Macrin

Marcus Opellius Macrin
(164 après JC - 218 après JC)

Marcus Opellius Macrinus est né en 164 après JC à Césarée, une ville portuaire de Maurétanie. Il y a deux histoires autour de ses origines. On raconte qu'il est issu d'une famille pauvre et qu'il a, dans sa jeunesse, gagné sa vie comme chasseur, coursier, voire gladiateur. L'autre le décrit comme un fils d'une famille équestre, qui a étudié le droit.

Ce dernier est peut-être plus probable. Car quand il a déménagé àRome, Macrin a acquis une réputation d'avocat. Telle était la réputation qu'il a acquise qu'il est devenu le conseiller juridique de Plautianus, le préfet du prétoire deSeptime Sévère, décédé en 205 après JC. Par la suite, Macrin a travaillé comme directeur de la circulation sur la Via Flamina, puis est devenu administrateur financier des domaines privés de Sévère.

En 212 après J.-C., Caracalla le nomma préfet du prétoire. En 216 après JC, Macrin accompagna son empereur en campagne contre les Parthes, et en 217 après JC, tout en faisant encore campagne, il reçut le rang consulaire (statut consulaire sans fonction: ornamenta consularia ).



Macrin est décrit comme un personnage sévère. En tant qu'avocat, bien que n'étant pas un grand expert en droit, il était consciencieux et minutieux. En tant que préfet du prétoire, on dit qu'il avait un bon jugement chaque fois qu'il cherchait à agir. Mais en privé, il aurait également été incroyablement strict, flagellant fréquemment ses serviteurs pour la moindre erreur.

Au printemps de l'an 217, Macrin intercepta une lettre, soit de Flavius ​​Maternianus (commandant de Rome en l'absence de Caracalla), soit d'un astrologue de Caracalla, le dénonçant comme un possible traître. Ne serait-ce que pour sauver sa propre vie de la vengeance de l'empereur sanguinaire, Macrin devait agir.

Macrin a rapidement trouvé un assassin possible en Julius Martialis. Il y a deux raisons différentes données pour la colère de Martialis àCaracalla. L'un de l'historien Cassius Dio souligne que l'empereur avait refusé de le promouvoir au grade de centurion. L'autre version, de l'historien Hérodien, nous apprend que Caracalla avait fait exécuter le frère de Martialis sur une accusation forgée de toutes pièces quelques jours plus tôt. Je suppose que la dernière des deux versions semble plus crédible pour la plupart.

En tout cas, le 8 avril 217 après JC, Martialis assassina Caracalla.

Bien que Martialis ait tenté de s'enfuir, il a lui-même été tué par les gardes du corps à cheval de Caracalla. Cela signifiait qu'il n'y avait aucun témoin pour lier Macrin au meurtre. Et ainsi Macrin feignit d'ignorer le complot et fit semblant d'être chagriné par la mort de son empereur.

Caracalla était mort sans fils. Il n'y avait pas d'héritier évident.
Oclatinius Adventus, collègue de Macrin en tant que préfet du prétoire, s'est vu offrir le trône. Mais il a décidé qu'il était trop vieux pour occuper un tel poste. Ainsi, trois jours seulement après l'assassinat de Caracalla, Macrin s'est vu offrir le trône. Il fut acclamé empereur par les soldats le 11 avril 217.

Macrin savait cependant très bien que son titre d'empereur dépendait entièrement de la bonne volonté de l'armée car il n'avait d'abord aucun soutien au sénat. – Il a été le premier empereur à ne pas être sénateur !
Ainsi, jouant sur le goût de l'armée pour Caracalla, il déifia l'empereur même qu'il avait fait assassiner.

Le sénat, confronté à aucune autre alternative que de reconnaître Macrin comme empereur, était en fait assez heureux de le faire, car les sénateurs étaient simplement soulagés de voir la fin du détesté Caracalla. Macrin a gagné d'autres sympathies sénatoriales en annulant certaines des taxes de Caracalla et en annonçant une amnistie pour les exilés politiques.

Pendant ce temps, Macrin devrait gagner un ennemi qui devrait sceller son destin. Julia Domna, épouse de Septime Sévère et mère de Caracalla, se brouille rapidement avec le nouvel empereur. Très probablement, elle a appris le rôle que Macrin avait joué dans la mort de son fils.


L'empereur lui a ordonné de quitter Antioche, mais Julia Domna, alors gravement malade, a plutôt choisi de mourir de faim. Julia Domna avait cependant une sœur, Julia Maesa, qui a blâmé sa mort avec Macrin. Et c'est sa haine qui devrait bientôt hanter Macrin.

Pendant ce temps, Macrin perdait progressivement le soutien de l'armée, alors qu'il tentait de démêler Rome de la guerre avec la Parthie que Caracalla avait commencée. Il remit l'Arménie à un roi client, Tiridate II, dont le père Caracalla avait emprisonné.

Pendant ce temps, le roi parthe Artabatus V avait rassemblé une force puissante et à la fin de l'an 217, il envahit la Mésopotamie. Macrin a rencontré sa force à Nisibe. La bataille s'est terminée en grande partie indécise, bien que peut-être légèrement en faveur des Parthes. En cette période de déboires militaires, Macrin commet alors l'erreur impardonnable de réduire la solde militaire.

Sa position affaiblie par des militaires de plus en plus hostiles, Macrin dut ensuite faire face à une révolte de Julia Maesa. Son petit-fils de quatorze ans,Elagabale, a été salué empereur par la Legio III «Gallica» à Raphanaea en Phénicie le 16 mai 218 après JC. La rumeur, lancée par les partisans d'Elagabalus, selon laquelle il était en fait le fils de Caracalla, s'est répandue comme une traînée de poudre. Des défections massives ont rapidement commencé à agrandir l'armée du challenger.

Comme Macrin et son jeune challenger se trouvaient à l'est, les puissantes légions basées sur le Rhin et le Danube n'avaient aucun effet. Macrin chercha d'abord à écraser rapidement la rébellion, en envoyant son préfet du prétoire Ulpius Julianus avec une fortecavalerieforce contre eux. Mais les cavaliers tuèrent simplement leur commandant et rejoignirent les rangs de l'armée d'Elagabale.

Dans une tentative de créer l'impression de stabilité, Macrin a maintenant prononcé son fils de neuf ans Diadumenianus joint Augustus. Macrin a utilisé cela comme un moyen d'annuler les réductions de salaire précédentes et de distribuer une importante prime aux soldats, dans l'espoir de regagner leur faveur. Mais tout cela a été en vain. Car peu de temps après, une légion entière a déserté de l'autre côté. Si terribles ont été les désertions et les mutineries dans soncampdevenu que Macrin a été forcé de se retirer à Antioche.

Les gouverneurs de Phénicie et d'Égypte lui sont restés fidèles, mais la cause de Macrin a été perdue, car ils ne pouvaient pas lui fournir de renforts significatifs. Une force considérable sous le commandement du général Gannys de l'empereur rival marcha finalement contre lui. Lors d'une bataille à l'extérieur d'Antioche le 8 juin 218 après JC, Macrin fut vaincu de manière décisive, abandonné par la plupart de ses troupes.

Déguisé en policier militaire, s'étant rasé la barbe et les cheveux, Macrin s'enfuit et tenta de regagner Rome. Mais à Chalcédoine sur le Bosphore, un centurion le reconnut et il fut arrêté.

Macrin fut ramené à Antioche et y fut mis à mort. Il avait 53 ans. Son fils Diadumenianus a été tué peu après.

LIRE LA SUITE:

L'Empire romain

Le déclin de Rome

Empereurs romains

Qui était Grigori Raspoutine ? L'histoire du moine fou qui a esquivé la mort

Grigori Raspoutine, Le « Moine Fou », était plus un mythe qu'un homme. Lisez l'histoire complète et choquante de sa vie et les rumeurs salaces entourant son voyage.

Dieux de l'eau et dieux de la mer du monde entier

L'eau est essentielle à la vie, c'est pourquoi tant de cultures ont créé leurs propres dieux de l'eau et de la mer. Apprenez qui ils sont et lisez leurs histoires.

La Perse antique : de l'empire achéménide à l'histoire de l'Iran

L'ancien empire perse s'est épanoui de l'empire achéménide au deuxième plus grand empire du monde jusqu'à l'Iran moderne. Découvrez toute l'histoire ici.

Le compromis de 1850 : la dernière tentative américaine de faire semblant d'être esclavagiste est OK

Le compromis de 1850 était la dernière tentative de l'Amérique de prétendre que l'esclavage n'était pas un problème avant que tout n'explose dans la guerre civile américaine. Lisez-le maintenant.

Athènes contre Sparte : l'histoire de la guerre du Péloponnèse

La guerre du Péloponnèse était une ancienne guerre grecque menée de 431 à 404 avant notre ère par la Ligue de Délos dirigée par Athènes contre la Ligue du Péloponnèse dirigée par Sparte.