Liaisons dangereuses : comment la France du XVIIIe siècle a créé le cirque médiatique moderne

Quiconque a vécu les 30 dernières années sait, sans aucun doute, que nous sommes à l'ère technologique et que les médias et la Silicon Valley ont leurs griffes sur le pouls de cette génération et de tout ce qui va suivre. Nous sommes à l'ère de l'information, et ce qui est à venir sera sans aucun doute fortement influencé par le toujours puissant des médias sociaux .

En fait, beaucoup prétendraient que nos moyens de communication ont remplacé les moyens de production en tant que force motrice la plus importante du monde moderne, mais je suis ici pour contester cette théorie. Quelle que soit la façon dont il façonne aujourd'hui, il n'est pas différent de la formation des âges passés quelle période historique n'était pas sa propre ère de l'information, à sa manière ? [1]

Bien que vous puissiez démystifier la supériorité de ma théorie pour son remarquable sens commun, considérez plutôt ceci : si nous la poussons assez fort, cela peut ouvrir une nouvelle perspective du passé, et nous pouvons très certainement commencer par jeter un coup d'œil sur aujourd'hui. Que considérons-nous comme des nouvelles? Est-ce ce que nous lisons dans les journaux ou entendons sur les émissions de télévision du réseau ? Si nous considérons le sujet encore plus profondément, les nouvelles ne concernent pas réellement ce qui s'est passé dans le passé, mais plutôt les histoires sur ce qui s'est passé - un récit, si vous voulez, sculpté et affiné, par chaque média spécial qui le produit. Et si vous le regardez de cette façon, vous avez un moyen de voir clairement un passé enchevêtré et parfois déroutant. [2]



Ce que l'on peut appeler l'histoire de la communication est la façon dont j'ai l'intention de découvrir comment les sociétés ont donné un sens aux nouvelles la chasse et la collecte d'informations, c'est une idée de ce qui est important, c'est des processus pour révéler l'histoire, peut révéler une énorme pièce non seulement sur l'histoire , mais sur les expériences de l'époque. Prenez par exemple les cafés de Stuart England, les salons de thé en Chine au début de sa phase républicaine, les marchés du Maroc d'aujourd'hui, les réseaux de coureurs du Raj Mogul en Inde, la poésie de la rue au 17e siècle à Rome, les rébellions d'esclaves au 19e siècle au Brésil, et même le pain et les cirques du grand Empire romain. [3]

Mais plutôt que de compiler tous les exemples sur les archives historiques, nous devrions plutôt considérer un moment et un lieu particuliers : l'Ancien Régime en France, et en particulier, Paris vers 1750. Cette période et ce lieu particuliers étaient difficiles à découvrir car le gouvernement n'a pas n'autorisons pas ce que nous considérons comme des journaux de lecture d'actualités, des profils d'affaires publiques et des personnalités éminentes, n'existaient tout simplement pas.

Pour le moment, pour découvrir ce qui se passait réellement, on se rendait à l'arbre de Cracovie. Grand marronnier feuillu, il était le cœur de Paris en passant par les jardins du Palais-Royal. À l'époque, sans doute, il avait acquis son nom des discussions intenses qui ont eu lieu sous ses branches pendant la guerre de Succession de Pologne (1733-1735), et bien que le nom suggère des rumeurs, c'était un lieu de intelligence. Les marchands de nouvelles affluaient ici pour diffuser des informations sur les événements actuels et les événements de la Couronne par le bouche à oreille. Ils prétendaient connaître de telles histoires de sources privées (les lettres personnelles, les serviteurs, les écoutes étaient des sources populaires de l'époque) sur ce qui se passait réellement parmi les puissants de l'époque.

Mais que ce soit immédiatement vrai ou non, les gens au pouvoir les ont pris au sérieux, car le gouvernement français s'inquiétait de ce que disaient les Parisiens. Il était courant que des agents étrangers et des informateurs fréquentent l'arbre, soit pour prendre les dernières nouvelles, soit pour les y planter pour les diffuser. Partout à Paris, il y avait d'autres hotspots pour ainsi dire: bancs dans les jardins du Luxembourg, coin des conférenciers sur le quai des Augustins, cafés et boulevards où les colporteurs étaient connus pour intégrer les dernières nouveautés dans la chanson. A Paris, à n'importe quelle heure de la journée, pour entendre les nouvelles, il suffit de sortir dans la rue et de se brancher [4].

Cela n'a pas suffi à tous les Parisiens pour satisfaire l'appétit d'information de certains, ils ont procédé à un tri complet en comparant les notes, en mettant en commun les informations et en se réunissant par groupes pour décrypter ce qui se passait réellement. Le salon de Mmw. MAL. Doublet, connue simplement sous le nom de paroisse, était un groupe de personnes bien connectées au Parlement de Paris ou à la cour de Versailles , et tous, réunis une fois par semaine dans le salon de l'Eclos de Filles Saint Thomas, pour passer au crible. Lorsque les membres, paroissiens, entrèrent dans le salon, ils se rassemblèrent pour lire deux listes, une de vérité et une de rumeur, à décortiquer lors de la réunion. Une de Mme.

Les domestiques de Doublet préparaient un menu de discussion pour l'ordre du jour, et était, à bien des égards, le premier reporter de l'histoire de France, puisqu'il faisait du porte à porte chaque matin, au nom de sa maîtresse, Quoi de neuf ? [5] Ce serviteur écrivait les premières entrées des nouvelles quotidiennes, puis les paroissiens les lisaient, ajoutant des informations supplémentaires dont ils avaient connaissance, et après un consensus général, les rapports étaient copiés et envoyés à quelques privilégiés de Mme. Les connaissances de Doublet. Tombé entre les mains d'une de Mme. Les amis particuliers de Doublet, JGBosc du Bouchet, le reportage transformé en une entreprise de copie, où un magasin original a créé plus de magasins, avec des abonnés payant volontiers six livres par mois pour entendre les dernières nouvelles de Paris. Vers 1750, plusieurs éditions de Mme. Le rapport de Doublet circulait et le service de presse a rapidement publié ces nouvelles sous forme imprimée, Memoires secrets pour servir a l’histoire de la republique de lettres en France , qui est devenu un best-seller dans le commerce clandestin du livre. [6]

Aussi anecdotiques qu'elles aient pu être, les nouvelles (nouvelles) qui circulaient sur plusieurs supports différents - oraux, manuscrits et imprimés - restaient en dehors de la loi, et donc, dans un certain sens, politiquement contraintes dans une certaine mesure. Cependant, cette recherche, menée depuis une vingtaine d'années, a marqué l'histoire du journalisme moderne [7] et un point fondamental sur lequel je dois insister est le suivant : l'information sur les rouages ​​du système n'était pas pour dossier public et n'était pas destiné à être diffusé sous l'Ancien Régime. La politique était réservée au roi seul - le secret du roi - qui avait été construit sur des théories de la vision médiévale et de la Renaissance, selon lesquelles l'art de gouverner était un art secret réservé aux souverains et à leurs seuls conseillers politiques. [8]

Bien sûr, les Parisiens n'étaient pas complètement dans l'ignorance des affaires de l'État, certaines informations étaient connues du public par le biais de journaux et de gazettes, mais elles n'étaient pas destinées à inclure les coulisses de la politique d'initiés, ou de la politique du tout. Toutes les publications imprimées à l'époque étaient soumises à l'autorisation de la bureaucratie baroque qui impliquait près de 200 censeurs, et les censeurs étaient renforcés par une branche spéciale de la police, qui par la suite inspectait également le commerce du livre. Les inspecteurs réprimaient non seulement l'hérésie et la sédition, mais ils protégeaient également les privilèges de la famille royale, certains sujets, et aucun nouveau périodique ne pouvait être créé sans payer pour leur place. Quand les révolutionnaires se sont penchés sur l'histoire de la presse, ils n'y ont vu que des commérages inutiles avant 1789. Pierre Manuel sur la Gazette de France :

Un peuple qui veut être informé ne peut se contenter de Gazette française . Pourquoi devrait-il s'en soucier si le roi a accompli le rituel du lavement des pieds pour des pauvres gens dont les pieds n'étaient même pas sales ? Ou si la reine fêtait Pâques en compagnie du comte d'Artois ? Ou si Monsieur daignait accepter la dédicace d'un livre qu'il ne lirait peut-être jamais ? Ou si le Parlement, vêtu d'habits d'apparat, haranguait le bébé dauphin, vêtu de langes ?

Le peuple veut savoir tout ce qui se fait et se dit effectivement à la cour, pourquoi et pour qui le cardinal de Rohan s'est mis en tête de jouer à des jeux avec un collier de perles s'il est vrai que la comtesse Diane nomme les généraux de l'armée et la comtesse Jule les évêques combien de médailles de saint Louis le ministre de la guerre attribua à sa maîtresse pour distribution comme cadeaux de nouvel an. Ce sont les auteurs à l'esprit vif des gazettes clandestines [ nouvelles à la main ] qui ont fait passer le mot sur ce genre de scandale. [9]

Ces commentaires, écrits après une presse récemment libérée, exagèrent l'état du journalisme sous l'Ancien Régime car de nombreux périodiques existaient, beaucoup étaient imprimés hors de France en français, et comportaient parfois des informations sur des événements politiques (notamment le règne libéral de Louis XVI) . Mais, pour être juste, il n'y a eu aucune critique du gouvernement car il était facilement étouffé par les descentes de police dans les librairies, les arrestations, l'exclusion du courrier étaient des rétributions courantes pour avoir parlé ou imprimé tout ce qui n'était pas approuvé. La distribution se faisant par la poste, les périodiques sont restés très vulnérables, ce qui a Gazette de Leyde découvert lorsqu'il a tenté en vain de couvrir l'événement d'actualité le plus important du règne de Louis XV - la destruction des parlements de 1771 à 1774.

Ainsi, alors qu'une version des journaux existait, ils incluaient très peu de nouvelles réelles, et le public avait très peu confiance dans ce qu'ils publiaient, même lorsque les journaux français venaient de Hollande. Le manque de foi général a été exprimé dans un rapport d'un espion de la police en 1746 :

On dit ouvertement que la France paie 2 000 livres [par an] au sieur du Breuil, auteur du Gazette d'Amsterdam , qui est contrôlé par le représentant français à La Haye. Outre cela, la France donne 12 000 à 15 000 livres à Mme. Limiers, qui fait le Gazette d'Utrecht . Cet argent provient du revenu des gazettes, que la poste vend 17 sous 6 deniers à David, son distributeur à Paris, et qu'il revend au public 20 sous. Quand les gazettes n'ont pas paru comme d'habitude hier, on a dit que le ministre les avait fait arrêter. [dix]

Que devons-nous retenir de cela ? Que la presse était loin de l'institution libre et démocratique à laquelle nous pensons aujourd'hui, et qu'elle faisait cruellement défaut par rapport à ses homologues contemporains en Hollande, en Angleterre et en Allemagne. Le premier quotidien français, Le Journal de Paris , n'existe qu'en 1770 – le premier quotidien allemand paraît plus d'un siècle plus tôt, à Leipzig, en 1660 – tandis que les lecteurs français sont voraces depuis le XVIIe siècle, et plus encore au XVIIIe siècle. Alors que près de la moitié de tous les hommes adultes en France savaient lire en 1789 (un grand nombre pour l'époque) et que le public était curieux des affaires publiques, il n'y avait aucune voix dans la conduite du gouvernement. Dès lors, une hypocrisie fondamentale existait, entre le public demandeur d'information et le pouvoir absolutiste de l'Etat. Pour comprendre les résultats d'une telle circonstance, nous devons d'abord regarder les médias eux-mêmes et les nouvelles qu'ils diffusent.

Quand on pense aux médias, on a l'habitude de le comparer au monde d'aujourd'hui l'Ancien Régime devait être simple, sans média, comparé à nos temps modernes trépidants avec le téléphone, la télévision, le mail, l'Internet , et tout le reste. Mais la France du XVIIIe siècle n'était pas du tout simple, seulement différente. Il avait un réseau de communication complexe conçu à partir de médias et de genres que nous n'utilisons plus et qui ne peuvent pas être traduits en anglais : mauvais propos , bruit public , dessus , pasquinade , pont-neuf , canard , feuille volante , Fini , Libellule , chronique scandaleuse . Il y avait des modes de communication infinis et ils s'imbriquaient à tant de niveaux que nous pouvons à peine comprendre comment ils fonctionnaient.

Par exemple, prenez le livre, Anecdotes sur Mms. la comtesse du Barry . C'était une biographie sensuelle de la maîtresse royale qui a été rassemblée à partir de commérages ramassés par les meilleurs et les plus célèbres nouvelliste du siècle, Mathieu-François Pidansat de Mairobert. Voyageant dans tout Paris, il a recueilli les nouvelles, les griffonnant sur des bouts de papier et les cachant dans sa personne, avant de se rendre au café pour partager les nouvelles et échanger des friandises avec d'autres nouvelliste. Par conséquent, la biographie n'était guère plus que des articles d'actualité qui avaient été enchaînés pour former un récit, dont l'un commençait avec son humble naissance d'un cuisinier et d'un frère, retraçait son temps en tant que star dans un bordel français et se terminait avec elle. ornant les chambres royales. [13]

Tout au long de ce récit, Mairobert n'a pas hésité à donner son avis. Il a été particulièrement dur pour Versailles et la police a rapporté qu'il avait dénoncé le gouvernement en disant : Parlant de la récente réorganisation de l'armée, Mairobert a déclaré au Café Procope que tout soldat qui en avait l'occasion devrait faire exploser la cour en enfer, puisque son seul plaisir est de dévorer le peuple et de commettre des injustices. [14] Peu de jours plus tard, la police l'a emmené pour être emprisonné dans leBastille, les poches pleines de notes et de détails sur les impôts et la vie privée du Roi.

Le cas de Mairobert, et bien d'autres comme lui, illustre une évidence si évidente qu'elle n'a jamais été signalée : les médias de l'Ancien Régime étaient différents. Les messages transmis étaient parlés, écrits, imprimés, illustrés et chantés, et ce que l'on peut découvrir ici, c'est que la chose la plus difficile à analyser pour les historiens est l'histoire orale, car elle n'a souvent pas de contrepartie écrite. Cependant, aussi semi-permanent que cela semblait être, les contemporains le prenaient au sérieux et étaient connus pour le commenter dans des lettres et des journaux comment les nouvelles circulaient de bouche à oreille : Un vil courtisan met ces infamies [rapports d'orgies royales] dans des distiques rimés et , par l'intermédiaire de larbins, les distribue jusqu'au marché.

Des marchés, ils parviennent aux artisans, qui les transmettent à leur tour aux nobles qui les ont forgés les premiers et qui, sans perdre une minute, se rendent dans les chambres royales de Versailles et murmurent d'une oreille à l'autre d'un ton d'hypocrisie consommée : tu les lis? Les voici. C'est ce qui circule dans le petit peuple de Paris. » [15]

Heureusement pour les historiens, l'Ancien Régime était un État policier, et la police appréciait beaucoup l'importance de l'opinion publique. Ils y ont gardé une attention scrupuleuse en postant des espions partout où les gens se réunissaient pour discuter de l'actualité, des marchés aux jardins publics, et bien que les rapports d'espionnage et les dossiers de police ne puissent pas être pris sur le seul mérite en raison de leur parti pris intrinsèque, les archives de la police révèlent assez pour voir comment fonctionnaient les réseaux oratoires, et deux modes de communication se détachent plus que les autres : le commérage et la chanson.

Nous allons d'abord disséquer les ragots, qui par les journaux de la Bastille, montrent que des cas comme celui de Mairobert (personnes arrêtées pour propos insolents sur des personnalités publiques et royales), étaient très fréquents. Si l'échantillon peut être biaisé puisque la Bastille n'avait pas l'habitude d'arrêter les personnes qui parlaient favorablement des personnalités publiques et royales, les espions de la police rapporteraient cependant des discussions entendues sur toutes sortes de sujets qui intriguaient les Parisiens, et notamment pendant la premières années du règne de Louis XV, les propos sont favorables. L'échantillon que j'ai étudié provient de divers cafés parisiens à l'époque (mais pas des 380 cafés que Paris comptait à l'époque) et est compilé à partir des voies de communication les plus importantes. La plupart des rapports ont été écrits en dialogue, en tant que tels:

Au café de Foy, quelqu'un a dit que le roi avait pris une maîtresse, qu'elle s'appelait Gontaut et que c'était une belle femme, nièce du duc de Noailles et de la comtesse de Toulouse. D'autres ont dit, si c'est le cas, il pourrait y avoir de grands changements. Et un autre a répondu : C'est vrai, une rumeur circule, mais j'ai du mal à y croire, puisque le cardinal de Fleury est aux commandes. Je ne pense pas que le roi ait une inclination dans cette direction, car il a toujours été tenu à l'écart des femmes. Néanmoins, quelqu'un d'autre a dit que ce ne serait pas le plus grand mal s'il avait une maîtresse. Eh bien, Messieurs, ajouta un autre, ce n'est peut-être pas non plus une fantaisie passagère, et un premier amour pourrait soulever un certain danger du côté sexuel et pourrait causer plus de mal que de bien. Ce serait bien plus souhaitable s'il aimait mieux chasser que ce genre de chose.[16][17]

Comme il était courant à l'époque, les secrets de la chambre royale fournissaient d'excellents sujets de ragots, et tout ce que les rapports indiquent montre que la conversation était amicale. En 1729, alors que la reine approchait de l'accouchement, les cafés bourdonnaient de fête : Vraiment, tout le monde est ravi, car tous espèrent bien avoir un dauphin. . . Au café Dupuy, quelqu'un a dit : ' Parbleu, Messieurs, si Dieu nous fait la grâce d'un dauphin, vous verrez Paris et tout le fleuve s'embraser [avec un feu d'artifice en fête]. ' Tout le monde prie pour cela. [18] Lorsque le 4 septembre, à la naissance du dauphin, les Parisiens s'extasient car il y avait un héritier sur le trône et une grande fête à l'Hôtel de Ville avec feu d'artifice devait être présentée par le Roi, ce que les Parisiens voulus de leur roi, des espions rapportent : L'un d'eux dit [au Café de Foy] : « Parbleu, Messieurs, vous n'avez jamais rien vu de plus beau que Paris hier soir, quand le roi a fait sa joyeuse entrée à l'Hôtel de Ville, parler à tout le monde avec la plus grande affabilité, dîner à un concert de deux douzaines de musiciens et ils disent que le repas était de la plus grande magnificence.

Vingt ans plus tard cependant, le ton du public avait radicalement changé :

Dans la boutique du perruquier Gaujoux, cet individu [Jules Alexis Bernard] lut à haute voix en présence du sieur Dazemar, officier invalide, une attaque contre le roi dans laquelle il était dit que Sa Majesté se laissait gouverner par des ministres ignorants et incompétents et avait conclu une paix honteuse et déshonorante [le traité d'Aix-la-Chapelle], qui renonçait à toutes les forteresses qui avaient été capturées. . . que le roi, par sa liaison avec les trois sœurs, scandalisait son peuple et s'attirerait toutes sortes de malheurs s'il ne changeait pas de conduite que Sa Majesté méprisait la reine et était un adultère qu'il n'avait pas confessé pour la communion de Pâques et ferait tomber la malédiction de Dieu sur le royaume et que la France serait accablée de désastres que le duc de Richelieu était un proxénète, qui écraserait Mme. de Pompadour ou être écrasé par elle. Il promit de montrer au sieur Dazemar ce livre intitulé Les trois soeurs . [vingt]

Le changement de ville a été largement attribué à ce qui s'était passé socialement et politiquement entre 1729 et 1749 la controverse religieuse janséniste, les luttes de pouvoir entre le parlement et la couronne, la guerre, la famine et quelques impôts impopulaires. Mais en plus de cela, semblait-il, la couronne avait perdu sa touche royale.

L'histoire de Les trois soeurs était un conte assez populaire de l'époque, et bien plus un récit de la vie de cour qu'une fable au coucher. Les trois sœurs, filles d'un noble français, se sont toutes retrouvées à jouer la maîtresse du roi jusqu'à ce qu'une mort prématurée les emporte. C'est la dernière sœur, la plus ambitieuse et la plus belle, qui a causé le plus de problèmes, lorsque le roi l'a emmenée à la guerre avec les Allemands et est tombée gravement malade. À la demande des prêtres, il dénonça sa maîtresse, s'améliora miraculeusement, puis revint à la maison pour continuer sa bonne santé et reprendre sa maîtresse. Pour les historiens, cette histoire est cependant un indice que les liens moraux entre le roi et les sujets étaient très effilochés en France au milieu des années 1740, et le roi a même construit des moyens de visiter les Parisiens. Il cessa de toucher les malades qui faisaient la queue pour se faire soigner du Mal du Roi, ou scrofule, à la Grande Galerie du Louvre, comme il l'avait toujours fait, et ce fut le début de la fin du roi-mage, l'image sacrée. d'un roi bienveillant connu de son peuple. Ce fut la chute de sa touche royale. [21]

Bien que cela puisse sembler une version trop simplifiée, et basée en grande partie sur les affaires de la chambre royale, je suis d'accord, mais cela s'est produit d'un coup ou avec un événement - la chute de la relation entre la clé et son peuple s'est lentement détériorée, et l'histoire des sœurs n'était qu'un moyen par lequel son manque d'attention à ses sujets se propageait dans la conscience des Parisiens par le biais de nouvelles au milieu du siècle.

L'Amérique moderne peut en fait appeler l'histoire des trois sœurs un peu plus qu'un feuilleton, mais pour les Parisiens du XVIIIe siècle, c'était la propagation de l'actualité - le contact du roi avec la mort, la disgrâce de ses maîtresses, en particulier Mme. Châteauroux, le bonheur du rétablissement du roi, puis la disgrâce quand il reprit ses mauvaises habitudes qui, en plus de l'adultère, semblaient avoir un air d'inceste, ayant trois maîtresses sœurs. Des espions rapportent en 1744 : Hommes d'affaires, officiers à la retraite, le petit peuple se plaint, dit du mal du gouvernement et prédit que cette guerre aura des conséquences désastreuses. Les ecclésiastiques, surtout les jansénistes, adoptent ce point de vue et osent penser et dire tout haut que les maux qui accableront bientôt le royaume viennent d'en haut, en punition de l'inceste et de l'irréligion du roi. Ils citent des passages de l'Ecriture qu'ils appliquent [aux circonstances présentes]. Le gouvernement devrait prêter attention à cette catégorie de sujets. Ils sont dangereux. [22]

Ce que les gens craignaient, c'était que le péché d'adultère et d'inceste combiné fasse tomber la colère de Dieu sur la couronne, et aussi sur le royaume. Ayant été couronné par l'huile sainte, Louis XV se souciait d'avoir le pouvoir sacré, guérissant les âmes atteintes de scrofule en les touchant, mais pour guérir ses sujets il était tenu de se confesser et de communier, deux choses que les prêtres ne lui permettaient pas de faire. faire à moins qu'il n'ait renoncé à ses maîtresses, et après 1738, il a refusé d'y renoncer et a commencé à exposer ouvertement son adultère. Après cette date, Louis XV ne communiera plus et ne touchera plus les malades. Cela s'est manifesté dans la boutique d'un perruquier, par un homme du nom de Bernard, lorsque le Trois sœurs éclata au grand jour et le peuple commença à croire que Louis n'était plus un intermédiaire efficace entre son peuple et son Dieu vengeur.

Alors qu'une copie originale des trois sœurs n'a pas pu être trouvée, le scénario est visible dans de nombreux textes produits à la même époque, ce qui signifie que si l'original n'existe plus, alors à tout le moins, l'histoire, condamnant le roi pour son péchés, tous le font. Des titres tels que Les amours de Zeokinizul, roi des Kofirans, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de Perse, Tanastès, conte allégorique, et Voyage à Amatonthe , toutes racontent un véritable synopsis des trois sœurs et de l'actualité de l'époque. [23] [24]

La littérature peu sophistiquée de ce type peut sembler très différente de ce que nous considérons comme digne d'intérêt dans les temps modernes, mais vers 1750, le public véhiculait les mêmes pensées : qu'à travers les péchés du roi, la présence de ses maîtresses et la manipulation des maîtresses par le pouvoir -courtisans affamés (Richelieu quelqu'un?), tout dans le royaume allait vers le sud. Les rapports de police de l'époque relatent des commérages sur Mme. de Pompadour en 1749 [25] :

Le Bret : Après avoir renversé Mme. de Pompadour en bavardant dans divers endroits, il a dit qu'elle avait rendu le roi fou en lui mettant toutes sortes d'idées dans la tête. La garce est en train de monter l'enfer, dit-il, à cause de certains poèmes qui l'agressent. S'attend-elle à être louée alors qu'elle se vautre dans le crime ?

Un sujet, Jean-Louis Le Clerc, a également fait les remarques suivantes : Qu'il n'y a jamais eu pire roi que la cour, les ministres et la Pompadour font faire au roi des choses honteuses, qui dégoûtent complètement son peuple. Et François Philippe Merlet, un autre citoyen, n'a pas non plus été amusé : Accusé d'avoir dit dans le court de tennis de la Veuve Gosseaume que Richelieu et la Pompadour détruisaient la réputation du roi qu'il n'était pas bien vu des siens, puisqu'il les conduisait ruiner et qu'il ferait bien de s'en méfier, car le vingtième impôt pourrait lui causer du tort.

Ces sentiments ne devraient pas surprendre, car la discussion des affaires publiques et de la vie privée de l'époque ne faisait qu'un, et c'est ainsi qu'ils se sont retrouvés dans l'impression, dans autant de versions différentes des trois sœurs qu'il en a fallu pour renforcer l'opinion publique. opinion. Le processus a commencé à se développer de façon spectaculaire, avec plus de commérages provenant de nouveaux livres et de nouveaux livres continuant à promouvoir les commérages. C'est avec eux qu'il est permis de supposer qu'en 1750, Paris s'était résolument retourné contre le roi.

Considérons maintenant les chansons, car elles ont également eu un grand impact et ont également été un moyen important de diffuser les nouvelles. Les Parisiens composaient le plus souvent des couplets et des limmericks sur l'actualité à ajouter aux airs populaires de l'époque, comme Malbrouch s'en va-t-en guerre (même air que For He's A Jolly Good Fellow), et étaient utilisés comme exercices mnémoniques. . Pour une société majoritairement analphabète, ces chansons étaient plus efficaces pour diffuser des informations que peut-être les salons et les journaux sophistiqués, car la majorité de la population n'était pas accessible aux masses. Comme le remarquait Louis-Sebastian Mercier : Il n'y a pas d'événement qui ne soit dûment enregistré sous la forme d'un vaudeville [chanson populaire] par la population irrévérencieuse. [28]

Certaines chansons sont nées à la cour, où artisans et poètes se sont réunis pour le plaisir du roi, mais elles ont toutes atteint les roturiers, et les roturiers chantaient volontiers en retour. Les ouvriers et les marchands composaient des chansons et les chantaient au travail, ajoutant de nouvelles lignes à leur guise. Charles Simon Favart, le plus grand parolier contemporain de Paris, était de ceux-là, composant des chansons et créant des mélodies populaires tout en pétrissant la pâte dans la boulangerie de son père. Aux côtés de ses amis - notamment Charles Collé, Pierre Gallet, Alexis Piron, Charles-François Panard, Jean-Joseph Vadé, Toussaint-Gaspard Taconnet, Nicolas Fromaget, Christophe-Barthélemy Fagan, Gabriel Charles Lattaignant et François-Augustin Paradis de Moncrif - il a composé des ballades et des chansons à boire au Café Du Caveau, où ils ont fait le tour des pubs, puis se sont infiltrés dans les rues, pour apparaître dans les théâtres populaires. On pourrait dire que tout le pays serait une monarchie absolue tempérée par des chants. [29]

Et ces chants se répandirent plus vite que la Peste, gagnant de nouveaux phrasés avec chaque chanteur, qui griffonnait de nouveaux couplets sur des bouts de papier à dissimuler sur le corps, exactement de la même manière que le nouvelliste. La police a arrêté les chanteurs présumés séditieux aussi facilement que nouvelliste, leur ordonnant de vider vos poches. [30] C'était généralement une entreprise fructueuse lorsqu'il s'agissait de Pidansat de Mairobert, qui fut saisi et envoyé à la Bastille, où les paroles d'une chanson populaire attaquant Mme. de Pompadour, entre autres, a été retrouvé dans la poche supérieure gauche de sa veste. [31]

Mairobert était la version moderne d'un artiste affamé, se décrivant comme une monarchie absolue tempérée par des chansons. [32] Cependant, il fréquente la compagnie de Mme. salon de Dounlet, et était souvent parmi d'autres collectionneurs de chansons qui fréquentaient les plus hautes sphères de la cour. Cela comprenait la compagnie du comte de Maurepas, ministre de la marine et de la maison du roi, qui régalait souvent les chansons de Mairobert à Louis lui-même, le faisant aimer du roi avec des rires et des chansons qui se moquaient de Maurepas lui-même et ridiculisaient ses ennemis. [33]

Cela s'est toutefois avéré contre-productif lorsque, le 24 avril 1749, le roi a démis Maurepas de ses fonctions gouvernementales et l'a exilé. Ce qui avait causé la chute, tout le monde se demandait, et ce n'était pas une opposition idéologique, politique ou même de principe, mais une chanson en particulier, écrite pour Quan le péril est agréable :[34]

Par vos façons nobles et franches,

Iris, vous enchantez nos coeurs

Sur nos pas vous semez des fleurs.

Mais ce sont des fleurs blanches.

Ou aux lecteurs modernes :

Par votre manière noble et libre,

Iris, tu enchantes nos cœurs.

Sur notre chemin tu sèmes des fleurs.

Mais ce sont des fleurs blanches.

Bien que cela puisse avoir très peu de sens pour le lecteur d'aujourd'hui, pour les initiés de Versailles, c'était très évident. La chanson faisait jouer Pompadour comme Iris et concernait les dîners privés que Louis organisait dans ses appartements qui étaient censés être intimes et exempts de commérages. Des trois témoins de cette fête, Maurepas est le seul capable d'en faire une chanson et, qu'il en soit ou non le véritable compositeur, elle suscite chez le roi un tel sentiment qu'il est dénoncé et renvoyé de Versailles. Et cette chanson de fleurs blanches n'était pas la seule chanson de vers hostiles de 1749 - c'était l'ambiance générale pendant les six premiers mois de l'année dans tous les vers et la marée n'a pas fini par revenir à celle des plaisanteries et des manières joyeuses. [36]

Sous l'influence du roi, le comte d'Argenson, ministre de la guerre, organise une campagne pour mettre fin aux cancans. Peu de temps après l'ordre officiel, un inspecteur reçut une note d'un agent : Je connais quelqu'un qui avait dans son bureau il y a quelques jours une copie de l'abominable vers contre le roi et qui en a parlé avec approbation. Je peux te dire qui il est, si tu veux. [37] Cela a valu à l'agent un an de salaire et a mis en place une chasse à l'homme pour tous les poètes, auteurs-compositeurs et nouvellistes à travers un réseau de communication orale et de message dans le Paris du XVIIIe siècle. [38]

À la fin, ils ont tracé un verset à travers 14 personnes et le Quartier Latin, ce qui a valu à l'opération le nom de L'Affaire des Quatorze. [39], et tout en emprisonnant 14 poètes à la Bastille, n'a jamais découvert le véritable auteur. En fait, il se peut qu'il n'y ait pas d'auteur original, car il était courant à l'époque que les chansons soient autant une création collective que l'actualité. Les interrogatoires ont cependant conclu le genre de mise en scène qui étaient des modes de transmission, car l'un des capturés a dit qu'il avait copié l'un des premiers versets d'une conversation entendue entre un ami et un prêtre : La conversation tournait sur le sujet des gazettes et cela prêtre, disant que quelqu'un avait été assez méchant pour écrire des vers satiriques sur le roi, sortit un poème attaquant Sa Majesté. [40] Mais qu'ils soient chantés ou rappelés de mémoire, les vers étaient copiés sur des bouts et portés et échangés ou d'autres vers, qui se retrouvaient dans des journaux et des gazettes et étaient consommés avec voracité par le public :

L'empressement du public à rechercher ces pièces, à les apprendre par cœur, à se les communiquer, prouvait que les lecteurs adoptaient les sentiments du poète. Madame de Pompadour n'a pas non plus été épargnée. . . Elle ordonna une recherche drastique des auteurs, colporteurs et distributeurs de ces pamphlets, et la Bastille fut bientôt pleine de prisonniers. [41]

De plus, les modes de communication étaient compliqués et se déroulaient dans de nombreux endroits différents par de nombreux supports différents. [42] Mais pour en revenir à la chanson en question, qui fut popularisée par les Quatorze, Qu'une bâtarde de catin, était typique des ballades qui avaient le plus plu au public parisien. Avec chaque verset faisant la satire d'une personnalité publique différente [43], il fut bientôt répandu que le roi était un homme qui se souciait peu de son peuple, et ne remplissait sa journée que de boisson et de sexe alors que le royaume allait en enfer. Couvrant tous les grands enjeux et événements politiques entre 1748 et 1750, les Parisiens ne sont pas forcément des signataires de talens, mais plutôt des signataires de l'actualité. [44] En fin de compte, Qu'une bâtarde de catin est devenu si long et rempli de nouvelles et de commentaires légitimes qu'il pourrait être compris comme un journal chanté de l'époque.

Ce que l'on peut tirer de cet avis n'est pas une conclusion ferme, mais plutôt une provocation suffisamment réfléchie pour que les relations des médias et de la politique en France puissent conduire à repenser les relations des médias et de la politique aujourd'hui. S'il n'est pas toujours préférable d'utiliser l'histoire pour faire des leçons, le Paris de Louis XV donne sans aucun doute un recul sur la façon dont nous pouvons considérer les situations de nos gouvernements modernes et comment les médias influencent l'opinion publique. Comment la plupart des gens s'orientent-ils avec les nouvelles ? Pas en analysant les problèmes malheureusement, mais à partir d'une variété de notre propre folklore de l'actualité.

LIRE LA SUITE :Les sans-culottes dans la Révolution française

Remarques:
  1. Les gens se sont plaints d'un excès d'informations au cours de nombreuses périodes de l'histoire. Un almanach de 1772 évoque nonchalamment notre siècle de publicité à outrance, comme si le constat allait de soi : Roze de Chantoiseau, Tablettes royales de renommée ou Almanach général d’indication , rpt. in Les cafés de Paris en 1772 (anonymous), Extrait de la Revue de poche du 15 juillet 1867 (Paris, n.d.), 2. Pour une remarque typique qui illustre le sens actuel d'entrer dans une ère sans précédent dominée par les technologies de l'information, voir la déclaration de David Puttnam citée dans Le journal de Wall Street , 18 décembre 1998, W3 : Nous sommes au seuil de ce qu'on a fini par appeler la société de l'information. Je dois expliquer que cet essai a été écrit pour être livré sous forme de conférence et que j'ai essayé de maintenir le ton de l'original en adoptant un style relativement informel dans la version imprimée. D'autres documents connexes sont disponibles dans une édition électronique, le premier article publié dans la nouvelle édition en ligne du Revue historique américaine , sur le World Wide Web, à www.indiana.edu/~ahr, et plus tard à www.historycooperative.org.
  2. J'ai tenté de développer cet argument dans un essai sur ma propre expérience de reporter : Journalism : All the News That Fits We Print, in Robert Darnton, Le baiser de Lamourette : reflets de l'histoire culturelle (New York, 1990), chap. 5. Voir aussi Michael Schudson, A la découverte de l'actualité : une histoire sociale des journaux américains (New York, 1978) et Helen MacGill Hughes, Nouvelles et l'histoire d'intérêt humain (Chicago, 1940).
  3. Brian Cowan, The Social Life of Coffee: Commercial Culture and Metropolitan Society in Early Modern England, 1600–1720 (thèse de doctorat, Princeton University, 2000) Qin Shao, Tempest over Teapots: The Vilification of Teahouse Culture in Early Republican China, Journal des études asiatiques 57 (novembre 1998): 1009–41 Lawrence Rosen, Négocier la réalité : la construction des relations sociales dans une communauté musulmane (Chicago, 1984) Laurie Nussdorfer, La politique civique dans la Rome d'Urbain VIII (Princeton, NJ, 1992) João José Reis, Rébellion des esclaves au Brésil : le soulèvement musulman de 1835 à Bahia , Arthur Brakel, trad. (Baltimore, Maryland, 1993) Christopher A. Bayly, Empire et information : collecte de renseignements et communication sociale en Inde, 1780-1870 (New York, 1996) et Keith Hopkins, Mort et renouveau (Cambridge, 1983).
  4. Planté au début du siècle et abattu lors du réaménagement du jardin en 1781, l'arbre de Cracovie était une institution si connue qu'il fut célébré dans un opéra-comique de Charles-François Panard, L’arbre de Cracovie , joué à la Foire Saint-Germain en 1742. L'estampe reproduite ci-dessus fait probablement allusion à un thème de ce vaudeville : l'arbre se fendait chaque fois que quelqu'un mentait sous ses branches. Sur cette source et sur d'autres sources contemporaines, voir François Rosset, L’arbre de Cracovie: Le mythe polonais dans la littérature française (Paris, 1996), 7-11. Le meilleur récit général de nouvellistes est toujours à Frantz Funck-Brentano, Les nouvellistes (Paris, 1905), et Figaro et ses devanciers (Paris, 1909). Comme exemple de la façon dont les remarques faites sous l'arbre de Cracovie se sont propagées à Paris et à Versailles, voir E. J. B. Rathery, éd., Journal et mémoires du marquis d’Argenson (Paris, 1862), 5 : 450.
  5. Pierre Manuel, La police de Paris dévoilée (Paris, l'An seconde de la liberté [1790]), 1 : 206. Je n'ai pas pu trouver l'original de ce rapport d'espionnage du notoire Charles de Fieux, chevalier de Mouhy, dans le dossier de Mouhy aux archives de la Bastille : Bibliothèque de l'Arsenal (ci-après, BA), Paris, ms. 10029.
  6. Cette description s'appuie sur les travaux de Funck-Brentano, Les nouvellistes , et Figaro et ses devanciers , mais des travaux plus récents ont modifié l'image de la paroisse et son lien avec la Mémoires secrets . Voir Jeremy D. Popkin et Bernadette Fort, dir., Les Mémoires secrets et la culture de la publicité dans la France du XVIIIe siècle (Oxford, 1998) François Moureau, Répertoire des nouvelles à la main: Dictionnaire de la presse manuscrite clandestine XVI et –XVIII et siècle (Oxford, 1999) et Moureau, De bonne main: La communication manuscrite au XVIII et siècle (Paris, 1993). Après avoir étudié le texte volumineux de la nouvelles à la main produit par la paroisse entre 1745 et 1752, j'en ai conclu que l'exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France (ci-après BNF) contenait peu d'informations qui n'auraient pas pu passer la censure pratiquée par la police : BNF, ms. fr. 13701–12. La version publiée du Mémoires secrets , qui couvrait la période 1762-1787 et parut pour la première fois en 1777, est d'un ton complètement différent. C'était hautement illégal et largement vendu : voir Robert Darnton, Le corpus de la littérature clandestine en France 1769-1789 (New York, 1995), 119–20.
  7. Dans le cas de la France, un grand nombre d'excellents livres et articles ont été publiés par Jean Sgard, Pierre Rétat, Gilles Feyel, François Moureau, Jack Censer et Jeremy Popkin. Pour un aperçu de l'ensemble du sujet, voir Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou, Histoire générale de la presse française (Paris, 1969) et les ouvrages collectifs édités par Jean Sgard, Dictionnaire des journaux, 1600–1789 , 2 vol. (Oxford, 1991) et Dictionnaire des journalistes, 1600–1789 , 2 vol. (1976 rpt. éd., Oxford, 1999).
  8. Michel Stolleis, État et raison d'État à l'époque moderne (Frankfurt, 1990) and Jochen Schlobach, Secrètes correspondances: La fonction du secret dans les correspondances littéraires, in Moureau, De bonne main .
  9. Manuel, La police de Paris dévoilée , 1 : 201–02.
  10. A. de Boislisle, dir., Lettres de M. de Marville, Lieutenant-Général de Police, au ministre Maurepas (1742–1747) (Paris, 1896), 2 : 262.
  11. On literacy, see François Furet and Jacques Ozouf, Lire et écrire: L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry , 2 vol. (Paris, 1977) sur l'opinion publique, Keith M. Baker, Public Opinion as Political Invention, in Baker, Inventer la Révolution française : Essais sur la culture politique française au XVIIIe siècle (Cambridge, 1990) et Mona Ozouf, The Public Opinion, dans Keith Baker, éd. La culture politique de l'Ancien Régime , vol. 1 de La Révolution française et la création de la culture politique moderne (Oxford, 1987).
  12. [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Anecdotes sur Mme. la comtesse du Barry (Londres, 1775), 215.
  13. Cette remarque et les suivantes sur Mairobert sont basées sur son dossier aux archives de la Bastille : BA, ms. 11683, et sur son dossier dans les papiers de Joseph d'Hémery, inspecteur de la librairie : BNF, ms. acq. fr. 10783. Voir aussi l'article sur lui dans le Dictionnaire des journalistes , 2 : 787–789.
  14. Observations de d’Hémery du 16 juin 1749, BA, ms. 11683, fol. 52.
  15. Le portefeuille d’un talon rouge contenant des anecdotes galantes et secrètes de la cour de France , rpt. as Le coffret du bibliophile (Paris, n.d.), 22.
  16. BA, Mme. 10170. Cette source, la plus dense que j'ai pu trouver, couvre les années 1726-1729. Pour m'avoir aidé à localiser les cafés et à les cartographier, je tiens à remercier Sean Quinlan, assistant de rédaction au Revue historique américaine , et Jian Liu, bibliothécaire de référence et gestionnaire de collections pour la linguistique, Indiana University Libraries, qui a travaillé avec le personnel du AHR dans la préparation de la version électronique de cette adresse. La cartographie détaillée, avec des extraits de comptes rendus de conversations dans dix-huit des cafés, peut être consultée sur le lien intitulé Mapping Café Talk, à l'adresse www.indiana.edu/~ahr.
  17. BA, Mme. 10170, fol. 175. Pour des raisons de clarté, j'ai ajouté des guillemets. L'original n'en avait pas, même s'il était clairement écrit en dialogue, comme on peut le voir dans les textes reproduits dans la version électronique de cet essai, sur le lien intitulé Spy Reports on Conversations in Cafés, www.indiana.edu/~ahr.
  18. BA, Mme. 10170, fol. 176.
  19. BA, Mme. 10170, fol. 93.
  20. BNF, Mme. nouv. acq. fr. 1891, fol. 419.
  21. Marc Bloch, Rois thaumaturges: Etude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale (Paris, 1924). Sur l'indignation contemporaine contre le contournement de Paris, voir BNF, ms. fr. 13710, fol. 66. Pour un récit sobre des relations de Louis XV avec les sœurs Nesle (elles étaient en fait cinq, mais contemporaines libelles n'en mentionne généralement que trois ou parfois quatre), voir Michel Antoine, Louis XV (Paris, 1989), 484–92. Mon interprétation de l'histoire politique et diplomatique de ces années doit beaucoup à l'étude définitive d'Antoine.
  22. BA, ms. 10029, fol. 129. The incest theme appears in some of the most violent poems and songs attacking Louis XV in 1748–1751. One in the Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, ms. 649, p. 50, begins, Incestueux tyran, traître inhumain, faussaire . . .
  23. Ces questions ont été dramatisées plus récemment dans la controverse suscitée par le mélange trompeur de faits et de fiction chez Edmund Morris, Néerlandais : Un mémoire de Ronald Reagan (New York, 1999) : voir Kate Masur, Edmund Morris’s Néerlandais : Reconstruire Reagan ou déconstruire l'Histoire ? Points de vue 37 (décembre 1999) : 3–5. Pour ma part, je ne nierais pas la qualité littéraire de l'écriture de l'histoire, mais je pense que l'invention de tout ce qui est présenté comme factuel viole un contrat implicite entre l'historien et le lecteur : que nous soyons ou non certifiés comme professionnels par le prix d'un doctorat, nous, historiens, ne devrions jamais fabriquer de preuves.
  24. Quatre éditions de Les amours de Zeokinizul, roi des Kofirans: Ouvrage traduit de l’Arabe du voyageur Krinelbol (Amsterdam, 1747, 1747, 1748 et 1770) peut être consulté dans la BNF, Lb38.554.A-D. Tous sauf le premier ont des clés élaborées, généralement insérées dans la reliure à partir d'un exemplaire séparé, parfois avec des notes manuscrites. Certaines notes apparaissent également dans les marges de cette œuvre et des trois autres, qui ont également des clés.
  25. Les citations suivantes proviennent de la BNF, ms. nouv. acq. fr. 1891, fol. 421, 431, 433, 437.
  26. BNF, Mme. nouv. acq. fr. 10783.
  27. BA, ms. 11582, fols. 55–57. See also Mlle. Bonafons’ remarks in her second interrogation, fols. 79–80: A elle représenté qu’il y a dans cet ouvrage des faits particuliers dont son état ne lui permettait pas naturellement d’avoir connaissance. Interpellée de nous déclarer par qui elle en a été instruite. A dit qu’il ne lui a été fourni aucuns mémoires ni donné aucuns conseils, et que c’est les bruits publics et le hazard qui l’ont déterminée à insérer dans l’ouvrage ce qui s’y trouve.
  28. Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris , new edn. (Neuchâtel, 1788), 1: 282. Mercier also remarked (6: 40): Ainsi à Paris tout est matière à chanson et quiconque, maréchal de France ou pendu, n’a pas été chansonné a beau faire, il demeurera inconnu au peuple. Among the many historical studies of French songs, see especially Emile Raunié, Chansonnier historique du XVIII et siècle , 10 vols. (Paris, 1879–84) Patrice Coirault, Formation de nos chansons folkloriques , 4 vols. (Paris, 1953) Rolf Reichardt and Herbert Schneider, Chanson et musique populaire devant l’histoire à la fin de l’Ancien Régime, Dix-huitième siècle 18 (1986) : 117–144 et Giles Barber, ‘Malbrouck s’en va-t-en guerre’ or, How History Reaches the Nursery, in Gillian Avery and Julia Briggs, eds., Les enfants et leurs livres : une collection d'essais pour célébrer le travail d'Iona et Peter Opie (Oxford, 1989), 135–63.
  29. This bon mot may have been coined by Sébastien-Roch Nicolas Chamfort: see Raunié, Chansonnier historique , 1 : je.
  30. Une boîte de la Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 10319, contient des dizaines de ces bribes, pêle-mêle, qui commentent en rimes toutes sortes d'actualités : les aventures amoureuses du régent, la fiscalité de Law, les batailles des jansénistes et des jésuites, les réformes fiscales de l'abbé Terray, les réformes judiciaires du chancelier Maupeou — sur toutes sortes d'airs populaires : La béquille du Père Barnabas, Réveillez-vous belle endormie, Allons cher cœur, point de rigueur, J'avais pris femme laide. Le répertoire des mélodies est inépuisable, les occasions d'y puiser sans fin, grâce à l'inventivité des Parisiens et à la rumeur qui tourne à la cour.
  31. BA, ms. 11683, fol. 59, report on the arrest of Mairobert by Joseph d’Hémery, July 2, 1749. The verse on the scrap of paper comes from a separate dossier labeled 68 pièces paraphées. In a report to the police on July 1, 1749, a spy noted (fol. 55): Le sieur Mairobert a sur lui des vers contre le roi et contre Mme. de Pompadour. En raisonnant avec lui sur le risque que court l’auteur de pareils écrits, il répondit qu’il n’en courait aucun, qu’il ne s’agissait que d’en glisser dans la poche de quelqu’un dans un café ou au spectacle pour les répandre sans risque ou d’en laisser tomber des copies aux promenades . . . J’ai lieu de penser qu’il en a distribué bon nombre.
  32. BA, Mme. 11683, fol. 45.
  33. L'amour de Maurepas pour les chansons et les poèmes sur l'actualité est mentionné dans de nombreuses sources contemporaines. Voir, par exemple, Rathery, Journal et mémoires du marquis d’Argenson , 5: 446 and Edmond-Jean-François Barbier, Chronique de la régence et du règne de Louis XV (1718–1763), ou Journal de Barbier, avocat au Parlement de Paris (Paris, 1858), 4 : 362–366.
  34. Plutôt, Journal et mémoires de marquis d’Argenson , 5 : 448, 452, 456. La version suivante est tirée du récit de d’Argenson sur cet épisode, 456. Voir aussi Barbier, Chronique , 4: 361–67 Charles Collé, Journal et mémoires de Charles Collé (Paris, 1868), 1: 71 and François Joachim de Pierre, Cardinal de Bernis, Mémoires et lettres de François-Joachim de Pierre, cardinal de Bernis (1715–1758) (Paris, 1878), 120. Un récit complet et bien informé de la chute de Maurepas, qui comprend une version de la chanson qui a Pompadour à la place d'Iris, apparaît dans un recueil manuscrit de chansons à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Mme. 649, 121–27.
  35. Dictionnaire de l’Académie française (Nîmes, 1778), 1: 526: FLEURS, au pluriel, se dit pour flueurs et signifie les règles, les purgations des femmes . . . On appelle fleurs blanches une certaine maladie des femmes. Plutôt qu'une maladie sexuellement transmissible comme la gonorrhée, cette maladie peut-être une chlorose ou la maladie verte.
  36. In addition to the references given above, note 30, see Bernard Cottret and Monique Cottret, Les chansons du mal-aimé: Raison d’Etat et rumeur publique (1748–1750), in Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités: Mélanges Robert Mandrou (Paris, 1985), 303–15.
  37. BA, Mme. 11690, fol. 66.
  38. J'ai longuement discuté de cette affaire dans un essai, Opinion publique et réseaux de communication dans le Paris du XVIIIe siècle, qui sera publié dans le courant de 2001 par la Fondation européenne de la science. Son texte, qui contient des références à de nombreuses sources, peut être consulté dans la version électronique de cet essai, sur le AHR site Web, www.indiana.edu/~ahr. L'essentiel de la documentation provient des dossiers regroupés en BA, ms. 11690.
  39. Marc Pierre de Voyer de Paulmy, Comte d’Argenson, to Nicolas René Berryer, June 26, 1749, BA, ms. 11690, fol. 42.
  40. Interrogatoire du sieur Bonis, July 4, 1749, BA, ms. 11690, fols. 46–47.
  41. Vie privée de Louis XV, ou principaux événements, particularités et anecdotes de son règne (Londres, 1781), 2 : 301–02. Voir également Les fastes de Louis XV, de ses ministres, maîtresses, généraux et autres notables personnages de son règne (Villefranche, 1782), 1: 333–40.
  42. Ma propre compréhension de ce domaine doit beaucoup aux conversations avec Robert Merton et Elihu Katz. Sur Gabriel Tarde, voir son œuvre datée mais toujours stimulante, L’opinion et la foule (Paris, 1901) et Terry N. Clark, éd., Sur la communication et l'influence sociale (Chicago, 1969). Pour ma part, je trouve la notion d'espace public de Habermas suffisamment valable comme outil conceptuel mais je pense que certains de ses disciples commettent l'erreur de la réifier, pour qu'elle devienne un agent actif dans l'histoire, une force réelle qui produit des effets réels. — y compris, dans certains cas, la Révolution française. Pour une discussion stimulante et sympathique de la thèse de Habermas, voir Craig Calhoun, éd., Habermas et la sphère publique (Cambridge, Massachusetts, 1992).
  43. J'ai localisé et comparé les textes de neuf versions manuscrites de cette chanson. Le premier couplet, cité ci-dessous et reproduit à la figure 10, provient du bout de papier sorti des poches de Christophe Guyard lors de son interrogatoire à la Bastille : BA, ms. 11690, fol. 67–68. Les autres textes proviennent de : BA, ms. 11683, fol. 134 ms. 11683, fol. 132 BNF, ms. fr. 12717, p. 1–3 ms. 12718, p. 53 ms. 12719, p. 83 Bibliothèque historique de la Ville de Paris, ms. 648, p. 393–96 ms. 649, p. 70–74 et ms. 580, p. 248–49.
  44. Albert B.Lord, Le chanteur de contes (Cambridge, Mass., 1960), montre comment les rythmes de la poésie et de la musique contribuent aux prouesses extraordinaires de la mémorisation de poèmes épiques.

Dieux et déesses serpents : 19 divinités serpents du monde entier

Corps of Discovery : Chronologie et itinéraire de l'expédition Lewis et Clark

L'expédition Lewis et Clark est partie avec leur Corps of Discovery et sans chronologie définie sur un itinéraire de sentier inconnu dans une terre inexplorée. C'est leur histoire.

Athènes contre Sparte : l'histoire de la guerre du Péloponnèse

La guerre du Péloponnèse était une ancienne guerre grecque menée de 431 à 404 avant notre ère par la Ligue de Délos dirigée par Athènes contre la Ligue du Péloponnèse dirigée par Sparte.

Les satrapes de l'ancienne Perse : une histoire complète

L'Empire perse a dominé une grande partie de l'ère antique en utilisant des satrapes. Apprenez ce qu'ils étaient et comment les Perses les ont utilisés pour construire un empire.

Bataille de la mer de Corail

La bataille de la mer de Corail a marqué le moment où la Seconde Guerre mondiale est véritablement devenue une guerre mondiale. Obtenez les dates complètes, la chronologie et la répartition des événements.