ces efforts. En fait, Carthage cherchait beaucoup à faire de la guerre une bataille d'épuisement, tandis que Rome essayait de forcer l'issue.

En fin de compte, Rome a remporté la victoire, car elle pouvait compter sur ses ressources presque illimitées en main-d'œuvre, tandis que Carthage a largement mené la guerre en utilisant des mercenaires. La pure incompétence des efforts de Rome en mer lui a fait perdre plus de 600 navires, un chiffre supérieur à celui subi par les perdants de la guerre.

Les pertes subies par Rome sont terribles. Les termes romains pour la paix étaient sévères.

Carthage devait évacuer la Sicile et les îles Liparéennes, livrer tous les prisonniers et déserteurs et payer une vaste compensation de 3200 talents sur dix ans.

Elle devait également promettre de ne pas faire la guerre à Syracuse ni à aucun de ses alliés.
Le territoire de Hiéron de Syracuse a été agrandi et son statut indépendant en tant qu'allié de Rome a été garanti.

Messine et une poignée d'autres villes ont reçu le statut d'alliées. Le reste de la Sicile est cependant tombé à Rome en tant que territoire conquis. Il devait être supervisé par un gouverneur romain et taxé sur toutes les importations, exportations et produits. (241 avant JC)

Annexion romaine de la Sardaigne et de la Corse

Le règlement de paix de 241 avant JC avait laissé les îles de Corse et de Sardaigne dans la sphère de Carthage. Cependant, en 240 av. J.-C., Carthage subit une importante révolte de ses mercenaires.

Une partie de cette révolte vit la garnison de Sardaigne se rebeller contre ses maîtres puniques. (Seule la Sardaigne était vraiment occupée. La Corse était considérée comme un voisin mineur et dépendant.) Rome a d'abord résisté aux appels à l'aide des renégats mercenaires, restant fidèle à ses obligations en vertu du traité de paix.

La situation est restée inchangée pendant un certain temps, la garnison ayant de plus en plus de problèmes avec les tribus indigènes (peut-être même chassée).

Le statut des îles est resté dans les limbes, aussi longtemps que Carthage a lutté pour sa survie, cherchant désespérément à rétablir le contrôle de ses territoires africains.

Enfin Hamilcar Barca a rétabli l'ordre. Sans doute Rome désespérait-elle de voir le pouvoir d'une Carthage renaissante tomber sur celui-là même qui la haïssait le plus.

238 av. J.-C. apporta alors la nouvelle qu'Hamilcar était sur le point de mettre les voiles pour la Sardaigne. La pure puissance de son nom a très probablement provoqué la panique à Rome. Le sénat a choisi de déclarer cette action une violation du traité et a immédiatement dépêché une force pour occuper la Sardaigne. Lorsque Carthage a protesté, Rome a déclaré la guerre.

Bien sûr, Carthage n'était pas en mesure de se battre. Elle avait perdu la première guerre punique et avait passé les trois dernières années à combattre la rébellion. Elle ne pouvait rien faire d'autre qu'accepter la défaite et céder le contrôle de la Sardaigne et de la Corse aux Romains. Techniquement, étant à nouveau en guerre, Rome pourrait stipuler de nouvelles conditions. Non seulement elle exigeait le contrôle des îles, mais 1700 autres talents en compensation.

Aussi compréhensible que la peur ait pu être que la simple pensée du meurtrier Hamilcar en mer aurait pu causer à Rome, il est évident que cet épisode a dû donner lieu à de l'animosité à Carthage.
Non seulement Rome s'était servie du territoire carthaginois sans juste motif, mais elle avait alors également extorqué une autre somme d'argent en réparations.

Il n'est pas étonnant qu'il y ait eu soif de vengeance à Carthage par la suite.

La Sardaigne avait surtout une importance stratégique. Sa récolte de céréales s'est sans aucun doute avérée utile, mais sinon, l'île n'avait que peu de valeur pour Rome. La Corse, quant à elle, n'était qu'un territoire à l'abandon avec du bois et des richesses minérales limitées.

En 231 av. J.-C., les deux îles sont officiellement devenues une province de Rome, à l'instar de la Sicile.

Première guerre illyrienne

Les routes commerciales de la mer Adriatique avaient, avant la domination romaine en Italie, été soumises à la flotte tarentine.

Mais avec la perte d'indépendance de Tarente, la responsabilité de la sécurisation des voies maritimes de l'Adriatique incombe désormais à Rome. La côte d'Illyrie regorgeait de pirates sous le règne du roi Agron, qui venait de mourir des excès d'avoir célébré un autre raid réussi. Le pouvoir sur les pirates était maintenant tombé à sa veuve Teuta.

Sous Agron, les Illyriens avaient noué une alliance avec la Macédoine et s'étaient souciés des navires qu'ils attaquaient. Leurs activités s'étaient jusqu'alors concentrées sur les eaux méridionales de l'Épire et la côte de la Grèce occidentale.

Cependant, sous Teuta, ils attaquaient désormais tout navire en mer.

Des émissaires envoyés par Rome ont été envoyés à la reine Teuta, l'exhortant à cesser toute attaque contre la navigation romaine. Mais la reine a hautainement rejeté de telles tentatives de diplomatie. Pire encore, elle a organisé l'assassinat de Coruncianus, le principal envoyé romain, a intensifié la piraterie de son peuple à des niveaux sans précédent et a commencé à attaquer la côte orientale de l'Italie. (230 avant JC)

Après un raid infructueux sur Epidamnus (plus tard Dyrrachium, aujourd'hui Durres, Albanie), les Illyriens ont même conquis Corcyre (Corfou) et installé une garnison commandée par un aventurier grec appelé Demetrius de Pharos.

Il est difficile de voir comment Teuta, ayant vu la puissance de Rome démontrée dans la défaite de Carthage, a jamais espéré éviter les conséquences de ces actions. Peut-être la croyance était-elle que l'alliance avec la Macédoine dissuaderait les Romains de toute action contre l'Illyrie.

Rome n'a cependant pas montré de tels scrupules. En 229 av. J.-C., les deux consuls furent dépêchés, à la tête d'une armée de 20 000 hommes et de toute la flotte de guerre romaine de 200 quinquérèmes pour faire face à la menace illyrienne.

Les Illyriens n'avaient aucune chance. Leur flotte délabrée a été balayée de la mer et l'armée romaine s'est enfoncée dans l'intérieur, subjuguant ville après ville.

Les villes d'Epidamne et d'Apollonie, heureuses de voir la fin de la menace des pirates, ouvrirent leurs portes aux Romains. Démétrius, s'étant brouillé avec Teuta, rendit Corcyre à Rome.

Au début de 228 av. J.-C., Teuta, assiégée dans son dernier bastion restant, s'est ralliée à Rome, acceptant de renoncer à la majeure partie de son territoire, de dissoudre le reste de sa flotte et de rendre hommage. Rome a maintenant établi un protectorat sur diverses villes grecques le long de l'Adriatique orientale, les déclarant amici (amis) : Corcyra, Apollonia, Epidamnus/Dyrrachium et Issa.

Ces villes furent laissées complètement libres et indépendantes, mais bénéficièrent d'une garantie de protection romaine. Une seule condition leur était imposée, à savoir qu'ils montraient la « gratitude » de Rome. Essentiellement, Rome a créé un pacte moral entre elle et ces villes, par lequel elle a agi en tant que mécène protecteur et ils ont agi en tant que clients.

Ainsi est né « l'État client » romain.

La Dernière Invasion Gauloise

La frontière entre les territoires dominés par Rome et les Gaulois était effectivement marquée par les fleuves Arno et Rubicon.

Les tribus gauloises sont restées calmes pendant toute la longue période de la première guerre punique. Nul doute que les souvenirs des lourdes défaites que les Gaulois avaient subies dans le passé sont restés, les déconseillant de toute nouvelle action contre Rome.

Mais plus encore, la longue guerre punique et la forte dépendance de Carthage à l'égard des mercenaires leur ont donné de nombreuses opportunités de vivre de la guerre sous une bannière étrangère.

En 225 av. J.-C., une grande coalition de tribus gauloises, composée de 50 000 fantassins et 20 000 cavaliers, traversa la frontière vers l'Étrurie. Auparavant, cela aurait provoqué la panique à Rome.

Pourtant, maintenant, les choses avaient changé. Les Gaulois ont fait face à la puissance combinée de toute l'Italie. Plus encore, Rome avait les mains libres, n'étant appelée à contester aucun autre conflit.

C'était en effet une de ces très rares fois où les portes du temple de Janus étaient fermées. Quelque chose qui n'est autorisé qu'en temps de paix complète.

Défiée par les Gaulois, Rome mobilise désormais facilement une force de 130 000 hommes. En fait, Rome possédait plusieurs fois ce nombre d'hommes en âge de combattre.

Les archives romaines de l'époque suggéraient que l'effectif total parmi les Romains et les alliés italiens pouvait être de sept cent mille fantassins et soixante-dix mille cavaliers !

Cela ne veut pas dire que Rome a répondu sans tomber dans la panique, la superstition et la méchanceté, malgré sa suprématie évidente. Une rumeur d'un sinistre présage circulait dans la ville qui prédisait que les Gaulois et les Grecs établiraient leur demeure dans le Forum.

Lire la suite: Présages et superstitions dans la Rome antique

Dans une tournure cruelle, les Romains se sont mis à satisfaire la prophétie en enterrant vivants deux Grecs et deux Gaulois, un homme et une femme dans les deux cas, dans le marché aux bestiaux. Par conséquent, la volonté des dieux devait être satisfaite par laquelle les Grecs et les Gaulois avaient une demeure dans le Forum, quoique souterraine.

Pendant ce temps, sur le terrain, deux armées convergentes, sous le commandement général du consul Lucius Aemilius Papus, cherchaient à forcer les envahisseurs gaulois vers la côte. A Clusium, les Romains ont subi une embuscade où ils ont perdu 6 000 hommes. Pourtant, leurs ressources étaient si vastes qu'ils pouvaient avancer contre l'ennemi pratiquement sans se laisser décourager.

Pendant ce temps, une troisième force romaine, commandée par le consul Gaius Atilius Regularis, rappelé de Sardaigne, débarqua près de Pise.

L'armée gauloise trouva alors sa retraite coupée. Ils ont été piégés.
Près de la ville côtière de Telamon, les Gaulois ont fait leur dernier combat. (225 avant JC)

Pris simultanément entre deux armées consulaires romaines, les envahisseurs gaulois sont écrasés. Cela s'est avéré une lutte épique.

Les pertes romaines ne sont pas connues, mais l'ampleur des concours suggère qu'ils auront perdu un grand nombre d'hommes. Notamment, car ils ont subi la mort du consul Gaius Atilius Regularis au début du combat.

Dans le chaos de la bataille, le gros de la cavalerie gauloise réussit à se dégager et à fuir. Mais l'infanterie est taillée en pièces. 40 000 Gaulois sont morts. 10 000 ont été faits prisonniers. Un roi gaulois a été capturé et un autre s'est suicidé plutôt que d'être pris.

La dernière invasion gauloise touchait à sa fin.

Rome, cependant, avec un si grand nombre d'hommes sous les armes, ne devait pas en rester là. Il a été résolu que les Gaulois gênants de la vallée du Pô, surtout les Boii et les Insubres qui avaient été les principaux responsables de l'invasion, devaient être mis au pas. Les Romains y sont parvenus en trois campagnes successives.

En 224 avant JC, ils ont soumis la Gaule Cispadane , le territoire gaulois au sud du Pô (alors Padus ). Cela a vu les Boii subjugués. Ensuite, en 223 avant JC, Gaius Flaminius et son collègue consulaire Furius traversèrent la rivière et vainquirent les Insubres au combat.

En 222 av. J.-C., les Gaulois demandèrent la paix, mais Rome n'était pas encore prête à écouter.
Les consuls Marcus Claudius Marcellus et Gnaeus Cornelius ont poursuivi leur route sur le territoire gaulois, jusqu'à ce que Cornelius réussisse à conquérir la capitale Insubres de Mediolanum (Milan). Les Insubres se sont rendus et ont obtenu la paix.

Il est à noter qu'au cours de cette campagne, le consul Marcus Claudius Marcellus a remporté la spolia opima, une récompense presque légendaire, accordée à un chef romain qui a tué un roi ennemi au combat de sa propre main. Marcellus était le dernier des trois événements rapportés d'une réalisation aussi scandaleuse dans l'histoire romaine (le premier : le roi Romulus qui a tué le roi Acron en 750 avant JC, le second : Cornelius Cossus qui a tué Lars Tolumnius en 437 avant JC).

En 220 avant JC, presque toutes les tribus gauloises s'étaient soumises à la domination romaine.
La même année a vu la fondation de colonies romaines à Plaisance et Crémone afin de consolider davantage l'emprise de Rome sur le territoire nouvellement conquis.

Toujours en 220 av. J.-C., Gaius Flaminius, non censeur, vit la construction de la Via Flaminia. La célèbre route partait du nord de Rome jusqu'à Ariminium (Rimini). À peu près à la même époque, la Via Aurelia s'étendait de Rome le long de la côte étrusque jusqu'à Pise. Par la suite, la domination de Rome sur ce territoire conquis ne faisait aucun doute.

De petits conflits, dont on sait peu de choses, ont amené Rome à contrôler les territoires de la Ligurie et de l'Istrie, achevant ainsi la conquête du nord, mais pour les Alpes.

La conquête d'une partie de la Ligurie a également entraîné l'établissement d'une importante base navale à Genua (Gênes), qui a encore consolidé l'emprise romaine sur la région.

Seconde guerre illyrienne

La Seconde Guerre d'Illyrie fut la plus brève des compétitions entre les ennemis les plus inégaux. De toute évidence, il mérite à peine le terme de « guerre » pour le décrire.
Pourtant, il mérite une mention, non seulement pour son nom imposant, mais car il a agi comme une distraction pour Rome alors que la crise se profilait en Espagne entre Rome et Carthage.

La première guerre illyrienne avait vu l'aventurier grec Démétrius de Pharos céder l'île de Corcyre (Corfou) aux Romains. À son tour, il a été récompensé en étant confirmé comme dirigeant de Corcyre et en obtenant le statut d'amicus (ami) de Rome.

Mais maintenant, il a rompu la paix avec Rome en revenant à ses anciennes habitudes de piraterie. Pire encore, il commença à piller les villes d'Illyrie soumises à la domination romaine.

Peut-être que Demetrius a prévu la crise avec Hannibal en Espagne qui était tout sauf évidente à ce moment-là et a pensé qu'il serait ignoré pendant que Rome s'occupait de Carthage et de la menace d'Hannibal Barca. En tout cas, il a clairement mal calculé.

Rome, résolue à faire un exemple de ces pirates, envoya aussitôt les deux consuls avec force pour s'occuper de l'affaire. (219 avant JC)

En une semaine, la forteresse de Dimale (Krotine, Albanie) avait été capturée. Le consul suivant Lucius Aemilius mit le cap sur le quartier général de Demetrius sur l'île de Pharos (Hvar, Croatie) qu'il prit par la ruse de débarquer une partie de ses troupes la nuit et de lancer son assaut le lendemain. Alors que les défenseurs s'occupaient de l'attaque principale apparente.

Les troupes cachées qui avaient débarqué pendant la nuit ont pris la forteresse presque inaperçues. La garnison illyrienne prend la fuite. Démétrius s'enfuit à la cour de Philippe de Macédoine. Ainsi se termina la seconde guerre illyrienne, d'une durée d'à peine une semaine.

Expansion carthaginoise en Espagne

Alors que Rome s'occupait de la piraterie en Illyrie, repoussant les envahisseurs gaulois et étendant son territoire vers le nord, Carthage n'était pas restée inactive.
Hamilcar Barca avait conduit les forces puniques en Espagne (238 avant JC) et y avait établi une province carthaginoise florissante.

Carthage a connu un succès surprenant sur la péninsule ibérique, jouant une tribu contre l'autre et prenant rapidement le contrôle d'un vaste territoire. A la mort d'Hamilcar, son gendre Hasdrubal l'Ancien poursuivit son œuvre, fondant la grande ville de Carthago Nova (Carthagène), qui devint bientôt un port de commerce prospère.

Cette nouvelle province espagnole, qui était gérée comme le domaine privé du clan Barca, fournissait non seulement la richesse mais aussi la main-d'œuvre d'une nouvelle armée carthaginoise. Carthage est née comme un phénix des cendres de la défaite de la première guerre punique pour se poser une fois de plus comme la grande rivale des ambitions romaines.

C'est en raison d'une protestation de la ville grecque de Massilia (Marseille) que Rome a d'abord envoyé des émissaires en Espagne, cherchant à s'assurer que Carthage n'avait pas l'intention d'agression. (231 avant JC)

Hamilcar à l'époque a fait valoir avec succès que, si Carthage devait payer les réparations à Rome, exigées d'elle dans les termes de la paix, elle devrait être libre de trouver de nouveaux revenus, comme les riches mines d'Espagne.

En 226 avant JC, des envoyés romains ont été envoyés pour rencontrer Hasdrubal qui a accepté de limiter l'expansion carthaginoise à la rivière Iberus (Ebro). Bien que Rome elle-même ne semble pas avoir été spécifiquement liée à des détails dans ce traité, cela suggère en soi que le fleuve devait marquer la frontière entre les deux sphères d'influence.

Cependant, en 223 av. J.-C., la ville de Sagonte, peut-être d'origine grecque, s'est assurée une alliance avec Rome. Dernière ville indépendante restante au sud de l'Iberus, il n'était peut-être pas remarquable que Sagonte cherchât à se protéger des nouveaux arrivants écrasants sur la péninsule.
Cependant, on voit mal pourquoi Rome avait contracté une obligation envers une ville aussi obscure située en territoire punique.

Quelle que soit la manière dont on la considère, l'alliance avec Sagonte était un désastre imminent.

Prélude à la guerre

En 221 av. J.-C., Hasdrubal l'Ancien fut assassiné par un homme dont il avait fait exécuter le chef. Hannibal Barca avait 26 ans lorsqu'il a pris le commandement suprême en Espagne.

Certains membres de l'aristocratie carthaginoise avaient cherché à l'empêcher d'atteindre ce poste car ils le considéraient comme une grave menace pour la paix. Ils avaient de bonnes raisons de craindre qu'il ne provoque la guerre avec Rome. La légende raconte qu'il avait juré de haïr tous les Romains dans son enfance par son père Hamilcar. Sa haine pour Rome ne fait aucun doute.

Il est très probable qu'Hannibal entreprit de planifier la guerre avec Rome dès le moment où il accéda au pouvoir.

Pourtant, la cause de la guerre est telle qu'on se demande si quelque chose aurait pu empêcher une lutte d'armes, une fois que Rome s'était alliée à la ville de Sagonte.

Une guerre à petite échelle éclata entre la ville de Sagonte, sans doute enhardie par son alliance avec Rome, contre la tribu voisine des Turboletae.

La suzeraineté sur les tribus espagnoles obligea Hannibal à intervenir au nom des Turboletae. Pendant ce temps, Rome était obligée par son alliance.

Sagonte a demandé à Rome un arbitrage (probablement 221 avant JC) qui, sans surprise, a favorisé la position de Sagonte. Rome est intervenue pour faire appliquer son jugement, ce qui a entraîné des pertes parmi les Turboletae. Du sang avait été versé.

Hannibal savait bien ce que la faiblesse avait coûté à Carthage dans ses relations avec Messine. Une fois de plus, Rome s'immisçait dans un domaine qui n'était pas dans sa sphère d'influence.

Il n'allait plus broncher face à l'adversité. Quelles que soient les intentions d'Hannibal à l'époque, Sagonte se sent menacé et fait appel à Rome.

Rome a envoyé des envoyés à Hannibal à son quartier général d'hiver à Carthago Nova, mais il a insisté sur le fait que Rome n'avait aucune autorité en la matière. Les Turboletae avaient été lésés et ils étaient les alliés de Carthage dans une zone de contrôle carthaginois direct.

Pendant ce temps, les envoyés romains ont clairement indiqué qu'une attaque sur Sagonte serait une cause de guerre.

Rome fit ensuite appel à Carthage mais peu de volonté existait dans la capitale punique pour s'opposer aux Barcas après leur succès fulgurant dans la conquête de l'Espagne.

Voyant qu'il bénéficiait d'un soutien dans la capitale et sachant que les consuls de Rome et toute sa flotte étaient actuellement liés à la lutte contre les pirates illyriens, Hannibal prit des mesures et au printemps 219 av. J.-C. assiégea Sagonte.

Rome n'est jamais venue en aide à son alliée. Sagonte est tombée après une lutte héroïque contre des chances impossibles après un siège de huit mois.

Cela aurait pu être la fin de l'affaire. Mais Rome était maintenant libérée de son engagement en Illyrie et les rapports sur l'ampleur de l'armée d'Hannibal suggéraient que ses ambitions allaient bien au-delà de la conquête d'un port obscur sur la côte espagnole.

Les émissaires de Rome à Carthage exigent la reddition d'Hannibal.
Les Carthaginois ont cependant cherché à débattre de la question du traité de 226 avant JC concernant l'Ibère indiquant la ligne de démarcation entre les deux puissances et comment l'alliance romaine avec Sagonte était en conflit évident avec cela.

L'envoyé en chef de la délégation romaine était Quintus Fabius Maximus. Il n'était pas ici pour couper les cheveux en quatre au sujet des traités.

Serrant sa toge, il s'adressa au sénat carthaginois (le « conseil des 104 ») : « J'ai deux plis dans ma toge. Lequel vais-je laisser tomber ? Celui qui tient la paix, ou celui qui tient la guerre ?’ Les Carthaginois lui ont dit de libérer qui il voulait. Fabius laissa tomber cette tenue de guerre. (219 avant JC)

La deuxième guerre punique

Les Romains ont commencé la guerre avec une erreur de calcul géante. Ayant vu les Carthaginois chassés de Syracuse et avoir acquis la suprématie sur mer, ils voyaient les territoires carthaginois comme lointains et leur ennemi incapable de prendre contre eux la moindre initiative. Ils croyaient qu'il leur appartenait de mener une guerre de la manière de leur choix.

LIRE LA SUITE : La deuxième guerre punique : Hannibal marche contre Rome

Deux armées consulaires étaient préparées. Un sous le commandement de Publius Cornelius Scipio, avec son frère Gnaeus Cornelius Scipios, a été envoyé en Espagne pour affronter Hannibal.

La deuxième force fut envoyée en Sicile pour repousser d'éventuelles incursions sur l'île et préparer une invasion de l'Afrique. Tout devait être simple. Prévisible. Maniable.

Cependant, l'erreur de Rome a été de croire que son principal ennemi était un homme ordinaire. Alors que le jeune champion punique qui lui faisait face était l'un des plus grands chefs militaires de l'histoire. Une chose était claire. Hannibal n'allait pas mener une guerre contre Rome d'une manière choisie par Rome.

Au printemps 218 avant JC, Hannibal traversa la rivière Iberus en Gaule à la tête d'une armée comptant quelque 9 000 cavaliers, 50 000 fantassins et 37 éléphants.
Il se mit maintenant à se frayer un chemin à travers le territoire tribal gaulois hostile vers les Alpes.

La coïncidence a fait qu'un détachement de cavalerie de reconnaissance de Scipion, parcourant la zone côtière alors que sa flotte transportait l'armée en Espagne, a rencontré certains des cavaliers numides d'Hannibal au fleuve Rhodanus (Rhône), peu après qu'Hannibal l'ait traversé.

Publius Scipio a suivi cette affaire, établissant qu'Hannibal montait effectivement dans les Alpes cherchant manifestement à franchir cette barrière naturelle.

Pourtant, la discipline militaire romaine a triomphé du bon sens. Aurait-il été préférable d'abandonner l'attaque contre l'Espagne et de se hâter vers le contrefort sud des Alpes dans l'attente de l'ennemi, Publius Scipion se contenta d'envoyer un message à Rome, les informant de ces développements. Puis, comme il en avait reçu l'ordre, il conduisit son armée en Espagne.

Il y a peu d'exemples qui mettent l'éclat d'Hannibal en contraste aussi frappant avec l'approche sans imagination et obstinée de ses adversaires romains comme le fait ce moment. Étant donné la bonne chance d'avoir l'occasion de prévenir les plans d'Hannibal, le général romain monte à bord de son navire et emmène ses troupes en Espagne, suivant ses ordres à la lettre.

Hannibal traverse les Alpes

Pendant ce temps, Hannibal franchit les Alpes. Le temps glacial et les féroces tribus montagnardes en ont fait une épreuve déchirante. Ses pertes étaient très lourdes. Pourtant, à titre d'exemple de logistique, la traversée des Alpes en deux semaines par une armée, coupée de tout moyen de soutien, fait figure d'exploit époustouflant.

En descendant des cols de montagne, la force d'Hannibal était réduite à 26 000 hommes au total. Mais Hannibal descendait maintenant dans le nord de l'Italie, un territoire récemment conquis par Rome lors de campagnes militaires écrasantes et oppressives contre les tribus gauloises locales.

Si Hannibal se voyait accorder la possibilité de recruter parmi les Gaulois, plein de ressentiment et en colère contre leur récent assujettissement, des milliers afflueraient sous sa bannière.

Si l'armée consulaire de Publius Scipio avait attendu, l'histoire aurait probablement changé. Mais cette armée était en Espagne.

Publius Scipio, ayant maintenant débarqué son armée en Espagne, retourna dans le nord de l'Italie avec une petite force. Là, il rassembla les forces de garnison de la vallée du Pô en une armée et les fit marcher vers le nord pour rencontrer les envahisseurs épuisés descendant des montagnes.

Bataille de la rivière Ticinus

Les forces rassemblées par Scipion étaient au nombre de 40 000. Cependant, ils n'étaient tout simplement pas à la hauteur de l'ennemi punique endurci qui s'abattit sur eux à la rivière Ticinus en 218 av. La cavalerie carthaginoise a complètement dominé le terrain, infligeant de lourdes pertes.

L'assaut punique était si féroce que les tirailleurs romains n'ont même jamais pu lancer leurs javelots avant de se retourner et de courir se cacher derrière les rangs de l'infanterie lourde.

Bien que la vaillante infanterie lourde romaine ait réussi à se frayer un chemin à travers le centre de la ligne ennemie, le reste de l'armée romaine a été balayé du terrain. (218 avant JC)

Publius Scipio lui-même a été grièvement blessé lors d'une rencontre avec la cavalerie et n'a été sauvé que grâce à une intervention héroïque de son fils (le dernier Scipio Africanus).

Seule la traversée réussie de la rivière Ticinus et la destruction ultérieure du pont ont sauvé l'armée romaine d'une catastrophe complète.

Certes, les pertes romaines n'avaient pas été sévères au Tessin. Beaucoup décrivent cette rencontre comme une simple escarmouche de cavalerie. Bien que cela puisse démentir l'impact de cette première rencontre avec Hannibal sur les Romains. Il semblait maintenant clair qu'ils faisaient face à un ennemi très dangereux.

Publius Scipio a été contraint d'abandonner le territoire au nord de la rivière Padus (Pô) et s'est replié sur les contreforts nord des Apennins près de Placentia (Plaisance).

La nouvelle de la victoire d'Hannibal sur le fleuve Ticinus s'était répandue comme une traînée de poudre parmi les tribus gauloises. Avec le retrait de Rome du territoire au nord du Padanus (Po), rien n'empêchait des milliers de personnes de rejoindre ses rangs épuisés.

Pire encore pour Rome, certains Gaulois servant dans son armée se mutinent et se joignent à Hannibal. La situation était si perfide que Scipion devait déplacer son camp vers la rivière Trebia (Trebbia) où se trouvaient des tribus fidèles.
Hannibal arriva bientôt et installa son camp sur la rive orientale opposée de la rivière.

La force en péril de Publius Scipio était maintenant rejointe par l'armée de son collègue consulaire, Titus Sempronius Longus, qui avait été rappelé de Sicile. – De toute évidence, toute idée d'envahir l'Afrique avait maintenant été abandonnée.

Bataille de la rivière Trebia

Avec Scipion grièvement blessé lors de la bataille du fleuve Tessin, Sempronius Longus prit désormais le commandement exclusif des forces romaines. Il était avide de bataille.

Hannibal, à son tour, tenait à demander une décision avant l'arrivée de nouvelles forces romaines et pendant que l'armée de Sicile s'était remise de sa longue marche de 40 jours.

Au petit jour, sa cavalerie numide traversa le fleuve et provoqua Sempronius Longus au combat. Les forces romaines ont pataugé dans la rivière glaciale à la poursuite de leur ennemi. Ils ont commencé la bataille affamés, mouillés et à moitié gelés.

Mieux encore, l'armée romaine avait déjà dépensé la plus grande partie de ses javelots pour chasser la cavalerie ennemie.

Hannibal commandait 20 000 fantassins et 10 000 cavaliers et les éléphants.

Titus Sempronius Longus avait 16 000 fantassins romains, 20 000 fantassins alliés et 4 000 cavaliers sous les armes. Dès le départ, les forces d'Hannibal semblaient détenir l'avantage. Mais les Romains rencontrèrent un désastre lorsque soudain, à l'arrière, 1 000 fantassins carthaginois apparurent sous le commandement du frère d'Hannibal, Mago. Ils avaient été cachés dans la brousse dans un méandre de la rivière pendant la nuit.

Les rangs romains s'effondrent et l'armée se trouve bientôt encerclée. Une fois de plus, l'infanterie lourde romaine réussit à s'échapper et à se mettre en sécurité à Placentia. Mais encore une fois, Rome avait rencontré un désastre sur le terrain contre Hannibal. Seuls 10 000 avaient survécu à l'assaut (décembre 218 avant JC).

L'année 218 av. J.-C. ne fut pas un succès total pour Carthage. Elle subit des revers en mer au large de la Sicile (Lilybaeum) et à terre en Espagne contre Gnaeus Scipio (Cissis).

Mais les pertes subies par les Romains à Ticinus et Trebia ont rendu ces petites victoires pâles jusqu'à l'insignifiance. En deux batailles, Rome avait perdu plus de 30 000 hommes. Pendant ce temps, Hannibal était en liberté dans le nord de l'Italie et gagnait en force, car de nombreux Gaulois se sont joints à lui dans l'espoir de se débarrasser de la domination romaine.

Au printemps 217 avant JC, Hannibal a recommencé à se déplacer vers le sud.

Encore une fois, il surprend ses ennemis en empruntant une route tout à fait inattendue. Le nord de l'Étrurie était alors constitué de marais alimentés par les eaux du fleuve Arno et d'autres affluents. Traverser ces marécages immondes était une épreuve terrible. Mais encore une fois, Hannibal a provoqué le chaos en traversant ce que l'on croyait être une frontière naturelle impossible.

Les quatre jours qu'il a fallu pour y parvenir ont poussé l'armée aux limites de son endurance. Hannibal a également payé un prix terrible en souffrant d'une infection oculaire atroce qui a entraîné la perte d'un œil.

La traversée des marais étruriens avait maintenant valu à Hannibal une longueur d'avance vitale sur le consul Gnaeus Servilius Geminus qui était basé à Ariminium (Rimini). Au lieu de cela, son chemin l'a amené près du consul Gaius Flaminius qui campait à Arretium (Arezzo) avec son armée.

Ayant noté la marche d'Hannibal vers le sud, Servilius était déjà en marche, se dirigeant vers son collègue consulaire. Flaminius n'a pas mordu à l'appât de partir seul à la rencontre d'Hannibal, comme l'aurait espéré le Carthaginois.

Mais alors que les forces d'Hannibal le croisaient en route vers le sud, Flaminius estima qu'il n'avait d'autre choix que de le poursuivre. Les Carthaginois pillaient et brûlaient sur leur passage. Il était important que l'Italie soit épargnée par un tel sort.
Mais alors que Flaminius se précipitait après Hannibal, il n'envoya pas de véritables équipes de reconnaissance pour fournir une reconnaissance de la voie à suivre. Invariablement, Hannibal a tendu un piège à Flaminius.

Bataille du lac Trasimène

Au nord du lac Trasimène, il cacha son armée dans les buissons et les boiseries des pentes abruptes.

Ces troupes cachées s'élancèrent alors sur l'armée romaine en marche au passage du lendemain. Pris au piège entre l'ennemi et le lac, pris au dépourvu, les soldats romains n'avaient aucune chance.

Flaminius périt avec une grande partie de son armée au lac Trasimène (21 juin 217 avant JC). Ce fut une triste fin pour un homme qui donna son nom à la grande Via Flaminia et au Circus Flaminius à Rome.

L'ampleur des pertes à Trasimène était vaste. 15 000 ont été tués au combat. 15 000 autres ont été faits prisonniers à la fin de la bataille. 6'000 qui avaient réussi à se frayer un chemin ont été arrêtés le lendemain. Hannibal a décidé de traiter les prisonniers en fonction de leur statut.

Alors que les Romains ont été maltraités et maintenus dans des conditions difficiles, leurs alliés italiens ont été bien traités et libérés sans rançon. Hannibal s'efforçait de montrer qu'il ne voulait aucun mal aux Italiens et que sa querelle était uniquement avec Rome.

La mention de la rançon suggère que certains Romains ont peut-être été libérés contre paiement. Mais dans l'ensemble, il n'y aurait pas eu plus de 10 000 survivants. Cela suggère un destin horrible pour la plupart des prisonniers capturés à Trasimène.

Rome elle-même était prise de panique.

Les fameuses paroles du préteur à la multitude rassemblée, 'Nous avons été vaincus dans une grande bataille', traduisent à peine le sentiment de profond désespoir qui s'empara de la capitale. Hannibal, semblait-il, ne devait pas être vaincu.

Pire, pas assez qu'Hannibal vienne de détruire une armée consulaire au lac Trasimène. Quelques jours plus tard seulement, la nouvelle arriva que l'un des officiers en chef d'Hannibal, Maharbal, avait anéanti un détachement de cavalerie de 4 000 hommes qui s'était précipité devant l'armée de Servilius venant d'Ariminium (Rimini). (217 avant JC)

Rome, dans son désespoir, se tourna alors vers Quintus Fabius Maximus. C'était celui-là même qui avait été le principal négociateur romain à Carthage, celui qui avait laissé tomber le pli de sa toge qui tenait la guerre.

Ses manières douces et son tempérament calme lui avaient jusqu'à présent valu le surnom d'Ovuncula («l'agneau»). On se doute que c'était un terme d'affection. Pourtant, cela explique pourquoi il serait choisi comme chef de la diplomatie de Rome en temps de crise. Maintenant cependant, Fabius a été élevé au seul dictateur de Rome avec le seul devoir de la sauver d'Hannibal.

Son élection à ce poste est inhabituelle, dans la mesure où il n'a pas été nommé de la manière constitutionnelle habituelle. L'un des consuls, Flaminius, était mort. L'autre, Servilius, était loin, avec l'armée d'Hannibal entre lui et la capitale.

Ainsi, à la place, son nom a été mis à l'assemblée publique des comices centuriates où il a été dûment élu dictateur.

En tant que commandant en second, - un poste connu sous le nom de Master of Horse, le peuple a nommé le très populaire Marcus Minucius Rufus. Cela ne peut pas avoir été un partenariat heureux car les deux étaient des ennemis politiques et des personnalités totalement opposées.

Alors que Fabius était calme et apte à retarder et différer, Minucius était impulsif et avide d'action.

Le premier acte de Fabius était religieux. Il offrit aux dieux une « source sacrée » (ver sacrum). S'ils voyaient Rome indemne au cours des cinq prochaines années, alors Rome offrirait le premier-né de tous ses troupeaux à une date fixée par le sénat. La colère des dieux apaisée, Fabius se préparait maintenant à traiter avec Hannibal.

Pourtant, si beaucoup s'attendaient à ce que Fabius lève une autre grande armée et cherche à détruire les Carthaginois sur le terrain, ce n'était pas ce que Fabius avait l'intention.

D'abord, il sécurise Rome. Les défenses des villes furent réparées là où leur entretien avait été négligé. Les ponts du Tibre étaient rompus.

Servilius reçut l'ordre de remettre ses troupes à Fabius et reçut à la place le commandement de la flotte romaine. Pendant ce temps, deux nouvelles légions ont été enrôlées. Bientôt Fabius commande pas moins de 60 000 hommes.

Pendant tout ce temps, Hannibal était en liberté dans la campagne italienne. La destruction pure et simple provoquée par son armée était énorme.

Très révélateur cependant, une tentative de prendre d'assaut la ville de Spoletium (Spolète) a échoué.

Il est fort douteux qu'Hannibal ait jamais eu l'intention de tenter Rome. Mais son incapacité à emporter une ville italienne assez petite, bien que très bien fortifiée, malgré sa force écrasante, montre que son armée n'aurait pas eu la capacité de menacer la capitale romaine elle-même.

Au lieu de cela, Hannibal a fait marcher son armée vers le sud-est, restant près de la côte adriatique, pillant au fur et à mesure. Il a pris soin de se déplacer à un rythme lent, permettant à ses hommes de se remettre de leurs grands efforts, la force de sa force augmentant ainsi de jour en jour. Au fur et à mesure qu'elle se déplaçait, la vaste armée pillait la campagne et passait au fil de l'épée tout Romain qu'elle trouvait.

Aucune ville italienne n'a ouvert ses portes à Hannibal. Alors que son armée pouvait vivre de la terre, le siège du vrai pouvoir se trouvait dans les villes et les cités. Pour toute campagne prolongée contre Rome, Hannibal avait besoin d'une base puissante dans le centre de l'Italie. Aucun n'était à venir.

Fabien Tactiques

C'est dans ce cadre que Fabius devait devenir célèbre. Il a fait marcher sa vaste armée pour rencontrer celle d'Hannibal, mais ne s'est jamais engagé dans un combat. Nombreuses étaient les fois où Hannibal devait faire sortir son armée de son campement sur une pente pour rencontrer les hommes de Fabius, si seulement ils descendaient des leurs.

Mais Fabius savait qu'il n'était pas à la hauteur du général carthaginois. Il savait aussi que ses soldats craignaient leur opposition et que sa cavalerie italienne était inférieure aux cavaliers africains et espagnols d'Hannibal.

Mais Fabius a également compris qu'Hannibal n'était pas libre de parcourir librement la campagne italienne avec une armée de 60 000 hommes le suivant à chaque tournant. Il ne pourrait jamais penser à assiéger une ville avec un ennemi aussi vaste derrière lui.

Et ainsi de suite. Partout où Hannibal s'est aventuré, Fabius l'a suivi.
C'était une impasse.

Cette stratégie consistant simplement à observer chaque mouvement de ses adversaires, au lieu d'être un ennemi toujours présent, mais jamais attaquant, a été immortalisée par le terme «tactique Fabienne».

Fabius lui-même, auparavant considéré comme «l'agneau» (Ovuncula), a maintenant acquis le surnom sous lequel le sien est connu dans les annales de l'histoire cunctator, le retardateur.

Ces tactiques ont peut-être été impopulaires auprès de ses subordonnés. Minucius a ouvertement accusé Fabius de lâcheté. Mais son approche a valu à Fabius le respect réticent de l'homme le mieux à même de juger de sa sagesse : Hannibal.

Hannibal en Campanie

Hannibal cherchait maintenant à forcer Fabius à se battre. Il fit entrer son armée en Campanie. Cette étendue de terre était le jardin de l'Italie, le plus fertile et le plus riche de toute la péninsule.

Au fur et à mesure qu'Hannibal le traversait, il le mit au flambeau. Combien de temps Fabius pourrait-il supporter de rester là et de regarder la destruction du plus beau morceau de terre de toute l'Italie ?

Fabius a enduré. Bien que ses hommes aient exigé d'être menés au combat. Bien que Minucius soit devenu de plus en plus cinglant dans sa critique de son supérieur. Fabius regardait.

Mais il ne s'est pas contenté de ne rien faire. Alors qu'Hannibal se déchaînait dans la campagne, Fabius entreprit de fermer tous les cols de Campanie. Il ne fallut pas longtemps avant qu'Hannibal ne soit piégé. Une fois de plus, cependant, le génie de l'homme s'avéra trop pour les Romains.

Il a rassemblé 2 000 bœufs et les a conduits sur une colline une nuit, chaque bête avec une torche allumée attachée à ses cornes. Pensant que l'armée d'Hannibal lançait une attaque nocturne sur une position voisine, une garnison de 4 000 hommes stationnée au col près d'une montagne appelée Erubianus (par Polybe) ou Callicula (par Tite-Live) se précipita pour renforcer leurs camarades.

Une fois que ces gardes ont abandonné leur position, Hannibal a simplement fait marcher son armée à travers le col qu'ils étaient censés garder. (217 avant JC)

Fabius était maintenant accusé d'avoir laissé son ennemi s'échapper. De plus, le fait qu'il restait les bras croisés, pendant qu'Hannibal dévastait la Campanie, l'avait rendu profondément impopulaire à Rome.

Plus encore, le sénat craignait pour l'unité du domaine romain. Combien de souffrances supplémentaires leurs alliés pourraient-ils endurer avant de se séparer ? Les actions d'Hannibal en Campanie et dans une grande partie de la campagne italienne avaient pratiquement ruiné les fidèles alliés de Rome.

De toute évidence, Hannibal se rapprochait de son objectif de briser les Italiens loin de leur allégeance à Rome.

Les Romains ont répondu en nommant Minucius co-dictateur. C'est la seule fois dans l'histoire romaine que deux dictateurs exercent leurs fonctions simultanément.

L'armée a ensuite été divisée en deux, chaque dictateur commandant une force distincte. Cela a joué directement dans les mains d'Hannibal, qui s'est immédiatement mis à tendre un piège à l'extérieur d'un palais appelé Gerunium pour tendre une embuscade au trop zélé Minucius.

Prenant l'appât, Minucius trouva bientôt toute sa force enveloppée par l'armée d'Hannibal.

Si Fabius n'était pas intervenu avec ses propres forces au dernier moment, Minucius aurait été désespérément piégé et son armée anéantie. À un cheveu près, Rome avait échappé à un autre désastre. Bien qu'il y ait eu d'importantes pertes en vies humaines, même si nous ne connaissons pas le nombre de personnes perdues. (hiver 217/216 avant JC)

Finalement, même Minucius a accepté que la méthode de Fabius était la seule façon de traiter avec Hannibal. Il a démissionné de ses pouvoirs et a accepté le poste de commandant en second.

Au printemps 216 av. J.-C., le mandat des deux dictateurs touchait à sa fin. Les élections ont vu deux nouveaux consuls entrer en fonction. Lucius Aemilius Paulus était aristocratique, conservateur et croyait que la tactique de Fabius avait été une sage politique.

Gaius Terentius Varro avait quant à lui connu une carrière politique fulgurante, ayant commencé comme apprenti boucher et maintenant assermenté comme consul.
Varron, comme Minucius l'avait fait avant lui, était violemment en désaccord avec tout sauf une politique d'attaque.

Au début, Paulus a réussi à imposer une approche prudente. Quand Hannibal a pris d'assaut la ville de Cannae (Canne) pour prendre possession de ses importants magasins militaires, l'armée romaine s'est rapprochée, piégeant Hannibal dans une position très désavantageuse.

À ses arrières se trouvaient des marais, à sa gauche un terrain vallonné inadapté qui limitait sa cavalerie.

Si Paulus avait réussi, Hannibal aurait été enfermé pendant un certain temps, sa position devenant de plus en plus précaire de jour en jour.
Mais la tradition veut que les consuls occupent le commandement suprême un jour sur deux.

La bataille de Cannes

Le 2 août 216 av. J.-C., c'est au tour de Varron de prendre le commandement. Convenant à son tempérament, il a choisi d'attaquer. La bataille de Cannes est l'un des plus grands concours de l'histoire militaire.

La force romaine était pratiquement anéantie. Les pertes oscillent entre 50 000 et 70 000 hommes. Varron a survécu à l'assaut. Plus que probablement, le consul et son état-major furent repoussés lors de la charge initiale de la cavalerie numide.
L'autre consul, Paulus, est mort au combat.

La suite de Cannae

L'impact de la défaite de Cannes est difficilement imaginable. Compte tenu de la rareté relative de la population ancienne par rapport à l'Italie moderne, la perte de 50 000 à 70 000 hommes a dû s'avérer l'équivalent du largage d'une bombe nucléaire sur une capitale moderne.

Si l'on considère que Rome avait déjà subi des pertes atroces à Trebia et Trasimène, il était en effet concevable que maintenant la sphère d'influence romaine s'effondre.

En effet, les fondements du pouvoir romain s'effondraient.

Capoue, deuxième ville d'Italie et centre de l'industrie italienne, ouvre ses portes à Hannibal. La ville d'Arpi dans les Pouilles lui est tombée immédiatement après la bataille.

Les Samnites, à l'exception de leur tribu principale, les Pentriens, ont tous fait défection vers Hannibal. Les Bruttiens aussi. Au nord, le préteur Postumius est pris au piège avec son armée par les Gaulois.

La Sardaigne demandait de l'aide, car les tribus étaient en révolte ouverte. En Sicile, le fidèle allié de Rome, le roi Hiéron de Syracuse, était mort et avait été remplacé par son petit-fils Hieronymus et était en pourparlers avec les Carthaginois.

Pourtant tout n'était pas perdu. Qui peut oublier que moins de dix ans plus tôt (environ 225 av. J.-C.), les archives romaines montraient que leurs ressources en main-d'œuvre s'élevaient à sept cent mille fantassins et soixante-dix mille cavaliers ?
Rome avait perdu plus de 100 000 hommes à Hannibal jusqu'à présent. Pourtant, elle pouvait les reconstituer à volonté.

Le grand Carthaginois contrôlait une grande partie du sud de l'Italie, mais parsemés sur tout ce territoire se trouvaient des forteresses romaines, préparées à tenir et à entraver sa capacité de manœuvre.

Certaines tribus se sont peut-être séparées, mais les tribus sabelliennes du centre de l'Italie sont restées résolument fidèles. Pendant ce temps, Hannibal n'était pas renforcé. Carthage refusait obstinément d'envoyer des hommes. À l'ouest, Gnaeus et Publius Scipio maintenaient les armées carthaginoises liées par des nœuds, les empêchant de suivre à travers les Alpes et de renforcer l'invasion.

Hannibal n'a pas pu réagir immédiatement après Cannae. Il est vrai que son armée n'avait perdu que 6 000 hommes. Mais cela ne tient pas compte des blessés et de l'épuisement que ses troupes ont dû subir à cause d'une fête aussi gargantuesque.

La ville de Rome elle-même restait encore sûre. L'exemple de l'échec d'Hannibal à prendre Spoletium en témoigne encore. De plus, les terres de maïs et les pâturages d'Italie nécessaires pour nourrir l'armée d'Hannibal et les chevaux se trouvaient dans le sud de l'Italie, pas plus près de Rome que la Campanie au plus. En effet, Hannibal était lié à la terre qui pouvait le soutenir.

Les leçons de Cannae étaient pourtant ainsi.

Le sénat sous la direction de Fabius a largement pris le contrôle des choses. Les rivalités politiques mesquines entre la faction aristocratique et la faction populaire devaient être mises de côté.

Plus encore, les armées ne devaient être confiées qu'à des commandants capables et responsables pour une période de plusieurs années si leur tâche l'exigeait. Plus de dates de commandement alternées, plus de commandements consulaires par des carriéristes politiques.
Le prix de l'échec s'était tout simplement révélé trop élevé.

La guerre d'Hannibal a ainsi influencé l'avenir Histoire romaine plus profondément que quiconque à l'époque aurait pu le prévoir. La décision de Rome de confier ses forces aux généraux pour des périodes prolongées annonçait une nouvelle ère.

Le temps des amateurs politiques aux commandes de la machine de guerre romaine était révolu. Cette décision a peut-être d'abord rendu les Scipii célèbres, mais elle a inévitablement conduit aux carrières ultérieures de Marius,Sur le,PompéeetCésaret à la destruction éventuelle de la république elle-même.

La réaction immédiate à la catastrophe parmi les Romains a été celle d'une détermination et d'une unité inébranlables.

Le jeune Scipion (plus tard l'Africain), qui aurait participé à la bataille de Cannes, aurait tiré son épée en entendant de jeunes nobles romains parmi les survivants qui débattaient de l'opportunité de fuir le pays. Sous peine de mort, il leur fit prêter serment de rester et de continuer à se battre.

Dans le même esprit d'unité obstinée, Varron a été accueilli à Rome à la porte de la ville par le sénat et des milliers de personnes en remerciement de ne pas avoir désespéré et fui, mais plutôt d'avoir rassemblé ce que les survivants de la bataille qu'il a pu trouver au ville de Canusium (Canosa di Puglia). Chaque Romain comptait désormais. Il ne devait pas y avoir de récriminations. Rome ne faisait qu'un.

Un nouveau dictateur a été nommé, Junius Pera avec Sempronius Gracchus comme maître de cheval (commandant en second).

Le sénat a refusé de payer une rançon pour les captifs qu'Hannibal avait emmenés. Au lieu de cela, huit mille esclaves ont été achetés par l'État et enrôlés dans l'armée. Ils firent partie de quatre nouvelles légions qui furent levées, qui furent ensuite unies à la dizaine de milliers de survivants de Cannae rassemblés à Canusium.

Après Cannes, Hannibal a presque régné en maître sur l'Italie du Sud. Pourtant, pour renverser Rome, il en faudrait davantage. Il aurait besoin d'empiéter davantage sur le territoire de Rome, de diminuer encore son pouvoir, alors qu'elle saignait de la terrible blessure qu'il lui avait infligée.

Ayant gagné Capoue, il décida maintenant de s'emparer encore plus de la Campanie. La ville fortifiée de Nola (Nola) située dans le centre de la Campanie, à environ neuf milles au nord du mont Vésuve, était un bastion stratégique de la région.

Cependant, Marcus Claudius Marcellus qui était en route avec une armée pour faire face aux troubles en Sicile, fut détourné lorsque la nouvelle lui parvint du désastre de Cannes. C'était le même Marcellus qui avait déjà obtenu la spolia opima lors de sa campagne contre les Gaulois.

En tant que général le plus proche de la catastrophe de Cannae, Marcellus reçut désormais l'ordre d'apporter son soutien et d'aider à maintenir l'ordre dans la région si nécessaire. Il débarque ses troupes en Campanie et installe son camp dans la ville fortifiée de Nola.

Avec Marcellus à Nola et le vainqueur de Cannae se dirigeant maintenant vers lui, un autre grand concours devait avoir lieu. Le résultat en aura surpris plus d'un. Lorsque la ville a été attaquée par les troupes d'Hannibal, une sortie soudaine de l'intérieur de la ville a choisi des troupes romaines qui ont précipité les assiégeants puniques qui étaient sans aucun doute gênés par des échelles et les divers accessoires nécessaires pour prendre d'assaut les murs. Les Carthaginois tombèrent dans la confusion et furent chassés. (216 avant JC)

Le détail que nous avons de cette rencontre est vague et insatisfaisant. Mais le fait qu'Hannibal ait pu être empêché de gagner du terrain au sommet de ses pouvoirs montre qu'il était gravement paralysé. Son armée délabrée ne possédait pas l'expertise nécessaire pour un engin de siège efficace et manquait clairement d'organisation ainsi que de la force écrasante pour prendre d'assaut une ville.

Si Cannae était une grande avancée pour Hannibal, Nola a prouvé qu'il ne pouvait réaliser de nouveaux gains que par des victoires en plein champ. L'impasse essentielle demeurait. Hannibal pouvait vaincre, mais il ne pouvait pas vaincre.

Ainsi, l'année fatidique de 216 avant JC a pris fin. Rome avait subi un terrible désastre, Hannibal avait gagné beaucoup de terrain. Pourtant, il y avait toujours une impasse.

215 avant JC s'est avéré une autre année mouvementée. Ayant reçu des renforts de Carthage (pensant que la plupart devaient être dits à l'Espagne, à cause des frères Scipion), Hannibal fit une autre tentative sur Nola. Le bilan de cette seconde tentative est plus confus, mais encore une fois Hannibal est repoussé.

En Sardaigne, la bataille de Titus Manlius Torquatus a remporté une victoire contre une force bien supérieure de troupes carthaginoises et de tribus sardes à la bataille de Carales (Cagliari). En Espagne, les Scipios ont remporté des victoires à Ibera, Illiturgy et Intibili.

En évitant un nouvel affrontement avec le meurtrier Hannibal, au lieu d'affronter d'autres commandants carthaginois à l'étranger, Rome commençait à faire pencher la balance de la guerre.

En Sicile, le successeur de Hiéron, Hieronymus, qui avait commencé à se ranger du côté de la cause carthaginoise, a été assassiné et une faction amie de Rome a pris le contrôle au milieu de nombreuses effusions de sang. Pourtant, le préteur romain de la province, Appius Claudius, demandait toujours de l'aide pour réprimer le sentiment rebelle en ébullition dans toute l'île.

Plus inquiétant encore, les nouvelles devraient venir de l'Est. Hannibal a conclu une alliance avec Philippe V de Macédoine.

Prise de Syracuse

Comme déjà mentionné ci-dessus, Hiéron de Syracuse était mort en 216 av. Son successeur Hieronymus avait immédiatement commencé à comploter avec les Carthaginois, mais avait (sans doute avec quelques encouragements de Rome) été assassiné et une faction politique favorable aux intérêts romains avait pris le contrôle de la ville en 215 av.

Cependant, le reste de la Sicile était dans un état d'agitation et la suprématie des alliés romains à Syracuse s'est avérée de courte durée.

Une rébellion menée par Hippocrate et Epicyde suivit bientôt à Syracuse. Les deux étaient des agents d'Hannibal qui avaient déjà été ses représentants dans les négociations avec le roi tué Hieronymus. Maintenant, ils ont pris le contrôle de la ville pour Carthage.

Marcus Claudius Marcellus , qui avait déjà été affecté en Sicile avec une armée en 216 avant JC, mais avait été rappelé avant d'atteindre l'île pour assurer les défenses après la défaite de Cannae, arriva finalement en Sicile en 214 avant JC.

Marcellus était un brillant commandant militaire, mais un disciplinaire sévère et peu apte à gagner les cœurs et les esprits.

Arrivé en Sicile, il captura Leontini, l'un des centres de résistance. Marcellus a saccagé l'endroit et massacré 2 000 déserteurs qu'il y a trouvés. (214 avant JC)

Sans doute avait-il pensé à faire un exemple de l'endroit pour semer la peur, au contraire il provoqua une rébellion ouverte d'une grande partie de la Sicile.

Unissant ses troupes à celles d'Appius Claudius, Marcellus tenta d'abord de prendre d'assaut la ville de Syracuse. Cela s'est avéré impossible.

Non seulement Syracuse était l'une des villes les mieux fortifiées de la Méditerranée, mais sa défense était considérablement renforcée par le génie du célèbre mathématicien Archimède. Son application inébranlable des principes scientifiques à l'ingénierie a fourni aux défenseurs syracusains des catapultes et des grues largement supérieures qui pouvaient saisir et renverser tous les navires qui cherchaient à attaquer le port.

Repoussé par les murs imposants et les engins de guerre uniques d'Archimède, Marcellus ne pouvait rien faire d'autre que d'assiéger. (214 av. J.-C.) Les Carthaginois, quant à eux, ne restèrent pas inactifs, débarquèrent une armée de quelque 30 000 hommes et s'emparèrent de la ville d'Agrigente.

Pour ne rien arranger, un des officiers de Marcellus massacra les habitants de la ville d'Enna. Suite à cela, une ville sicilienne après l'autre a commencé à passer à Carthage. Avec le temps, Marcellus se trouva autant assiégé qu'il assiégeait. Mais il est resté inébranlable dans sa poursuite de la victoire, quels que soient le temps et les coûts impliqués.

Après deux ans, les troupes de Marcellus ont réussi à franchir le premier ensemble de murs. Carthage a immédiatement dépêché une force de secours, cherchant à sauver leur allié. Mais l'armée punique était saisie par la maladie et rendue inefficace.

Le reste de Syracuse a finalement été pris par la trahison (un officier mercenaire espagnol a aidé le Romain de l'intérieur) et par la tempête (la résistance finale d'Ortygie).

Marcellus lâcha ses troupes sur Syracuse comme c'était la mode à l'époque et ainsi l'ancien bastion du pouvoir grec fut ravagé dans une orgie de violence. (212 avant JC)

Archimède a été tué dans l'assaut. Les sources historiques, en l'occurrence plus légendes que faits, racontent qu'Archimède était tellement absorbé par un problème de géométrie qu'il ne s'aperçut même pas de la chute de sa ville. Quand finalement un soldat romain a fait irruption sur lui, Archimède lui a dit de s'en aller. Le soldat, que ce soit par insulte ou par pure soif de sang, l'a abattu sur-le-champ.

On dit que Marcellus a été très attristé par la mort de l'homme brillant, à qui on pense qu'il avait donné des ordres exprès de ne pas être blessé. Il veilla à ce qu'Archimède soit correctement enterré. (Le tombeau d'Archimède a ensuite été restauré par Cicéron, alors questeur en Sicile.)

Avec la chute de Syracuse, la guerre de Sicile était désormais décidée en faveur de Rome. Pourtant, de durs combats nous attendaient, les derniers Carthaginois n'étant expulsés qu'en 210 av.

Première guerre macédonienne

Comme nous l'avons vu plus haut, en l'année mouvementée de 215 av. J.-C., Philippe V de Macédoine s'allia avec Hannibal contre Rome. Compte tenu de la puissance pure que représentait le royaume de Macédoine, cette alliance devait d'abord sembler un désastre à Rome. Pourtant, la première guerre macédonienne s'est avérée un conflit sans batailles pour les Romains.

Inspiré par le fugitif Demetrius, qui s'était réfugié à sa cour à la fin des guerres illyriennes de Rome, le roi Philippe a préparé une petite flotte d'embarcations assez légères dans l'Adriatique. Très probablement, ses ambitions navales étaient centrées sur l'Illyrie où son allié Demetrius pourrait être installé et un port sur l'Adriatique pourrait être gagné pour la Macédoine.

Si Philippe V a jamais eu l'intention de tenter une tentative sur la côte italienne elle-même, c'est au mieux une spéculation. Car ses préparatifs navals arrivèrent soudainement lorsque la nouvelle d'une puissante flotte romaine naviguant dans l'Adriatique pour le repousser parvint à sa cour.

Grâce à une diplomatie habile, Rome a construit une coalition qui a nivelé la Ligue étolienne, les Illyriens, Elis, Sparte, Messène et Pergame contre la Macédoine.

Avec de tels ennemis alignés contre lui, Philippe V de Macédoine a été suffisamment occupé en Grèce, pour ne jamais troubler les Romains pendant toute la durée de la soi-disant première guerre macédonienne.

C'est la Ligue étolienne qui a porté le poids de la guerre. Alors qu'ils cédaient du terrain, l'Épire, sans doute inquiète d'être elle-même entraînée dans le conflit, négocia une paix entre les différentes parties. (205 avant JC)

Pendant ce temps, en Italie, l'affrontement entre Hannibal et les Romains s'est poursuivi, les deux parties luttant pour faire pencher la balance précaire à leur manière.
La population de Tarente, indignée par le traitement vicieux des otages de Brundisium (ils ont été jetés de la roche tarpéienne à Rome) a demandé de l'aide à Hannibal. Il était heureux d'obliger, se retira de Campanie et marcha sur Tarente, l'un des ports les plus riches d'Italie.

L'armée punique est arrivée dans la nuit, alors que le gouverneur de la ville, Marcus Livius, se régalait lors d'un banquet.

Les portes s'ouvrirent de l'intérieur et les hommes d'Hannibal prirent la ville. Marcus Livius s'enfuit juste à temps vers la citadelle de la ville, qui jouissait d'un tel avantage géographique qu'elle ne put être prise. (212 avant JC)

Tout le sud de l'Italie, à l'exception de la ville de Rhegium, était désormais entre les mains d'Hannibal. Sans doute appréciait-il surtout la ville de Tarente pour son importance possible dans l'alliance avec la Macédoine. Si Philippe V de Macédoine envoyait des troupes, il y avait maintenant une porte d'entrée en Italie à laquelle il pouvait débarquer.

Bien qu'au moment où Hannibal ait quitté la Campanie, les Romains avaient commencé les préparatifs pour assiéger Capoue. Pourtant, quand Hannibal est revenu de son incursion réussie à Tarente, après avoir reçu l'appel à l'aide des Capouans, l'armée romaine a immédiatement abandonné ses opérations et s'est repliée. Le nom d'Hannibal était encore si puissant qu'aucun général ne voulait être mesuré dans une bataille ouverte avec lui.

Cela dit, 212 av. J.-C. se termina par une série de batailles, qui confirmèrent toutes la suprématie d'Hannibal.

D'abord, le proconsul Gracchus a été attiré avec succès dans une embuscade qui a entraîné la déroute presque complète de son armée. Ensuite, une force improvisée de quelque 16 000 hommes organisée par un centurion, Centenius, a été complètement anéantie. Enfin, le préteur Gnaeus Fulvius a vu sa force de quelque 18 000 hommes coupés en lambeaux à la bataille d'Herdonea. Seuls 2 000 auraient échappé à leur vie. (212 avant JC)

Le conseil de Fabius de ne pas rencontrer Hannibal sur le terrain n'était toujours pas suivi, semble-t-il. Enfin, l'hiver a mis fin à la guerre de l'année.

En 211 avant JC, Hannibal retourna à Tarente, cherchant à conquérir enfin la citadelle de la ville. Pendant ce temps, les Romains retournèrent à Capoue et renouvelèrent leur tentative de siège.

Appius Claudius et Quintus Fulvius Flaccus ont amené pas moins de 60 000 hommes pour attaquer la ville. Deux grands ouvrages de défense ont été dessinés autour de la ville. L'un pour empêcher les Capouans d'éclater, le second pour se défendre contre toute attaque d'Hannibal. (211 avant JC)

Quand Hannibal est finalement venu se précipiter au secours de Capoue, il a été accueilli par un système de tranchées et de palissades en bois qui rendait tout secours impossible. Il tenta un assaut sur les grands ouvrages de siège, mais fut facilement repoussé.

Au lieu de cela, Hannibal a de nouveau entrepris une démarche audacieuse. Il disparut dans le terrain montagneux du Samnium puis, ne marchant qu'à travers les collines, se dirigea vers le nord, apparaissant finalement devant Rome.

« Hannibal ad portas ! » fut le fameux cri. (« Hannibal est aux portes ! ») (211 av. J.-C.)

Nul doute qu'il y eut une bonne part de panique à l'annonce que l'ennemi le plus terrible de Rome se trouvait devant les murs mêmes de la ville. Les feux de camp de l'armée punique étaient visibles la nuit depuis la colline du Capitole. Le pari d'Hannibal avait évidemment été que Rome rappellerait ses armées de Capoue à la nouvelle de son arrivée.

Mais le vieux Quintus Fabius Maximus Cunctator était toujours en vie et à la tête du sénat. Il a exhorté au calme et a conseillé que le siège de Capoue se poursuive sans relâche.

Rome n'était pas du tout sans défense. Elle avait trois légions qui ont été envoyées, commandées par les consuls, pour suivre l'armée d'Hannibal, rendant tout assaut impossible.

Il y a eu une brève escarmouche de cavalerie à la Colline Gate, quand Hannibal et ses cavaliers se sont aventurés trop près. (211 avant JC) En dehors de cela, aucun concours d'armes n'a eu lieu.

Aussi vite qu'il était apparu, Hannibal a de nouveau disparu, réalisant que sa tentative de lever le siège de Capoue avait échoué. Il n'est pas sûr que toutes les troupes soient restées en place à Capoue. L'historien Polybe nous dit que toutes les troupes sont restées au siège. Alors que Tite-Live suggère qu'Appius Claudius est resté avec ses forces, tandis que Quintus Fulvius Flaccus a été rappelé pour chasser Hannibal.

Quoi qu'il en soit, le siège de Capoue est resté ininterrompu.

Capoue a finalement été affamée pour se rendre la même année. (211 avant JC)
La sévérité avec laquelle les Romains traitaient la ville qui les avait trahis. Le proconsul Quintus Fulvius Flaccus a vu 53 nobles flagellés et décapités en une seule journée, malgré les objections de son collègue proconsulaire Appius Claudius.

Toute la population de Capoue a été déportée ailleurs, ne laissant derrière elle qu'un reste d'artisans et de commerçants. Les terres de la ville ont été confisquées par l'État romain.

Capoue était peut-être la deuxième ville d'Italie et le principal centre industriel au début du conflit. À la fin des guerres cependant, Capoue ne serait plus que l'ombre d'elle-même. Ses nobles morts, sa population partie, ses terres confisquées.

Capoue et Syracuse tombées, la rébellion sarde terminée, la Macédoine en proie à une petite guerre avec ses voisins grecs et la guerre d'Espagne toujours plus périlleuse, cinq ans après Cannes, la guerre tournait mal pour Carthage.

La guerre d'Espagne

La guerre d'Espagne va et vient. Rome a peut-être connu une série de victoires sous Gnaeus et Publius Scipio, mais n'a jamais réussi à porter un coup décisif.

Leur principale réalisation semblait être d'empêcher tout renfort espagnol d'atteindre Hannibal.

Lorsqu'en Afrique du Nord, le roi numide Syphax mena une rébellion contre Carthage et qu'Hasdrubal fut rappelé pour s'en occuper, il semblait que les frères Scipion pourraient en effet envahir complètement l'Espagne, alors qu'ils conduisaient de plus en plus vers le sud.

En 213 avant JC, ils remportèrent une triple victoire, battant les Carthaginois à Iliturgi, Munda et Aurinx, l'ennemi perdant plus de 30 000 hommes au total. Mais une fois Hasdrubal revenu, les fortunes romaines ont changé.

Peut-être que la principale erreur des frères a été d'avoir divisé leurs forces en deux, l'une commandée par Gnaeus Scipio, l'autre par Publius Scipio. Peut-être étaient-ils simplement dépassés.

Publius se trouva écrasé à la rivière Baetis (211 avant JC) et Gnaeus la même année, abandonné par ses mercenaires espagnols dont il dépendait fortement, fut écrasé par trois armées carthaginoises convergentes à Ilorici (Lorca). Les deux frères Scipion sont morts dans leurs rencontres respectives.

Les Romains avaient enfin été mis en déroute en Espagne. Mais la fin réussie du siège de Capoue la même année (211 av. J.-C.) signifiait que Rome disposait désormais d'une vaste main-d'œuvre.

Rome a envoyé deux légions en Espagne sous le commandement de Claudius Nero. Mais Néron, un individu arrogant et dur, a fait peu d'impression sur les tribus espagnoles qu'il avait besoin de gagner si jamais Rome devait réussir en Espagne.
Il a donc été décidé de le remplacer. Le choix tomba sur Publius Cornelius Scipio, le fils même de l'homme qui avait été tué au combat à la rivière Baetis l'année précédente.

Ce qui rendait cette décision exceptionnelle, c'est que Scipion n'avait que 25 ans. Plus encore, il a reçu des pouvoirs proconsulaires, quelque chose jusque-là seulement accordé aux consuls après leur mandat.

Mais les Romains ont sans aucun doute spéculé sur Scipion souhaitant venger son père et son oncle tués. De plus, l'héroïsme dont il a fait preuve à Ticinus où il a sauvé la vie de son père et sa position patriotique parmi les survivants à la suite de Cannes l'ont peut-être désigné comme un homme sur lequel compter en cas de crise.

Une autre raison de ce choix surprenant de commandant était peut-être que peu d'autres voulaient le poste. L'Espagne était loin. Il était toujours le moins susceptible de recevoir des renforts et les victoires remportées seraient à peine mentionnées à Rome, tant qu'Hannibal serait en Italie. En bref, le commandement offrait peu de chances d'avancement politique ou de gloire, donc personne n'en voulait.

Pourtant, Scipion a eu un impact presque immédiat à son arrivée. Son seul nom a poussé certaines tribus espagnoles à renouveler leur loyauté.

Puis, en 209 av. J.-C., il fit son premier geste audacieux. Réalisant que les armées carthaginoises étaient trop éloignées pour intervenir, il se dirigea le long de la côte orientale vers Carthago Nova (Carthagène), la capitale même du pouvoir punique en Espagne.

Une fois sur place, il a pris la ville d'un coup d'éclat. Après avoir fait des recherches détaillées, il a appris du pêcheur local que le lagon était suffisamment peu profond pour traverser à marée basse. A ses soldats cependant il déclara que le dieu de la mer, Neptune, lui était apparu en rêve et promit de soutenir un assaut romain.

A marée basse, tandis que son armée assaillit les murailles, Scipion conduit 500 de ses hommes à travers la lagune. Les défenseurs de la ville, agressés simultanément de l'extérieur et de l'intérieur, n'avaient guère de chance. Scipion avait pris d'assaut Carthago Nova. (209 av. J.-C.) Ce fut un coup de génie.

Avec Carthago Nova, une grande quantité de trésors est également tombée entre les mains des Romains. Mieux encore, dans l'enceinte de la ville se trouvaient 300 otages espagnols qui assuraient l'allégeance de diverses tribus espagnoles à Carthage. Scipion les libéra et les renvoya chez eux avec la plus grande courtoisie, gagnant ainsi les sympathies de nombreuses familles nobles d'Espagne.

Ayant sécurisé une base importante, Scipion ne chercha plus à engager l'ennemi cette année-là, mais se concentra plutôt sur le forage de son armée pour effectuer des manœuvres tactiques inspirées des exemples d'Hannibal. Il préparait ses troupes pour un combat.

En 208 av. J.-C., Hasdrubal prenait conscience que de plus en plus de tribus espagnoles passaient au nouveau général romain et cherchaient à y mettre fin. Scipion aussi était impatient de se battre avant que les trois armées puniques puissent s'unir.
Scipion partit de New Carthage pour Baecula (Bailen) où il sortit vainqueur d'une bataille acharnée contre Hasdrubal. (208 avant JC)

Hasdrubal a cependant réussi à se retirer indemne, avec son trésor et la plupart de ses troupes, y compris ses éléphants de guerre. Une fois conscient du défi que représentait une rencontre avec Scipion, il n'avait pas l'intention de répéter la fête. Il avait des priorités beaucoup plus pressantes, dont la principale était de marcher sur l'Italie et de renforcer son frère dans la lutte pour l'Italie.

Il fit donc marcher son armée vers le nord et passa en Gaule. Comme la côte est de l'Espagne était entièrement sous le contrôle des forces de Scipion, Hasdrubal s'est plutôt glissé en Gaule sur la côte ouest de la péninsule.

Scipion n'a fait aucune tentative pour le gêner dans une telle entreprise. Pour cela, il a été sévèrement critiqué par ses ennemis politiques - notamment par Fabius. Gnaeus et Publius Scipio avaient su que leur premier devoir était de protéger l'Italie de toute nouvelle invasion. Malgré toutes ses réalisations, Scipion avait manqué à ce devoir une fois qu'Hasdrubal avait réussi à quitter l'Espagne.

En Gaule, Hasdrubal a commencé à recruter, constituant une armée en vue d'une deuxième invasion de l'Italie. Ses préparatifs étaient si minutieux qu'il resta une année entière en Gaule avant, comme son frère avant lui, de franchir les Alpes et de descendre dans l'Italie du Nord.

Rome envoya ses consuls. Marcus Livius Salinator s'est dirigé vers le nord pour affronter le nouvel envahisseur. Pendant ce temps, Gaius Claudius Nero s'est dirigé vers le sud pour vérifier Hannibal.

Comme dans le nord, Hasdrubal conduisait vers le sud, Hannibal manœuvra sans relâche, essayant de secouer l'armée de Néron afin de se déplacer vers le nord et de rejoindre son frère.

Rome était en grand danger, car toute union des deux armées carthaginoises aurait signifié une catastrophe. Au bord de la ruine financière, Rome ploie sous le poids de la guerre. Elle avait 150 000 hommes sous les armes, deux armées dévastatrices en Italie et ses alliés italiens s'impatientaient.

Bataille de la rivière Metaurus

Les Romains ont eu de la chance en réussissant à intercepter les messagers puniques qui apportaient des nouvelles de l'itinéraire prévu d'Hasdrubal à son frère. Aucun des messagers n'a jamais réussi à atteindre Hannibal, le laissant incapable d'agir de manière décisive car il restait ignorant des intentions de son frère.

C'est à ce moment-là que le consul Néron, dont le travail consistait à maintenir Hannibal coincé le mieux possible, a pris un pari.

Il a séparé 7 000 soldats choisis (6 000 fantassins et 1 000 cavaliers) de son armée et a marché vers le nord, laissant sa force principale sous son commandant en second à Canusium (Canosa). En six jours, il traversa 250 milles pour atteindre Livius et son armée à Sena.

Ce sont ces troupes supplémentaires qui accordent maintenant à Livius un avantage critique sur son ennemi. Hasdrubal, conscient de cela, se replie sur la rivière Metaurus, mais ne parvient pas à trouver un point de passage approprié. Sa retraite coupée par le fleuve, il n'a d'autre choix que de se battre.

Alors que les deux armées s'affrontaient, les Romains luttaient pour faire valoir leur avantage. La majorité des combats étaient sur la gauche romaine et avec le centre. La droite, commandée par Néron, était inhibée sur un terrain très accidenté et escarpé qui rendait presque impossible tout engagement de part et d'autre.

Encore une fois, Nero a pris l'initiative et a joué. Il sépara plusieurs cohortes de son aile droite, marcha le long de l'armée, tourna autour de l'aile gauche de Livius et attaqua les troupes espagnoles d'Hasdrubal par le flanc et par derrière.

En conséquence, l'aile droite d'Hasdrubal s'est effondrée. Les Romains ayant obtenu l'avantage tactique, la bataille s'est rapidement transformée en boucherie alors que les troupes carthaginoises étaient encerclées et massacrées. Les pertes carthaginoises ne sont pas claires, mais les survivants n'auront pas eu l'occasion de rejoindre leur camp, car ils ont été isolés au plus profond du territoire ennemi sans nulle part où aller.

L'historien Polybe déclare les pertes puniques à pas moins de 10 000 hommes tués, les pertes romaines s'élevant à 2 000. Hasdrubal lui-même est mort d'une mort héroïque. Une fois qu'il s'est rendu compte que tout était perdu, il a éperonné son cheval et a chargé une cohorte romaine. (23 juin 207)

Avec la défaite d'Hasdrubal, non seulement Rome a écarté un grand danger, mais elle a également pris possession du grand trésor de guerre que l'armée d'Hasdrubal transportait à Hannibal.

Gaius Claudius Nero repartait maintenant vers le sud pour rejoindre ses troupes où Hannibal attendait toujours des nouvelles de son frère complètement inconscient de la grande bataille qui venait d'avoir lieu.

Il emmena avec lui la tête d'Hasdrubal qui, à son arrivée, ordonna de la jeter dans le camp d'Hannibal. Le premier qu'Hannibal connut du sort de son frère fut de lui remettre la tête. En la voyant, on dit qu'il a dit : 'Je reconnais la fortune de Carthage'.

Le grand plan avait échoué. La victoire de Rome était désormais pratiquement inévitable.

Bataille d'Ilipa

Pendant ce temps, le départ d'Hasdrubal d'Espagne avait encore fait pencher la balance en faveur de Scipion. Le successeur du pouvoir carthaginois en Espagne était encore un autre Hasdrubal, généralement discerné comme Hasdrubal, fils de Gisco.

Il avait fait de son mieux pour compléter ses troupes avec de nouvelles recrues espagnoles, mais elles n'étaient pas de qualité suffisante pour remplacer les troupes perdues au combat et par le départ d'Hasdrubal pour l'Italie. Très certainement, ils n'étaient pas à la hauteur de la force hautement entraînée et parfaitement entraînée de Scipion.

La rencontre qui devait régler le sort de l'Espagne eut lieu en 206 av. J.-C. à Ilipa.

Les manœuvres à couper le souffle de Scipion sur le champ de bataille ont complètement surclassé son adversaire et ont été une démonstration parfaite du chemin parcouru par l'armée romaine depuis le début de la guerre. Il avait évolué.

S'il avait été un géant émoussé et lourd à Cannae, alors entre les mains de Scipion, il était devenu un outil de précision mortel d'une virtuosité presque ballétique au moment où il est venu se battre à Ilipa.

L'ampleur des pertes carthaginoises à Ilipa n'est pas connue. Mais avec les deux ailes pratiquement anéanties, la perte de vie a dû être grave. Scipion, au lendemain de la bataille, a impitoyablement traqué les restes des troupes carthaginoises, laissant l'ennemi sans aucune force de campagne à proprement parler en Espagne.

Le pari romain d'envoyer un fils lésé de vingt-cinq ans, qui n'était jamais monté plus haut que la charge d'édile en politique, commander les légions espagnoles avait porté ses fruits. Il avait vaincu les Carthaginois et gagné l'Espagne avec toutes ses richesses minérales et sa main-d'œuvre pour Rome.

À son retour à Rome, Scipion fut élu consul pour 205 avant JC sur une vague de soutien populaire. Mais Scipion n'en avait pas encore fini avec Carthage. Immédiatement, il a fait pression pour porter la guerre en Afrique.

Le sénat restait cependant craintif d'envoyer des armées en Afrique alors qu'Hannibal restait toujours sur le sol italien avec une armée. Surtout Fabius, un ennemi politique déterminé de Scipion, s'opposait à toute entreprise en Afrique. Sans aucun doute, il se souvenait de l'expédition désastreuse de Regulus en Afrique pendant la première guerre punique.

Il est également clair que Rome craignait d'imposer encore de nouvelles charges à ses alliés. Le coût de la guerre s'avérait également ruineux.

Mais sans doute les pouvoirs politiques commençaient-ils à s'inquiéter de l'ascension d'une superstar militaire comme Scipion. Dans l'esprit anxieux des sénateurs, l'inquiétude de ce que Scipion pourrait faire s'il réussissait en Afrique aurait bien pu l'emporter sur la peur d'un échec.

Mais Scipion persista, indiquant qu'au besoin il allait solliciter l'appui du peuple pour une telle campagne. Il ne fait aucun doute que le soutien populaire à Scipion aurait été écrasant.

Le sénat céda à contrecœur, mais n'accorda pas à Scipion le droit d'utiliser les moyens normaux de lever des troupes consulaires. Il a été autorisé à utiliser les dix mille survivants de la bataille de Cannae qui avaient été exilés en Sicile en disgrâce depuis et de toute autre personne se portant volontaire pour rejoindre ses forces.

Scipion n'avait pas à s'inquiéter. De plusieurs alliés italiens sont arrivés des volontaires et d'Étrurie sont venus des provisions et du matériel abondants.

Lire la suite: Équipement de la Légion romaine

Scipion se rendit en Sicile où il passa le reste de l'année à forer sa nouvelle armée selon ses normes rigoureuses.

Mago débarque en Italie

En 205 av. J.-C., le frère d'Hannibal, Mago, débarqua à Genua (Gênes), espérant sans doute s'appuyer sur le soutien gaulois dans le nord de l'Italie et faire plus de ravages en Italie. Mais les choses avaient changé depuis la descente des Alpes de ses frères Hannibal et Hasdrubal. Les Gaulois avaient peu de combat en eux. Pendant deux ans, il a lutté dans la vallée du Pô pour obtenir peu ou rien.

Scipion débarque en Afrique

En 204 av. J.-C., Scipion débarqua en Afrique près de la ville d'Utique.

Mais les Carthaginois étaient prêts pour lui. Il se trouva tenu en échec par deux armées, une force punique commandée par Hasdrubal, fils de Giscon, et une force numide, commandée par leur roi Syphax.

On ne sait pas combien de temps Scipion est resté piégé dans cette position inextricable. C'était cependant au début de 203 avant JC qu'il proposa des négociations de paix avec l'ennemi.

Le discours de paix n'était qu'une ruse pour endormir ses adversaires dans un faux sentiment de sécurité. Il a soudainement rompu les négociations et a attaqué.

La bataille d'Utica (203 av. J.-C.) n'était pas vraiment une bataille car aucune des deux parties ne s'est vraiment battue. Les Numides et les Carthaginois ont été complètement surpris dans leurs camps par une attaque de feu nocturne. Si l'incendie des camps ennemis impliquait un sabotage ou une attaque à la catapulte et au tir à l'arc, nous ne le savons pas.

Mais avec les camps en feu, les Romains ont abattu toutes les âmes désespérées cherchant à échapper à l'incendie par les portes. En conséquence, les deux armées ont été anéanties. Les deux chefs ennemis ont réussi à s'échapper. Hasdrubal avec 2 500 hommes au total. (début 203 avant JC)

Bataille des Grandes Plaines

Pourtant, malgré leur défaite écrasante à Utica, Syphax et Hasdrubal, fils de Gisco, réussissent en un mois à lever une autre force totalisant 30 000 hommes.
Pendant ce temps, Scipion assiège la ville d'Utique.

En apprenant que l'ennemi se rassemblait sur les Grandes Plaines (campi magni) à environ 75 miles à l'ouest, Scipion laissa derrière lui une force pour continuer le siège et fit marcher le reste de son armée, estimée à environ 15 000 hommes, pour rencontrer l'ennemi .

Cinq jours plus tard, il arrivait dans les Grandes Plaines. Il s'ensuivit deux jours d'escarmouches avant que les armées ne se battent.

Compte tenu de la hâte avec laquelle la force carthaginoise avait été rassemblée, les troupes ne pouvaient pas encore être de grande qualité. La cavalerie italienne et numide de Scipion chasse les cavaliers de Syphax du terrain.

Tous sauf les mercenaires espagnols au centre de l'armée carthaginoise, froissés. Les Espagnols sont encerclés et massacrés. Le reste de l'armée a été soit abattu dans sa fuite, soit dispersé dans la campagne, pour ne plus jamais être revu. (203 avant JC)

De nouveau Hasdrubal, fils de Giscon, et le roi Syphax réussirent à s'enfuir.

Le roi Syphax a été poursuivi par une force romaine en mouvement rapide, commandée par l'ami de confiance de Scipion Laelius et l'allié numide de Scipion Masinissa (un ennemi de Syphax). Ils l'ont rencontré à la bataille de Cirta ( Constantin , Algérie), où sa force a été chassée du terrain.

Syphax cependant tomba de son cheval au combat, fut capturé et fait prisonnier et amené au camp de Scipion.

Masinissa devint à son tour roi de Numidie, ce qui signifiait que les cavaliers numides d'une importance vitale serviraient désormais Rome en plus grand nombre que Carthage.

Avec la défaite totale de leurs armées et la capture de leur principal allié, Syphax, les choses semblaient désormais sombres pour les Carthaginois.

Des envoyés ont été envoyés à Rome pour négocier les conditions avec le sénat romain.
Mais pour ne pas compter entièrement sur la miséricorde de leur ennemi, Carthage a également appelé à la maison les deux fils restants d'Hamilcar Barca Hannibal et Mago.

Les deux frères se précipitèrent chez eux, mais Mago mourut en chemin d'une blessure qu'il avait subie lors d'une récente défaite en Italie par la tribu des Insubres.

Entre-temps, les conditions de Scipion avaient été acceptées. Carthage devait payer 5 000 talents, abandonner toute prétention à l'Espagne et réduire sa marine à vingt navires de guerre. Le sénat romain a également ratifié les termes.

Mais l'arrivée d'Hannibal avec 15 000 vétérans aguerris à Hadrumentum (Sousse) a changé la donne.

Bataille du Zama

Les deux armées commandées par les deux plus grands commandants de l'époque se rencontrèrent à Zama. Les deux grands généraux se sont rencontrés brièvement pour négocier, mais les pourparlers n'ont abouti à rien. Le lendemain, leurs armées s'affrontèrent. (202 avant JC)

Carthage était complètement vaincue après Zama et ne pouvait rien faire d'autre que demander des conditions à Rome une fois de plus. Il y avait quelques voix qui exigeaient qu'elle continue à se battre, défiant l'inévitable siège qui s'ensuivrait. Mais ces purs et durs ont été réduits au silence par Hannibal, qui a vu la futilité de toute résistance supplémentaire.

Les termes de la paix ont été doublés de ce qu'ils avaient été avantla bataille de Zama. Carthage devait payer 10 000 talents sur 50 ans et sa marine devait être réduite à 10 trirèmes. De plus, elle était interdite de toute guerre sans l'autorisation expresse des Romains.

C'est ce dernier paragraphe qui a causé une grande inquiétude parmi les Carthaginois car il rendait leurs territoires africains impuissants face aux raids de leurs voisins numides, d'autant plus que leur nouveau roi, Masinissa, était désormais l'allié de Rome.

En général, les conditions de paix étaient généreuses. C'était un signe de la magnanimité et de l'humanité de Scipion que dans la victoire, il a pu faire preuve de clémence, là où certains de ses compatriotes romains auraient cherché à écraser complètement leur adversaire impuissant.

C'est en souvenir de sa grande victoire que Scipion, le vainqueur de l'Afrique, fut désormais connu sous le nom de Scipio Africanus.

Hannibal a été autorisé à rester à Carthage. C'est très probablement Scipion qui a refusé que la vengeance romaine s'exerce sur lui. Bien qu'en 190 av. J.-C., Hannibal fut banni de Carthage, alors que ses anciens ennemis politiques se réaffirmaient. Incontestablement l'influence romaine aura joué son rôle.

Après avoir voyagé à Tyr, Hannibal Barca ne tarda pas à réapparaître à la cour d'Antiochus III de Syrie.

Rome était maintenant devenue l'une des grandes puissances du monde antique. La réduction de Carthage à l'état client, l'assujettissement de Syracuse et la conquête de l'Espagne font d'elle la maîtresse incontestée de la Méditerranée occidentale.

Soulèvement gaulois

La seconde guerre punique avait plongé les domaines gaulois conquis après la dernière invasion gauloise dans un chaos total. Les Gaulois s'étaient révoltés contre la domination romaine une fois qu'Hannibal était descendu des Alpes et Rome n'avait pas été en mesure depuis de rétablir le contrôle.

Les Romains détenaient toujours le contrôle de leurs colonies stratégiques, mais la campagne était en révolte totale. Au premier rang des tribus hostiles se trouvaient à nouveau les Boii et les Insubres qui avaient terriblement souffert des combats qui suivirent la dernière invasion gauloise.

Il fallut près d'une décennie de violents combats pour que Rome ait pleinement rétabli son contrôle sur le nord de l'Italie jusqu'aux Alpes.

L'ampleur des batailles majeures menées dans ce concours souvent négligé indique à quel point les Romains ont dû lutter pour reprendre le contrôle de la région du fleuve Padus (Pô).

En 200 avant JC, le préteur Lucius Furius a vaincu une force de 40 000 Gaulois à Crémone. Mais cela ne fut réalisé qu'après que les Gaulois eurent saccagé et incendié la ville de Plaisance (Plaisance). Les Gaulois étaient commandés par un Carthaginois appelé Hamilcar, qui était toujours en liberté après la fin de la Seconde Guerre punique. 35 000 Gaulois sont tués ou capturés.

197 av. J.-C. a peut-être vu une autre grande bataille d'une ampleur similaire se dérouler sur la rivière Minucius (Mincio). Mais de nombreux détails entourant le soulèvement gaulois sont confus.

En 196 avant JC, Claudius Marcellus a vaincu une autre grande armée de Gaulois à Comum (Côme).

Ensuite, Valerius Flaccus aurait vaincu les Gaulois à Mediolanum (Milan) en 194 av. Lors de cette bataille, environ 10 000 Gaulois auraient été tués.

Enfin en 193 av. J.-C. à Mutina (Modène) eut lieu la dernière grande bataille de ce conflit. Le consul Lucius Cornelius a vaincu le redoutable Boii dans une bataille serrée et très acharnée. 14 000 guerriers Boii ont été tués et 5 000 Romains sont tombés, dont 2 tribuns et 23 centurions.

Les combats tout au long du soulèvement gaulois semblent avoir été une lutte désespérée. Pourtant la défaite des Gaulois fut si écrasante que les tribus ne devaient plus jamais se relever.

De nouvelles colonies latines et romaines ont été fondées pour consolider davantage la domination romaine sur le nord : Bononia (Bologne), Mutina (Modène) et Parme (Parme). Placentia (Plaisance) a été rétablie après sa destruction et agrandie. Crémone a également été agrandie.

La colonisation radicale du nord s'est avérée très efficace. Lorsque l'historien Polybe visita la région quelque cinquante ans plus tard, il rapporta qu'elle était complètement italianisée.

Seconde guerre macédonienne

Rome aspirait à la paix après la seconde guerre punique. Réprimer le soulèvement gaulois était une tâche assez ardue, sans plus exiger un trésor épuisé et des alliés italiens épuisés.

Pourtant, Rome avait des affaires inachevées de l'autre côté de la mer en Macédoine. Un grand ressentiment était ressenti envers Philippe V de Macédoine pour s'être allié à Carthage juste après Cannes, alors que Rome était à son plus faible.
Il est vrai que Rome n'a guère souffert des conséquences de la première guerre macédonienne. Mais Rome ne devait pas pardonner une telle trahison.

La première guerre contre la Macédoine avait introduit l'intérêt romain encore plus loin en Grèce qu'il ne l'avait été après les guerres illyriennes. Après tout, ses alliés dans le conflit macédonien avaient inclus les ligues étoliennes et achéennes et le royaume de Pergame en Asie Mineure. Une fois ces liens créés, ils ne se sont pas dissipés du jour au lendemain.

Après la paix avec Rome en 205 avant JC, la Macédoine a poursuivi une politique agressive contre les Grecs. Plus particulièrement, Philippe V de Macédoine a forgé une alliance avec le roi Antiochus III de Syrie contre l'Égypte sous le roi Ptolémée V Épiphane (203 avant JC).

Ptolémée d'Egypte était un enfant de 4 ans, qui avait récemment été fait pupille de Rome (sans doute avec un œil sur l'approvisionnement en céréales). Rome se trouva invariablement entraînée dans les machinations de la politique et des guerres grecques.

La guerre contre les possessions égyptiennes dans la mer Égée a vu les Macédoniens traiter sauvagement les îles capturées. Pourtant, plus important encore, certains des capitaines de la flotte macédonienne ont attaqué sans discernement la navigation dans la mer Égée.

Une telle piraterie a appelé Rhodes et sa puissante flotte à l'action. Rhodes a déclaré la guerre en 202 avant JC a été rejoint par Pergame (201 avant JC).

Le roi Attale Ier de Pergame avait bien sûr été un allié de Rome lors de la première guerre macédonienne et entretenait toujours des relations amicales avec la république. Rhodes et Pergame ont fait appel à Rome pour une intervention. Il en a été de même pour les Athéniens qui ont également été attaqués depuis la Macédoine (201/200 av. J.-C.).

Si Rome était réticente après les énormes efforts contre Hannibal, elle avait maintenant de bonnes raisons d'agir. Un allié précieux appelait à l'aide contre un ennemi détesté.

Le territoire égyptien était attaqué. Pendant ce temps, la piraterie et l'agression débridée signifiaient que la Macédoine n'avait plus d'amis en Grèce. Rome ne manquerait sûrement pas d'alliés. En outre, la bataille de l'île de Chios à la fin de 201 av. J.-C., au cours de laquelle la flotte conjointe de Rhodian et de Pergamene est sortie victorieuse, a démontré que les alliés immédiats de Rome possédaient une force d'armes considérable.

Ce qui l'a conclu, c'est la révélation du pacte entre la Syrie et la Macédoine par les envoyés de Pergame et de Rhodes. Si Rome se méfiait de Philippe V, alors la perspective de son alliance avec le puissant royaume séleucide de Syrie était une menace qui ne pouvait être ignorée. La Macédoine était féroce, mais la Syrie était une puissance redoutable qui avait ces dernières années écrasé la Parthe et la Bactriane (212-206 av. J.-C.). Unis, ils pourraient s'avérer imparables.

Le sénat était unanime. La guerre devait être. Mais lorsque cela a été soumis à l'assemblée populaire des comices centuriates pour une déclaration formelle de guerre, il a été rejeté à une écrasante majorité. Les gens étaient fatigués de la guerre. Trop cher avait été le prix de la guerre dans la lutte avec Carthage.

De plus, l'alliance avec Pergame était au mieux provisoire. Il n'y avait pas de traité ou d'accord formel entre Rome et le roi Attale. Il n'y avait donc pas de casus belli immédiat ('cause de guerre').

Mais finalement le consul P. Sulpicius Galba s'adressa à nouveau aux comices centuriata et dit aux gens rassemblés qu'ils n'avaient vraiment qu'un seul choix. Combattre Philippe en Grèce ou en Italie. Le souvenir des invasions carthaginoises de l'Italie était encore une blessure fraîche et douloureuse. La crainte d'une nouvelle visite de telles horreurs contribua à faire basculer la foule en faveur de Sulpicius. C'était la guerre. (200 avant JC)

Mais Rome espérait évidemment une guerre limitée, loin de l'ampleur observée dans les deux guerres contre Carthage jusqu'à présent. Aucun nombre important de troupes n'a été levé. Au total, les hommes levés aux armes pour la Seconde Guerre macédonienne n'ont jamais dépassé les 30 000. De plus, il s'agissait de nouvelles recrues. Tous les vétérans de la guerre contre Carthage étaient exemptés de service.

L'une des premières actions de la guerre fut le soulagement d'Athènes. Le siège des Macédoniens dépendait fortement de leur flotte qui était très inférieure à la puissance de la marine alliée et était donc facilement chassée sans combat.

P. Sulpicius Galbadébarqua en Illyrie en 200 av. J.-C. à la tête de cette nouvelle armée, assez tard dans l'année, et fit route vers l'est. Le roi Philippe V a fait marcher une armée de 20 000 fantassins et 2 000 cavaliers pour le rencontrer. Pourtant, il n'en est jamais rien sorti d'autre que deux escarmouches entre les deux camps. À chaque occasion, le roi Philippe s'est retiré. Finalement Sulpicius recula faute de ravitaillement.

Cela avait été loin d'être une démonstration convaincante de Rome jusqu'à présent. Sulpicius avait commencé sa campagne trop tard dans l'année, avait sous ses ordres des troupes largement inexpérimentées et montrait peu d'initiative de sa part.

Plus inquiétant encore, l'espoir initial d'un grand nombre d'alliés s'était effondré. Rhodes et Pergame ont peu contribué. Aucun autre État grec non plus. Même les Dardaniens tribaux au nord de la Macédoine, dont l'alliance lâche que Rome avait acquise aux fins de cette guerre, se sont avérés inefficaces.
Seule la Ligue étolienne était le seul allié significatif gagné en 200 avant JC, qui a mis des troupes efficaces sur le terrain.

Pourtant, Rome ne s'est pas avérée une meilleure alliée que la plupart des États grecs qu'elle avait supposés rejoindre contre la Macédoine. Tout au long de 199 avant JC, ce sont les Étoliens qui ont supporté le poids des combats. Rome a d'abord avancé, mais seulement pour se retirer en raison d'un approvisionnement insuffisant. Si les Étoliens ont d'abord fait de bons progrès, ils ont rapidement été repoussés, subissant de grandes pertes contre les Macédoniens largement supérieurs.

Les flottes conjointes romaines et alliées dans la mer Égée ne s'en sont pas mieux tirées, accomplissant peu, voire rien du tout.

Titus Quinctius Flamininus

En 198 av. J.-C., alors que la guerre était jusqu'à présent un échec lamentable, le consul Titus Quinctius Flamininus, âgé de seulement 30 ans, fut envoyé pour prendre le commandement. Flamininus était un individu exceptionnel, avec une grande connaissance de la littérature et de la culture grecques. Militairement, il était un commandant habile. Il avait servi de tribun sous Marcellus pendant la guerre contre Carthage. Mais c'est son habileté diplomatique qui devrait s'avérer inestimable dans la politique grecque labyrinthique.

Dès le début de son implication en Grèce, Flamininus a clairement indiqué que son intention était de chasser complètement la Macédoine de tous ses territoires grecs, pour être confinée dans ses propres frontières.

Pourtant, les préoccupations immédiates de Flamininus étaient que son armée, alors qu'elle marchait à l'est de l'Épire, soit coincée dans la vallée de la rivière Aous pendant plusieurs semaines. Après avoir tenu les Romains en échec pendant un mois, Philippe V de Macédoine propose de négocier. Mais les termes de Flamininus sont restés inchangés.

C'était six semaines dans l'impasse jusqu'à ce qu'un berger épirote révèle au général un passage peu connu par lequel les positions fortifiées de Philippe pourraient être contournées. Flamininus a saisi l'occasion et s'est frayé un chemin à travers la vallée d'Aous jusqu'en Thessalie. Avec cela, il avait finalement réussi à rejoindre à nouveau ses alliés de la Ligue étolienne.

Mieux encore, la Ligue achéenne, restée jusqu'alors résolument neutre, s'associe désormais à Rome.

Mais Flamininus n'a toujours pas attaqué, sachant que cela reviendrait à essayer de se frayer un chemin devant une armée macédonienne solidement retranchée, une fête impossible avec les forces dont il disposait.

La fin de 198 avant JC a pris fin avec Rome dans une position plus forte, mais peu de réalisations réelles. Encore une fois, Philip a cherché à négocier. Encore une fois, aucune solution n'a pu être trouvée. Rome a envisagé de retirer Flamininus de Grèce (pas moins que Scipion l'Africain ne voulait le poste), mais a finalement décidé de prolonger son mandat.

En 197 avant JC, la tension de la guerre a commencé à devenir un fardeau trop lourd pour la Macédoine. Le roi Philippe ne recevait aucun soutien de son allié, le roi Antiochus III de Syrie.

Pendant ce temps, ses frontières étaient pratiquement assiégées par une force conjointe de Romains et d'Étoliens et au sud, dans le Péloponnèse, la Ligue achéenne était désormais libre d'attaquer le territoire macédonien. Même la ville de Corinthe, alliée singulière mais fidèle de la Macédoine, était assiégée.

Pendant ce temps, la mer appartenait à Rhodes, à Pergame et à la puissante marine romaine.

La bataille des Cynoscéphales

Le roi Philippe a cherché à obtenir une décision et a fait marcher son armée, forte de 25 000 hommes, en Thessalie. Cela a changé les choses pour Flaminius. Alors que les Macédoniens descendaient de leurs positions défensives à la frontière entre la Macédoine et la Thessalie, il était évident que la victoire serait recherchée sur le terrain.

Flamininus rassembla les renforts étoliens qu'il put et marcha à la rencontre de l'ennemi.

Philippe a cherché à atteindre Scotussa dans la vallée d'Enipeus, où le terrain ouvert et plat convenait parfaitement à sa lourde phalange.

Cependant, avant qu'il ne parvienne à atteindre cet endroit souhaité, les deux forces se sont rencontrées sur une série de collines connues sous le nom deCynoscéphales(Chalkodonion). (197 avant JC)

Bataille de Cynoscéphales

La bataille de Cynoscéphales fut une victoire écrasante pour Rome. Cela a mis fin à la Seconde Guerre macédonienne et a permis à Flaminius de dicter ses conditions - non seulement à son adversaire macédonien vaincu, mais aussi à ses alliés grecs.

Il fut chargé par Rome du règlement des affaires grecques et envoya dix commissaires pour l'assister dans cette tâche délicate.

La Macédoine devait se retirer de toute la Grèce, rendre sa flotte et fournir des otages (dont le propre fils du roi Philippe, Demetrius).

Flamininus est apparu aux Jeux isthmiques à Corinthe en 196 avant JC et a annoncé que Rome n'était venue que pour libérer les États grecs de la tyrannie macédonienne et se retirerait une fois que tout serait réglé. Les Grecs jubilaient.

Lire la suite: Jeux romains

Les principaux gagnants de sa colonie étaient la Ligue achéenne qui contrôlait désormais presque tout le Péloponnèse. Les Athénias reçurent plusieurs îles (Paros, Scyros et Imbros). La Ligue étolienne s'est cependant sentie amèrement déçue. Si la Thessalie avait été libérée de l'occupation macédonienne, les Étoliens s'attendaient à ce qu'elle leur soit rendue. Ils ne devaient en recevoir qu'une petite partie, le reste des villes de Thessalie obtenant un statut indépendant.

Il est clair que Flamininus tenait à préserver l'équilibre des pouvoirs en Grèce. Mais la colonie ressemblait à une trahison envers les Étoliens qui avaient pendant une grande partie de la guerre supporté le poids des combats.

Ce malaise entre Rome et la Ligue étolienne devrait avoir des conséquences considérables, que personne n'aurait probablement pu prévoir à l'époque.

Fidèle à sa parole aux Jeux d'Isthmian, Flaminius a retiré les dernières garnisons romaines des légendaires 'Fetters of Greece' (les forteresses de Demetrias, Chalcis et Corinthe) et est rentré chez lui (194 avant JC).

Guerre contre les Nabis

Une partie du bourbier de la politique grecque qui a empêché Flamininus de partir était des affaires inachevées de la guerre macédonienne entourant le roi Nabis de Sparte.

Comme d'habitude avec toutes les choses grecques, ce fut une affaire politique alambiquée qui a conduit à une guerre. Au cours de la guerre, la ville d'Argos avait quitté la Ligue achéenne et avait demandé l'aide de Philippe V de Macédoine. C'était un choix imprudent car Macedon n'était clairement pas en mesure de fournir de l'aide.

Au lieu de cela, Philip a demandé au roi Nabis de Sparte d'intervenir en son nom. Nabis, désireux de gagner un si riche prix, l'a fait volontiers. Bien que cette manne inattendue ne l'empêche pas de s'allier avec Rome et de fournir à Flamininus des mercenaires crétois à la bataille de Cynoscephalae.

Mais la guerre macédonienne terminée, la Ligue achéenne voulait maintenant régler les choses avec Nabis, qu'elle considérait à peine plus qu'un bandit.
Il est important de noter que le règne de Nabis sur Argos n'était guère plus qu'un règne de terreur.

Flamininus mena une armée dans le Péloponnèse et assiège Sparte. (195 av. J.-C.) Les Nabis n'avaient aucune chance contre une force aussi écrasante. Il a mis en place une vaillante tentative de résistance mais a finalement dû se soumettre.

La ville d'Argos a été réintégrée dans la Ligue achéenne. De même, plusieurs autres villes côtières de la Laconie dominée par les Spartiates ont été cédées aux Achéens. Mais Flamininus a résisté à leurs demandes de supprimer Nabis et de supprimer complètement l'indépendance spartiate. Une fois de plus, Flamininus tenait à ne pas donner trop de pouvoir à un État grec.

Son travail en Grèce enfin terminé, Flamininus rentra chez lui. (194 avant JC)

Guerre contre Antiochus

Rome n'avait plus de troupes en Grèce, mais il était clair que les puissances régionales de la Grèce s'étaient vu attribuer leurs territoires selon la volonté romaine.

Pour la Ligue étolienne, qui se sentait trahie, cette autoritaire arrogante semblait intolérable. Aux Étoliens, il semblait que la Grèce était traitée comme si elle avait été conquise.

Enfin, la Ligue étolienne a fait appel au roi Antiochus III de Syrie pour lui venir en aide. Antiochus avait conclu sa guerre réussie contre l'Égypte et avait même conclu une alliance avec le roi Ptolémée V Épiphane. Il avait également fait la paix avec Rhodes.

La position du roi Antiochus était inégalée parmi les dirigeants des États successeurs de l'empire d'Alexandre.

Or, ce grand roi était appelé à libérer la Grèce de l'oppression romaine. De plus, un allié prêt et puissant l'attendait déjà, promettant que d'autres suivraient si seulement il conduisait ses forces en Grèce.

Comme c'était le cas, les deux parties se sont illusionnées l'une sur l'autre. La Ligue étolienne avait désespérément cherché à trouver des partisans parmi les États grecs pour une action contre Rome, mais n'en avait trouvé aucun intéressé.

Dans un étrange renversement de leur position récente, les Étoliens se sont même approchés de la Macédoine. Mais le roi Philippe V, n'ayant pas reçu le moindre soutien de la Syrie dans sa récente guerre contre Rome, n'avait plus l'intention de prêter son soutien à Antiochus.

Pendant ce temps, Antiochus qui affirmait qu'il pouvait verser la quatrième place dans les rangs massifs de l'Asie, comme un deuxième Xerxès, n'était vraiment pas en mesure de le faire.

Antiochus débarqua en 192 avant JC à Demetrias en Thessalie , que la Ligue étolienne avait acquise avec succès lors d'un coup d'État. Mais ses forces ne comptaient pas plus de 10 000 hommes.

Les nombreux alliés promis par la Ligue étolienne ne sont jamais venus. Bien plus Philippe V de Maecedon et, peut-être, la Ligue achéenne alliée à Rome à l'arrivée de l'armée syrienne.

Rome était à nouveau mal préparée pour une autre guerre en Grèce. D'autant plus qu'elle avait des guerres en Ligurie et en Espagne à affronter. La guerre a commencé en 192 avant JC à petite échelle. Mais les quelques troupes romaines utilisées par Rome se sont rapidement retrouvées isolées en Béotie.

En 191 av. J.-C., Rome envoya donc une force de 20 000 fantassins, accompagnés de cavalerie et d'éléphants sous le commandement du consul M. Acilius Glabrio.
Glabrio marcha sur la Thessalie et Antiochus se retira aussitôt au célèbre col de Thermophyles , où autrefois le roi Léonidas de Sparte avait retenu le vaste hôte de Xerxès au combat.

Dans une étrange parodie de l'histoire, deux armées étrangères s'apprêtaient à contester les fameuses portes de la Grèce, toutes deux se prétendant libératrices.

Antiochus établit son camp dans le col des Thermopyles et le barra d'un rempart de pierre. Se souvenant comment le Perses avait vaincu Léonidas, il envoya 2 000 de ses alliés étoliens pour bloquer le chemin caché situé dans les hauteurs au-dessus du col.

Lorsque Glabrio arriva, il trouva son ennemi bien retranché dans une position presque inattaquable. Néanmoins, il avança, bloquant la grande force syrienne dans sa position défensive, tandis qu'il envoya Marcus Porcius Cato (Caton l'Ancien) et Lucius Valerius avec 2 000 hommes chacun sur le chemin des hauteurs pour rencontrer les Étoliens.

Ayant le double d'effectifs, les Romains réussirent à forcer le passage puis descendirent sur le col par l'arrière.

L'armée d'Antiochus, tous conscients de l'importance sans doute du chemin, paniquent et commencent à fuir. Le roi Antiochus s'est échappé avec succès. Mais son armée en voie de dissolution a été massacrée alors que les hommes cherchaient désespérément à échapper à l'écrasement du mouvement des tenailles romaines en progression. (191 avant JC)

Alors qu'Antiochus fuyait la Grèce, la Ligue étolienne demanda les conditions de paix de Rome. Le consul Glabrio a carrément exigé une reddition inconditionnelle et s'est préparé à attaquer.

La lutte pour le contrôle de la mer Egée

Pendant ce temps en mer plus tard cette année-là, la marine syrienne rencontrerait les marines conjointes de Rome et de Pergame, commandées par Gaius Livius et le roi Eumène, au cap Corcyrus (Koraka). L'amiral du roi Antiochus Polyxenidas a cherché à engager la marine alliée avant qu'elle ne puisse s'unir davantage à la flotte rhodienne. Encore une fois, ce fut une terrible défaite pour les Syriens. (191 avant JC)

Sur le continent de l'Asie Mineure même, l'allié de Rome, Pergame, était pressé, notamment par le ravage de la campagne par le fils du roi Antiochus, Séleucus.

Au printemps 190 avant JC, une attaque surprise contre la flotte rhodienne par la flotte syrienne sous Polyxenidas a pratiquement détruit la marine rhodienne.

Une autre rencontre navale à l'été 190 avant JC a vu le retour d'Hannibal Barca. Le roi Antiochus n'avait jusqu'alors que très peu fait usage de ce génie militaire dont le nom était légendaire de son vivant.

S'il avait jamais confié sa force terrestre à Hannibal, on se demande ce qui aurait pu être. Mais avec une flotte de plus de 50 navires, le Carthaginois rencontra la flotte rhodienne au large de Side. C'était une affaire serrée et à un moment donné, le vaisseau amiral rhodien avec l'amiral Eudamus à bord a été presque vaincu. Mais les Rhodiens ont réussi à faire parler leur plus grande compétence navale. Pas plus de 20 navires syriens, dont celui d'Hannibal, ont réussi à s'échapper.

La bataille navale décisive fut suivie plus tard en 190 avant JC au cap Myonnesus (Doganbey). Une flotte conjointe romaine et rhodienne de 80 navires commandés par Aemilius Regillus a rencontré une flotte de 89 navires syriens commandés par Polyxenidas.

La ligne de navires syriens s'est brisée, son amiral s'est enfui et, voyant cela, le reste de la flotte a fait de même. Les Syriens ont peut-être perdu jusqu'à 42 navires. Après cette défaite, le roi Antiochus n'était plus en mesure de défier la domination alliée sur la mer. La voie était maintenant libre pour Rome d'envahir l'Asie Mineure.

Rome entre pour la première fois en Asie

Le consulat pour 190 avant JC et la commission pour superviser la guerre contre Antiochus sont tombés à Lucius Cornelius Scipio (le frère de Scipio Africanus). Lucius Scipion n'avait pas une grande expérience des questions militaires et c'est pourquoi son frère aîné Scipion l'Africain l'accompagna pour superviser l'armée.

Rome n'avait aucun intérêt à libérer ses armées sur la Ligue étolienne, comme Glabrio l'avait prévu, tandis que le roi Antiochus représentait toujours une menace de l'autre côté de la mer.

Les frères Scipion avaient l'intention de mener la guerre en Asie Mineure et ont donc accordé aux Étoliens un simple cessez-le-feu jusqu'à ce que les conditions puissent être convenues (ce qui s'est produit en 189 avant JC).

L'armée romaine a marché de la Grèce aux Dardanelles en vue d'une invasion. La Macédoine, désormais alliée de Rome, a fourni aux frères Scipion toute l'aide nécessaire. Le roi Philippe V de Macédoine a même fourni à l'armée romaine des fournitures prêtes et des navires d'escorte alors qu'ils traversaient le détroit vers l'Asie Mineure.

Antiochus III de Syrie, qui avait perdu le contrôle de la mer dans la guerre navale, a entre-temps retiré ses troupes des côtes d'Asie Mineure, en attendant l'attaque romaine. La Syrie était peut-être sur la défensive, mais tout était loin d'être perdu pour elle.

Rome a peut-être vaincu le roi Antiochus aux Thermopyles, mais il s'agissait d'une force d'invasion syrienne plus petite, à court d'alliés utiles. Maintenant, sur son propre sol, le roi Antiochus pouvait commander une force beaucoup plus grande.

Après s'être retiré de l'autre côté de la rivière Phrygius (Kum Cay), le roi attendait les Romains avec une force de 60 000 fantassins et 12 000 cavaliers. Les Romains avancèrent sur la position syrienne avec 30 000 hommes.

Cependant, le roi Antiochus était bien conscient de la disparité de qualité des deux armées qui se faisaient face. Lors de négociations, il proposa donc de se retirer des territoires côtiers égéens d'Asie Mineure qu'il avait récemment acquis et de payer la moitié des dépenses de guerre romaines. La réponse romaine fut dure.

Antiochus devait payer la totalité du coût de la guerre romaine et devait se retirer de toute l'Asie Mineure. C'étaient des demandes que le roi Antiochus III de Syrie ne pouvait pas accepter. Rome exigeait qu'il rende la moitié de son royaume, tout en mettant en campagne une armée moins de la moitié de la sienne. Inévitablement, une décision devait être recherchée dans la bataille.

La bataille de Magnésie

C'était en décembre 190 av. J.-C. lorsque les deux forces se rencontrèrent au combat à Magnesia.
La vaste force de 72 000 hommes que le roi Antiochus avait sous ses ordres était composée de guerriers venus de tout le vaste royaume syrien, ou de mercenaires venus d'au-delà de ses lointaines frontières, des Celtes de Galatie, des cavaliers de Médie, des Scythes, des archers d'aussi loin qu'un champ comme Elam, même les archers dromadaires arabes.

Outre ces unités impressionnantes, de nombreux éléphants de guerre et des chars à faux à quatre chevaux étaient également présents.

Pourtant, cette démonstration spectaculaire de grandeur impériale était au cœur de la faiblesse même de la grande armée du roi. Les unités, bien que très probablement d'excellente qualité, parlaient différentes langues et n'avaient aucune expérience du combat côte à côte en tant qu'armée.

Les Romains avaient quant à eux une force centrale de 20 000 hommes romains et italiens sur lesquels compter, soutenus par 10 000 auxiliaires (Pergamene et, probablement, les forces achéennes). Scipion l'Africain était gravement malade et ne pouvait donc jouer aucun rôle dans la bataille.

Le commandement conjoint revient donc à Gnaeus Domitius Ahenobarbus et au roi Eumène II de Pergame.

La bataille a été en partie obscurcie pour toutes les personnes présentes par un épais brouillard, ce qui a empêché le centre de l'une ou l'autre armée d'observer ce qui se passait sur les ailes.

Une fois la bataille commencée, le roi Eumène, menant sa cavalerie et ses troupes légères sur la droite romaine, a chassé la cavalerie et les chars de la gauche syrienne et a réussi à perturber le flanc de la phalange syrienne. Le centre romain saisit sa chance et s'avança, repoussant la phalange syrienne qui peinait à maintenir sa ligne, en raison des troubles sur sa gauche.

Il n'y a que sur l'aile droite syrienne que les choses se sont bien passées. Il s'est avéré que les choses se sont trop bien passées. Le roi Antiochus lui-même mena une charge de cavalerie qui jeta la gauche romaine dans le désarroi. Alors que le roi repoussait son avantage, sa cavalerie se détacha de son armée. Cachée dans la brume, la grande armée syrienne était aux abois et avait désespérément besoin de leadership, mais elle n'en a reçu aucun.

Antiochus lui-même a été chassé, une fois qu'il s'est avancé trop loin et a soudainement trouvé sa cavalerie assaillie de front et d'arrière.

Dépouillé de sa cavalerie protectrice à droite et à gauche, la vaste infanterie syrienne n'avait plus aucune chance. Il s'est finalement cassé et s'est enfui. Le roi Antiochus a subi une défaite écrasante. Il a perdu 50 000 fantassins et 3 000 cavaliers.

Les Romains ont perdu 350 hommes.

Colonie romaine d'Asie Mineure

Les conditions de paix offertes par les frères Scipion étaient à peu près les mêmes qu'avant la bataille de Magnésie. Le roi Antiochus devait se retirer de Turquie et payer 15 000 talents, une somme colossale.

La Cappadoce et les deux dominions arméniens ont été confirmés comme royaumes indépendants.

Pergame a reçu de vastes étendues de terre en Asie Mineure et dans la péninsule de Chersonese (Gallipolli). Pendant ce temps, Rhodes reçut Caria et Lycia en récompense de son alliance vitale.

Conformément à la revendication de Rome d'être la gardienne de la Grèce, toutes les villes grecques, à l'exception de celles appartenant à Pergame, ont été déclarées libres. La Ligue étolienne a subi une perte de terres au profit de la Macédoine et de la Ligue achéenne et est effectivement devenue une dépendance de Rome.

Ce règlement semble généralement équitable. Mais les ennemis politiques des frères Scipion à Rome ont cherché à discréditer leurs adversaires en insistant sur le fait que les conditions imposées à la Syrie devaient être plus sévères. Gnaeus Manlius Vulso a été envoyé pour jouer le rôle de Lucius Scipio.

De nouvelles conditions ont été énoncées, selon lesquelles le roi Antiochus devait maintenant abandonner toute sa flotte, mais pour dix navires, et abandonner tous ses éléphants de guerre. De plus, il devait accepter de ne jamais faire la guerre en Europe ou dans la mer Egée. Il ne devait pas se faire d'alliés parmi les Grecs.

Les conditions étaient dures et le déclin ultérieur de la Syrie était sans aucun doute une conséquence de l'insistance du sénat pour les conditions les plus dures possibles. (188 avant JC)

Pour les Scipii, le pire devait suivre. Leurs ennemis, au premier rang desquels Caton l'Ancien, ne se reposeraient pas. De retour chez eux, les frères ont été accusés de détournement de fonds. Scipion l'Africain a échappé à la condamnation car, par une étrange coïncidence, la date de son procès tombe le jour même de l'anniversaire de sa victoire auBataille de Zama. Plutôt que de tenir un procès, le peuple l'a suivi au Capitole pour un sacrifice rituel et une action de grâces.

Lucius Scipion n'a pas eu cette chance. Il a été condamné et puni. Scipion l'Africain se retira ensuite dans sa villa de Liternum où il passa les dernières années de sa vie en reclus. Ce fut une triste fin pour l'un des meilleurs généraux et hommes d'État de Rome.

Expédition Galate

Pendant ce temps, l'homme envoyé pour succéder à Lucius Scipio en 189 avant JC, le consul Ganeus Manlius Vulso a jugé bon de s'occuper des tribus celtiques gênantes qui avaient envahi l'Asie Mineure et avaient harcelé les différents royaumes.

Cette brève campagne, généralement connue sous le nom d'expédition de Galatie, a atteint son apogée lorsque les Romains ont attaqué la position fortifiée des Celtes sur le mont Magaba (Elmadagi), à dix milles au sud d'Ancyra (Ankara).

L'ennemi comptait environ 60 000 hommes, dont 8 000 ont été tués. Après cela, les membres de la tribu ont demandé la paix. Ils ont obtenu l'indépendance, pour servir de tampon entre les territoires des alliés de Rome et le domaine syrien restant.

Mort d'Hannibal

Rome avait encore une affaire inachevée en Asie Mineure. L'une des conditions spécifiques énoncées dans les termes du roi Antiochus était qu'Hannibal Barca devait être remis à Rome. Hannibal était si terrifiant pour les Romains que sa personne obsédait leur imagination.

Mais Hannibal a reçu un avertissement suffisant pour fuir à la cour du roi Prusias de Bithynie. Le roi Prusias avait à son tour une grande utilité pour un homme des talents d'Hannibal, car en 186 avant JC, il s'engagea dans une guerre avec Pergame. Hannibal a en effet obtenu quelques succès contre les forces du roi Eumène.

Mais bientôt rien de moins que Titus Quinctius Flamininus, le vainqueur de Cynoscephalae, était en mission diplomatique en Orient et envoya une demande au roi Prusias, au nom du sénat romain, pour qu'Hannibal soit rendu immédiatement. (183 avant JC)

La Bithynie n'était pas en mesure de s'opposer à la puissance de Rome. Prusias a envoyé des soldats à la résidence d'Hannibal. Pourtant, Hannibal Barca, l'un des génies militaires suprêmes de l'histoire, ne devait pas se livrer à l'indignité d'être traîné dans les rues de Rome enchaîné. Il a pris sa vie par le poison. (183 avant JC)

La manière mesquine dont Rome a poursuivi son ancien ennemi semble cruelle et vindicative. Mais cela s'explique mieux comme une mesure de la peur pure que le nom d'Hannibal lui a inculquée. De plus, il ne faut jamais oublier la perte de vie que l'Italie a subie aux mains d'Hannibal. Avec autant de personnes ayant subi un deuil, il n'est pas surprenant que l'appétit de vengeance ait été là pour conduire Hannibal à la destruction.

Conséquences de la guerre contre Antiochus

Ce qui est étonnant, c'est que Rome n'avait réussi à dominer le monde grec qu'en deux grandes batailles de Cynoscéphales et de Magnésie.
Considéré dans son ensemble, le monde grec représentait une puissance militaire bien supérieure à Rome. Pourtant, les États successeurs alexandrins d'Égypte, de Syrie et de Macédoine, ainsi que de petits royaumes et ligues grecs ont été réduits à un peu plus que le statut d'États clients.

En un laps de temps remarquablement court, Rome avait acquis la prééminence en Méditerranée orientale, même si elle n'y possédait pas de territoire. Plus remarquable, Rome a atteint un tel pouvoir par des conflits dans lesquels elle n'était entrée qu'à contrecœur.

Rome serait ainsi l'arbitre vers lequel les États rivaux se tourneraient désormais pour régler les différends. Son prestige était tel, que la partie déçue n'oserait pas remettre en cause la décision.

Il est important de garder à l'esprit la prééminence de Rome dans la région, établie après la Seconde Guerre macédonienne et la guerre contre Antiochus, lors de la visualisation des guerres orientales ultérieures et de la conquête ultérieure de l'Est. Car la base essentielle de la domination éventuelle de Rome sur la région avait été posée dans ces deux grandes victoires.

Les victoires et conquêtes ultérieures de Rome dans la région sont le résultat de défis à sa domination. Pourtant, sa suzeraineté de facto a été établie après Cynoscephalae et Magnesia.

Guerres en Ligurie et en Istrie

Rome avait réussi à établir deux bases navales sur la côte de la Ligurie, Gênes (Gênes et Luna (Spezia, avant la deuxième guerre punique. Un col reliant Gênes à la vallée de Padus (Pod) avait également été dégagé en 197 av.

Le pays montagneux des Ligures est cependant resté intact.

La piraterie ligurienne et sarde, cependant, signifiait que Rome eut bientôt un fort intérêt à établir sa domination sur ce terrain. Les féroces tribus liguriennes restaient également une irritation à côté du territoire nouvellement pacifié de la Gaule cisalpine.

On sait très peu de choses sur les détails des guerres de Ligurie. Ce que l'on sait, c'est que le peuple ligure s'est montré incroyablement résistant à Rome.
Les Romains ont subi plusieurs revers alors qu'ils cherchaient à se battre sur un terrain inconnu contre un ennemi vraiment redoutable.

Les combats ne se sont pas limités à la Ligurie elle-même. Parfois, ce sont les Ligures qui prennent l'initiative. En 192 avant JC, ils ont été vaincus à Pise (Pise), bien que l'on sache peu de choses sur la rencontre.

Dans les années 180 avant JC, parfois non seulement une, mais deux armées consulaires ont été envoyées pour les vaincre. Compte tenu de la petite taille de la Ligurie, du fait qu'ils devraient pouvoir tenir deux armées consulaires à distance face à la férocité des tribus locales.

En 180 av. J.-C., L. Aemilius Paullus réussit à soumettre la tribu des Apuani qui vivait entre Genua et Luna. Ces personnes étaient si gênantes qu'elles ont été déportées pour vivre au Samnium par la suite.

En 177 av. J.-C., une grande bataille eut lieu sur la rivière Scultenna Panaro près de Pise, le consul Gaius Claudius menant les Romains. 15 000 Ligures seraient morts lors de cette rencontre.

Un an plus tard, 176 av. J.-C., une autre bataille à Campi Macri près de Mutina (Modène) vit à nouveau les Ligures vaincus. Les combats étaient si violents que le consul romain commandant, Quintus Petilius, mourut dans la bataille.

Pendant la majeure partie des années 170 avant JC, les Ligures résistèrent vaillamment. Mais peu à peu, un à un, les sommets des collines furent saisis et Rome réussit à imposer son autorité sur cette bande de terre aride.

La dernière bataille décisive a eu lieu au nord de Gênes dans une ville appelée Carystus (173 avant JC). Le consul Marcus Populius a vaincu l'armée ligurienne. 10 000 Ligures sont morts tandis que les Romains ont perdu 3 000 hommes. Par la suite, les Ligures se sont rendus sans condition. Une fête qui leur avait pris un quart de siècle pour s'accomplir.

Un autre concours, bien que beaucoup plus court et moins amer, pour sécuriser les flancs nord de l'Italie a été mené en Istrie. Rome est intervenue ici pour à peu près les mêmes raisons qu'avec les Ligures. Les Histri locaux gagnaient beaucoup de leur vie, comme leurs voisins illyriens, grâce à la piraterie.

Le consul Aulus Manlius Vulso devait superviser une campagne réussie (178-177 avant JC), bien qu'elle ait commencé par un spectacle embarrassant.

Après avoir établi son camp sur la rivière Timavus (Timavo), il créa plusieurs avant-postes peu équipés pour se prémunir contre les attaques surprises. Alors que certains de ces avant-postes étaient attaqués par les Histri dans la brume matinale, des gardes romains paniqués s'enfuirent vers le camp, dans leur excitation exagérant la taille de l'ennemi principalement invisible et racontant qu'une vaste armée s'approchait dans le brouillard.

La nouvelle provoqua la panique dans le camp romain et la plupart des présents s'enfuirent vers les navires. Un seul tribun est resté avec une poignée d'unités romaines. Ils posèrent peu de problème car les forces istriennes limitées tentèrent finalement un assaut sur le camp.

Une fois que le consul Manlius, déjà de retour à bord de son navire, s'est rendu compte qu'il n'y avait pas de vaste horde de barbares, le tribun et ses quelques hommes avaient été vaincus et massacrés.

Cependant, lorsque les Romains atteignirent à nouveau leur propre camp, ce ne fut que pour trouver les Istriens complètement ivres. Ils avaient évidemment rencontré l'approvisionnement en vin et jeté la prudence au vent. 8 000 d'entre eux ont été tués. Le nombre qui restait a réussi à s'échapper.

Cet épisode embarrassant derrière eux, les Romains ont réussi à retrouver leur discipline militaire et ont soumis toute l'Istrie dans l'année suivante.

Mauvaise gestion de l'Espagne

Une conséquence involontaire de la victoire dans la deuxième guerre punique était que Rome a pris possession des territoires de Carthage en Espagne. Les possessions espagnoles s'avérèrent cependant un héritage difficile. L'allégeance des nombreuses tribus espagnoles s'est avérée très inconstante. Pendant ce temps, les Espagnols étaient de redoutables guerriers qui se sont avérés presque impossibles à maîtriser.

Cependant, la richesse minérale du pays, qui avait à l'origine attiré les Carthaginois dans la péninsule, était un prix phénoménal et Rome était déterminée à s'assurer la possession permanente de ces richesses.
Ce fut une lutte extrêmement longue.

Soixante ans s'écouleront avant que l'autorité romaine ne soit solidement établie. Ce n'est que sous le règne de l'empereur Auguste que l'Espagne sera finalement complètement soumise. En 197 av. J.-C., l'Espagne a été constituée en deux colonies Hispania Citerior (ici l'Espagne) et Hispania Ulterior (plus loin l'Espagne).

Ayant vu la loyauté avec laquelle les Espagnols avaient adhéré à Scipion l'Africain, le sénat prit la région pour ainsi dire pacifiée, en confia le commandement aux seuls magistrats du rang de préteur et retira la plupart des troupes, ne laissant que 8 000 auxiliaires italiens dans chaque colonie. Cela s'est avéré une erreur coûteuse. Nul doute que l'attention du sénat a été attirée sur les affaires de la Macédoine, de la Grèce et de la Syrie par rapport auxquelles l'Espagne était un marigot sans importance.

L'amertume des combats en Espagne, cependant, se reflétait également dans la nature du gouvernement provincial. L'Espagne était loin de Rome et du sénat. Il y avait donc peu de contraintes sur un gouverneur scrupuleux. Tout comme la domination de la Sicile était infâmement sauvage, celle des dominions espagnols l'était aussi.
La cruauté était à l'ordre du jour.

Les traités par lesquels certaines villes étaient libres étaient simplement ignorés par des gouverneurs avides qui les pressaient pour tout ce qu'ils pouvaient. Toutes les protestations ou pétitions ont été répondues avec brutalité. Les brefs mandats de Caton l'Ancien etGracchusn'étaient que de courts intermèdes au cours desquels la gouvernance était dite juste en raison de la nature intègre de ces deux individus.

Toute autre année, la suzeraineté romaine équivalait à la tyrannie et à l'oppression. Il n'est donc pas surprenant que les Espagnols aient eu l'intention de résister jusqu'au bout à la conquête.

Montée en Espagne

Cependant, l'année même où les provinces romaines ont été établies, 197 avant JC, et dépouillées de troupes, la guerre a éclaté alors que la tribu des Turdenati se révoltait. Le préteur d'Hispania Citerior a vu ses forces mises en déroute et a perdu la vie dans un lieu inconnu.

Deux ans plus tard a vu un soulèvement général des tribus celtibères du centre de l'Espagne. Dans une bataille rangée près de Turda, les Espagnols ont détruit une autre armée romaine, causant la perte de 12 000 hommes. (195 avant JC)

La même année, alors que Marcus Helvius quittait Hispania Ulterior pour rentrer chez lui avec 6 000 soldats, ils furent pris en embuscade près de la ville d'Iliturgi par 20 000 Celtibères. Ils réussirent à repousser l'attaque, tuant 12 000 d'entre eux. Déjà dans ces premières années, la nature de la guerre devenait amère. Après avoir chassé l'armée espagnole, les Romains fondent sur la ville et massacrent la population. (195 avant JC)

Il ne fallut pas longtemps avant que Rome envoie un consul (Caton l'Ancien) en Espagne avec une armée pour tenter de calmer les troubles. Marcus Porcius Cato a débarqué ses troupes à Emporiae (Ampurias) où il a amené les Espagnols au combat.

Les pertes de chaque côté sont inconnues, mais on dit qu'il y a eu une réunion de deux grandes armées. La défaite subie par les Espagnols lorsqu'ils ont été attirés dans une embuscade devait être écrasante. En conséquence, le pays et les villes au nord de l'Èbre se sont rendus à la domination romaine.

Un semblant d'ordre a peut-être été rétabli, mais à peine l'armée consulaire s'est-elle retirée que le chaos s'est de nouveau installé sur la péninsule.
Cependant, en 194 avant JC, les Turdetani furent finalement vaincus et maîtrisés par P. Cornelius Scipio Nasica.

Les Espagnols étaient un peuple tribal qui savait tirer le meilleur parti du terrain difficile et montagneux qu'ils habitaient. Contrairement aux guerres que Rome a menées dans le monde grec, les décisions n'étaient généralement pas prises par une énorme bataille rangée.

Au lieu de cela, ce qui suivit fut d'interminables petits combats, jamais suffisants pour écraser le perdant ou accorder au vainqueur un avantage inattaquable. Les récits des guerres d'Espagne sont assez inégaux, nous manquons donc du détail des connaissances que nous avons des guerres romaines contemporaines contre les Grecs.

Dans les grands combats auxquels les Espagnols sont entrés, Rome a eu tendance à sortir victorieuse. En 181 avant JC, la bataille d'Aebura a vu une armée de 35 000 Espagnols vaincue, au cours de laquelle 23 000 ont été tués et 4 700 ont été faits prisonniers.

L'année suivante, Fulvius Flaccus a vaincu une autre grande force à la bataille du col de Manlian. 17 000 ennemis sont morts et 3 700 ont été capturés. Enfin, en 179 avant JC, le soulèvement celtibère fut réprimé par le préteur Tibère Sempronius Gracchus à la bataille du mont Chaunus, où 22 000 autres membres de la tribu ont perdu la vie.

Le succès de Gracchus n'était pas uniquement dû à ses prouesses militaires. Bien plus, contrairement à tout le monde depuis Scipion l'Africain, il gagna la confiance des tribus espagnoles. L'Espagne, semblait-il, pouvait être pacifiée par un chef charismatique qui gagnait le respect des chefs.

L'impact de Gracchus sur l'Espagne était si important que la paix relative, établie avant son départ en 177 avant JC, devait durer environ 25 ans.

Troisième guerre macédonienne

Le roi Philippe V de Macédoine était mort en 179 av. Dans ses dernières années, il a peut-être été un allié réticent de Rome, mais il avait également reconstruit avec diligence sa puissance militaire depuis sa grande défaite à Cynoscephalae. Au moment où son fils Persée accéda au trône, la Macédoine avait en effet récupéré une grande partie de sa richesse et de sa puissance militaire.

Dès le début, Rome se méfiait de Persée car il avait comploté contre son jeune frère Démétrius, assurant son exécution pour trahison, pendant le règne de son père.

Demetrius avait été en mission diplomatique à Rome, où il avait été en bons termes avec le sénat et avait été considéré comme un héritier alternatif possible du trône de Philippe.

En prenant le pouvoir, le roi Persée a commencé à étendre le pouvoir et l'influence de la Macédoine. Il avait épousé Laodice la fille du roi Séleucus VI de Syrie (successeur d'Antiochus III) et avait épousé sa sœur Apame au roi Prusias de Bithynie.

Pendant ce temps, il construisait des ponts diplomatiques en Grèce continentale et trouvait des partisans prêts parmi les nombreux Grecs mécontents et en faillite, désespérés de tout tournant dramatique du destin qui pourrait restaurer leur fortune.

Sa proclamation selon laquelle tous les Grecs qui n'étaient pas satisfaits des affaires devaient se rassembler à sa cour de Macédoine était une déclaration d'intention claire. Lui, le roi Persée de Macédoine, était le nouveau libérateur de la Grèce. Persée a également noué des alliances avec le chef illyrien Genthius et le puissant prince thrace Cotys.

Même Rhodes semblait adopter une attitude amicale envers le nouveau roi. Si Rome s'était efforcée d'établir un équilibre délicat des pouvoirs au sein du monde grec, l'ambition de Persée menaçait maintenant cela.

L'ennemi implacable de la Macédoine était le roi Eumène II de Pergame. En tant qu'allié le plus fiable de Rome dans la région, il jouissait d'une influence considérable auprès du sénat.

Ses avertissements sont restés inaudibles jusqu'à ce qu'en 172 avant JC, il se rende lui-même à Rome et présente au sénat son avertissement du danger que Persée représentait.
(Le prestige de Rome était tel qu'un monarque oriental implorerait le sénat en personne pour son intervention !)

Très probablement, la visite du roi Eumène a suffi à convaincre Rome d'intervenir, aussi réticente soit-elle. Cependant, si cela ne suffisait pas, le fait qu'Eumenes ait été pris en embuscade sur le chemin du retour et laissé pour mort les a clairement convaincus qu'un réseau meurtrier d'intrigues et de complots était en train d'être élaboré par le nouveau dirigeant de Macédoine.

Comme prétexte de guerre, Rome a exigé que la Macédoine paie des réparations aux tribus balkaniques alliées qui avaient subi des attaques de la Macédoine. Persée a refusé. (172 avant JC)

Mais comme Rome n'était pas en mesure de s'engager immédiatement dans la guerre, notamment en raison de ses engagements en Espagne, elle envoya à la place Quintus Marcius Philippus pour ouvrir de longues négociations avec Persée, laissant entrevoir la perspective d'une paix. Le geste était tout à fait hypocrite car il s'agissait simplement d'une ruse pour gagner suffisamment de temps pour assurer la position de Rome en Grèce et préparer une armée.

Les interventions diplomatiques de Rome ont également assuré que, lors de la déclaration de guerre, la Macédoine n'avait pas d'alliés. Quelles qu'aient pu être les sympathies pour la Macédoine, aucun État grec ne souhaitait faire obstacle aux légions de Rome.

Les préparatifs terminés, Rome débarqua une armée à Apollonia au printemps 171 av. Tout comme elle avait dérivé dans la guerre à contrecœur, voire de manière désintéressée, la conduite initiale de Rome dans le conflit était également tiède.

Rome avait envoyé le consul P. Licinius Crassus pour s'occuper d'un ennemi qui avait déjà été vaincu une fois et qui n'était sans doute pas considéré comme un défi aussi grand qu'il l'avait été autrefois. L'armée consulaire romaine comptait bien 30 000 hommes, mais c'était une force mal disciplinée et mal préparée.
À quel point la force romaine était mal préparée a rapidement émergé lors de sa première rencontre majeure.

Ils devaient rencontrer l'armée macédonienne de 40 000 fantassins et 4 000 cavaliers en Thessalie que Persée avait envahie au début de la guerre.
Lors de la bataille de Callinicus, qui eut lieu à environ 3 milles de Larissa (Larisa), toute la force consulaire romaine fut mise en déroute par l'armée de Persée. (171 av. J.-C.) Ce qui a sauvé la force romaine de la destruction totale, c'est que dans la poursuite éperdue de l'ennemi en fuite, les forces macédoniennes sont tombées dans le désordre et ont donc choisi de se retirer.

Le succès des forces macédoniennes fut tel que Persée offrit la paix.
Rome l'a rejeté d'emblée. Si elle avait vu sa domination de la Méditerranée reconnue jusqu'en Syrie et en Égypte, une défaite par la Macédoine aurait rendu cette autorité romaine nulle et non avenue.

Rome lutterait pendant deux ans, ses armées démoralisées et ses généraux incompétents ou corrompus. Pendant ce temps, le prestige de Rome dans la région au sens large a souffert. Sa défaite à Callinicus, bien que non décisive, avait montré que l'emprise de Rome sur le pouvoir n'était pas aussi irréversible que la plupart l'avaient pensé.
Lentement, la résistance à la domination romaine a commencé à s'agiter. Après Callinicus, la république d'Épire avait décidé de soutenir Persée.

Dans diverses parties de la Grèce, les sentiments étaient vifs. Rien de tout cela n'a été aidé par Rome traitant les forces de ses propres alliés sur le terrain avec une dureté indifférente. Pour ajouter à cela, plusieurs villes de Béotie ont été saccagées par les Romains.

Avec Rome apparemment incapable de vaincre la Macédoine, son emprise sur la région chancelait. De retour à Rome, les envoyés de Rhodes ont prononcé une conférence arrogante et hautaine au sénat sur les erreurs de sa conduite - une erreur de jugement que Rhodes paierait plus tard très cher. L'allié de Macédoine, Genthius, commençait à causer des problèmes en Illyrie.

Il semblait que le vent tournait contre Rome.

Si Persée avait agi de manière décisive, si des alliés avaient surgi en nombre, la Grèce aurait peut-être retrouvé sa liberté. Mais le roi Persée est resté inactif et aucun grand soulèvement contre Rome n'a eu lieu.

Enfin, en 169 av. J.-C., Quintus Marcius Philippus (l'homme qui s'était arrêté avec des négociations peu sincères en vue de la guerre) se fraya un chemin à travers la pente fortement boisée du mont Olympe à la frontière avec la Macédoine.
Ce fut une manœuvre imprudente qui épuisa son armée et le laissa hors de portée des approvisionnements.

Pourtant, Persée fut tellement surpris que, plutôt que d'exploiter l'erreur fatale de son adversaire, il abandonna toute la frontière de Macédoine et se retira plus loin dans son royaume.

L'impasse se poursuit maintenant avec les deux armées face à face jusqu'à ce qu'en 168, le commandant vétéran des guerres d'Espagne et de Ligurie Lucius Aemilius Paulus soit envoyé avec des renforts pour prendre le commandement. Fait remarquable, la guerre en était maintenant à sa quatrième année.

Paulus s'est pris plusieurs semaines pour mettre l'armée en forme et inculquer une discipline militaire appropriée.

La bataille de Pydna

Paulus s'est frayé un chemin au-delà des positions retranchées actuelles au mont Olympe et a finalement amené Persée au combat à Pydna. (été 168 av. J.-C.) La bataille elle-même a commencé par le plus superficiel des incidents. Une tentative de capture d'un cheval en liberté par les Romains a entraîné une escarmouche, qui à son tour s'est transformée en une bataille à grande échelle.

La phalange macédonienne s'avança, balayant tout devant elle. Les légions romaines furent simplement repoussées, incapables de résister à la poussée de la ligne macédonienne. Paulus racontera plus tard sa terreur à la vue de l'avancée de la phalange macédonienne.

Mais au fur et à mesure que la force macédonienne avançait sur un terrain accidenté, de petites brèches apparurent dans sa ligne. Paulus a ordonné à de petits groupes d'attaquer ces lacunes lorsqu'elles se produisaient.

La phalange n'étant pas conçue pour repousser de tels assauts impromptus n'avait aucune chance et s'est effondrée.

Si 80 à 100 Romains seraient morts dans l'avancée de la phalange, le massacre qui s'ensuivit une fois les lignes macédoniennes brisées coûta la vie à 25 000 hommes de Persée. Ce fut une défaite complètement écrasante. Le système légionnaire romain avait de nouveau triomphé de la phalange grecque.

Conséquences de la troisième guerre macédonienne

Le comportement de Rome après sa victoire à Pydna pourrait être décrit comme une vengeance, teintée de malice.

Le roi Persée s'enfuit du champ de bataille de Pydna et monta à bord d'un navire, mais fut bientôt contraint de se rendre à la flotte romaine. Il a été présenté au public romain lors du triomphe de Paulus et a passé le reste de ses jours en exil à Alba Fucens dans les collines de Mars en Italie.

Rome n'était pas finie après sa victoire à Pydna et envoya une deuxième force en Illyrie. Une campagne rapide en 168 av. J.-C. vainquit les Illyriens et ramena Genthius prisonnier.

En 168 avant JC, les Rhodiens avaient cherché à servir de médiateur entre Rome et la Macédoine. Rhodes avait en effet une longue tradition d'une telle diplomatie dans le règlement des querelles entre États grecs.

Cependant, la nouvelle de la victoire de Pydna parvint à Rome avant les diplomates rhodiens. En conséquence, leur intervention juste après la victoire de Rome est apparue aux Romains comme une tentative de protéger Persée, une fois qu'il avait été vaincu.

Le sénat se souvenait aussi encore de la leçon arrogante qu'il avait reçue des Rhodiens, alors que la puissance romaine en Grèce avait semblé décliner.
Pour Rhodes, c'était un désastre. Un préteur a même suggéré la guerre. Mais Caton l'Ancien l'a déconseillé, réalisant qu'aucune véritable malveillance n'avait été intentionnelle avec la tentative de médiation.

Cela n'a cependant pas été accompli sans l'humiliation totale des envoyés rhodiens qui se sont prosternés devant les sénateurs, plaidant en larmes pour que leur ville ne soit pas détruite.

Rhodes devait perdre ses territoires en Carie et en Lycie qui lui avaient été accordés après la guerre contre Antiochus. De plus elle allait subir un coup terrible à son commerce avec la création punitive du célèbre port franc sur l'île de Délos.

Mais en 165/164 av. J.-C., Rhodes fut enfin reconnue à nouveau comme une alliée de Rome.

La création du port franc de Délos devait avoir des ramifications importantes sur la Méditerranée. L'économie de Rhodes en fut ruinée et elle ne pouvait plus se permettre d'entretenir sa flotte de guerre substantielle. Sans patrouilles rhodiennes dans les eaux orientales, les pirates ont rapidement commencé à prospérer. Il faudra attendre un siècle avant que la piraterie ne soit maîtrisée.

En 171 av. J.-C., après la défaite romaine à Callinicus, l'Épire s'était alliée à la Macédoine. Mais tout au long de la guerre, les Épirotes n'avaient jamais fourni d'aide aux Macédoniens. Leur allégeance peut en effet avoir été induite uniquement par la peur.

Maintenant, cependant, cette alliance fatidique devrait leur coûter cher.

En 167 av. J.-C., Aemilius Paulus fut chargé par le sénat de lancer une campagne punitive sur l'Épire. Le raid des légions romaines a été horrible et pas moins de 150 000 Épirotes ont été emmenés en esclavage et vendus.

Flamininus et les Scipii ont peut-être fait preuve d'indulgence envers la Grèce dans le règlement des guerres précédentes. Mais les goûts de Paulus et Caton étaient vicieux dans leur insistance sur la vengeance romaine.

En Étolie, les Romains ont accordé leur soutien aux factions qui se sont mises à massacrer des amis présumés de la cause macédonienne.

Peut-être le plus injuste de tous était le traitement de la Ligue achéenne.
Tout au long de la guerre contre le roi Persée, les Achéens étaient restés inébranlablement fidèles à Rome. Pourtant, Rome a étendu un réseau d'espionnage à travers toute la Grèce. Une purge est organisée pour débarrasser toute la Grèce des chefs anti-romains. Le voisin a dénoncé le voisin. Les personnes jugées gênantes étaient tout simplement déportées en Italie.

Parmi ces outrages, 1 000 des principaux citoyens d'Achaïe ont été déportés en Étrurie sans procès.

L'historien Polybe sera peut-être le plus célèbre de ces otages. Il faudra plus de quinze ans, jusqu'à ce qu'en 150 avant JC, les 300 autres captifs soient libérés et renvoyés en Grèce.

Il n'est pas surprenant que toute la Grèce nourrisse désormais un profond ressentiment envers Rome.

Les États grecs ont été laissés libres, même s'ils ne possédaient pratiquement plus d'indépendance. Rome cherchait toujours à ne pas absorber la Macédoine ou l'Illyrie dans son empire.

Au lieu de cela, la Macédoine était divisée en quatre républiques indépendantes, chacune administrée par son propre sénat et chacune payant un tribut à Rome.
L'Illyrie était divisée en trois républiques selon les mêmes lignes.

Rome semblait toujours désireuse d'un engagement permanent en Orient. La création de ces faibles républiques était toujours vouée à l'échec. Les conditions politiques et militaires qui leur étaient imposées assuraient qu'ils ne pouvaient plus constituer une menace pour les intérêts romains, mais les rendaient également trop faibles pour se défendre.

Pourtant, la division de la Macédoine et de l'Illyrie a servi de démonstration parfaite que Rome cherchait à exercer une influence sur la Méditerranée orientale, mais n'avait aucune ambition de s'y emparer.

Quatrième guerre macédonienne

La faiblesse des différentes républiques macédoniennes fut bientôt démontrée, lorsqu'un aventurier appelé Andriscus, qui prétendait être le fils de Persée, déclencha un soulèvement et prit le pouvoir.

Appauvrie par la paralysie de son commerce, la Macédoine dans les vingt années qui suivirent la victoire de Rome à Pydna était tombée dans une situation désespérée.
Les milices séparées des républiques macédoniennes n'ont tout simplement pas pu contenir le soulèvement. (150 avant JC)

Une fois de plus, les efforts de Rome en Grèce ont mal commencé. Andriscus a vaincu de manière écrasante une force romaine rassemblée à la hâte et a envahi la Thessalie en 149 av.
Bien que Rome ne devait pas sous-estimer deux fois son ennemi et en 148 av. J.-C., envoya une puissante armée sous le commandement de Quintus Caecilius Metellus pour s'occuper de l'affaire.

Andriscus a été vaincu, chassé de Macédoine et finalement abattu et capturé en Thrace. (148 avant JC)

À la suite de la quatrième guerre macédonienne, l'expérience de division de la Macédoine en républiques était terminée. Une nouvelle province de Macédoine a été créée principalement à partir des territoires de Macédoine, Thessalie et Épire.

Une nouvelle autoroute militaire, la Via Egnatia, a été construite du port d'Apollonia à la capitale provinciale de Thessalonique.

Guerre contre la Ligue achéenne

Le dernier désastre qui s'abattit sur la Grèce fut la détermination de Sparte à quitter la Ligue achéenne. Le sénat romain, toujours soucieux d'affaiblir tout État grec, indiqua son consentement. La Ligue achéenne était outrée.

Étant donné que ce n'est qu'en 150 avant JC que les otages grecs survivants étaient revenus qui avaient été pris lors de la purge après la troisième guerre macédonienne , l'hostilité envers Rome était élevée. De plus, Corinthe était en pleine effervescence révolutionnaire. Le dictateur Critolaus, qui était farouchement anti-romain, était arrivé au pouvoir dans la ville.

Rome quant à elle était occupée en Espagne et à Carthage. Peut-être la Ligue achéenne se contentait-elle de penser que Rome ne chercherait pas à s'engager dans une guerre pour ce qui était après tout une affaire grecque intérieure et mineure, alors qu'elle était occupée sur plusieurs fronts.

En 148 avant JC, la Ligue achéenne marcha sur Sparte et remporta la victoire au combat.
Les questions peuvent encore avoir été résolues à l'amiable. Mais Critolaus insulta et menaça les envoyés romains, ce qui rendit toute négociation impossible.

Par conséquent, Quintus Caecilius Metellus fit sortir ses armées de Macédoine. Il s'en est suivi plusieurs petits engagements, dont l'un a vu la mort de Critolaus. (146 av. J.-C.) Metellus marche sur Corinthe, mais la bataille décisive revient au consul Lucius Mummius qui a été spécialement envoyé avec des renforts d'Italie et qui arrive juste à temps pour prendre le commandement.

Environ 14 000 fantassins grecs délabrés, composés en grande partie d'esclaves libérés, et 600 cavaliers affrontaient 23 000 fantassins romains et 3 500 cavaliers. Les Grecs n'avaient aucune chance. Les pertes grecques exactes sont contestées, mais doivent avoir été très lourdes. (146 avant JC)

La ville sans défense de Corinthe a maintenant fait face à la colère de Rome. La plupart des habitants avaient fui. Ceux qui ne l'avaient pas été étaient vendus comme esclaves. La destruction de Corinthe en 146 av. J.-C. se classe parmi les événements les plus infâmes de l'histoire romaine.

Son instigateur, le consul Lucius Mummius, restera à jamais dans les mémoires comme la figure de la barbarie maladroite qui a détruit l'une des plus importantes villes de culture et d'apprentissage du monde antique.

Mummius est peut-être mieux connu pour ses instructions, lors de l'enlèvement des multiples trésors de Corinthe, selon lesquelles tout homme qui cassait l'une des œuvres d'art inestimables dans le transport devait la remplacer par un équivalent.

La défaite de 146 avant JC est traditionnellement déterminée comme la fin de l'histoire politique grecque. Bien que la Grèce soit techniquement restée comme un ensemble de cités-États, libres en tout sauf en nom, elle a été effectivement incorporée dans la province romaine de Macédoine.

Le gouverneur de Macédoine était en effet autorisé par le sénat à s'immiscer dans les affaires grecques, quand bon lui semblait.

L'ironie tragique de l'histoire grecque est que la Grèce a enfin trouvé une paix durable sous la domination romaine, une paix qu'elle n'aurait probablement jamais accomplie par elle-même.

Troisième guerre punique

Le règlement de la deuxième guerre punique avait vu le monopole virtuel du commerce carthaginois en Méditerranée occidentale brisé, mais il n'avait pas réussi à diminuer Carthage en tant que puissance économique. En quelques années, Carthage prospérait à nouveau, établissant de nouveaux liens commerciaux profondément dans le continent africain.

Malgré toute la puissance militaire de Rome, elle ne pouvait rivaliser avec Carthage en tant que capitale commerciale de la Méditerranée occidentale. Plus encore, la destruction par Rome de Capoue, la principale ville commerciale d'Italie, pendant la guerre avec Hannibal n'a sans aucun doute fait que renforcer la domination punique.

Dix ans après sa reddition à la suite de la bataille de Zama, Carthage a pu rembourser au total les 8 000 talents restants qu'elle devait payer au cours des 40 années suivantes. (La somme totale avait été de 10 000 talents sur 50 ans.)

De plus, Carthage avait contribué des dons gratuits de céréales aux opérations militaires romaines à l'est. Les navires et les équipages carthaginois ont combattu dans le cadre de la marine romaine.

Rien n'indiquait que Carthage possédait d'autres ambitions impériales. Sa classe dirigeante semblait s'être consacrée à la prospérité par le seul commerce, laissant fermement à Rome toutes les ambitions de suprématie militaire.

Pourtant, le traité de paix avec Rome contenait un défaut fatal. Il interdit à Carthage d'entreprendre toute action militaire, même défensive, sans l'autorisation expresse de Rome. Cependant, la principale menace pour le territoire carthaginois était en fait le roi Masinissa de Numidie, qui à son tour était un allié de Rome.

En cas de trouble entre Carthage et la Numidie, ce serait à Rome de choisir si elle laisserait les Carthaginois prendre les armes contre l'un de ses alliés.

Masinissa savait très bien la haine que Rome ressentait pour Carthage, depuis l'épreuve des campagnes d'Hannibal contre elle. Ayant sécurisé sa position en Numidie et ayant construit une armée permanente de 50 000 hommes, Masinissa a procédé à l'invasion du territoire carthaginois, petit à petit.
Les protestations carthaginoises à Rome sont restées sans réponse.

Masinissa n'avait pas grand-chose à craindre. Lui aussi fournissait gratuitement du grain aux armées romaines. Il a même fourni des éléphants de guerre aux forces romaines en Espagne.
Comment Rome autoriserait-elle Carthage à mener une action militaire contre un allié aussi loyal ?

En 152 avant JC, une délégation romaine sous P.Scipio Nasica s'est prononcée en faveur de Carthage et a ordonné à Masinissa de restituer une partie du territoire. La tradition de la famille Scipion de faire preuve d'indulgence et d'équité envers l'ennemi vaincu semblait toujours tenir. Rome, quant à elle, semblait toujours respecter le jugement d'un Scipion concernant Carthage.

Masinissa ne laissa cependant pas un revers aussi mineur le dissuader de reprendre ses incursions en territoire carthaginois. Son ambition semblait n'être rien de moins que la conquête de tout le territoire carthaginois. Mais avec son agressivité renouvelée, Masinissa a fini par pousser trop loin.

En 150 av. J.-C., la patience des Carthaginois s'est brisée. Ils rassemblèrent une force de cinquante mille hommes et, au mépris du traité de paix avec Rome, affrontèrent l'armée numide.

Mais Masinissa, désormais nonagénaire, ne devait pas être vaincu. L'armée carthaginoise a été complètement détruite. Pourtant, Masinissa ne devait pas profiter de son prix.

Un bien plus grand prédateur a maintenant jeté son dévolu sur l'Afrique : Rome.

On pourrait en conclure que Rome sentit l'occasion de saisir son ennemi détesté, après qu'il eut subi une défaite, avant que son avare voisin numide ne le conquit.

Mais plus encore, c'est la campagne incessante de Marcus Porcius Caton (Caton l'Ancien) qui a fait en sorte que le sénat ait finalement cédé et pris des mesures contre Carthage.

Caton l'Ancien

Les motivations de Caton ne sont pas claires. Peut-être croyait-il vraiment que Rome ne pourrait jamais être en sécurité tant qu'un port riche, puissant et indépendant comme Carthage jouirait de sa liberté.

Peut-être n'était-il qu'un vieil homme amer, qui considérait les riches produits des champs fertiles d'Afrique du Nord comme une menace pour les agriculteurs italiens. (On se souvient qu'il aurait laissé tomber une figue africaine au sénat uniquement pour rappeler aux sénateurs admirant le fruit tombé que Carthage ne gisait qu'à quelques jours.)

Ou, peut-être, la querelle politique de Caton avec les Scipii l'a amené à chercher à saper leur politique de clémence envers Carthage.

Quoi qu'il en soit, Caton a réussi à mettre en action le sénat et les comices centuriata. En 149 av. J.-C., la guerre fut déclarée à Carthage pour avoir enfreint les conditions de paix imposées par Scipion l'Africain.

Rome envoya alors en quatrième lieu ses consuls Manilius et Censorinus à la tête d'une armée de 80'000 fantassins et 4'000 cavaliers. Ils ont débarqué sans opposition et ont établi un camp près d'Utique.

Masinissa comprit aussitôt qu'il devait se voir refuser sa proie et se retira, refusant tout soutien à l'entreprise romaine.

Carthage se rendit aussitôt.

Ce qui a suivi était une mascarade honteuse, par laquelle les Romains ont apparemment cherché à négocier des conditions avec les Carthaginois.

Les premiers otages sont réclamés. Les Carthaginois ont fourni sans faute 300 jeunes issus de familles nobles. Ensuite, toutes les armes devaient être rendues. Les Carthaginois ont livré des milliers de catapultes et d'armures, se privant de tout moyen de résistance.

Enfin, les vrais termes ont été présentés. Les gens devaient abandonner leur grande et ancienne ville et s'installer sur un site à dix milles de la côte.

Les termes romains étaient impossibles. Les Carthaginois étaient un peuple de la mer, une nation marchande fondée sur le commerce et la navigation.

Mais dans sa tromperie, Rome avait fait une erreur de calcul vitale. Carthage était l'ennemi le plus féroce qu'elle ait jamais rencontré sur le terrain. Cette ville était imprégnée d'un esprit indomptable qui avait fait naître un Hannibal Barca. Elle ne céderait pas simplement à la ruse et disparaîtrait de l'histoire avec un gémissement.

La grande ville était maintenant résolue à entrer dans l'histoire dans un spectacle spectaculaire d'héroïsme qui connaît peu d'égaux. Sachant leur cas futile, les Carthaginois ont affronté la puissance de l'empire romain une dernière fois.

La résilience punique s'est avérée d'une ampleur épique. En 149 et 148 av. J.-C., les troupes romaines firent peu de progrès contre une ville qui ne leur avait rendu que récemment tous ses armements. Même l'achèvement de leurs travaux de siège s'est avéré gênant car ils ont été harcelés par des bandes de guerre puniques dans l'arrière-pays.

À toutes fins utiles, la campagne romaine était en grande difficulté, malgré la suprématie totale des armes.

Enfin, dans une tournure remarquable des événements, un jeune officier servant dans l'armée revint à Rome en 147 av. J.-C. pour se présenter au poste d'édile. Étonnamment, le peuple lui a conféré le consulat et le commandement de leur armée à Carthage, bien qu'il n'ait aucune qualification pour une fonction aussi élevée et que le sénat ait vivement déconseillé une telle décision.

Mais il avait fait preuve d'un grand esprit et d'une grande capacité en Afrique, et avait même gagné le respect personnel de l'hostile Masinissa. – Surtout si son nom était Scipion.

Mieux encore, il était le fils de naissance d'Aemilius Paulus, le vainqueur de la troisième guerre macédonienne et le petit-fils de Scipio Africanus par adoption.
Il était P. Cornelius Scipio Aemilianus.

Ce qu'il fallait pour conquérir Carthage, ce n'était pas une stratégie brillante, mais du dynamisme, de la détermination et surtout la capacité d'inspirer. Les Carthaginois, commandés par Hasdrubal, disputaient chaque centimètre de terrain, accomplissaient presque des fêtes impossibles et semblaient pratiquement infatigables. Rome avait besoin d'un Scipion en qui croire.

Tout au long de l'année 147 CB, Scipion Aemilianus a poursuivi le siège, d'énormes travaux d'ingénierie étant entrepris pour fermer l'entrée du port et ainsi couper les quelques approvisionnements vitaux que l'ennemi recevait par voie maritime. Scipion Aemilianus a ensuite attendu que l'hiver passe avant au début de 146 avant JC, il a ordonné l'assaut. Ses troupes se frayèrent un chemin au-dessus des murs extérieurs contre une résistance féroce.

Même une fois les murailles prises, Carthage n'était pas encore gagnée. Il a fallu une autre semaine de combats vicieux au corps à corps jour et nuit, les Romains devant conquérir une maison à la fois, jusqu'à ce qu'ils atteignent la Byrsa, la citadelle de la ville. Là, enfin, les 50 000 Carthaginois survivants, après quatre ans de lutte contre les obstacles les plus impossibles, se sont rendus.

Pourtant, nombreux étaient ceux qui préféraient mourir de leur propre main plutôt que de céder à l'ennemi. La plus célèbre de toutes, la femme d'Hasdrubal a jeté ses enfants et elle-même dans les flammes, plutôt que de se rendre.

Les guerres puniques avaient été de véritables luttes titanesques. La fin de Carthage fut tout aussi épique, comparable dans son esprit et son ampleur à la destruction de Troie.

Par ordre du sénat, la ville a été rasée, l'endroit a été rituellement maudit et le sol a été jonché de sel. Ses citoyens restants ont été vendus en esclavage.

Conséquences de la chute de Carthage

L'effet immédiatement évident de la victoire de Rome fut que la ville d'Utique devint la capitale de la nouvelle province romaine d'Afrique.

La Numidie est restée un allié libre de Rome, mais Masinissa étant mort au cours de la première année du conflit, son royaume était désormais entre les mains de ses trois fils en querelle et ne représentait donc aucune menace. La Tripolitaine est apparemment également passée sous la domination romaine, mais a été séparée de la province africaine.

La destruction de Carthage et de Corinthe par Rome en 146 av. J.-C. était un mémorial hideux de la suprématie romaine des armes. Il n'y avait plus aucun ennemi qui pouvait s'opposer à elle.

La cruauté sous-jacente à une telle destruction gratuite a très probablement été engendrée pendant la Seconde Guerre punique. La lutte contre Hannibal avait endurci les cœurs romains et favorisé une génération de dirigeants impitoyables, voire malveillants, qui recherchaient des solutions définitives et durables plutôt qu'une simple victoire. Bien que lorsqu'on lit Rome rasant et spoliant de grandes villes, on ne peut que se demander ce que ses contemporains ont fait d'une telle apparente barbarie.

Pourtant, la victoire romaine a établi un nouvel ordre mondial. L'unité italienne avait vaincu la politicaillerie grecque et le despotisme punique. La défaite des Grecs a permis à l'Italie de ne plus être menacée par des rivaux à l'est. Plus encore, Rome dominait l'Orient.

Pendant ce temps, la victoire sur Carthage n'avait laissé aucune opposition à l'occupation romaine de la Méditerranée occidentale autre que les diverses tribus qui y vivaient.

Nous devons peut-être être indulgents envers les actes romains de cruauté et de tromperie accordés aux Carthaginois, aux Épirotes, aux Rhodiens et aux Achéens.
Rome devait être l'une des grandes forces civilisatrices de l'histoire, destinée à répandre la culture hellénistique dans les confins du monde antique.

Il semble peu probable que les cités-États grecques qui se chamaillent ou les Carthaginois despotiques y soient parvenus.

Néanmoins, il va de soi que 146 av. J.-C. fut l'une des années les plus sombres de l'histoire romaine. Non pas par une sombre défaite contre les barbares, mais par la manière honteuse de sa victoire.

Lutte désespérée en Espagne

Si la conduite romaine à l'égard de la Grèce et de Carthage était loin d'être louable, l'honneur de Rome est tombé à un niveau historiquement bas dans les guerres d'Espagne.
Les problèmes des campagnes en Espagne sont restés les mêmes depuis que Rome y avait hérité sans le vouloir des territoires carthaginois à la fin de la seconde guerre punique.

Les commandants et les soldats étaient conscients d'être très éloignés de leur patrie et à l'abri des regards indiscrets. La responsabilité s'est considérablement relâchée, tout comme la discipline de l'armée. Les chefs de l'armée savaient qu'ils devraient se contenter du personnel dont ils disposaient, car il était peu probable que des renforts soient envoyés.

À leur tour, les soldats savaient qu'ils risquaient d'être bloqués en Espagne pendant longtemps sans espoir de secours. Le moral était donc bas parmi les rangs ordinaires ainsi que parmi les commandants. Le résultat était épouvantable.

La colonisation réalisée par Tiberius Sempronius Gracchus en 179 av. J.-C. avait duré un quart de siècle. En 154 av. J.-C., les Lusitaniens envahirent le territoire romain et en 153 av. J.-C., les Celtibères se soulevèrent.

Le consul Fulvius Nobilor a fait campagne de 153 à 152 avant JC, pour subir une défaite écrasante à Numance. Le consul M. Claudius Marcellus était l'homme qui lui succéda sur le terrain et réussit à conclure une paix avec les Celtibères (151 avant JC).

Rome pouvait désormais concentrer toute sa force sur les Lusitaniens qui avaient remporté une série de succès. En 151 avant JC, ils battirent sévèrement le préteur Servius Sulpicius Galba.

Toujours en 151 avant JC, le successeur du consul Marcellus, L. Licinius Lucullus, lança alors une attaque soudaine et non provoquée contre la tribu celtibère des Vaccaei, par laquelle il s'en prit à la ville de Cauca (Coca) et massacra tous les hommes de la ville. Cela a créé un précédent impie pour le comportement romain.

Ensuite, Lucullus rejoint Galba dans la guerre contre les Lusitaniens (150 avant JC). Telles furent les pertes des Lusitaniens qu'ils poursuivirent pour la paix. Les négociations ont été laissées à Galba qui a tenté plusieurs milliers de Lusitaniens de leurs maisons, par une promesse de réinstallation sur de meilleures terres. Les ayant ainsi éloignés de la sécurité de leurs foyers, il les fit massacrer (150 av. J.-C.).

Cette trahison totale s'est retournée contre elle car elle n'a fait qu'instiller chez les Lusitaniens un désir amer de résister désormais à tout prix. Si les Lusitaniens avaient réclamé la paix, la guerre était maintenant tout sauf terminée.

Viriathe

Un survivant du massacre de Caepio en 150 av. J.-C. devait devenir le nouveau chef lusitanien. Son nom était Viriathus et il a réalisé la carrière improbable de passer d'un berger à être le roi des Lusitaniens en tout sauf le nom.

Viriathe devait mener les Lusitaniens à une série ininterrompue de victoires entre 146 et 141 avant JC contre cinq commandants romains à tour de rôle. Ces revers romains écrasants ont poussé les Celtibères à saisir la chance de se débarrasser de la domination romaine et ils se sont levés à nouveau en 143 av.

En 141 avant JC, Viriathus remporta alors une victoire écrasante contre le consul Fabius Maximus Servilianus à Erisana.

Dans une scène rappelant les infâmes Fourches Caudines (voir : 321 av. J.-C.), il a déjoué l'armée consulaire romaine et a réussi à se piéger dans une gorge de montagne d'où il n'y avait pas d'échappatoire.

Son armée à la merci des Lusitaniens, Fabius négocia un traité. Rome a reconnu la liberté et la souveraineté des Lusitaniens (141 avant JC).
Le simple fait que Viriathe ait cherché à négocier suggère que son peuple désespérait effectivement de la guerre à ce moment-là, car il les avait toujours déconseillés de tout traité, après le massacre de 150 av.

Le sénat romain a confirmé le traité avec les Lusitaniens la même année.

Cependant, l'année suivante, 140 av. J.-C., le frère de Fabius, Servilius Caepio, obtint le consulat. Caepio a persuadé le sénat de répudier maintenant sa propre décision et d'annuler le traité avec les Lusitaniens.

Il prend ensuite le terrain et envahit le territoire lusitanien. Les Lusitaniens se sont retrouvés une fois de plus attaqués par les forces des deux provinces romaines, comme ils l'avaient été en 150 av. Encore une fois, ils n'ont pas pu soutenir un tel assaut combiné et Viriathus, confronté à une désertion croissante de ses propres troupes, a finalement été contraint de poursuivre en justice.

Pourtant, même dans la victoire, Caepio n'était toujours pas digne de confiance. Il a soudoyé les négociateurs lusitaniens qui ont ensuite procédé au meurtre de Viriathus dans son sommeil (139 avant JC).

Les Lusitaniens, leur chef inspirateur mort, ont essayé de continuer à résister, mais leur cause s'est avérée vaine. Ils ont été soit complètement maîtrisés dans la même année de la mort de Viriathus, soit au moment où le successeur de Caepio Decimus Iunius Brutus a mené des campagnes romaines jusqu'en Galice en 137 av.

Numératie

Le soulèvement celtibère avait été rapidement maîtrisé par le consul Q. Caecilius Metellus. De 143 à 142 av. J.-C., il les balaya systématiquement du terrain, ne laissant à ses successeurs que le soin de réduire quelques places fortes. Parmi ces forteresses isolées se trouvait la petite ville de Numantia, sur le cours supérieur de la rivière Durius (Duero).

Cette petite ville, dont la garnison militaire n'a jamais dépassé les 8 000 hommes, restera dans l'histoire pour avoir résisté aux attaques romaines incessantes pendant neuf ans.
Numance se trouvait entre de profonds ravins et était entourée d'une épaisse forêt, rendant tout assaut direct impossible.

Le successeur de Metellus, Q. Pompeius, fut le premier à tenter de forcer l'endroit à se soumettre. Pourtant, à un moment donné en 141 et 140 avant JC, Pompée trouva son propre camp assiégé par les défenseurs de Numance.

Dans l'esprit dominant des opérations romaines sur la péninsule ibérique, Pompée a convenu d'un traité de paix sur lequel Numance devait payer des réparations et resterait indemne. A peine la ville avait-elle payé que Pompée revenait sur l'accord et renouvelait ses attaques.

En 137 av. J.-C., une armée romaine se trouva à nouveau prise au piège par ceux qu'elle était censée assiéger. Son commandant, le consul Hostilius Mancinus, a de nouveau cherché à négocier sa sortie d'une situation inéluctable. Compte tenu de leur expérience récente de Pompée, il était peu probable que les Numantins aient à nouveau confiance en la parole d'un Romain.

Cependant, dans le camp romain se trouvait un jeune officier à la garantie duquel ils étaient prêts à placer leur confiance. Il s'appelait Tiberius Sempronius Gracchus, le fils de celui-là même qui avait obtenu en 179 une paix durable sur la péninsule et dont le nom était tenu en haute estime par les Espagnols.

Mais encore une fois, la parole d'un consul romain ne valait pas grand-chose. Le sénat a simplement refusé de reconnaître le traité conclu. Plutôt que d'accepter le traité, le sénat a affirmé que Mancinus n'avait pas le droit de le négocier et a décidé de remettre le malheureux commandant aux Numantins.

Pourtant, les habitants de Numance ont dédaigné de se venger d'un homme sans défense. Comme Mancinus était présenté enchaîné aux murs de la ville, ils refusèrent de prendre part à cette mascarade romaine.

Au lieu de cela, une fois de retour à Rome, Mancinus a été retiré de la liste des sénateurs.

L'injure faite à l'honneur de Tiberius Sempronius Gracchus était cependant quelque chose qui persisterait beaucoup plus longtemps dans la politique romaine.

Scipion Émilien à Numance

Il reviendra à Scipion Émilien, le destructeur de Carthage, de mettre enfin Numance au pas. Son élection au consulat en 134 av. J.-C. se heurta une fois de plus à une vive opposition de la part de l'ordre établi à Rome.

Une fois de plus, son élection représentait la pure volonté du peuple, sans aucune sorte de campagne politique. L'assemblée tribale (comitia tribute) a simplement choisi Aemilianus pour être son champion en Espagne et mettre fin à la guerre hideuse et déshonorante. En conséquence, le sénat lui refusa le droit de lever une armée consulaire régulière. Cependant, son autorité considérable signifie que Scipion Aemilianus pourrait s'appuyer sur une armée de volontaires et d'amis prêts.

Comme il s'était lié d'amitié avec le roi Masinissa lorsqu'il servait à Carthage (il a administré la volonté du roi après sa mort), il était maintenant rejoint par le petit-fils du défunt roi, Jughurta. Un autre ajout notable à son expédition fut Gaius Marius, qui fut bientôt remarqué comme une star militaire du futur.

En arrivant en Espagne, Aemilianus a découvert à quel point le moral était tombé parmi les troupes sur le terrain. Réalisant l'état désastreux de la majeure partie de son armée, il aurait dit: 'S'ils ne se battent pas, ils creuseront.'
Il résolut donc d'assiéger Numance jusqu'à ce qu'elle tombe.

Cela dit, l'arrivée du petit-fils de Scipion Afrianus en Espagne a amené de nombreuses tribus espagnoles fidèles à son étendard. Peu de temps après, Scipion Aemilianus a présidé une force totalisant 60 000 hommes.

Aemilianus a entouré Numance d'une double muraille et de camps militaires. Pour empêcher les secours d'entrer par la rivière, une barrière, barbelée de lances et de lames, fut jetée en travers, rendant toute avancée impossible.

Une tentative des Celtibères de venir en aide à leur forteresse assiégée est repoussée.

Après plus d'un an de ce siège écrasant, les Numantins ont cherché à demander la paix. Pourtant, il leur était clair que rien d'autre qu'une reddition inconditionnelle n'était acceptable. Beaucoup se sont suicidés plutôt que de se soumettre.

Ceux qui se sont rendus, réduits à l'état de quasi-squelette par la famine prolongée, ont tous été vendus comme esclaves. Comme cela avait été le sort de Carthage, la ville de Numatie fut anéantie (133 av. J.-C.).

La première guerre des esclaves

C'est l'année même de l'élection de Scipion au consulat que son collègue consulaire, Fulvius Flacchus, est appelé à intervenir en Sicile.
Dès 139 avant JC, une révolte d'esclaves avait commencé sur l'île. Il s'était accéléré depuis, jusqu'à ce qu'en 135 av.

Alors que les chefs de l'armée d'esclaves émergeaient, un prestidigitateur syrien appelé Eunus et un Cilicien du nom de Cléon. Leur armée était massive. Pas moins de 60 000. Peut-être jusqu'à 200 000. Plusieurs villes fortifiées leur tombèrent, jetant un règne de terreur sur la province.
Des atrocités sauvages ont été commises contre les propriétaires d'esclaves grecs et romains.

Non seulement il s'agissait d'un soulèvement des esclaves, mais aussi les pauvres et les sans privilèges se sont joints à la rébellion.

Fulvius Flacchus n'a cependant pas fait mieux pour réprimer le soulèvement que tout autre avant lui. Ce n'est que lorsque le consul Publis Rupilius reçut certains des soldats bien entraînés de Scipion Aemilianus après le siège réussi de Numance que la révolte fut enfin écrasée en 132 avant JC.

Le traitement des esclaves capturés par les Romains dans cette guerre était un sauvage comme le traitement infligé par l'armée d'esclaves aux propriétaires d'esclaves. Des milliers ont été crucifiés.

L'époque de la première guerre des esclaves a vu d'autres flambées de troubles parmi les esclaves, notamment en Campanie et dans le territoire annexé de Pergame. Comme c'est souvent le cas dans l'histoire, cela a peut-être été une période de troubles généraux.

Alternativement, la masse d'esclaves si soudainement créée par les victoires de Rome et de ses alliés a peut-être été au-delà de la capacité d'absorption des sociétés anciennes.

Pourtant, il est clair que la guerre était un signe inquiétant des choses à venir, notamment en préfigurant Spartacus et sa révolte massive d'esclaves. Cela indiquait également le mécontentement et la désillusion des pauvres, des endettés et des petits exploitants.

Rome hérite du royaume de Pergame

En 133 av. J.-C., le roi Attale III de Pergame mourut sans héritiers. La dynastie avait été fidèle à Rome à travers toutes les politiques changeantes des soixante-dix dernières années. Et Attale, mourant, légua son royaume au peuple romain, ne serait-ce que pour résoudre le problème de la succession.

Cela dit, Pergame était en grande partie un État client romain. Compte tenu de la domination romaine sur la Méditerranée orientale, leur accorder la possession d'une région dans laquelle ils avaient déjà remporté une victoire militaire majeure n'était pas un si grand pas (Magnésie, 190 avant JC)

Sa seule demande était que Pergame et les autres villes grecques de son royaume n'aient pas à payer de tribut à Rome. Le sénat accepta la condition avec joie, sachant que le royaume de Pergame était en effet extraordinairement prospère. Même sans revenus des villes, il y avait des fortunes à faire à Pergame.

Mais ce fut une période de bouleversements sociaux substantiels.

Alors qu'un prétendant à l'héritage du trône d'Attale se levait, beaucoup affluaient à son soutien. Son nom était Aristonicus et il prétendait être le fils illégitime d'Attale III. Il ne fallut pas longtemps avant qu'il ait une armée hétéroclite d'esclaves, de mercenaires pauvres et démobilisés sous ses ordres.

Les cités grecques résistèrent cependant à ses avances.

Au départ, Rome n'accorda pas beaucoup d'attention à cette rébellion, pensant sans doute qu'elle s'éteindrait. Pourtant, en 131 avant JC, ils ont jugé nécessaire d'envoyer une force sous le consul P. Licinius Crassus pour écraser la révolte et traquer Aristonicus.

Cela ne devait pas être si facile. L'armée romaine fut vaincue, son consul capturé et mis à mort. L'année suivante, le consul M. Perperna débarqua à Pergame avec une autre force. Il remporte rapidement la victoire et la rébellion touche à sa fin (130 avant JC).

En 129 av. J.-C., le consul M. Aquilius créa la province « d'Asie », incorporant ainsi officiellement ce riche territoire dans le cadre impérial de la république.

Aquilius a maintenu l'immunité de taxation pour les villes grecques qui avaient résisté à Aristonicus.

La République romaine tardive

L'histoire de la république romaine tardive est essentiellement tragique.
Pourtant, les diverses causes de la disparition de la république sont loin d'être claires. On ne peut pas désigner une seule personne ou un seul acte qui a conduit à la chute.

Avec le recul, on a l'impression que la constitution romaine n'a surtout jamais été conçue avec la conquête de riches territoires d'outre-mer à l'esprit.
Avec l'ajout de provinces toujours plus nombreuses, en particulier celle d'Asie (Pergamene), la constitution politique romaine délicatement équilibrée a commencé à s'effondrer de l'intérieur.

Pour les politiciens individuels, en particulier pour ceux qui avaient un talent pour le commandement militaire, le prix du pouvoir est devenu de plus en plus extraordinaire à mesure que l'empire s'étendait.

Pendant ce temps, dans les rues de Rome, la volonté de l'électorat romain était de plus en plus importante, car sa faveur accordait à un politicien des pouvoirs toujours plus grands.

À son tour, l'électorat a été soudoyé et cajolé de manière flagrante par des populistes et des démagogues qui savaient qu'une fois au pouvoir, ils pourraient récupérer n'importe quel coût simplement en exploitant leurs bureaux à l'étranger.

Si, dans les premiers jours de Cincinnatus, les hautes fonctions avaient été recherchées pour le statut et la renommée au sein de la société romaine, les derniers jours de la république romaine ont vu les commandants gagner de vastes fortunes en pillage et les gouverneurs gagner des millions en avantages et en pots-de-vin dans les provinces.

La clé de ces richesses était l'électorat romain et la ville de Rome.
Par conséquent, qui contrôlait la foule romaine et qui occupait les postes pivots des tribuns du peuple était désormais d'une immense importance.

Le destin de l'ancien monde était maintenant décidé dans le monde miniature d'une ville. Ses conseillers municipaux et ses magistrats furent soudain importants pour le commerce grec, le grain égyptien ou les guerres en Espagne.

Ce qui avait été autrefois un système politique développé pour faire face à une cité-État régionale dans le centre de l'Italie portait désormais le poids du monde.

La vertu même du stoïcisme romain immuable devint alors la perte de Rome. Car sans changement une catastrophe était inévitable. Pourtant adaptable comme l'esprit romain était aux sujets de la guerre, il était résistant à n'importe quel changement soudain de règle politique.

Ainsi, alors que l'élite romaine faisait ce pour quoi elle avait été élevée, alors qu'elle se disputait sans pitié les postes et les honneurs les plus élevés, elle a involontairement détruit la structure même qu'elle avait juré de protéger.

Plus encore, ceux qui possédaient des talents extraordinaires et réussissaient ne faisaient que récolter la méfiance de leurs contemporains qui soupçonnaient aussitôt qu'ils recherchaient les pouvoirs de la tyrannie. Auparavant, Rome avait confié des commandes extraordinaires à de grands talents lorsqu'une crise l'exigeait, puis vers la fin de la république, le sénat répugnait à accorder des commissions à qui que ce soit, quelle que soit l'urgence de la situation.

Bientôt c'est donc devenu un concours entre ceux de génie et ceux de médiocrité, d'aspiration et d'intérêts acquis, entre les hommes d'action et les hommes d'intransigeance.

La descente était progressive, imperceptible parfois. Ses derniers actes, cependant, se sont avérés vraiment spectaculaires. Il n'est pas étonnant que cette période de l'histoire romaine se soit avérée une riche source de matériel pour la fiction dramatique.

Beaucoup plus de matériel a survécu concernant cette période de l'histoire romaine. Par conséquent, nous avons une meilleure compréhension des événements de cette époque. Ainsi, ce texte peut élaborer sur les problèmes de manière beaucoup plus détaillée.

Les frères Gracchus

Tiberius Sempronius Gracchus (Tiberius Gracchus)


Les premières étapes fatales de la disparition éventuelle de la république remontent très probablement au comportement honteux de Rome dans les guerres d'Espagne.
Non seulement les longues campagnes ont conduit à une aliénation toujours plus grande entre les citoyens qui ont fourni les soldats pour de longues campagnes à l'étranger et les dirigeants à Rome. – Il faut noter qu'en 151 av. J.-C., les citoyens allèrent jusqu'à refuser l'appel pour qu'une autre levée soit envoyée en Espagne. Jusqu'à présent, la résistance à servir en Espagne avait grandi.

Mais plus encore, la conduite scandaleuse des Romains en Espagne a très probablement contribué directement à la rupture éventuelle avec la noblesse par les frères Gracchus.
Car c'est à Numance (153 av. J.-C.) qu'un jeune tribun, Tiberius Sempronius Gracchus, a misé sa réputation sur un traité avec les Espagnols afin de sauver l'armée piégée de Mancinus d'une destruction certaine.

Une fois que le sénat a révoqué de manière déshonorante ce traité, il a non seulement trahi les Numantins, mais il a également déshonoré Tibère Gracchus - et a ainsi déclenché une terrible réaction en chaîne qui devrait se dérouler sur plus d'un siècle.

Il est vrai que Scipion Émilien fit de son mieux pour mettre son beau-frère à l'abri du déshonneur de la défaite de Numance. Tiberius Gracchus aurait très probablement pu poursuivre une carrière sénatoriale distinguée, suivant les traces de son père au consulat et à la censure.

Cependant, la trahison pure et simple du sénat a évidemment eu un effet profond et durable. Si nous considérons la compréhension romaine de l'honneur de la famille, il n'est peut-être pas surprenant que Tiberius Gracchus se soit plaint de son traitement.

La foi des Numantins avait été placée en l'honneur de sa parole, à cause du nom de son père. Une fois que le sénat a révoqué le traité, il aura donc détruit tout honneur et respect du nom que Gracchus commandait en Espagne.

Tibère a vu non seulement sa propre personne déshonorée, mais aussi la mémoire de son père souillée.

Tiberius Gracchus a choqué le système romain en se présentant non pas pour une magistrature, mais pour la fonction de tribun du peuple pour 133 av. Ce fut une étape capitale. Un membre éminent de la noblesse romaine, qui était clairement destiné à être consul, prenait plutôt ses fonctions de représentant du peuple romain ordinaire.

Gracchus n'était pas le premier homme de bonne famille à solliciter le tribunat, mais c'était un homme d'une stature extraordinaire, à qui le tribunat n'a jamais été destiné.

Le tribunat, cependant, portait avec lui le pouvoir de veto et de proposer des lois. De toute évidence, il n'avait jamais été conçu comme une fonction destinée à être détenue par un poids lourd politique tel qu'un Gracchus.

Néanmoins, au moment où Gracchus se présenta pour le poste, il était clair qu'il cherchait à rivaliser avec les consuls en leur pouvoir. Ce faisant, il agissait selon la lettre de la loi, mais non dans l'esprit de la constitution romaine.

Cela a créé un précédent inquiétant que beaucoup suivraient.

Mais aussi Tiberius Gracchus a été placé sur une trajectoire de collision avec le sénat. Si auparavant d'autres fils bien nés avaient aspiré au tribunat, c'était dans un esprit de solidarité avec la classe dirigeante. Tibère devait changer cela. Il cherchait un combat.

La classe sénatoriale romaine a vu son premier membre rompre les rangs, même si cela n'aura pas été apparent au début.

Car un candidat au tribunat, Tibère Gracchus avait des partisans étonnants.
Il avait probablement le soutien de Servius Sulpicius Galba, qui avait été consul en 144 avant JC, et d'Appius Claudius Pulcher, ex-consul de 143 avant JC et principal sénateur de l'époque (princeps senatus).

Un autre ancien consul, M. Fulvius Flaccus, était également à ses côtés. De même, il bénéficiait du soutien du célèbre juriste P. Mucius Scaevola qui se présentait au consulat cette même année. D'autres partisans étaient C. Porcius Cato et C. Licinius Crassus. C'était un appel des grands et des bons.

Plus encore, le programme de loi qu'il a proposé pour prendre ses fonctions était impressionnant. Surtout, cela dépendait de ses idées de réforme agraire.

Lors d'un voyage en Espagne, il avait observé le déclin de l'agriculture en Étrurie, voyant comment les petits exploitants italiens, dont Rome dépendait pour ses soldats, diminuaient en nombre alors qu'ils succombaient à la concurrence des fermes massives (latifundiae) des riches, travaillaient par des armées d'esclaves.

Beaucoup de ces vastes fermes de riches étaient en fait situées sur des terres publiques (ager publicus), qu'ils louaient à l'État pour des baux pitoyables, s'ils payaient pour cela.

Gracchus a précisé que la terre publique n'était que cette propriété publique. Il devait tenter de redistribuer cette terre aux pauvres. Avec de telles propositions, le soutien populaire est venu facilement. Étant donné que la victoire des puissants soutiens de Gracchus était courue d'avance. Tiberius Sempronius Gracchus fut donc élu tribun pour l'an 133 av.

Réforme agraire de Tiberius Gracchus

Le simple soutien que Gracchus avait de la part des politiciens les plus puissants de Rome démontre assez clairement que beaucoup considéraient la réforme agraire comme en retard. Ce n'était pas une législation radicale ou extrémiste.

Les conquêtes de Rome lui avaient légué de vastes étendues de terres qui appartenaient à l'État. Seuls les riches et les puissants avaient les relations nécessaires pour obtenir les baux nécessaires à l'exploitation de ces terres.

À l'époque de Gracchus, les riches en étaient venus à traiter ces terres comme les leurs, les laissant par testament et les transmettant en dot.

C'était tout à fait inapproprié. Plus encore, il offensait une ancienne loi tombée en désuétude, les Rogations liciniennes (367 av. J.-C.). Il est vrai que les lois liciniennes sur la réforme agraire n'eurent jamais vraiment grand effet, car elles étaient facilement contournables. Néanmoins, ils n'avaient jamais été révoqués.

Cela a fourni à Gracchus un solide précédent en droit.

Gracchus proposa maintenant de rétablir la limite selon laquelle aucun homme ne pouvait posséder plus de 500 iugera de terre (300 acres). Pour adoucir la pilule, il a proposé que les propriétaires actuels de terres publiques puissent conserver 300 acres comme leur propriété incontestée, dont 150 acres supplémentaires pour chaque enfant. N'importe quel homme riche avec quatre enfants supporterait donc facilement de garder 900 acres.

Ces terres ne seraient plus de nature publique, détenues par bail, mais seraient des propriétés privées.

Les détails ne sont pas clairs, mais ce qui précède suggère que les riches propriétaires terriens seraient seulement limités dans leurs possessions de terres publiques. Les autres terres qu'ils possédaient déjà seraient restées intactes. Ainsi, l'ancienne loi licinienne aurait été remplacée, légitimant leurs vastes propriétés. Cela a rendu les réformes attrayantes pour certains riches propriétaires terriens.

Les terres libérées dans l'ager publicus devaient être redistribuées en parcelles de 30 acres aux petits exploitants familiaux.

En créant des milliers de nouveaux propriétaires terriens, Rome rafraîchirait son stock auprès duquel recruter pour ses armées. Les parcelles, une fois concédées, devaient être inaliénables. Cela signifiait qu'ils ne pouvaient en aucun cas être vendus ou transférés à de nouveaux propriétaires, autrement que par héritage transmis de père en fils.

C'était sans doute une bonne idée à l'époque et la proposition de Gracchus semble en effet avoir été sincère et sincère. Mais avec le recul, on ne sait pas comment ces petits exploitants auraient pu rivaliser pendant un certain temps avec les latifundiae esclavagistes des riches - surtout s'ils devaient être régulièrement appelés au service militaire.

Cela dit, les petites exploitations n'avaient en aucun cas disparu à cette époque et il est possible que Gracchus, avec ses connaissances contemporaines, ait effectivement eu raison dans ses affirmations et ait établi un plan à long terme pour distribuer des terres aux pauvres des villes et fournir à Rome des recrues. dans un futur lointain.

Mais Tiberius Gracchus savait qu'il aurait un combat à mener. Une réforme agraire similaire avait été proposée une dizaine d'années plus tôt par C. Laelius (vers 145 avant JC), qui l'a finalement retirée face à une opposition déterminée.

La principale opposition était invariablement composée de ceux qui détenaient d'importantes terres publiques. Pour ceux qui allaient perdre la part du lion de leurs terres publiques et qui n'avaient pas de grandes possessions d'autres domaines privés, la loi de Gracchus pourrait représenter un coup écrasant.

Le principal parmi ces opposants devait être Scipion Nasica, ex-consul de 138 av. J.-C., qui détenait de vastes étendues de terres publiques.

Le projet de loi de réforme agraire de Tiberius Gracchus a été méticuleusement rédigé. Probablement grâce à l'aide directe de P. Mucius Scaevola qui avait en effet réussi à obtenir le consulat pour cette même année.

Mais Gracchus a présenté le projet de loi directement à l'assemblée du peuple (concilium plebis). Il n'a pas soumis la loi pour examen au sénat. Encore une fois, ce dernier n'était pas requis par la loi. C'était pourtant la pratique établie.

La raison pour laquelle Tiberius Gracchus a décidé de procéder de cette manière n'est pas claire. Il est fort probable – se sentant trahi par le sénat pour l'affaire Numance – qu'il a cherché à les contourner par mépris.

Quelles qu'aient pu être ses raisons, le sénat s'en offusqua. Il ne fait guère de doute que Gracchus avait un formidable soutien politique. Son projet de loi peut en effet avoir été adopté par le Sénat avec peu d'amendements, voire aucun. Après tout, il n'avait rien de moins que le chef du sénat et l'un des consuls en fonction à ses côtés. La loi semblait conçue pour le bien public et ses opposants n'avaient à cœur que leur intérêt personnel.

Mais l'organe politique le plus puissant de Rome était mécontent de ne pas être consulté et cherchait à bloquer les progrès de la loi. À cette fin, les sénateurs ont obtenu les services d'un autre tribun, Marcus Octavius.

Octave a alors opposé son veto au projet de loi de Gracchus.

L'utilisation du tribunat par Tibère Gracchus était discutable. Mais Octavius ​​​​utilisait maintenant sa position pour défier la volonté des personnes mêmes qu'il était censé représenter. Pour cela, le bureau n'avait jamais été destiné. Le tribunat était corrompu dans l'outil de l'ordre sénatorial.

Les gens s'attendaient sans aucun doute à ce que Gracchus se retire de sa tentative ou cherche à s'entendre d'une manière ou d'une autre avec le sénat.
Tiberius Gracchus n'avait cependant aucune intention de ce genre.

On dit que Gracchus a offert à Octavius, qui, semble-t-il, possédait lui-même des terres publiques, qu'il le dédommagerait personnellement pour toutes les pertes qu'il encourrait, si seulement il laissait passer le projet de loi. Octavius ​​​​a refusé, restant fidèle au sénat.

Au lieu de cela, Gracchus proposa maintenant la destitution de Marcus Octavius ​​​​de ses fonctions, à moins que ce dernier ne soit disposé à retirer son veto. Octavius ​​​​est resté provocateur et a été rapidement démis de ses fonctions, traîné du podium des orateurs et remplacé par un candidat plus agréable.

Encore une fois, personne ne savait si c'était légal ou non. C'était tout à fait sans précédent.

Les actions de Gracchus n'étaient très probablement pas en violation de la constitution de Rome, bien qu'elles n'en soient pas non plus dans l'esprit.

Avec Octavius ​​à l'écart, la loi passa sans encombre. Une commission a été mise en place pour superviser la distribution des terres au peuple. Le sénat a cependant retenu les fonds nécessaires pour aider à stocker les nouvelles petites exploitations. Sans fonds pour subvenir aux besoins de base, toutes les parcelles distribuées étaient des parcelles nues et non des fermes viables.

Tibère Gracchus s'empara donc des richesses du royaume de Pergame qui, cette même année, venait d'être légué à l'État romain par feu le roi Attale III (133 av. J.-C.).

Il a annoncé un projet de loi selon lequel une partie de l'argent gagné sur ce nouveau territoire extrêmement riche serait dirigé vers une commission agraire afin d'aider à créer des fermes pour les nouveaux colons.

Une fois de plus, la légalité de tout cela était trouble. Le Sénat jouissait de la souveraineté sur toutes les questions d'outre-mer. Pourtant, où a-t-il été explicitement écrit qu'il en soit ainsi ?

Tiberius Gracchus contournait les règles au maximum, au mépris total du sénat et de la tradition romaine. Jusqu'à présent, il avait réussi. Il avait à la fois la terre et les fonds dont il avait besoin pour commencer la distribution des terres. Sa commission agraire se mit alors au travail, distribuant des parcelles de terre.

Pourtant Gracchus s'était fait de puissants ennemis. Pire encore, beaucoup de ses alliés s'étaient séparés, une fois qu'il avait saisi l'argent de Pergamene au mépris du sénat.

Il est devenu clair qu'une fois son mandat terminé, ses ennemis le traîneraient devant les tribunaux, cherchant à le détruire.

Le seul moyen de protection ouvert à Gracchus était de se présenter pour un nouveau mandat de tribun, car cela étendrait son immunité de poursuites.

La loi romaine dictait qu'un candidat retenu attende encore dix ans avant de se présenter à nouveau au même poste. Mais la loi proprement dite ne s'appliquait qu'aux magistratures (lex villia, 180 av. J.-C.). Le tribunat, cependant, n'était techniquement pas une magistrature. Pourtant, la tradition veut que les tribuns suivent néanmoins la règle.

Une fois de plus, on ne sait pas si Tiberius Gracchus a enfreint la loi. Mais encore une fois, il est évident qu'il n'a pas suivi l'esprit de la loi.

Les chances de Gracchus de remporter le poste pour 134 avant JC ne semblaient pas bonnes. Beaucoup de ses électeurs ruraux étaient occupés par la récolte. Ses puissants alliés politiques l'avaient abandonné et il avait clairement perdu le soutien de ses confrères tribuns.

S'il avait simplement perdu les élections à venir, une grande partie de ce qui est arrivé à Rome dans les années à venir aurait peut-être encore été évitée.

Hélas, Scipion Nasica, après avoir vainement harangué le sénat pour qu'il agisse, prit les choses en main et conduisit une foule de partisans et de nobles au Capitole où Gracchus tenait une assemblée électorale. Armés de gourdins, ils se sont lancés dans la rencontre et ont battu à mort Tiberius Gracchus et 300 de ses partisans.

L'ascension et la chute de Tiberius Gracchus ont donné un exemple terrible.

Non seulement Gracchus avait sapé la notion d'esprit communautaire dans le gouvernement de Rome, mais son meurtre vicieux a introduit la brutalité pure comme un outil politique dans les rues de Rome.

Un exemple impie avait été donné par lequel toutes les personnes impliquées avaient déclaré que seule la victoire – par tous les moyens – était acceptable. Aucune des deux parties n'a cherché à faire de compromis et aucune des deux parties n'a cherché à adhérer à l'esprit de la république. Les règles, semble-t-il, pourraient être contournées « pour le bien public ».

Il est peut-être vrai que Tiberius Gracchus était l'instigateur de la crise. Mais la manière dont Scipion Nasica et d'autres forces du sénat ont répondu était au-delà de la pâleur. Ils partagent sans aucun doute une responsabilité aussi grande, sinon plus grande, pour le terrible héritage que cette affaire a légué à Rome.

Ironiquement, la loi foncière de Gracchus s'est poursuivie pendant des années. En conséquence, en 125 avant JC, soixante-quinze mille citoyens ont été ajoutés à la liste des personnes passibles du service militaire, par rapport aux chiffres du recensement de 131 avant JC. Indéniablement, sa politique s'est avérée un succès.

La suite de Tibère Gracchus

La mort de Tiberius Gracchus a été suivie d'une chasse aux sorcières par le sénat, au cours de laquelle nombre de ses partisans ont été condamnés à mort. Le jeune frère de Tibère, Gaius, a également été poursuivi, mais s'est facilement défendu et a été innocenté.

Scipion Nasica a quant à lui été affecté dans la nouvelle province d'Asie, afin de le protéger de la colère de tout partisan de Gracchan. (Sa mort peu de temps après a néanmoins été jugée suspecte.)

En 131 avant JC, un tribun du nom de C. Papirius Carbo proposa à la fois que les élections se tiennent désormais au scrutin secret et de clarifier la loi selon laquelle les tribuns devraient pouvoir se représenter pour des mandats successifs.

La première proposition a été acceptée, mais la seconde a été rejetée sur l'intervention de Scipion Aemilianus qui était depuis revenu d'Espagne. Telle était la position du grand commandant que la volonté populaire s'est pliée à la sienne.

Bien qu'à la mort de Scipion (129 avant JC), un autre tribun a réintroduit la proposition et la mesure a été acceptée. (Cela a ouvert par inadvertance la voie aux empereurs qui, un siècle plus tard, commenceraient leur règne par des puissances tribuniciennes.)

On soupçonne que Scipion Aemilianus a en fait été assassiné par sa femme, Sempronia, qui était la sœur de Tiberius Gracchus. Cette suggestion, vraie ou non, est sans aucun doute liée au refus de Scipion de condamner ouvertement le meurtre de Tibère Gracchus.

Dans une tournure étrange, une grande partie de la réforme politique qui avait fait de Tibère Gracchus un tel problème fut introduite ou simplement poursuivie après sa mort. Il apparaît une caractéristique particulière de la politique romaine de chercher à gagner le combat à tout prix, mais de concéder le point une fois la victoire obtenue.

Avant sa mort, cependant, Scipion Aemilianus a cherché à résoudre le problème rencontré par les Italiens.

La distribution des terres de Gracchan concernait toutes les terres publiques. Pourtant, de nombreuses terres publiques étaient utilisées par les Italiens, qui soit n'en avaient jamais été enlevés lors de la conquête, soit les avaient empiétés avec le temps. Beaucoup risquaient donc une ruine complète si la commission agraire cédait les terres qu'ils cultivaient à de nouveaux colons.

Scipion était pleinement conscient de la dette qu'il devait aux alliés italiens. Ses victoires militaires leur sont dues autant qu'elles sont dues aux légionnaires romains.

Il a donc en 129 avant JC, peu avant sa mort, convaincu le sénat de transférer le pouvoir de régler les différends sur les terres publiques détenues par des non-Romains de la commission agraire à l'un des consuls.

Cela a protégé les Italiens de la demande de terre de la foule. Cependant, il n'a pas pu empêcher l'inévitable conflit, car les Italiens ont continué à exiger de plus grands droits.

Au cours des années suivantes, de nombreux Italiens ont commencé à dériver vers Rome, faisant pression et militant pour de plus grands droits. En 126 avant JC, le tribun Iunius Pennus a même adopté une loi expulsant les non-citoyens de Rome. On ne sait pas combien de riches marchands et commerçants étrangers ont contourné cette loi, ni dans quelle mesure elle leur a été appliquée. Car il semble clair que la mesure visait en réalité à évincer les agitateurs italiens.

Mais le mécontentement italien n'était pas passé inaperçu. En 125 avant JC, le consul Marcus Fulvius Flaccus proposa de leur accorder la citoyenneté (ou au moins la pleine citoyenneté aux Latins et les privilèges latins à tous les Italiens en préparation d'une éventuelle citoyenneté à part entière).

L'opposition à cette idée était double. Les pauvres voyaient toute augmentation du nombre de citoyens comme une diminution du privilège de la citoyenneté et les sénateurs voyaient la masse des Italiens comme une menace pour leur statut politique, car ils n'avaient aucune tradition de favoritisme politique à leur égard. Invariablement, la mesure avait donc peu d'espoir de succès. Mais pour endiguer tout risque d'aboutir, le sénat envoya Flaccus à Massilia à la tête d'une armée consulaire pour repousser la tribu des Saluvii.

Conquête de la Gaule Narbonnaise

Les Massiliens se classent parmi les alliés les plus anciens de Rome. En 154 avant JC, ils avaient déjà appelé Rome à l'aide contre les pillards liguriens. Le consul Opimius avait été envoyé avec une armée pour repousser les envahisseurs.

Il faut noter que depuis 173 av. J.-C., la Ligurie était nominalement un territoire romain. Les maraudeurs qui troublent les Massiliens semblent être des tribus du même peuple ligure, pourtant situé à l'ouest des Alpes.

Or, en 125 av. J.-C., les Massiliens appelèrent à nouveau à l'aide. Rome avait jusqu'à présent toujours maintenu une politique de ne chercher aucun territoire dans cette région du sud de la Gaule. Les choses cependant étaient sur le point de changer.

L'homme envoyé au secours de Massilia était Marcus Fulvius Flaccus, que le sénat voulait écarter à des fins purement politiques. Flaccus a mené une armée à travers les Alpes, soumettant d'abord les Saluvii qui attaquaient les Massiliens, puis une autre tribu ligurienne alliée dans une campagne de deux ans.

Les deux années suivantes, un nouveau commandant, C. Sextus Calvinus, réduit les derniers vestiges de la résistance ligurienne dans la région. Pour sécuriser davantage la zone, la colonie de vétérans romains est fondée à Aquae Sextiae (Aix).

Il s'est vite avéré pourquoi Rome était jusque-là restée en dehors de cette zone. Combattre un ennemi vous a inévitablement entraîné dans un conflit avec un autre. La tribu celtique des Allobroges refusa de livrer un chef ligure réfugié. La tribu des Aedui, auparavant alliés romains - ou du moins massiliens, - est désormais également devenue hostile.

En 121 av. J.-C., le proconsul Gnaeus Domitius Ahenobarbus battit les Allobroges à Vindalium. Les Gaulois, dit-on, ont été paniqués par l'avancée du corps d'éléphants romains.

Les Allobroges lancent un appel à l'aide à la tribu gauloise la plus puissante, les Arvernes. Bituitus, le roi des Arvernes, mit alors une armée gigantesque sur le terrain pour écraser les forces romaines. Une armée romaine de 30 000 hommes, dirigée par le consul Quintus Fabius Maximus, rencontra une force conjointe d'Arvernes et d'Allobroges totalisant pas moins de 180 000 hommes.

Nous ne savons pas grand-chose de la bataille qui a suivi, mais qu'elle a eu lieu au confluent de la rivière Rhodanus (Rhône) et de la rivière Isara (Isère).
Alors que la force romaine réussissait à briser l'ennemi, le chaos s'ensuivit parmi les Gaulois. Les deux ponts de bateaux qu'ils avaient construits pour traverser le Rhodanus (Rhône) se sont brisés lorsque l'armée gauloise en fuite a cherché à les traverser.

S'il est vrai ou non, c'est difficile à dire, mais les Romains ont rapporté que leurs propres pertes étaient de 15 alors qu'ils prétendaient en avoir tué 120 000. Quoi qu'il en soit, la bataille de la rivière Isara fut une victoire écrasante (121 avant JC). Elle assura à Rome tout le territoire depuis Genève jusqu'au Rhône.

Domitius Ahenobarbus, à qui le commandement retomba au départ de Fabius, conclut la colonisation de la région (120 avant JC).

Une alliance formelle a été convenue avec la tribu des Aedui au nord. Le roi Bituitus des Arvernes a été fait prisonnier malgré une promesse de sauf-conduit et envoyé à Rome. Alors que les Arvernes poursuivaient pour la paix la chaîne sud de la Gaule à l'est du Rhône, jusqu'aux Pyrénées tombaient sous la domination romaine, amenant sous contrôle romain d'importantes villes régionales telles que Nemausus (Nîmes) et Tolosa (Toulouse).

Domitius s'occupe maintenant de la construction d'une route du Rhône aux Pyrénées, le long de laquelle des vétérans romains s'installent dans une nouvelle colonie appelée Narbo. L'ensemble du territoire devait finalement devenir la province de Gallia Narbonensis (ou Gallia Transalpina).

Gaius Sempronius Gracchus (Gaius Gracchus)

Gaïus Gracchusattendait son heure depuis la mort de son frère. Il avait conservé son siège à la commission foncière, servi avec Scipion Aemilianus au siège de Numance et servi comme questeur en Sardaigne en 126 avant JC.

Son pouvoir était déjà tel que son soutien politique discret au Carbo (131 avant JC) et à Flaccus (125 avant JC) avait signifié une aubaine substantielle pour les deux politiciens.

Sa reprise de l'héritage de son frère était donc considérée comme inévitable.

Les nobles l'avaient prévu et on a donc tenté de le poursuivre sur de fausses accusations. Gaius les ignora facilement. Non seulement était-il un politicien très astucieux, mais il possédait également l'un des plus grands talents oratoires de l'histoire romaine.

Lorsqu'il est devenu clair que Gaius était sur le point de se présenter à la tribune du peuple en 124 avant JC, le sénat est allé jusqu'à voter pour que le commandant de l'armée reste avec ses forces en Sicile. Avec cette astuce, ils espéraient éloigner Gaius, car les officiers d'état-major devaient rester avec leur commandant.

Cela n'a pas fonctionné, car Gaius est rentré chez lui avec défi. Il a été convoqué devant la censure pour s'expliquer, mais pouvait pointer 12 ans de service militaire où seulement 10 étaient le maximum nécessaire.

Ainsi, suivant les traces de son frère, Gaius Gracchus fut élu tribun du peuple pour l'année 123 av. J.-C. sur une vague de soutien populaire.

Gaius s'est alors lancé dans un programme de réforme politique.

Il introduisit d'abord une loi selon laquelle aucun citoyen romain ne pouvait être mis à mort sans procès. Suivant la devise selon laquelle tous les Romains étaient des propriétaires terriens en quelque sorte en ayant un intérêt dans les vastes terres publiques de l'empire, Gaius a stabilisé le prix du grain - qui fluctuait énormément - à un niveau plus abordable pour les pauvres de la ville.

Le prix du blé était alors fixé à 1 âne 1/3 pour chaque modius de grain.

Cette mesure n'était pas nécessairement une nouveauté aussi radicale que beaucoup le suggèrent. Le monde grec avait vu plusieurs exemples de prix contrôlés des céréales. Les Athéniens contrôlaient le maïs depuis le Ve siècle av. Sous le règne des Ptolémées, la ville d'Alexandrie avait même un ministre chargé de maintenir les prix des céréales bas.

Pour financer cette politique, Gaius introduisit cependant une taxe sur les villes d'Asie Mineure. Les syndicats financiers, dont les sénateurs étaient exclus, pouvaient soumissionner pour le droit de lever des impôts. C'est ainsi qu'a commencé la tristement célèbre pratique de l''agriculture fiscale'. Gaius n'aurait probablement pas pu prévoir les conséquences de cette politique. Pourtant, l'extorsion impitoyable des provinces par les fermiers fiscaux qui a suivi a conduit à la haine de Rome dans ses territoires d'outre-mer.

Quelque chose que Gaius devait cependant être bien conscient était la volonté du roi Attale qui avait légué le territoire à Rome. Les villes grecques libres ne devaient pas être taxées. Lors du soulèvement qui avait suivi l'héritage de Rome, certaines villes avaient perdu leur statut d'exonération fiscale. Pourtant, il semble que la loi de Gracchus s'appliquait à toutes les villes et violait donc la volonté d'Attale.

C'était un grave abus d'un legs, mais rendu encore plus remarquable par le fait que le roi Attale avait été un ami proche de la maison de Gracchus. Pourtant telle était la lutte entre Gaius et le sénat, que de telles considérations ne comptaient pour rien.

Essayant d'éroder davantage le pouvoir du Sénat et de promouvoir les cavaliers en tant que force politique rivale, Gaius a également introduit une loi selon laquelle seuls les cavaliers siégeraient dans les jurys des procès des gouverneurs de province accusés d'extorsion.

Cela a eu un double effet. Son effet recherché était d'établir clairement une forme directe de pouvoir des cavaliers sur les principaux sénateurs qui jouissaient invariablement de postes de gouverneur à un moment donné.

Mais cela a également créé involontairement un effet beaucoup plus sinistre. Dans de nombreux cas, les gouverneurs de province étaient la seule protection dont disposaient les provinces contre les pires excès des fermiers fiscaux.

Ces fermiers fiscaux appartenaient à leur tour au même ordre équestre qui dominait désormais les palais de justice. Par conséquent, tout gouverneur bien intentionné qui cherchait à empêcher les agriculteurs d'extorquer des sommes indues pourrait se retrouver accusé d'extorsion à son retour à Rome. Les gouverneurs n'avaient donc guère d'autre choix que de s'entendre avec les fermiers fiscaux pour comprimer les provinces à leur juste valeur.

Toute bonne gouvernance des provinces était ainsi sapée par la cupidité des entreprises et la menace de poursuites.

Une autre mesure introduite par Gaius était une loi par laquelle le sénat devait préciser les tâches qu'il souhaitait confier aux consuls avant l'élection. Il reviendrait ensuite à l'électorat de décider qui il souhaite voir accomplir lesdites tâches.

Gaius Gracchus avait été un tribun extraordinairement occupé et énergique. Pourtant, il a clairement indiqué qu'il n'allait pas se représenter l'année suivante (122 avant JC). Nul doute que le sort de son frère pesait lourd.

Pourtant, dans un coup du sort remarquable, Gaius Gracchus a néanmoins été élu, sans briguer un autre mandat. Il semblait que les gens qui idolâtraient déjà Tibère ne devaient pas laisser partir son frère si tôt.

Mais cette fois, le sénat avait manoeuvré son propre champion en position pour s'opposer à son ennemi gênant. Leur homme était Livius Drusus.

Dans sa deuxième année, Gracchus s'est maintenant mis à installer des gens dans de nouvelles colonies en Italie. Mais plus controversé, il a également proposé la réinstallation de Corinthe et de Carthage.

Pendant ce temps, Drusus s'efforçait d'être plus populiste que Gracchus, promettant au peuple n'importe quoi – et plus encore. Il proposa pas moins de douze colonies en Italie, il soulagea les petits propriétaires nouvellement créés de la rente qu'ils étaient obligés de payer en vertu des lois foncières de Gracchan.

Drusus a promis au monde sans intention de jamais livrer. Son objectif était de devenir le champion du peuple à la place de Gracchus.

Les gens ordinaires étaient facilement influencés. L'emprise de Gracchus sur le pouvoir a commencé à s'effondrer. Lorsque Gaius Gracchus a finalement présenté son nouveau projet de loi aux comitia tributa pour accorder la citoyenneté aux Italiens (pleine citoyenneté pour ceux qui ont des droits latins, droits latins pour tous les autres alliés italiens), le vent s'était définitivement retourné contre lui.

Accorder des droits à d'autres Italiens s'était auparavant avéré impossible, mais il était peut-être à la portée de quelqu'un d'influence de Gaius sur le peuple d'y parvenir. Mais maintenant que Drusus a miné sa popularité, cela s'est avéré trop.

La défaite de ce projet de loi s'est avérée un tournant décisif.

Lorsque Gracchus lui-même dirigea l'effort d'établissement de colons à Carthage, les choses allèrent de mal en pis en son absence de Rome.

Le travail entourant la recréation de Carthage en tant que colonie de Junonie était très controversé. Les présages religieux se sont avérés tout à fait négatifs.
Trop de gens à Rome n'étaient pas convaincus que la ville autrefois maudite devait être autorisée à se relever. Le fantôme d'Hannibal occupait toujours une place importante dans l'imagination des gens.

Gracchus a pris soin de souligner qu'il ne créait pas une colonie dans les limites maudites de la ville rasée. Mais les rumeurs abondaient sur le déplacement des bornes sacrées. Au retour de Carthage, Gracchus entra dans une toute autre Rome.

Avec des histoires comme celles-ci qui circulent, il n'est pas étonnant que le peuple romain complètement superstitieux n'ait pas pu être amené à voter à nouveau pour Gracchus. À l'été 122 avant JC, des élections ont eu lieu pour le tribunat de l'année suivante. Gracchus n'a pas réussi à se faire élire.

A peine le mandat de Gracchus était-il expiré que le nouveau consul, M. Minucius Rufus, proposa aussitôt de révoquer l'acte de création d'une colonie à Carthage.

Voyant l'une de ses politiques menacer Gracchus et une grande foule de partisans sont descendus dans la rue pour protester. Dans une bagarre au Capitole, un serviteur trop zélé du consul Lucius Opimius qui s'appelait Quintus Antyllius s'est trop rapproché de Gracchus.

Les partisans de Gracchus craignaient qu'il ne tente d'attaquer Gaius. Ainsi, ils l'ont arrêté et l'ont poignardé à mort. Gaius Gracchus a immédiatement cherché à se distancer de ce meurtre, réprimandant sévèrement ses partisans, mais le mal était fait.

Le consul Opimius a fait valoir que cette mort était le premier signe d'une menace sérieuse pour le sénat et la république. Il proposa maintenant au sénat une nouvelle mesure, qu'ils publient un décret par lequel les consuls pourraient prendre toutes les mesures pour protéger la république du mal.

C'était une idée entièrement nouvelle qui se substituait à la position obscure de dictateur, non utilisée depuis l'époque d'Hannibal. Le sénat accepta la proposition et publia ainsi le senatus consultum ultimum, le fameux « dernier décret ».

Comme l'autre consul Quintus Fabius Maximus était en Gaule combattant les Allobroges à l'époque, le pouvoir absolu revenait désormais à Opimius.

Gaius Gracchus et son proche allié politique M. Fulvius Flaccus sont maintenant convoqués devant le consul. Mais appréciant le pouvoir absolu que le décret avait donné à Opimius, les deux hommes n'étaient pas disposés à se livrer à l'un de leurs ennemis les plus déterminés. Au lieu de cela, ils s'installent sur l'Aventin avec leurs partisans, au Temple de Diane.

Ils envoyèrent le fils de Fulvius négocier une solution avec le sénat. Les sénateurs étaient enclins à s'entendre. Pourtant, le consul Opimius a rejeté d'emblée tout discours de compromis. Comme il était désormais armé du « senatus consultum ultimum », personne ne pouvait s'opposer à lui.

Opimius tient à donner l'exemple à ses adversaires et part avec une force d'hommes armés, dont une unité d'archers crétois, pour prendre l'Aventin par la force. La présence de ces archers semble suggérer qu'il y avait plus qu'un peu de planification dans les actions d'Opimius.

En fait, ce sont ces soldats professionnels qui ont fait le plus de dégâts. Environ 250 hommes ont été tués dans la tentative désespérée de défendre l'Aventin contre Opimius. Ils n'avaient aucune chance. Comme tout était perdu, Gracchus fut persuadé de fuir.

Il descendit l'Aventin avec seulement un petit groupe pour compagnie et s'enfuit à travers le pont Sublician jusqu'à l'autre côté du Tibre accompagné d'un seul esclave.

Ses amis ont cherché à lui faire gagner du temps en restant héroïquement en arrière pour repousser les poursuivants. Un dernier a fait sa dernière position sur le pont Sublician, ironiquement le pont même qu'Horatius aurait détenu les Étrusques, essayant de gagner Gaius à tout moment pour s'enfuir.

Mais vivement poursuivi par les hommes de main d'Opimius, Gaius Gracchus réalisa que la situation était sans espoir. Dans un bosquet sacré, aidé de son esclave, il se suicida.

Ce jour sinistre, Gaius Gracchus, un ancien tribun du peuple, et Marcus Fulvius Flaccus, un ex-consul de Rome gisaient morts. Pire, le corps de Gracchus a été décapité et du plomb a été versé dans son crâne.

La colère d'Opimius ne s'est cependant pas arrêtée là. Sans attendre d'autres nouvelles du sénat, il procéda à de nombreuses arrestations. S'il y a eu des procès, c'était une farce. Plus de 3 000 ont été exécutés à la suite de cette purge.

La mémoire des Gracques était officiellement maudite. Cornelia, leur célèbre mère, s'est même vu interdire de porter des vêtements de deuil. Les gens ordinaires de Rome ont cependant vénéré les Gracques pour les générations à venir.

L'héritage des Gracques

Les Gracques étaient, sans aucun doute, des personnages incroyablement influents. C'est à cette époque que nous commençons à parler en termes d'optimates et de populares, les factions de la politique romaine.

Au cœur de la question abordée par les Gracques se trouvaient le privilège accumulé par la classe sénatoriale et le fardeau croissant porté par les petits propriétaires d'Italie. La misère des pauvres des villes a également soulevé la question au profit de qui l'État romain était dirigé, si les gens mouraient de faim dans les rues mêmes de Rome.

Si les Gracques n'avaient peut-être pas les réponses, il ne fait aucun doute qu'ils posaient les bonnes questions. La république était en crise, que la classe dirigeante veuille ou non le reconnaître.

Mais peut-être plus important que les actes des frères Gracchus était la nature de la disparition.

Scipion Nasica a joué un rôle de premier plan dans la mort de Tibère Gracchus.
Lucius Opimius a fait de même avec Gaius Gracchus. Si nous désignons les Gracques comme les instigateurs d'une grande partie du bouleversement social qui devrait s'abattre sur Rome au cours du siècle à venir, nous devons alors blâmer au moins autant, sinon plus, Nasica et Opimius.

Car si les Gracques étaient responsables de la nature dans laquelle ils exerçaient leurs fonctions, défiant toutes les conventions, détournant la loi pour répondre à leurs besoins, alors Nasica et Opimius devaient être tenus responsables de la nature de leur mort. Surtout les actions d'Opimius avaient plus une bouffée de règne par la terreur.

Plus important que le mépris des règles et des traditions par les Gracques était l'introduction de la violence flagrante de la foule dans la politique républicaine par ceux qui prétendaient être les champions du Sénat. Simplement matraquer votre adversaire à mort, ou introduire des mesures douteuses vous autorisant à tuer des opposants politiques, sans poser de questions, était un outrage.

Là où la politique et le droit seuls ne suffisaient plus à perpétuer sa richesse et ses privilèges, la classe dirigeante romaine recourrait à une brutalité grossière.

On pourrait soutenir que les Gracques cherchaient à raviver le conflit des ordres, tentant de parvenir à un nouveau règlement entre les classes.
À certains égards, leurs moyens n'étaient pas si différents de ceux utilisés par les tribuns du peuple dans ces luttes antérieures.

Pourtant, contrairement à leurs anciens prédécesseurs, ceux qui étaient au sommet de la société romaine ont décidé de ne tolérer aucun changement, précisant que quiconque tentait de défier l'ordre existant risquait de mourir. Ainsi, ce n'étaient pas les revendications du peuple, mais la nature de ses dirigeants qui avaient changé.
En effet, les affaires de la république n'étaient plus une affaire de politique, mais étaient traitées par un cartel brutal qui verrait sa volonté imposée sous peine de mort.

Ainsi, nous devons nous rappeler que la violence ultérieure de la foule romaine qui surgirait dans les rues de la ville avait ses racines dans les méthodes mêmes adoptées par ceux qui agissait au nom du sénat.

La guerre de Jugurthine

En 118 avant JC, le roi de Numidie, Micipsa (fils de Masinissa), mourut, laissant la couronne à ses jeunes fils Hiempsal et Adherbal conjointement avec un neveu (ou fils adoptif) beaucoup plus âgé, Jugurtha, qui était un soldat expérimenté. L'idée d'une couronne partagée par trois têtes distinctes était une idée qui ne fonctionnerait probablement jamais.

Jugurtha a organisé l'assassinat de Hiempsal, tandis qu'Adherbal s'est enfui pour sauver sa vie et a fait appel au sénat (118 avant JC).

Le sénat décida d'envoyer une commission en Numidie pour partager le royaume entre les deux prétendants. Jugurtha a semblé soudoyer le chef de la commission, Opimius, qui est revenu à Rome un homme plus riche. Adherbal a reçu la partie orientale du royaume, y compris la capitale. Jugurtha s'est entre-temps vu accorder la plus grande partie de la Numidie.

Bien que cela ne suffise pas à l'ambitieux Jugurtha qui marcha alors sur le territoire d'Adherbal et l'assiégea à Cirta. Adherbal aura sans aucun doute été encouragé par la connaissance que Cirta contenait un nombre considérable de marchands romains et italiens, que Rome ne souhaiterait sûrement pas voir venir à mal.

Corruption romaine

Aussitôt une seconde députation fut envoyée par Rome pour parvenir à un règlement pacifique. Cette fois, le chef devait être Aemilius Scaurus, un politicien consommé avec un goût pour l'argent. Scaurus a été facilement soudoyé par Jugurtha et envoyé sur son chemin.

La faiblesse de Rome à traiter avec Jugurtha à cette époque pourrait bien être le résultat de l'émergence de la grande menace des Cimbri ad Teutones au nord. Un an seulement avant le siège de Cirta, une armée consulaire romaine avait été anéantie. Comparées à une menace aussi énorme, les affaires en Numidie ont dû apparaître comme un simple spectacle secondaire aux sénateurs de Rome.

Nul doute que Jugurtha l'aura su. Il a affamé Cirta et l'a fait torturer à mort. La chute de la ville a également entraîné la mort des commerçants italiens et romains.

Rome était outrée. Son règlement antérieur avait tout simplement été balayé. Romains a été tué. Ne rien faire n'était plus une option.

Le consul Lucius Calpurnius Bestia fut envoyé en Numidie avec une armée pour faire face à l'usurpateur (111 avant JC). Mais la campagne fut inefficace dès le début, les légionnaires romains lourdement armés luttant pour impressionner les rapides cavaliers numides.

Bestia avait déjà fait partie de la délégation romaine douteuse envoyée en Numidie sous Scaurus. Une fois de plus, un accord ignominieux fut conclu. Encore une fois, il semblait que des pots-de-vin étaient impliqués. Rome était humiliée par la cupidité pure de ses politiciens.

Dès que la nouvelle du traité parvint à Rome, elle fut instantanément rejetée.

Les comitia tributa ont convoqué Jugurtha à Rome pour témoigner contre tous les sénateurs qui auraient accepté des pots-de-vin de sa part.

'Une ville à vendre'

L'arrivée de Jugurtha à Rome constituait une grande menace pour les pouvoirs politiques établis. Opimius, Scaurus et Bestia étaient tous d'anciens consuls. Considérant que deux avaient conduit des délégations et que le troisième avait conduit une armée, le nombre total de sénateurs mis en péril par ce procès devait être stupéfiant.

Il n'est donc pas surprenant qu'une fois de plus la connivence politique Jugurtha apparaisse à l'assemblée comme un humble suppliant, harangué par le tribun du peuple en colère C. Memmius. Mais lorsqu'il incombait à Jugurtha de répondre aux accusations, le tribun d'un autre peuple intervint et usa de son veto pour interdire au Numide de parler.

Qui était à l'origine de ce scandale politique n'est pas clair. Il est possible que Jugurtha ait payé un autre politicien romain pour faire son offre. Mais avec des poids lourds sénatoriaux comme Opimius et Scaurus empêtrés, il est très probable que cette corruption était une affaire entièrement romaine.

Jugurtha n'était cependant pas encore terminé. Alors qu'il était encore à Rome, il avait un cousin et prétendant potentiel à son trône assassiné dans la ville Massiva, petit-fils de Masinissa.

C'en était trop, et le sénat lui ordonna de partir sur-le-champ.
'Une ville à vendre !' aurait-il ricané en partant.

Albinus vaincu

Après la débâcle de la visite de Jugurtha, Rome résolut de se débarrasser de lui une fois pour toutes. En 110 av. J.-C., le consul Spurius Postumius Albinus fut envoyé à la tête d'une armée de 40'000 hommes. Il ne fallut pas longtemps avant qu'Albinus réalise à quel point il était inutile d'essayer de cerner un ennemi très mobile dans un pays désertique.

Il trouva assez tôt un prétexte constitutionnel, s'excusa et retourna à Rome, laissant l'armée entre les mains de son frère Aulus.
Aulus a fait de son mieux mais s'est avéré un mauvais commandant.

Il échoua d'abord à prendre la forteresse de Suthul lors d'un assaut direct, puis il poursuivit personnellement Jugurtha sans jamais réussir à le coincer.

Ces efforts étant demandés à la nouvelle armée non expérimentée pendant l'hiver pendant une période de fortes pluies, le moral et la discipline ont subi un déclin catastrophique.

Jugurtha, bien informé des ennuis de son ennemi, lança une attaque nocturne sur le campement romain et remporta une victoire éclatante. Le Numide réussit à forcer la reddition de toute l'armée consulaire romaine.

Jugurtha a épargné les légions vaincues. Sans doute savait-il que les massacrer attirerait sur lui toute la colère du pouvoir qui avait jadis détruit Carthage.

Au lieu de cela, il a choisi de les forcer à passer sous un joug de fortune fait de lances. Une allusion délibérée à l'ancienne humiliation des forces romaines par les Samnites après la reddition aux Fourches Caudines.

Ce qui a suivi à Rome était une enquête sur la façon dont une telle calamité s'était jamais produite. Une fois de plus, c'est un tribun du peuple idéaliste (C. Mamilius) qui avait imposé la création d'un tribunal spécial pour enquêter sur ces affaires.

Spurius Postumius Albinus qui avait abandonné son armée, Calpurnius Bestia qui au lieu de se battre avait fait la paix et même le puissant Opimius ont été reconnus coupables d'actes répréhensibles et contraints à l'exil. Bien qu'un autre sénateur de premier plan qui avait clairement été impliqué dans toute cette triste affaire, ait réussi à survivre à l'enquête – en la présidant, Marcus Aemilius Scaurus.

Metellus prend le commandement

En 109 av. J.-C., Rome envoya le consul Quintus Caecilius Metellus pour prendre le commandement de l'armée africaine. Il a été délibérément choisi pour sa réputation de principe élevé, se révélant ainsi à l'abri de la corruption de Jugurtha.

De plus, il était un commandant de capacité. Prenant le contrôle de l'armée indisciplinée et brisée, il la renforça avec des troupes plus stables qu'il emmena avec lui et les durcit avec des exercices et des marches forcées.

Jugurtha a dû être alarmé, se trouvant enfin face à un adversaire compétent et dangereux qu'il ne pouvait pas soudoyer.

Progressant régulièrement, Metellus emporta une forteresse numide après l'autre, y compris la capitale Cirta. À la rivière Muthul, Jugurtha a tenté de tendre une embuscade à l'armée romaine en marche, mais les forces nouvellement renforcées de Metellus n'étaient plus facilement dépassées.

La bataille fut une affaire confuse et sanglante. Pourtant, comme le roi Pyrrhus d'autrefois, Jugurtha ne pouvait pas se permettre de telles pertes. Métellus pourrait. Désormais, le roi numide était en fuite, soucieux d'éviter toute nouvelle bataille.

Metellus a peut-être pris le dessus, mais achever un ennemi comme Jughurta s'est avéré une affaire très difficile. Les tentatives d'assassinat se sont avérées infructueuses.

Loin de simplement fuir les forces de Metellus, Jugurtha a bien utilisé son temps, cherchant de nouvelles forces, construisant de nouvelles alliances.

Trouvez bientôt de nouveaux mercenaires chez les Gétules, les tribus du désert vivant au sud de la Numidie et de la Maurétanie. Pire pour Metellus, en promettant de céder du territoire, Jugurtha réussit à gagner son beau-père, le roi Bocchus de Maurétanie, en tant qu'allié contre Rome.

Metellus relevé du commandement

Pendant tout ce temps, dans le camp romain, un fossé s'était ouvert entre Metellus et son commandant en second, l'exceptionnel talent militaire Gaius Marius (108 avant JC).

Marius avait demandé l'autorisation de l'armée pour se présenter au consulat de 107 av. J.-C. à Rome. Metellus s'est en effet engagé à le soutenir dans une telle candidature, mais uniquement pour une candidature conjointe avec son fils lors d'une future élection.
Tout comme l'aristocratique Metellus pensait qu'il rendait service au roturier Marius en promettant un soutien politique aussi puissant, son fils était dans la jeune vingtaine. Il s'attendait en fait à ce que Marius attende encore vingt ans sa chance.

Marius était un homme d'ambition brûlante. On ne pouvait pas s'attendre à ce qu'un tel homme attende que le fils de Metellus atteigne l'âge suffisant pour se présenter à de hautes fonctions.
Plutôt que d'apprécier la proposition de Metellus comme une offre peu pratique, condescendante, bien que bien intentionnée, Marius l'a prise comme une insulte.
On peut voir pourquoi. Le fils de Metellus avait environ 22 ans. Marius avait 48 ans.

Furieux, Marius ne réussit à obtenir un congé que douze jours avant l'élection. Mais non content de présenter sa candidature, Marius a également supervisé une campagne de chuchotements qui a sapé le soutien public au commandement de Metellus en Numidie.

Compte tenu du bilan des grands sénateurs contre Jugurtha, il était facile pour Marius de dépeindre l'absence de victoire comme la conséquence de l'incompétence maladroite ou de la pratique politique corrompue d'un autre noble commandant.
Cimentant davantage cette impression, la nouvelle arriva à Rome que Jugurtha avait repris la ville de Vaga.

En conséquence, Marius fut élu consul pour 107 avant JC et les comices tributa votèrent pour l'envoyer en Numidie pour remplacer Metellus. Ceci malgré le sénat, l'organe qui avait autorité sur ces nominations, ayant stipulé que Metellus devait conserver son commandement.

Par conséquent, Metellus, qui, de l'avis de tous, avait fait du bon travail et faisait de son mieux pour éliminer l'armée maurétanienne et numide, fut informé qu'il était remplacé.

Furieux, Metellus laissa à son aide Rutilius Rufus le soin de remettre le commandement à Marius et retourna tôt à Rome. Il a naturellement supposé qu'à la suite de la campagne de diffamation contre lui, il ferait face à un accueil hostile. Mais à sa grande surprise, il fut chaleureusement accueilli par le sénat et le peuple, obtint un triomphe pour ses efforts contre Jugurtha et reçut le titre de Numidicus.

Il ne faisait aucun doute que Metellus avait renversé la fortune romaine dans ce conflit et Rome lui a montré sa gratitude.

Gaius Marius réforme l'armée romaine

Sa première étape dans la préparation de son prochain commandement en Numidie a peut-être semblé être un changement très petit, voire insignifiant à l'époque. Sachant que le prélèvement traditionnel des classes de propriétaires terriens était profondément impopulaire, Marius recruta plutôt ses nouvelles troupes en grande partie parmi les prolétaires, la classe inférieure des pauvres urbains qui ne possédaient rien (108 avant JC).

Ce que Tibère Gracchus avait essayé d'arrêter lorsqu'il était tribun en 133 av. J.-C. était une tendance qui avait commencé des siècles plus tôt et qui, par le succès même avec lequel Rome avait mené des opérations militaires, était devenue un cercle vicieux.

A la fin du IIe siècle av. J.-C., les légions romaines étaient encore occupées par des paysans. Une société constamment en guerre nécessitait un flux constant de conscrits. Les petites exploitations sont tombées en désuétude parce qu'il n'y avait personne pour s'en occuper. Au fur et à mesure que les conquêtes romaines s'étendaient sur les terres méditerranéennes, de plus en plus d'hommes étaient nécessaires.

Tout comme le succès de Rome a privé ses paysans de la capacité de s'occuper de leurs fermes, il a fourni aux riches l'accès aux terres conquises et aux armées d'esclaves pour les travailler.

Ainsi, alors que les fermes paysannes romaines étaient accablées par un service militaire de plus en plus paralysant, les riches les chassaient des affaires avec des fermes géantes exploitées par des esclaves.

Les petits exploitants ruraux ont invariablement tout perdu, se dirigeant vers Rome où ils ont grossi les rangs des pauvres urbains - devenant ainsi inéligibles au service militaire car ne possédant plus de propriété.

Non seulement les recrues manquaient donc, mais les soldats se retrouvaient à la fin de leur service dans des fermes ruinées.

C'est ce problème que Marius a résolu en recrutant les prolétaires. Il est fort probable qu'il n'ait jamais prévu les conséquences que ses actions auraient sur la république. Il aura simplement cherché une solution simple à une pénurie d'hommes.

Il s'est avéré qu'il a créé l'armée romaine telle qu'elle est devenue connue et redoutée dans toute l'Europe et la Méditerranée. Plutôt que de faire appel à des propriétaires terriens qui devaient fournir leur propre armement, Marius a recruté des volontaires qui ont reçu un kit standardisé.

Une fois que l'idée d'une armée professionnelle de mercenaires a été introduite, elle est restée jusqu'à la toute fin de l'Empire romain. De plus, Marius a introduit l'idée d'accorder aux soldats des lots de terres agricoles après avoir purgé leur peine.

Marius en Numidie

Il incombait maintenant à Marius de mettre fin à la guerre de Numidie. Premièrement, il devait amener ses nouvelles recrues prolétariennes au niveau des légionnaires romains. Ce qu'il a fait avec une rapidité et un succès surprenants.

Ses promesses antérieures de mettre fin rapidement à la guerre se sont rapidement avérées impossibles à tenir. D'autant plus que les Romains souffraient toujours d'une pénurie de cavalerie pour faire face avec succès aux agiles forces montées numides.

En effet, la stratégie de Marius semblait être celle de Metellus, mais à plus grande échelle, car il disposait d'un plus grand nombre de troupes.
Au cours de sa première année, Marius réussit à détruire Capsa, la forteresse la plus au sud de Jugurtha.

En 106 av. J.-C., ayant enfin recruté suffisamment de cavalerie, l'armée réduisit une à une une série de forteresses ennemies, avançant jusqu'à la rivière Muluccha, qui se trouvait à 600 milles à l'ouest du territoire romain. Là, il a capturé la forteresse qui contenait le principal trésor de campagne de l'ennemi.

Sous le choc de ce coup, Jugurtha et Bocchus cherchèrent enfin la bataille. Ils n'avaient plus d'options. Alors que l'armée romaine cherchait à se retirer à l'est de la rivière Muluccha, le roi allié attaqua deux fois l'armée en marche. Le deuxième assaut (près de Cirta) fut si féroce que les forces romaines furent presque submergées.

Les victoires romaines dans les deux batailles se sont avérées décisives. Les alliés numides et maurétaniens avaient subi des pertes paralysantes.

Sulla met fin à la guerre par la diplomatie

Le roi Bocchus avait déjà été approché par Metellus qui l'avait exhorté à abandonner l'alliance avec Jugurtha. Connaissant désormais son propre royaume en péril, il ouvrit alors des négociations secrètes avec les Marius.

Une rencontre personnelle entre Marius et Bocchus était plus que probablement impossible. De plus, le commandant romain se savait une personne beaucoup trop franche et franche pour la diplomatie.

Ainsi, à la place, un questeur, Lucius Cornelius Sulla, qui commandait la cavalerie romaine et s'était montré très prometteur lors du récent combat, fut envoyé à Bocchus afin de négocier au nom de Rome.

C'était une mission périlleuse, qui aurait facilement pu voir Sulla remis à Jugurtha où il aurait sans aucun doute rencontré une mort effroyable.

Au lieu de cela, Sulla a réussi à convaincre Bocchus de faire la paix avec Rome et - en matière de réparation pour lui avoir fait la guerre - de livrer Jugurtha comme prisonnier. (106 avant JC)

Les suites de la guerre de Jugurthine

La guerre de Jugurthine pourrait être considérée comme un épisode mineur de l'histoire romaine, mais pour les conséquences profondes à long terme qui se sont répercutées bien au-delà de ce conflit immédiat. Les conséquences de la guerre devaient dresser plusieurs forces politiques montantes les unes contre les autres.

Metellus s'est senti trahi par Marius qui a en fait usurpé le commandement de son armée. Pendant ce temps, Marius devait se sentir trahi par Sylla qui prétendait avoir gagné la guerre grâce à sa diplomatie.

Cette dernière rivalité serait si profonde que, dans les décennies à venir, elle finirait par plonger Rome dans une guerre civile totale.

L'effet immédiat sur la politique romaine fut cependant l'ascendant dramatique du parti populaire avec Marius à sa tête. Malgré tous les efforts de Metellus, les grands aristocrates avaient tellement discrédité leur classe avec leur conduite en Numidie que leur position était tombée à un niveau historiquement bas. L'effondrement du soutien aux nobles était si profond que Marius se tenait maintenant tête et épaules au-dessus de tout, capable de dominer complètement la scène politique romaine.

Le destin du roi Jugurtha était d'être défilé dans les rues de Rome dans le triomphe de Marius. Ayant servi son but dans ce spectacle public, il fut jeté dans le cachot Mamertine, où après six jours de torture, il expira enfin (104 av. J.-C.).

Le roi Bocchus est resté en toute sécurité sur son trône en Maurétanie, étant récompensé par des étendues de territoire numide pour son aide à la capture de Jugurtha. Le trône numide revint à Gauda, ​​le demi-frère de Jugurtha.

Rome elle-même n'a pas avancé du tout son territoire, mais est restée à l'intérieur de ses frontières existantes. Bien qu'elle soit désormais reconnue comme la puissance suprême en Afrique du Nord, ayant réussi à réduire la Numidie et la Maurétanie au statut de royaumes vassaux.

Avant que Marius ne soit de retour à Rome, il fut réélu au consulat (104 avant JC), bien que la loi interdisait la réélection et exigeait que le candidat soit présent à Rome. Mais Marius était le soldat de l'heure, et l'heure exigeait le meilleur soldat de Rome du jour.

Car pendant la guerre numide, une terrible menace s'était accumulée sur les frontières septentrionales de l'Italie. Les tribus allemandes faisaient leur première apparition sur la scène de l'histoire.

Les hordes avancées des Teutons et des Cimbres avaient dépassé les Alpes et se déversaient en Gaule, inondant la vallée de la Saône et du Rhône et mettant également en mouvement les Celtes helvétiques (suisses). Ils ont vaincu le consul romain Silanus en 109 avant JC et en 107 avant JC un autre consul, Cassius, a été piégé par les Helvètes et a perdu son armée et sa vie.

En 105 av. J.-C., les forces du pro-consul Caepio et du consul Mallius furent anéanties par les Cimbres à la bataille d'Arausio (Orange), des sources anciennes estimant les pertes jusqu'à 80'000 ou 100'000 hommes. Puis, sans raison apparente, la marée s'est calmée pendant un moment.

Rome, désespérée d'utiliser le temps, se tourna vers Marius, plaçant le contrôle et la réorganisation de ses armées entre ses mains et le faisant consul année après année. Et Marius a fait l'impensable.

Marius bat les Nordiques

La révolution de Marius dans l'armée arriva juste à temps.

En 103 av. J.-C., les Allemands se massaient à nouveau sur la Saône, se préparant à envahir l'Italie en traversant les Alpes en deux endroits différents. Les Teutones ont traversé les montagnes à l'ouest, les Cimbres l'ont fait à l'est. En 102 av. J.-C., Marius, consul pour la quatrième fois, anéantit les Germains à Aquae Sextiae au-delà des Alpes, tandis que son collègue Catulle montait la garde derrière eux.

Ensuite, en 101 avant JC, les Cimbres se sont déversés à travers les cols de montagne de l'est dans la plaine du fleuve Pô. Ils furent à leur tour anéantis par Marius et Catulus à Campi Raudii près de Vercellae.

Marius a récolté le bénéfice de sa victoire conjointe avec Catulus, en étant élu à son sixième consulat.

La deuxième guerre des esclaves

Les atrocités de la première guerre des esclaves étaient tout sauf oubliées lorsqu'en 103 avant JC, les esclaves de Sicile osèrent à nouveau se révolter. Qu'après la cruauté qui a suivi le premier conflit, ils aient osé se relever, laisse entendre à quel point leurs conditions devaient être mauvaises.

Ils se sont battus si obstinément qu'il a fallu 3 ans à Rome pour écraser la révolte.

La guerre sociale

En 91 avant JC, les membres modérés du sénat se sont alliés à Livius Drusus (le fils de ce Drusus qui avait été utilisé pour saper la popularité de Gaius Gracchus en 122 avant JC) et l'ont aidé dans sa campagne électorale. Si l'honnêteté du père est sujette à caution, celle du fils ne l'est pas.

En tant que tribun, il proposa d'ajouter au sénat un nombre égal de cavaliers, d'étendre la citoyenneté romaine à tous les Italiens et d'accorder aux plus pauvres des citoyens actuels de nouveaux projets de colonisation et une nouvelle baisse des prix du maïs, aux dépens de l'état.

Bien que le peuple, les sénateurs et les chevaliers aient tous estimé qu'ils concéderaient trop de leurs droits pour trop peu. Drusus a été assassiné.

Malgré sa perte de popularité, ses partisans étaient restés fidèles à Drusus. Le Tribun du Peuple de l'opposition, Q. Varius, portait alors un projet de loi déclarant qu'avoir soutenu les idées de Drusus était une trahison. La réaction des partisans de Drusus a été la violence.

Tous les citoyens romains résidents ont été tués par une foule enragée à Asculum, dans le centre de l'Italie. Pire encore, les « alliés » (socii) de Rome en Italie, les Marsi, les Paeligni, les Samnites, les Lucaniens, les Pouilles se sont tous révoltés ouvertement.

Les « alliés » n'avaient pas prévu un tel soulèvement, bien plus c'était une explosion spontanée de colère contre Rome. Mais cela signifiait qu'ils n'étaient pas préparés pour un combat. À la hâte, ils formèrent une fédération. Plusieurs villes tombèrent d'abord entre leurs mains et ils battirent une armée consulaire. Mais hélas, Marius mena une armée au combat et les vainquit. Bien qu'il ne les ait pas - peut-être délibérément - écrasés.

Les « alliés » avaient un fort parti de sympathisants au sénat. Et ces sénateurs réussirent en 89 av. ceux qui ont déposé les armes contre Rome).

Mais certains des rebelles, en particulier les Samnites, n'ont combattu que plus durement. Bien que sous la direction de Sulla et Pompeius Strabon, les rebelles ont été réduits sur le champ de bataille jusqu'à ce qu'ils ne tiennent que dans quelques bastions samnites et lucaniens.

Si la ville d'Asculum en particulier était sévèrement punie pour les atrocités qui y étaient commises, le sénat a tenté de mettre fin aux combats en concédant la citoyenneté à en accordant la citoyenneté à tous ceux qui avaient déposé les armes dans les soixante jours (lex Plautia-Papiria).

La loi réussit et au début de 88 avant JC, la guerre sociale était terminée, à l'exception de quelques forteresses assiégées.

Le (138-78 av. J.-C.)

Lucius Cornelius Sulla était encore un autre clou dans le cercueil de la République, peut-être un peu dans le même moule que Marius.

Ayant déjà été le premier homme à utiliser les troupes romaines contre Rome elle-même.
Et tout comme Marius, lui aussi devrait faire sa marque dans l'histoire avec des réformes ainsi qu'un règne de terreur.

On prend le pouvoir

En 88 av. J.-C., les activités du roi Mithridate de Pont appellent une action urgente. Le roi avait envahi la province d'Asie et massacré 80'000 citoyens romains et italiens. Sulla, en tant que consul élu et en tant qu'homme qui avait gagné la guerre sociale, attendait le commandement, mais Marius le voulait aussi.

Le sénat a nommé Sylla pour diriger les troupes contre Mithridate. Mais le tribun Sulpicius Rufus (124-88 av. J.-C.), un allié politique de Marius, passa par le concilium plebis un ordre demandant le transfert du commandement à Marius. Aussi paisibles que puissent paraître ces événements, ils ont été accompagnés de beaucoup de violence.

Sulla se précipita directement de Rome vers ses troupes encore non dissoutes de la guerre sociale devant Nola en Campanie, où les Samnites tenaient encore.

Là, Sylla a appelé les soldats à le suivre. Les officiers ont hésité, mais pas les soldats. Ainsi, à la tête de six légions romaines, Sylla marche sur Rome. Il a été rejoint par son allié politique Pompeius Rufus. Ils s'emparèrent des portes de la ville, entrèrent et anéantirent une force rassemblée à la hâte par Marius.

Sulpicius s'enfuit mais fut découvert et tué. Marius, âgé de 70 ans, s'enfuit aussi. Il fut arrêté sur la côte du Latium et condamné à mort. Mais comme personne n'a pu être trouvé prêt à faire l'acte, il a plutôt été bousculé sur un navire. Il s'est retrouvé à Carthage où il a reçu l'ordre du gouverneur romain d'Afrique de continuer.

Les premières réformes de Sylla

Alors qu'il détenait encore le commandement de l'armée entre ses mains, Sulla a utilisé l'assemblée militaire (comitia centuriata) pour annuler toutes les lois adoptées par Sulpicius et pour proclamer que toutes les affaires à soumettre au peuple devaient être traitées dans les comices centuriata , alors que rien du tout ne devait être apporté au peuple avant qu'il ne reçoive l'approbation sénatoriale.

En effet, cela enlevait tout ce que possédaient l'assemblée tribale (comitia tributa) et l'assemblée plébéienne (concilium plebis). Elle réduisit aussi le pouvoir des tribuns, qui jusque-là avaient pu se servir des assemblées populaires pour contourner le sénat.

Naturellement, cela augmentait également le pouvoir du Sénat.

Sulla n'intervint pas dans les élections aux postes de consul, mais exigea du candidat élu, L. Cornelius Cinna, qu'il n'annule aucun des changements qu'il avait apportés.

Ceci fait, Sylla partit avec ses forces pour combattre Mithridates à l'est (87 avant JC).

Marius et Cinna prennent le pouvoir

Bien qu'en son absence Cinna ait relancé la législation et les méthodes de Sulpicius. Lorsque la violence éclate dans la ville, il fait appel aux troupes en Italie et relance pratiquement la guerre sociale. Marius est revenu de l'exil et l'a rejoint, bien qu'il ait semblé plus déterminé à se venger qu'à autre chose.

Rome était sans défense devant les conquérants. Les portes de la ville à Marius et Cinna. Dans la semaine de règne de terreur qui suivit, Marius se vengea de ses ennemis.

Après la brève mais hideuse orgie de soif de sang qui alarma Cinna et dégoûta leurs alliés au sénat, Marius s'empara de son septième consulat sans élection. Mais il mourut quinze jours plus tard (janvier 87 av. J.-C.).

Cinna est resté seul maître et consul de Rome jusqu'à ce qu'il soit tué au cours d'une mutinerie en 84 av. Le pouvoir revint à un allié de Cinna, à savoir Cn. Papirius Carbo.

Première guerre mithridatique

Lorsque la guerre sociale avait éclaté, Rome était entièrement occupée de ses propres affaires. Mithridate VI, roi du Pont, profita de la préoccupation de Rome pour envahir la province d'Asie. La moitié de la province d'Achaïe (Grèce), Athènes en tête, se souleva contre ses souverains romains, soutenus par Mithridate.

Lorsque Sulla est arrivé à Athènes, les fortifications de la ville se sont avérées trop lourdes pour lui. Au lieu de cela, il les a affamés pendant que son lieutenant, Lucius Lucullus, levait une flotte pour forcer Mithridate à quitter la mer Égée. Au début de 86 av. J.-C., Athènes tomba aux mains des Romains.

Bien qu'Archelaus, le général le plus capable de Mithridates, soit maintenant menacé par une grande armée de Thessalie. Sulla a marché contre lui avec une force d'un sixième seulement et a brisé son armée à Chaeronea.

Un consul romain, Valerius Flaccus, débarqua maintenant avec de nouvelles forces en Épire, pour relever Sylla de son commandement. Mais Sulla n'avait pas l'intention de renoncer à son pouvoir. La nouvelle lui parvint que le général Archelaus avait débarqué une autre force énorme. Immédiatement, il se tourna vers le sud et détruisit cette force à Orchomenus.

Pendant ce temps, Flaccus, évitant un conflit avec Sylla, se dirigea vers l'Asie cherchant à engager Mithridate lui-même. Bien qu'il ne l'ait jamais atteint. Son commandant en second, C. Flavius ​​Fimbria, mena une mutinerie contre lui, le tua et prit lui-même le commandement. Fimbria a traversé le détroit et a commencé ses opérations en Asie.

Pendant ce temps, Sulla a ouvert des négociations avec Archelaus vaincu. Une conférence a été organisée en 85 avant JC entre Sylla et Mithridate et un traité a été conclu par lequel Mithridate devait abandonner ses conquêtes à Rome et se retirer derrière les frontières qu'il avait tenues avant la guerre. De même, Pontus devait remettre une flotte de soixante-dix navires et payer un tribut.

Il restait maintenant à régler le problème de Fimbria, qui ne pouvait qu'espérer excuser sa mutinerie avec quelque succès. Avec la fin de la guerre et Sulla se rapprochant de lui avec ses troupes, sa situation était sans espoir. Hélas, ses troupes l'ont abandonné et Fimbria s'est suicidé.

Ainsi, en 84 av. J.-C., ses campagnes étant un succès total, Sulla put commencer à faire son retour à Rome.

On devient dictateur

Sulla devrait revenir en Italie au printemps 83 av. J.-C. et marcher sur Rome déterminé à restaurer sa volonté sur la ville. Mais le gouvernement romain contrôlait des troupes plus importantes que les siennes, d'autant plus que les Samnites se jetaient de tout cœur dans la lutte contre Sylla, qui représentait pour eux le privilège sénatorial et le déni de citoyenneté aux Italiens.

Hélas, il s'agit de la bataille décisive de la Colline Gate en août 82 av. J.-C., où cinquante mille hommes perdirent la vie. Sulla sortit victorieux de la bataille de la porte Colline et devint ainsi le maître du monde romain.
Sulla ne manquait en rien de la soif de sang affichée par Marius. Trois jours après la bataille, il ordonna que tous les huit mille prisonniers capturés sur le champ de bataille soient massacrés de sang-froid.

Peu de temps après, Sulla fut nommé dictateur aussi longtemps qu'il jugerait bon de conserver ses fonctions.

Il a publié une série d'interdictions - des listes de personnes dont les biens devaient être confisqués et qui devaient être tués. Les personnes tuées lors de ces purges n'étaient pas seulement des partisans de Marius et de Cinna, mais aussi des gens que Sulla n'aimait tout simplement pas ou contre qui lui en voulait.

La vie des habitants de Rome était entièrement entre les mains de Sylla. Il pouvait les faire tuer ou les épargner. Celui qu'il a choisi d'épargner était un jeune patricien dissolu, dont la sœur du père avait été l'épouse de Marius, et qui était lui-même le mari de la fille de Cinna - Gaius Julius Caesar.

Sur les deuxièmes réformes

Sulla a pris en charge la constitution en 81 av. Tout le pouvoir de l'État serait désormais entre les mains du sénat. Les tribuns du peuple et les assemblées populaires avaient été par les démocrates pour renverser le sénat. Les tribuns devaient être interdits de toute fonction ultérieure et les assemblées étaient privées du pouvoir d'initiative de toute législation. Le contrôle sénatorial des tribunaux est rétabli aux dépens des cavaliers.

Il ne devait plus y avoir de consulats répétés, comme ceux de Marius et de Cinna.

Les consuls ne devaient occuper le commandement militaire qu'après leur année de mandat, ils se rendaient à l'étranger en tant que proconsuls, alors que leur pouvoir ne pouvait s'exercer que dans leur province respective.

Puis, en 79 av. J.-C., Sulla renonça à ses pouvoirs de dictateur et consacra les mois qui lui restaient à profiter de fêtes sauvages. Il mourut en 78 av.

Bien que leRépublique romainetechniquement encore une cinquantaine d'années, Sulla représente à peu près sa disparition. Il devrait être un exemple pour les autres à venir qu'il était possible de prendre Rome par la force et de la gouverner, si un seul était assez fort et impitoyable pour faire tout ce qui était nécessaire.

L'âge de César

Les vingt années qui suivirent la mort de Sylla virent naître trois hommes qui, si les fondateurs de Rome furent véritablement allaités par une louve, avaient sûrement en eux l'étoffe des loups.

Les trois étaient Marcus Licinius Crassus (décédé en 53 av. J.-C.), l'un des hommes les plus riches de Rome. Gnaeus Pompeius Magnus (106-48 avant JC), connu sous le nom de Pompée le Grand, peut-être le plus grand talent militaire de son temps, et Gaius Julius Caesar (102-44 avant JC), sans doute le romain le plus célèbre de tous les temps.

Un quatrième homme était Marcus Tullius Cicero (106-43 avant JC), est généralement considéré comme le plus grand orateur de toute l'histoire de l'Empire romain. Tous les quatre ont été poignardés à mort à moins de dix ans d'intervalle.

Cicéron

Crassus

Pompée

Jules César

La montée de Crassus et Pompée

Deux hommes s'étaient fait connaître en tant que partisans de Sylla. L'un était Publius Licinius Crassus (117-53 avant JC), qui avait joué un rôle majeur dans la victoire de la Colline Gate pour Sylla. L'autre, Gnaeus Pompeius (106-48 av. J.-C.), connu des historiens modernes sous le nom de Pompée, était un jeune commandant aux talents militaires remarquables.

De tels talents en fait que Sulla lui avait confié la répression des Marians (les partisans de Marius) en Afrique. Cet ordre, il l'avait accompli de manière si satisfaisante qu'il lui avait valu le titre complémentaire de « Magnus » (« le Grand ») de la part du dictateur. Crassus n'avait pas peu de capacité, mais il a choisi de la concentrer sur l'acquisition de richesses.

Sylla était à peine mort que l'inévitable tentative de renversement de sa constitution fut faite par le consul Lépide, le champion du parti populaire. quand il a pris les armes cependant, il a été facilement écrasé (77 avant JC).

Dans un quartier, les Mariens n'avaient pas encore été supprimés. Le Marian Sertorius s'était retiré en Espagne lorsque Sulla était revenu en Italie, et là il s'était fait une puissance redoutable, en partie en ralliant les tribus espagnoles pour le rejoindre en tant que chef.

Il était bien plus qu'un simple match pour les forces romaines envoyées pour s'occuper de lui. Pompée, chargé de traiter avec lui en 77 av. J.-C., ne s'en sort pas beaucoup mieux que ses prédécesseurs.

Plus inquiétant encore, le menaçant roi Mithridate du Pont, qui n'avait plus peur de Sylla, négociait avec Sertorius avec l'intention de reprendre la guerre en 74 av.

Mais cette alliance n'aboutit à rien puisque Sertorius fut assassiné en 72 av. Avec la mort de Sertorius, la défaite des Mariens en Espagne ne posa plus de grande difficulté à Pompée.
Pompée pouvait maintenant rentrer chez lui à Rome pour réclamer et recevoir un crédit, à peine mérité, pour avoir réussi là où d'autres avaient échoué.

Troisième guerre des esclaves

Les esclaves étaient entraînés comme gladiateurs et, en 73 avant JC, un tel esclave, un Thrace nommé Spartacus, s'échappa d'un camp d'entraînement de gladiateurs à Capoue et se réfugia dans les collines. Le nombre de sa bande augmenta rapidement et il garda ses hommes bien en main et soumis à une discipline stricte et mit en déroute deux commandants qui furent envoyés pour le capturer. En 72 avant JC, Spartacus avait une force si formidable derrière lui, que deux armées consulaires furent envoyées contre lui, qu'il détruisit toutes les deux.

Pompée était à l'ouest, Lucullus à l'est. C'est Crassus qui, à la tête de six légions, mit enfin Spartacus à distance, brisa son armée et le tua sur le terrain (71 av. J.-C.).

Cinq mille hommes de Spartacus se sont frayé un chemin à travers les lignes et se sont échappés, mais seulement pour se retrouver sur le chemin même de l'armée de Pompée revenant d'Espagne.

Pompée a revendiqué la victoire de réprimer la guerre des esclaves pour lui-même, ajoutant à ses gloires douteuses acquises en Espagne. Crassus, voyant que le soldat populaire pouvait lui être utile, ne se disputa pas.

Crassus et Pompée consuls conjoints

Les positions des deux dirigeants étaient si puissantes qu'ils se sentaient suffisamment en sécurité pour contester la constitution de Sylla. Aux termes des lois de Sylla, les deux n'étaient pas autorisés à se présenter au consulat. Pompée était trop jeune et Crassus devait laisser passer un an entre ses fonctions de préteur avant de pouvoir se présenter aux élections.

Mais les deux hommes se sont présentés et tous deux ont été élus.

En tant que consuls, en 70 av. J.-C., ils obtinrent l'annulation des restrictions imposées à la fonction de Tribun du Peuple. Ils ont ainsi restauré les pouvoirs perdus de l'assemblée tribale. Le sénat n'osa pas refuser leurs demandes, connaissant une armée derrière chacun d'eux.

Troisième guerre mithridatique

En 74 av. J.-C., le roi Nicomède de Bithynie mourut sans héritiers. A l'instar d'Attale de Pergame, il laissa son royaume au peuple romain. Mais avec la mort de Sylla, le roi Mithridate du Pont a clairement senti que son ennemi le plus redoutable avait disparu de la scène et a ravivé ses rêves de créer son propre empire. La mort de Nicomède lui a fourni une excuse pour déclencher une guerre. Il a soutenu un faux prétendant au trône de Bithynie au nom duquel il a ensuite envahi la Bithynie.

Au début, le consul Cotta n'a pas réussi à faire des gains significatifs contre le roi, mais Lucius Lucullus , ancien lieutenant de Sylla à l'est, a rapidement été envoyé pour être gouverneur de Cilicie pour s'occuper de Mithridates.

Bien que pourvu seulement d'une force relativement petite et indisciplinée, Lucullus mena ses opérations avec une telle habileté qu'en un an il avait démantelé l'armée de Mithridates sans avoir eu à livrer une bataille rangée. Mithridates a été repoussé dans son propre territoire à Pontus. Suite à une série de campagnes dans les années suivantes, Mithridates a été contraint de fuir vers le roi Tigrane d'Arménie.

Les troupes de Lucullus avaient subjugué Pontus en 70 av. Pendant ce temps, cependant, Lucullus, essayant de régler les choses à l'est, s'est rendu compte que les cités de la province d'Asie étaient étranglées par les tributs punitifs qu'elles devaient payer à Rome. En fait, ils ont dû emprunter de l'argent pour pouvoir les payer, ce qui a entraîné une spirale d'endettement sans cesse croissante.

Afin d'alléger ce fardeau et de ramener la province à la prospérité, il a réduit leurs dettes envers Rome de l'énorme total de 120 000 talents à 40 000.

Cela lui valut inévitablement la gratitude durable des villes d'Asie, mais cela lui attira aussi le ressentiment éternel des usuriers romains qui avaient jusqu'alors profité du sort des villes asiatiques.

En 69 av. J.-C., Lucullus, ayant décidé que tant que Mithridate ne serait pas capturé, le conflit à l'est ne pouvait être résolu, s'avança en Arménie et s'empara de la capitale Tigranocerta. L'année suivante, il mit en déroute les forces du roi arménien Tigrane. mais en 68 av. J.-C., paralysé par l'esprit de mutinerie de ses troupes épuisées, il fut contraint de se replier sur le Pont.

Pompée bat les pirates

En 74 av. J.-C., Marcus Antonius, père du célèbre Mark Antony, avait reçu des pouvoirs spéciaux pour réprimer la piraterie à grande échelle en Méditerranée. Mais ses tentatives se sont soldées par un lamentable échec.

Après la mort d'Antonius, le consul Quintus Metellus fut chargé de la même tâche en 69 av. Les choses se sont en effet améliorées, mais le rôle de Metellus devrait être écourté, car Pompée en 67 av. J.-C. a décidé qu'il voulait le poste. Grâce en grande partie au soutien de Jules César, Pompée s'est vu confier la tâche, malgré l'opposition du sénat.

Commandant libre de faire ce qu'il voulait et avec des ressources presque illimitées, Pompée a accompli en seulement trois mois ce que personne d'autre n'avait réussi. Répandant systématiquement sa flotte à travers la Méditerranée, Pompée a balayé la mer d'un bout à l'autre. Les pirates ont été détruits.

Pompée contre Mithridate

Par acclamation populaire, fraîchement sorti de son brillant triomphe sur les pirates, Pompée reçut une autorité suprême et illimitée sur tout l'Orient. Ses pouvoirs devaient être entre ses mains jusqu'à ce qu'il soit lui-même satisfait de l'intégralité du règlement qu'il pourrait effectuer.

Aucun Romain, autre que Sylla, n'avait jamais reçu de tels pouvoirs. De 66 à 62 av. J.-C., Pompée doit rester à l'est.

Lors de sa première campagne, Pompée a forcé Mithridate à le combattre et a mis ses forces en déroute à la frontière orientale du Pont. Mithridate s'enfuit, mais se vit refuser l'asile par Tigrane d'Arménie qui, après l'assaut de Lucullus, craignait évidemment les troupes romaines.

Au lieu de cela, Mithridate s'est enfui vers les rives nord de la mer Noire. Là, hors de portée des forces romaines, il a commencé à former des plans pour diriger les tribus barbares de l'Europe de l'Est contre Rome. Ce projet ambitieux, cependant, a été mis fin à son propre fils Pharnace. En 63 avant JC, un vieil homme brisé, Mithridate s'est suicidé.

Pendant ce temps, Tigrane, désireux de s'entendre avec Rome, avait déjà retiré son soutien à Mithridate et avait retiré ses troupes basées en Syrie. lorsque Pompée est entré en Arménie, Tigrane s'est soumis au pouvoir romain. Pompée voyant sa tâche accomplie, ne voyait aucune raison d'occuper l'Arménie elle-même. Bien plus, il laissa Tigrane au pouvoir et retourna en Asie Mineure (Turquie), où il commença l'organisation des nouveaux territoires romains.

La Bithynie et le Pont ont été formés en une seule province, et la province de Cilicie a été agrandie. pendant ce temps les petits territoires frontaliers, la Cappadoce, la Galatie et la Commagène sont reconnus sous protection romaine.

Pompée annexe la Syrie

Lorsqu'en 64 av. J.-C., Pompée descendit de Cappadoce dans le nord de la Syrie, il n'avait guère besoin de plus que d'assumer la souveraineté au nom de Rome. Depuis l'effondrement du royaume des Séleucides soixante ans plus tôt, la Syrie était gouvernée par le chaos. L'ordre romain était donc le bienvenu. L'acquisition de la Syrie a amené les frontières orientales de l'empire au fleuve Euphrate, qui doit donc traditionnellement être compris comme la frontière entre les deux grands empires de Rome et de la Parthie.

En Syrie même, Pompée aurait fondé ou restauré jusqu'à quarante villes, les installant avec les nombreux réfugiés des guerres récentes.

Pompée en Judée

Cependant, au sud, les choses étaient différentes. Les princes de Judée étaient alliés de Rome depuis un demi-siècle.

Mais la Judée souffrait d'une guerre civile entre les deux frères Hyrcan et Aristobule. Pompée a donc été invité à aider à apaiser leurs querelles et à décider de la question de la domination sur la Judée (63 avant JC).

Pompée a conseillé en faveur d'Hyrcanus. Aristobule cède la place à son frère. Mais ses partisans ont refusé d'accepter et se sont enfermés dans la ville de Jérusalem. Pompée assiégea donc la ville, la conquit au bout de trois mois et la laissa à Hyrcan. Mais ses troupes ayant effectivement mis Hyrcan au pouvoir, Pompée laissa à la Judée non plus un allié mais un protectorat, qui payait tribut à Rome.

Le complot de Cataline

Pendant les cinq années d'absence de Pompée en Orient, la politique romaine fut plus animée que jamais.

Jules César, neveu de Marius et gendre de Cinna, courtisait la popularité et augmentait régulièrement en puissance et en influence. Cependant, parmi les têtes brûlées du parti antisénatorial se trouvait Lucius Sergius Catalina (vers 106 - 62 av. J.-C.), un patricien qui était au moins réputé pour n'avoir aucun scrupule en matière d'assassinat.

De l'autre côté, les rangs du parti sénatorial étaient rejoints par l'orateur le plus brillant de l'époque, Marcus Tullius Cicero (106 - 43 av. J.-C.).

En 64 av. J.-C., Catalina se présenta comme candidate au consulat, après avoir été à peine acquittée par les tribunaux sur une accusation de complot de trahison. Bien que Cicéron n'ait pas été populaire auprès des sénateurs de la classe supérieure des vieilles familles, son parti l'a nommé candidat - ne serait-ce que pour empêcher Catalina de remporter le siège. La rhétorique de Cicéron l'emporte et lui assure le poste de consul.

Mais Catalina n'était pas homme à accepter facilement la défaite.

Alors que César continue de courtiser la popularité, réussissant même à obtenir l'élection à la fonction digne de pontifex maximus devant les candidats sénatoriaux les plus éminents, Catalina a commencé à comploter.

L'intrigue était en cours en 63 avant JC, et pourtant Catalina n'avait pas l'intention de déménager avant d'avoir atteint le consulat. Il ne se sentait pas encore suffisamment prêt à frapper. Mais tout devrait aboutir à rien car certaines informations sur ses plans ont été transmises à Cicéron. Cicéron est allé au sénat et a présenté les preuves qu'il avait, des plans en cours.

Catalina s'est échappée vers le nord pour diriger la rébellion prévue dans les provinces, laissant ses complices mener à bien le programme prévu pour la ville.

Cicéron, ayant maintenant reçu des pouvoirs d'urgence par le sénat, a obtenu une correspondance entre Catalina et la tribu gauloise des Allobroges. Les principaux conspirateurs nommés dans la lettre furent arrêtés et condamnés à mort sans procès.

Cicéron a raconté toute l'histoire aux gens réunis dans le forum sous des applaudissements frénétiques. Dans la ville de Rome, la rébellion avait été écrasée sans combat. Mais dans le pays Catalina tomba en combattant indomptablement au début de 62 av. J.-C. à la tête des troupes qu'il avait réussi à lever.

Pour le moment, au moins, la guerre civile avait été évitée.

Le premier triumvirat

Avec Pompée sur le point de retourner à Rome, personne ne savait ce que le conquérant de l'Est avait l'intention de faire. Cicéron et César voulaient tous deux son alliance. Mais César a su attendre et retourner les événements en sa faveur.

À l'heure actuelle, Crassus avec son or était plus important que Pompée avec ses hommes. L'argent de Crassus a permis à César de prendre la préture en Espagne, peu après le débarquement de Pompée à Brundisium (Brindisi).

Cependant, beaucoup de gens se sont réconfortés lorsque Pompée au lieu de rester à la tête de son armée a renvoyé ses troupes. Il ne voulait pas jouer le rôle de dictateur.

Puis, en 60 av. J.-C., César revint d'Espagne, enrichi par le butin des campagnes militaires réussies contre les tribus rebelles. Il a trouvé Pompée montrant peu d'intérêt pour une alliance avec Cicéron et le parti sénatorial. Au lieu de cela, une alliance a été forgée entre le politicien populaire, le général victorieux et l'homme le plus riche de Rome - le soi-disant premier triumvirat - entre César, Pompée et Crassus.

La raison du « premier triumvirat » se trouve dans l'hostilité à laquelle les populistes Crassus Pompée et César ont été confrontés au Sénat, en particulier par Caton le Jeune, l'arrière-petit-fils de Caton l'Ancien. Peut-être que son célèbre homonyme avant lui, Caton le Jeune, était un politicien (propre) juste mais talentueux.

Un mélange fatal, s'il est entouré de loups du calibre de Crassus, Pompée et César. Il est devenu l'un des dirigeants du sénat, où il a particulièrement tourné vers Crassus, Pompée et César. Hélas, il s'est même brouillé avec Cicéron, de loin le plus grand orateur de la maison.

Le « premier triumvirat était, plutôt qu'un bureau constitutionnel ou une dictature imposée par la force, une alliance des trois principaux politiciens populaires Crassus, Pompée et César.

Ils se sont entraidés, se protégeant mutuellement de Caton le Jeune et de ses attaques au sénat. Avec Pompée et Crassus le soutenant, César fut triomphalement élu consul.

Le partenariat avec Pompée devait être scellé l'année suivante par le mariage entre Pompée et Julia, la fille de César.

Le premier consulat de Jules César

César a utilisé son année en tant que consul (59 avant JC) pour asseoir davantage sa position. Une loi agraire populaire, Comme son premier acte en fonction, César a proposé une nouvelle loi agraire qui a donné des terres aux soldats vétérans de Pompée et aux citoyens pauvres de Campanie.

Bien qu'opposée par le sénat, mais soutenue par Pompée en tant que Crassus, la loi fut adoptée par l'assemblée tribale, après qu'un détachement d'anciens combattants de Pompée ait balayé par la force physique toute opposition constitutionnelle possible. La population était satisfaite et les trois triumvirs disposaient désormais d'un corps de soldats vétérans loyaux et reconnaissants à qui faire appel en cas de problème.

L'organisation de l'Est par Pompée a finalement été confirmée, ayant été mise en doute jusque-là. Et finalement César s'est assuré un mandat sans précédent de cinq ans pour le proconsulat de la Gaule cisalpine et de l'Illyricum. Le sénat, espérant être bien débarrassé de lui, ajouta à ses territoires la Gaule transalpine (Gallia Narbonensis) où de sérieux troubles couvaient.

Avant son départ, César veilla à ce que l'opposition politique soit en lambeaux. L'austère et intransigeant Caton le Jeune (95-46 av. J.-C.) fut envoyé pour assurer l'annexion de Chypre. Pendant ce temps, l'ennemi juré de Cicéron, Publius Claudius (connu sous le nom de Clodius), a été aidé à obtenir le poste de tribun du peuple, tandis que Cicéron lui-même a été contraint à l'exil en Grèce pour avoir illégalement tué sans procès les complices de Catalina pendant le Cataline Conspiration.

César bat les Helvètes, les Allemands et les Nerviens

Au cours de la première année de son mandat de gouverneur de la Gaule 58 av. J.-C., la présence de César était requise de toute urgence en Gaule transalpine (Gallia Narbonensis) en raison du mouvement parmi les tribus teutoniques qui déplaçait les Celtes helvétiques (suisse) et les forçait à pénétrer sur le territoire romain. L'année 58 av. J.-C. fut donc d'abord occupée par une campagne au cours de laquelle les envahisseurs furent divisés en deux et leurs forces si durement vaincues qu'ils durent se retirer dans leurs propres montagnes.

Mais à peine cette menace était-elle traitée qu'une autre se profilait à l'horizon. Les féroces tribus allemandes (Suèves et Souabes) traversaient le Rhin et menaçaient de renverser les Éduens, les alliés gaulois de Rome aux confins nord de la province romaine de la Gaule transalpine.

Le chef allemand, Arioviste, envisageait apparemment la conquête de toute la Gaule et sa partition entre lui et les Romains.

César a conduit ses légions à l'aide des Éduens et a complètement vaincu la force allemande, Arioviste s'échappant à peine de l'autre côté du Rhin avec ce qui restait de ses forces.

Les Germains étant repoussés, la crainte s'éveille en Gaule d'une conquête romaine générale. Les Nervii, qui étaient la principale tribu des guerriers Belgae dans le nord-est de la Gaule, ont préparé une attaque contre les forces de Rome. Mais César a reçu un avertissement d'amis en Gaule et a décidé d'attaquer en premier, envahissant le territoire nervien en 57 av.

Les Nervii se sont battus héroïquement et pendant un certain temps l'issue de la bataille décisive était incertaine, mais finalement la victoire de César s'est avérée écrasante. Elle fut suivie d'une soumission générale de toutes les tribus entre l'Aisne et le Rhin.

Désordre à Rome sous Clodius

Avec Jules César faisant campagne en Gaule, Clodius a exercé ses pouvoirs en tant que roi virtuel de Rome sans que ni Pompée ni Crassus n'interviennent. Parmi ses mesures figurait une loi qui distribuait le blé non plus à moitié prix mais gratuitement aux citoyens de Rome.

Mais sa conduite était généralement imprudente et violente, car il employait une grande bande de voyous et de fauteurs de troubles pour faire respecter sa volonté. A tel point qu'elle suscita la colère de Pompée qui l'année suivante (57 av. J.-C.) usa de son influence pour permettre le retour de Cicéron à Rome.

Les partisans de Clodius ont-ils protesté lors d'une violente émeute, puis cela a été rencontré avec une force brute égale par Pompée, qui a organisé sa propre bande de voyous, composée en partie de vétérans de son armée, qui, sous la direction du tribun T. Annius Milo a pris dans les rues et battre les voyous de Clodius à leur propre jeu.

Cicéron, se trouvant toujours très populaire à son retour à Rome, proposa - se sentant peut-être redevable - que Pompée se voie accorder des pouvoirs dictatoriaux pour le rétablissement de l'ordre. Mais seul un pouvoir partiel, et non total, était transmis à Pompée, qui lui-même semblait peu tenté d'agir comme policier à Rome.

Conférence des Triumvirs à Luca

Avec Clodius réduit en puissance et en influence, le sénat s'agitait à nouveau, cherchant à reprendre un peu de pouvoir aux trois triumvirs. Ainsi, en 56 av. J.-C., une réunion est organisée à Luca, en Gaule cisalpine, par les trois hommes, déterminés à conserver leur position privilégiée.

Le résultat de la réunion fut que Pompée et Crassus se présentèrent à nouveau au consulat et furent élus - en grande partie parce que le fils de Crassus, qui avait brillamment servi sous César, n'était pas très loin de Rome avec une légion de retour.

Pompée et Crassus ont-ils obtenu leurs fonctions de cette manière, alors la partie du marché de César était que les deux nouveaux consuls prolongeaient son mandat en Gaule de cinq ans supplémentaires (jusqu'en 49 avant JC).

Les expéditions de César en Allemagne et en Grande-Bretagne

César continua, après la conférence de Luca, à soumettre toute la Gaule à la soumission au cours de trois campagnes - justifiées par l'agression initiale des barbares.

Les deux années suivantes furent occupées par des expéditions et des campagnes de type expérimental. En 55 avant JC, une nouvelle invasion d'Allemands à travers le Rhin a été complètement brisée dans le voisinage de l'actuelle Coblence et la victoire a été suivie d'un grand raid sur le fleuve en territoire allemand, qui a poussé César à décider que le Rhin devait rester la frontière.

La Gaule conquise et les Allemands écrasés, César tourna son attention vers la Grande-Bretagne. En 55 av. J.-C., il mena sa première expédition en Grande-Bretagne, une terre jusqu'ici connue uniquement par les rapports des commerçants.

L'année suivante, 54 av. J.-C., César mena sa deuxième expédition et réduisit le sud-est de l'île à la soumission. Mais il a décidé qu'une véritable conquête ne valait pas la peine d'être entreprise.

Au cours de cet hiver et de l'année suivante 53 av. J.-C., année du désastre de Carrhae, César fut occupé par diverses révoltes dans le nord-est de la Gaule.

Pompée seul consul à Rome

En 54 av. J.-C., la jeune épouse de Pompée était décédée et avec sa mort avait disparu le lien personnel entre lui et son beau-père César.
Crassus était parti vers l'est pour occuper le poste de gouverneur de la Syrie. Pendant ce temps, Pompée faisait peu. Il assiste simplement avec une jalousie croissante aux triomphes successifs de César en Gaule.

En 52 av. J.-C., les choses à Rome atteignirent un autre point de crise. Au cours des deux années précédentes, la ville était restée dans un état de quasi-anarchie.
Clodius, toujours le chef des extrémistes populaires, a été tué dans une violente bagarre avec les partisans de Milo, le chef des extrémistes sénatoriales. Pompée, a été élu consul unique et a été chargé de rétablir l'ordre dans la ville toujours plus tumultueuse de Rome.

En effet, Pompée est devenu le dictateur virtuel de Rome. Une situation dangereuse, compte tenu de la présence de César en Gaule avec plusieurs légions aguerries.
Pompée lui-même a obtenu une prolongation de cinq ans pour son propre poste de proconsul d'Espagne, mais - très controversé - il a fait adopter une loi par laquelle le mandat de César en Gaule serait écourté de près d'un an (se terminant en mars 49 au lieu de janvier 48 av. ).

Une réaction de César était inévitable à une telle provocation, mais il ne pouvait pas répondre immédiatement, car une révolte à grande échelle en Gaule exigeait toute son attention.

Catastrophe à Carrhae

En 55 av. J.-C., Crassus avait, pendant son consulat, au lendemain de la conférence de Luca, réussi à s'assurer le poste de gouverneur de la Syrie. Phénoménalement riche et réputé pour sa cupidité, les gens y voyaient un autre exemple de son appétit pour l'argent. L'Orient était riche, et un gouverneur de Syrie pouvait espérer être beaucoup plus riche à son retour à Rome.

Mais Crassus était pour une fois, semble-t-il, à la recherche de plus que la simple richesse, bien que la promesse d'or ait sans aucun doute joué un rôle majeur dans sa quête du poste de gouverneur de la Syrie. Pompée et César s'étant couverts de gloire militaire, Crassus aspirait à une reconnaissance similaire.

Si son argent lui avait acheté son pouvoir et son influence jusqu'à présent, en tant qu'homme politique, il avait toujours été le parent pauvre de ses partenaires du triumvirat. Il n'y avait qu'un seul moyen d'égaler leur popularité et c'était d'égaler leurs exploits militaires.

Les relations avec les Parthes n'avaient jamais été bonnes et maintenant Crassus se lança dans une guerre contre eux. Il attaqua d'abord la Mésopotamie, avant de passer l'hiver 54/53 av. J.-C. en Syrie, où il fit peu pour se rendre populaire en réquisitionnant le Grand Temple de Jérusalem et d'autres temples et sanctuaires.

Puis, en 53 av. J.-C., Crassus traversa l'Euphrate avec 35'000 hommes avec l'intention de marcher sur Séleucie-ad-Tigre, la capitale commerciale de l'ancienne Babylonie. Aussi grande que soit l'armée de Crassus, elle se composait presque entièrement d'infanterie légionnaire.

Mais pour le cavalier gaulois sous le commandement de son fils, il ne possédait pas de cavalerie. Un arrangement avec le roi d'Arménie pour fournir de la cavalerie supplémentaire était tombé à l'eau, et Crassus n'était plus prêt à retarder davantage.

Il marcha vers un désastre absolu contre une armée de 10'000 cavaliers du roi parthe Orodes II. L'endroit où les deux armées se sont rencontrées, les grands espaces ouverts de la terre basse de la Mésopotamie autour de la ville de Carrhae, offraient un terrain idéal pour les manœuvres de cavalerie.

Les archers à cheval parthes pouvaient se déplacer librement, en restant à une distance de sécurité tout en tirant sur l'infanterie romaine impuissante à distance de sécurité. 25'000 hommes sont tombés ou ont été capturés par les Parthes, les 10'000 restants ont réussi à s'échapper vers le territoire romain.

Crassus lui-même a été tué en essayant de négocier les conditions de la reddition.

La rébellion de Vercingétorix en Gaule

En 52 av. J.-C., alors que les jalousies de Pompée atteignaient leur paroxysme, une grande rébellion fut organisée au cœur même de la Gaule par l'héroïque chef arvernien Vercingétorix. Le chef gaulois était si têtu et si habile que toutes les énergies de César furent nécessaires pour la campagne. Lors d'une attaque contre Gergovia, César a même subi une défaite, dissipant le mythe général de son invincibilité.

Prenant courage de cela, toutes les tribus gauloises, à l'exception de trois, éclatèrent en rébellion ouverte contre Rome. Même les Éduens alliés ont rejoint les rangs des rebelles. Mais une bataille près de Dijon a renversé la vapeur en faveur de César, qui a conduit Vercingétorix dans la ville perchée d'Alésia et l'a assiégée.

Tous les efforts des Gaulois pour soulager le siège furent vains. A Alésia, la résistance gauloise est brisée et Vercingétorix est capturé. La Gaule est définitivement conquise.

Toute l'année 51 av. J.-C. est occupée par l'organisation du territoire conquis et l'établissement de garnisons pour en conserver le contrôle.

La rupture de César avec Pompée

Pendant ce temps, le parti de Rome le plus hostile à son égard s'efforçait de tout faire pour le ruiner entre la fin de sa nomination actuelle et son entrée dans un nouveau poste.

César serait à l'abri des attaques s'il passait directement de son poste de proconsul de Gaule et d'Illyricum à celui de consul à Rome. Il était sûr de gagner une élection à ce poste, mais les règles lui interdisaient d'accéder à un tel poste jusqu'en 48 avant JC (les règles stipulaient qu'il devait attendre dix ans après avoir occupé le poste de consul en 59 avant JC !).

S'il pouvait être privé de ses troupes avant cette date, il pourrait être attaqué par les tribunaux pour ses démarches douteuses en Gaule et son sort serait scellé, tandis que Pompée jouirait toujours du commandement de ses propres troupes en Espagne.

Jusqu'à présent, les partisans de César à Rome ont retardé un décret qui aurait déplacé César de ses fonctions en mars 49 av. Mais le problème n'a été que retardé, pas résolu. Pendant ce temps, en 51 avant JC, deux légions ont été détachées du commandement de César et se sont déplacées en Italie, pour être prêtes à servir contre les Parthes à l'est.

En 50 av. J.-C., la question de la redistribution des provinces se pose pour règlement. Les agents de César à Rome ont proposé des compromis, suggérant que César et Pompée démissionnent simultanément de leurs postes de gouverneurs de province, ou que César ne conserve qu'une de ses trois provinces.

Pompée refusa, mais proposa à César de ne démissionner qu'en novembre 49 av. J.-C. (ce qui lui aurait laissé encore deux mois pour ses poursuites !). César a naturellement refusé. Ayant terminé l'organisation de la Gaule, il était maintenant retourné en Gaule cisalpine dans le nord de l'Italie avec une légion de vétérans. Pompée, mandaté par un sénat suspect, quitta Rome pour lever plus de troupes en Italie.

En janvier 49 av. J.-C., César réitéra son offre de démission conjointe. Le sénat a rejeté l'offre et a décrété que leurs consuls actuels devraient jouir d'une totale liberté de mouvement « pour la défense de la République ». De toute évidence, ils s'étaient résignés au fait qu'il allait y avoir une guerre civile.

César était encore dans sa province, dont la frontière avec l'Italie était le fleuve Rubicon. Le choix capital s'offrait à lui. Fallait-il se soumettre et laisser ses ennemis le détruire complètement ou devait-il prendre le pouvoir par la force ? Il a fait son choix. A la tête d'une de ses seules légions, dans la nuit du 6 janvier 49 av. J.-C., il franchit le Rubicon. César était maintenant en guerre avec Rome.

Affrontement entre Casesar et Pompée

Pompée n'était pas préparé à la rapidité soudaine de son adversaire. Sans attendre les renforts qu'il avait fait venir de Gaule, César fonce sur l'Ombrie et Picenum, qui ne sont pas prêts à résister.

Ville après ville, elle se rendit et fut gagnée à ses côtés par la démonstration de clémence et le ferme contrôle que César exerçait sur ses soldats.
En six semaines, il fut rejoint par une autre légion de Gaule. Corfinium lui fut remis et il fila vers le sud à la poursuite de Pompée.

Les légions que Pompée avait préparées étaient les mêmes légions que César avait menées à la victoire en Gaule. Pompée ne pouvait donc pas compter sur la loyauté de ses troupes. Au lieu de cela, il décida de se déplacer vers le sud jusqu'au port de Brundisium où il embarqua avec ses troupes et navigua vers l'est, espérant y lever des troupes avec lesquelles il pourrait revenir pour chasser le rebelle d'Italie. Ses mots de départ auraient été Sulla l'a fait, pourquoi pas moi ?

César, n'ayant plus d'ennemi à combattre en Italie, n'était à Rome que trois mois après avoir traversé le Rubicon.

Il a immédiatement sécurisé le trésor puis, plutôt que de poursuivre Pompée, il s'est tourné vers l'ouest pour s'occuper des légions en Espagne qui étaient fidèles à Pompée.

La campagne d'Espagne n'était pas une série de batailles, mais une séquence de manœuvres habiles des deux côtés - au cours de laquelle César, de son propre aveu, était parfois surpassé par son opposition. Mais César est resté le vainqueur car dans les six mois, la plupart des troupes espagnoles avaient rejoint son camp.

De retour à Rome, il devint dictateur, adopta des lois populaires, puis se prépara pour le combat décisif à l'est, où une grande force se rassemblait maintenant sous Pompée.

Pompée contrôlait également les mers, car la majeure partie de la flotte s'était jointe à lui. César ne parvint donc qu'à grand-peine à se diriger vers l'Épire avec sa première armée. Là, il a été enfermé, incapable de manœuvrer, par l'armée beaucoup plus importante de Pompée. Avec encore plus de difficulté son lieutenant, Mark Antony, le rejoint avec la deuxième armée au printemps de 48 av.

Quelques mois de manœuvres à la suite de Pompée, bien que ses forces soient plus nombreuses que celles de César, savaient bien que ses soldats orientaux ne devaient pas être comparés aux vétérans de César. Il voulait donc éviter une bataille rangée. Cependant, de nombreux sénateurs, qui avaient fui l'Italie avec Pompée, se moquaient de son indécision et réclamaient la bataille.

Jusqu'à ce qu'enfin, au milieu de l'été, Pompée soit poussé à lancer une attaque dans la plaine de Pharsalus en Thessalie.

Le combat a duré longtemps en équilibre, mais s'est finalement terminé par la déroute complète de l'armée de Pompée, avec un immense massacre. La plupart des Romains du côté de Pompée ont cependant été persuadés par les promesses de clémence de César de se rendre une fois qu'ils ont réalisé la bataille perdue.

Pompée lui-même s'est échappé sur la côte, a pris un bateau avec quelques camarades fidèles et s'est rendu en Égypte, où il a trouvé qui l'attendait non pas l'asile qu'il cherchait, mais le poignard d'un assassin commandé par le gouvernement égyptien.

César en Égypte – La « guerre d'Alexandrie »

Après la grande victoire de César à Pharsale, tout n'était pas encore gagné. Les Pompéiens contrôlaient toujours les mers, l'Afrique était entre leurs mains et Juba de Numidie se rangeait du côté d'eux. César n'était pas encore maître de l'empire.

Par conséquent, au premier moment possible, César était parti avec une petite force après Pompée et, évitant les flottes ennemies, l'a suivi jusqu'en Égypte, où les envoyés du gouvernement égyptien l'ont reçu, non pas avec la tête de son rival mort.

Mais plutôt que de pouvoir passer rapidement à un accord publicitaire avec les Pompéiens restants, César s'est empêtré dans la politique égyptienne. On lui a demandé d'aider à régler un différend entre le jeune roi Ptolémée XII et sa fascinante sœur Cléopâtre.

Bien que les arrangements suggérés par César pour la dynastie aient tellement offensé Ptolémée et ses ministres qu'ils ont lancé l'armée royale sur lui et l'ont maintenu, lui et sa petite force, bloqués dans le quartier du palais d'Alexandrie pendant l'hiver 48/47 av.

Avec sa force de pas plus de 3000 hommes, César s'est impliqué dans des séries désespérées de combats de rue contre les troupes royales ptolémaïques.
Pendant ce temps, les Pompéiens voyant leur chance de se débarrasser de leur ennemi, ont utilisé leurs flottes pour empêcher tout renfort de l'atteindre.

Hélas, une force de fortune rassemblée conjointement en Cilicie et en Syrie par un riche citoyen de Pergame, connu sous le nom de Mithridate de Pergame, et par Antipater, un ministre du gouvernement judéen, a réussi à débarquer et à aider César à sortir d'Alexandrie.

Quelques jours plus tard, la «guerre d'Alexandrie» s'est terminée par une bataille rangée sur le delta du Nil, au cours de laquelle le roi Ptolémée XII et le véritable pouvoir derrière le trône, son ministre en chef Achillas, ont trouvé la mort.

La couronne du défunt roi a été transférée par César à son jeune frère Ptolémée XIII. Mais le souverain effectif de l'Égypte était désormais Cléopâtre que César investit d'un co-régent.

Que ce soit vrai ou non n'est pas clair, mais César aurait passé jusqu'à deux mois avec Cléopâtre lors d'une tournée de vacances sur le Nil.

César bat Pharnace du Pont

À l'été 47 av. J.-C., César entreprit de rentrer chez lui. De passage en Judée, il récompensa l'intervention d'Antipater à Alexandrie par une réduction du tribut que le peuple juif devait payer à Rome.
Mais des choses plus sérieuses restaient à régler. Pharnace, fils de Mithridate, avait saisi l'occasion de reprendre le pouvoir dans le Pont, alors que les Romains étaient empêtrés dans leur guerre civile.

Dans une campagne fulgurante, César a brisé le pouvoir de Pharnace. C'est à l'occasion de cette victoire que César envoya à Rome les mots « veni, vidi, vici » (« je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu »).

Victoire finale de César sur les Pompéiens

En juillet 47 av. J.-C., César était de retour à Rome et fut officiellement nommé dictateur pour la deuxième fois. En Espagne, les légions se mutinent. Et en Afrique, les Pompéiens remportaient des victoires.

Il a également trouvé les légions de Campanie en mutinerie, exigeant d'être renvoyées. Mais ce qu'ils voulaient vraiment, ce n'était pas une décharge, mais plus de salaire.
César se conforma froidement à leur demande, leur accordant leur décharge avec un message de son mépris. Sur quoi les troupes désemparées ont supplié d'être réintégrées, quelles que soient ses conditions. Un César triomphant leur a accordé leur testament et les a réembauchés.

Ensuite, César a transporté une force en Afrique, mais n'a pas été en mesure de porter un coup décisif jusqu'à ce qu'en février 46 avant JC, il ait brisé les forces pompéiennes à Thapsus. Les dirigeants sénatoriaux ont fui vers l'Espagne ou se sont suicidés, y compris Juba, roi de Numidie qui s'était rangé du côté d'eux. La Numidie à son tour fut annexée et devint une nouvelle province romaine.

César est revenu à Rome et a célébré une série de triomphes. Ayant à l'esprit la réconciliation, il ne célèbre pas ses victoires sur les autres Romains, mais celles sur les Gaulois, l'Égypte, Pharnace et Juba.

Mais plus encore, il a étonné le monde en déclarant une amnistie complète, ne prenant aucune sorte de vengeance sur aucun de ses ennemis passés.

Confirmé comme dictateur pour la troisième fois, César s'occupa de réorganiser le système impérial, légiférant, planifiant et commençant les travaux publics.

Puis, une dernière fois, César fut appelé pour faire face à une force pompéienne. Deux fils de Pompée, Gnaeus et Sextus, avaient, après avoir fui l'Afrique, pu lever une armée en Espagne. Une fois en Espagne, la maladie garda César inactif jusqu'à la fin de l'année. Mais en 46 avant JC, il se déplaça une fois de plus sur les Pompéiens, et à la bataille de Munda le 17 mars 45 avant JC, il les écrasa finalement, dans sa bataille la plus désespérée.

Pendant six mois supplémentaires, César fut occupé à régler les affaires espagnoles, avant qu'en octobre 45 avant JC, il ne retourne à Rome.

Dans les quelques mois de son régime restant, César a comprimé une quantité surprenante de législation sociale et économique, surtout l'octroi de la pleine citoyenneté romaine à tous les Italiens.

C'est dans ses nombreuses réformes et projets qu'il a montré que César n'était pas seulement un conquérant et un destructeur. César était un bâtisseur, un homme d'État visionnaire que le monde voit rarement.

Il a établi l'ordre, a commencé des mesures pour réduire la congestion à Rome, drainant de vastes étendues de terres marécageuses, a révisé les lois fiscales de l'Asie et de la Sicile, a réinstallé de nombreux Romains dans de nouvelles maisons dans les provinces romaines et a réformé le calendrier, qui, avec un léger ajustement, est celui utilisé aujourd'hui.

Le meurtre de César

Une situation notable s'est produite lorsque, lors de la fête des Lupercales en février 44 avant JC, Marc Antoine a offert à César la couronne de roi de Rome. Il a rejeté l'offre de façon spectaculaire, mais avec une réticence évidente. L'idée d'un roi restait encore intolérable aux Romains.

Lire la suite: Fêtes champêtres romaines

De nombreux sénateurs soupçonnaient cependant que ce n'était qu'une question de temps avant que César n'accepte une telle offre, ou qu'il choisirait simplement de régner en tant que dictateur pour toujours en tant que quasi-roi de Rome.

Ils ont vu leurs soupçons confirmés en entendant qu'une suggestion devait être faite au sénat que César devrait adopter le titre de roi pour une utilisation en dehors de l'Italie. Plus encore, le soutien à l'idée grandissait, sinon à Rome même, du moins avec le peuple italien.

Et avec la nomination de nouveaux sénateurs par César, le sénat dans son ensemble devenait de plus en plus un instrument de la volonté de César. Une conspiration a été formée par un groupe qui comprenait des sénateurs de la plus haute influence, certains d'entre eux même des amis personnels de César.

Les organisateurs du complot était Gaius Cassius Longinus et Marcus Junius Brutus ont été graciés Pompéiens, mais la majorité de leurs complices étaient d'anciens officiers de César.

César n'a jamais pris de précautions pour sa sécurité personnelle. Lors d'une réunion du sénat aux Ides de mars (15 mars) 44 av. J.-C., ils se sont rassemblés autour de lui sous prétexte de demander une pétition, puis l'ont poignardé à mort.

Le deuxième triumvirat

Pour le moment, la chute de César a produit une paralysie pure. Les conspirateurs s'imaginaient qu'ils allaient restaurer la république sénatoriale par acclamation générale. L'ennemi qu'ils avaient le plus à craindre était Marcus Antonius (Marc Antoine, vers 83-30 av. J.-C.), consul désigné et lieutenant favori du dictateur assassiné, un homme aux capacités brillantes mais erratiques, à l'ambition sans bornes et au dévouement sans réserve à son chef mort.

Il y aurait presque certainement un duel entre les conspirateurs et Antoine. Aucune des deux parties ne prêta attention à un jeune de dix-huit ans en Macédoine, que César sans enfant avait adopté, son petit-neveu Gaius Julius Caesar Octavianus.

Le conflit n'a pas commencé tout de suite, car d'abord il y a eu une vaine réconciliation. Antoine a cependant obtenu les papiers de César et a obtenu du sénat la ratification des actes de César et des funérailles publiques - au cours desquelles le discours d'Antoine et la lecture du testament de César ont produit un violent tollé populaire de répulsion contre les soi-disant 'libérateurs'.

Sous la menace d'être lynchés par la foule en colère, les conjurés quittent précipitamment Rome, laissant Antoine maître de la situation.

Le soldat le plus habile des conspirateurs Decimus Brutus (à ne pas confondre avec le célèbre Marcus Junius Brutus !), prit possession de la Gaule cisalpine.
la situation militaire était extrêmement incertaine, ce qui se reflète bien dans le fait que les deux parties correspondaient encore à cette époque.

Le jeune Octavian est soudainement apparu sur la scène, s'annonçant comme l'héritier du testament de César, prêt à conclure des accords avec l'une ou l'autre des parties - mais seulement ses propres conditions.

Antoine craignait un rival, les conspirateurs voyaient un ennemi sans remords.
Les légions italiennes semblaient susceptibles de transférer leur allégeance à celui qu'elles considéraient comme le fils de César, Octave.

Decimus Brutus était en possession de la Gaule cisalpine, Marcus Aemilius Lepidus (d 13BC), ancien assistant en chef de César, contrôlait l'ancienne province transalpine. César lui-même dans son testament (bien sûr ne sachant pas son futur assassinat) avait accordé la Macédoine et la Syrie à ses principaux meurtriers Marcus Brutus et Gaius Cassius, qui ont tous deux quitté l'Italie pour lever des troupes pour le combat à venir.

Une période de chaos s'ensuivit au cours de laquelle Antoine assiégea Decimus Brutus, subit une défaite, fut déclaré ennemi public après une série de discours brillants contre lui par Cicéron, Octave rejoignit les nouveaux consuls Hirtius et Pansa qui furent bientôt tués en combattant les troupes d'Antoine, Antoine puis s'est allié à Lepidus puis s'est entendu conjointement avec Octavian.

Octavian avec ses légions marcha alors simplement sur Rome et à l'âge de vingt ans réclama le consulat pour lui-même, personne n'osant le lui refuser. Puis il jugea les assassins de César jugés et, bien sûr, condamnés à mort.

Enfin les gouverneurs d'Espagne et des Gaules, jusque-là prudemment neutres, ont déclaré leur soutien. Antoine, Lépide et Octavien se sont alors réunis à Bononia (Bologne) et se sont constitués (officiellement par décret d'un sénat impuissant) Triumvirs, dirigeants conjoints de la République.

Une partie de ce programme commun était, comme pour Sylla, une proscription impitoyable, Cicéron étant la plus distinguée de leurs victimes. Ensuite, les Triumvirs se sont mis à nommer leurs parts de l'empire, sans égard pour Lépide.

Fin décisive de la République romaine

Antoine contre Octave

Aucun engagement lourd n'a eu lieu avant les deux batailles dans la plaine de Philippes en Macédoine, livrées à trois semaines d'intervalle à la fin de l'automne 42 av. La première bataille est en fait allée à Marcus Brutus, bien que Cassius croyant à tort le jour perdu, ait ordonné à son esclave de le tuer.

Dans la deuxième bataille, cependant, Brutus a été vaincu, son armée a refusé un autre combat le lendemain, et il a donc été tué par la main réticente d'un ami.

Les vainqueurs, Antoine et Octavien se partagèrent l'empire entre eux, Lépide étant tombé à ses côtés. En effet, Antoine a pris l'est, Octave l'ouest. Cependant, ils trouvèrent un rival inattendu en Sextus Pompeius, fils de Pompée le Grand et ayant occupé un commandement dans la flotte de Decimus Brutus ayant atteint la suprématie navale à travers la Méditerranée.

Pendant dix ans, il n'y a pas eu de collision ouverte entre Antoine et Octave, mais il y a eu beaucoup de frictions et la guerre réelle a été découverte plusieurs fois avec beaucoup de difficulté.

Le fond du problème était que les deux étaient ambitieux, mais la division de l'empire prouvait également qu'il fallait une règle unique. Car Rome, avec ses institutions de pouvoir, se trouvait à l'ouest, tandis qu'à l'est se trouvaient les régions les plus riches de l'empire. Octave s'était naturellement installé à Rome, Antoine avait installé son camp en Egypte où il vivait avec Cléopâtre.

Antoine a lutté à l'est, Labienus l'un de ses officiers romains se joignant à Pacorus, roi de Parthie et envahissant la Syrie. Affaibli comme ça, il n'a évité la guerre avec Octavian qu'en épousant la sœur d'Octavian, Octavia, au grand mécontentement de Cléopâtre.

Pendant ce temps, Sextus Pompée utilisa sa flotte pour bloquer l'Italie, forçant finalement les triumvirs à l'admettre au partenariat, recevant en partage la Sardaigne, la Sicile et l'Achaïe.

Ventidius Bassus, commandant les troupes d'Antoine, en 39 av. J.-C. mit en déroute les Parthes et les repoussa sur l'Euphrate, puis réitéra son succès en 38 av. J.-C. contre le roi Pacorus lui-même, qui tomba au combat.

Octavian se prépara à une lutte avec Sextus Pompée et Antoine, fatigué de sa femme Octavie, retourna chez sa maîtresse égyptienne Cléopâtre. En 36 av. J.-C., Antoine se lança dans une nouvelle campagne parthe mais n'échappa que de justesse à une destruction complète par une retraite précipitée. De retour en Italie, le frère d'Antoine, Lucius, maintenant consul, tenta de renverser Octave par la force armée, mais le bras droit d'Octave, Agrippa (63 av. J.-C.-12 apr. J.-C.), l'obligea en 40 av. J.-C. à se retirer d'Italie.

Ce fut l'occasion de la rupture des triumvirs, terminée par le pacte de Brundisium en 36 av. Octave toujours désespéré de réorganiser l'ouest trouva Sextus Pompeius, toujours maître des mers, un embarras croissant. Bien que les premières tentatives pour défier son pouvoir aient complètement échoué.

L'inestimable Agrippa vint à nouveau à la rescousse. Ce n'est qu'en 36 avant JC, après avoir organisé et entraîné de nouvelles flottes, que sa campagne navale a commencé. Sextus, vaincu par Agrippa, puis vainqueur d'Octave, fut hélas écrasé par Agrippa à Naulochus, et s'étant enfui entre les mains d'Antoine, fut mis à mort.

Maintenant, Lepidus, le troisième triumvir initial, est revenu sur les lieux en essayant de se réaffirmer. Mais il s'est rapidement soumis alors que ses troupes désertaient à Octavian et ont été relégués dans une obscurité digne en tant que pontifex maximus.

Finalement, les choses ont atteint leur paroxysme quand Antoine en 32 av. J.-C. a ouvertement répudié son mariage avec Octavie. L'heure d'Octavien était venue. Rome déclare la guerre à l'Egypte. Antoine partit pour la Grèce, projetant d'envahir l'Italie. Cela a été rendu impossible par la flotte d'Agrippa. Octavian a atterri en Épire, mais s'est sagement retenu car il ne se savait pas à la hauteur d'Antoine en tant que général. Bien que l'hiver, les deux parties aient joué un jeu d'attente, qui a tous joué en faveur d'Octavian car Antoine ne pouvait faire confiance à aucun de ses hommes.

En 31, Antoine décida finalement d'abandonner son armée et de battre en retraite avec sa flotte. Il s'embarqua avec Cléopâtre à la fin du mois d'août, mais il fut rattrapé par Agrippa et contraint de s'engager au large d'Actium le 2 septembre. L'habileté d'Agrippa était la plus grande, mais la flotte d'Antoine était beaucoup plus lourde. La bataille est restée dans le doute, jusqu'à ce que Cléopâtre avec soixante navires se détache en plein vol. Antoine a déserté la bataille et a suivi sa maîtresse.

Le reste de la flotte a combattu désespérément, jusqu'à ce qu'elle soit totalement détruite ou capturée. L'armée déserte passa naturellement à Octave. La bataille d'Actium fut décisive.

Antoine a été battu mais pas encore mort. En juillet 30 av. J.-C., un Octave bien préparé apparut devant Péluse avec sa flotte. En entendant une fausse rumeur selon laquelle Cléopâtre était morte, Antoine se suicida. Apprenant la mort de son amant et qu'Octavian avait l'intention de faire défiler la reine vaincue dans les rues de Rome, elle aussi se suicida.

Hélas Octavian était seul et rival inégalé, incontesté et indiscutable du monde civilisé.

Octavian seul souverain de Rome

Il resta en Orient pendant près d'un an avant de retourner triomphalement à Rome. Il signala le rétablissement d'une paix longtemps inconnue dans tout l'empire en fermant le temple de Janus.

En 28 av. J.-C., le rôle d'Octavian en tant que pacificateur a été encore souligné par son renversement des illégalités car lui et ses collègues avaient été responsables pendant la longue période d'autorité arbitraire. Il a également révisé la liste sénatoriale, restaurant une partie de la dignité de cet organe.

Puis, dans une démonstration remarquable que le bien public, et non sa propre ambition, était sa motivation, Octave en 27 av. J.-C. a établi ses pouvoirs extraordinaires. Même s'il n'était pas question qu'il prenne sa retraite. Naturellement, il a démissionné de ses pouvoirs uniquement pour pouvoir les reprendre sous une forme légèrement différente dans la forme constitutionnelle.

Les titres qui lui étaient conférés étaient tels qu'ils concentraient l'attention sur sa dignité, et non son pouvoir sur la révérence qu'il commandait à un 'monde reconnaissant'.

La République fut enfin dissoute, L'imperator fut proclamé pater patriae, père de sa patrie, princeps, premier citoyen, César Auguste, – presque, mais pas encore, divin.

Désormais, il n'est plus connu sous le nom d'Octave, mais sous celui d'Auguste.

LIRE LA SUITE:

Religion romaine

Le compromis de 1850 : la dernière tentative américaine de faire semblant d'être esclavagiste est OK

Le compromis de 1850 était la dernière tentative de l'Amérique de prétendre que l'esclavage n'était pas un problème avant que tout n'explose dans la guerre civile américaine. Lisez-le maintenant.

Dieux et déesses de la guerre antique : 8 dieux de la guerre du monde entier

Au cours des nombreuses guerres de l'humanité, les gens se tournent souvent vers les dieux de la guerre pour justifier les conflits et demander de l'aide. Découvrez les anciens dieux de la guerre du monde entier

Le premier téléviseur : une histoire complète de la télévision

Atteindre les cieux : l'histoire de l'alpinisme

Communément associé aux ascensions audacieuses de sommets formidables, l'alpinisme (parfois appelé alpinisme) combine la randonnée, l'escalade et les techniques de neige et de glace.

Histoire des ordinateurs Apple

Apple Inc. est l'une des plus grandes entreprises au monde fondée par Steve Jobs, Steve Wozniak et Ronald Wyne dans les années 1970.