Les neuf muses grecques : déesses de l'inspiration

Les muses : déesses des arts et proclamatrices de héros .

Eh bien, c'est du moins ce que le film Disney de 1997, Hercule , qui vous fait penser. Et honnêtement, ils sont jolis sur le nez avec celui-ci.

Au-delà des imprécisions du film d'animation, il y a quelque chose à dire sur le rôle joué par les Muses. Dans la mythologie grecque, les neuf Muses sont des déesses mineures de l'art, de la littérature et des sciences. Ils alimentent l'inspiration créative d'un individu, étant ceux qui ont inspiré d'innombrables artistes, scientifiques, poètes et écrivains à travers les siècles.



Table des matières

Quelles sont les 9 muses et que représentent-elles ?

Les neuf Muses sont des personnifications grecques antiques des arts et de la connaissance. On pense que sans eux, il y aurait un manque évident de création et de découverte faite par l'humanité. En fin de compte, ce sont les Muses qui ont permis l'inspiration.

Aucune autre divinité n'était capable de provoquer de telles avancées créatives. Après tout, il y a une raison pour laquelle pas un seul morceau de poésie grecque n'a renoncé au moins à une mention honorable de l'une des neuf Muses, sinon plus.

Bref, c'est grâce à ces nombreuses déesses que l'humanité n'a cessé de découvrir et de créer. Qu'un musicien écrive une nouvelle chanson à succès, qu'un astronome formule une nouvelle théorie liée aux étoiles ou qu'un artiste commence son prochain chef-d'œuvre, nous pouvons remercier les Muses pour les accès d'inspiration.

Avec leur bénédiction, les neuf filles inspirantes de Zeus a fait des légendes des hommes ordinaires en leur accordant des dons incroyables de chant, de danse, d'intelligence, de curiosité et de prouesses lyriques.

Qui sont les muses ?

Les Muses sont filles de Zeus et Mnémosyne , né au pied du mont Olympe dans une région appelée Piérie. En conséquence, les neuf sœurs sont souvent appelées les muses pieriennes. Dans des interprétations moins connues des Muses, leur mère est plutôt enregistrée comme étant Harmonia, la fille d'Aphrodite et Arès , la Dieu de la guerre .

Au début, on pensait que les Muses résidaient sur le mont Olympe, près de leur lieu de naissance, bien que la progression du temps les situe plutôt comme résidant dans leur centre de culte au mont Helicon, ou sur le mont Parnasse - un endroit cher au dieu Apollon. .

LIRE LA SUITE: Les douze dieux de l'Olympe

Le poète Hésiode a attesté qu'il y avait neuf Muses et, bien que cela soit devenu la norme, il y avait en fait une grande variété de Muses dans les temps anciens. Les changements apportés aux Muses étaient régionaux, provoquant un changement complet à la fois du nom et du nombre de Muses.

Par exemple, certains endroits n'adoraient que trois muses, comme en Béotie, tandis que d'autres ne reconnaissaient que cinq muses. Les noms des Muses alternatives incluent Nete, Mese et Hypate - alternativement Cephisso, Apollonis et Borysthenis - à Delphes, et les quatre Muses Aoide, Arche, Melete et Thelxinoe.

Les muses sont-elles des nymphes aquatiques ?

Dans certains enregistrements de la mythologie grecque, les Muses sont plutôt des nymphes de l'eau qui ont jailli de sources formées par le martèlement des puissants sabots de Pégase plutôt que les neuf filles nées de l'union de Zeus et de Mnémosyne.

Dans cette itération, Pegasus a créé par inadvertance un certain nombre de ressorts lorsque ses sabots ont heurté le sol rocheux. La plupart du temps, les ressorts connectés à ce mythe particulier sont simplement appelés Hippocrène , signifiant Horse Spring.

Selon la légende, quatre d'entre eux étaient des sources sur le mont Helicon en Béotie. Les neuf Muses ont émergé des sources et ont élu domicile sur la montagne en conséquence.

Leurs origines des sources créées par le coursier ailé leur ont valu le nom collectif pégasides.

La muse Calliope

Étant l'aînée des Muses, Calliope est peut-être l'une des plus familières des neuf familières. Elle est connue comme la muse de la poésie épique et distinguée à juste titre comme la chef de toutes les muses par les goûts d'Hésiode. De plus, son nom signifie littéralement belle voix, étant composé des mots grecs insensible (beauté) et opérations (voix).

De plus, Calliope est l'amant supposé de Apollon et la mère du barde influent Orphée. Par le biais du poète grec Apollonios dans son épopée, Argonautique , Calliope était mariée au roi thrace, Oeagrus, dont était le vrai père d'Orphée. Elle est également la mère du musicien magistral, Linus, qui serait également le fils de diverses autres Muses, comme sa sœur cadette, la Muse Clio.

Dans la plupart des représentations de Calliope, on montre qu'elle tient une tablette d'écriture près de sa poitrine. Si ce n'est pas une tablette d'écriture, alors elle porte un parchemin ou un livre. Pour montrer son statut très respecté, Calliope est également souvent montrée portant un diadème.

Selon la légende populaire, c'est la Muse Calliope que le poète grec Homère a recherchée lors de l'écriture de ses épopées, Iliade et Odyssée.

La Muse Clio

Muse de l'histoire, Clio est connue sous le nom de Proclaimer. Elle enregistre des actes héroïques et célèbre des réalisations historiques. Son nom vient du mot grec, cléos , qui signifie gloire.

Même si elle n'est pas aussi affirmée que Calliope dans les mythes, Clio est considérée comme l'une des mères spéculées de la belle spartiate jeunesse, Hyacinthus, un amoureux d'Apollon pour qui la fleur de jacinthe a été nommée après sa mort. De plus, dans des variantes moins connues du mythe d'Adonis, c'était la muse de l'histoire qui avait abattu Adonis après avoir été lésé par la déesse Aphrodite.

Dans l'art, Clio est souvent vue avec une trompette dans la main gauche ou avec un rouleau. Alors qu'une trompette souligne sûrement son rôle de héraut, le rouleau capture plutôt sa position de chroniqueur divin d'Olympe.

La Muse Erato

Erato : la Muse de la poésie lyrique, de la poésie érotique, du mimétisme et de la poésie amoureuse. Son nom signifie adorable, et on ne peut s'empêcher de remarquer les similitudes entre la Muse et le dieu du désir, Eros. À son apogée, cette muse de la poésie lyrique était la déesse incontournable des amants malheureux et des écrivains romantiques.

Un excellent exemple de l'influence d'Erato provient d'un poème oublié depuis longtemps sur les amants maudits, Rhadine . Une histoire qui fait écho à celle de Shakespeare Roméo et Juliette , les deux personnages centraux de Rhadine et Leontichus ont finalement été tués par le fiancé rancunier de Rhadine et ont finalement été enterrés ensemble sur l'île de Samos.

De même, la déesse est fait allusion dans Argonautique , quand Apollonios spécule sur la stabilité de la relation entre les personnages de Jason et son amoureuse, Médée.

Cela peut vous amener à vous demander : qu'en est-il d'Aphrodite ? N'est-ce pas son département ?

Eh bien, bien sûr, Aphrodite possédait peut-être le domaine de l'amour et de la beauté, mais en ce qui concerne les arts et les littératures, c'était le territoire de la Muse.

Le plus souvent, la Muse Erato est vue coiffée d'une couronne de myrte et tenant une lyre, instrument considéré comme l'un des symboles d'Apollon. À la Renaissance, les symboles d'Erato ont été confondus avec ceux qui auraient été traditionnellement conservés pour Aphrodite .

La Muse Euterpe

Euterpe est la muse inimitable de la musique et de la poésie lyrique. On pense qu'Euterpe a développé une grande variété d'instruments de musique, y compris la double flûte connue sous le nom de salles de classe . Alors que son influence couvre un large éventail de faiseurs de bruit, Euterpe elle-même s'est spécialisée dans les instruments à vent.

Encore une fois, Euterpe n'est pas aussi fréquemment mentionné dans les mythes connus. Cependant, Bibliothèque , une collection de mythes et légendes grecs, identifie Euterpe comme la mère de Rhésus, l'un des nombreux rois thraces.

Rhésus a été mentionné dans Iliade en tant qu'allié des Troyens. Il n'arriva pas à temps, affronta ses propres batailles dans sa maison de Thrace, et passa indemne de la désastreuse guerre de Troie.

En ce qui concerne l'apparence, la fresque Moregine de la déesse achevée entre 54 et 68 de notre ère dans les ruines de Pompéi représente la muse de la poésie lyrique dans une robe de bleu et d'or, elle tient une flûte et porte une couronne de feuilles de laurier. De même, une mosaïque de ses restes de Rome du IIe siècle de notre ère où elle est flanquée de flûtes.

La Muse Melpomène

Avec un nom qui signifie chanter, Melpomène est devenue la muse du chœur et de la tragédie. Nous pouvons remercier Melpomene pour la moitié du masque tragique du symbole emblématique des masques de théâtre, l'autre moitié appartenant à sa sœur, la Muse Thalia.

Melpomene se trouve être l'une des Muses qui sont supposées être les mères des Sirènes, de monstrueuses nymphes marines à moitié oiseaux qui ont attiré les marins vers leur mort avec leur musique hypnotisante.

Dans diverses images, le Melpomene porte une couronne de laurier ou de vigne, cette dernière ayant l'intention de suggérer des images de Dionysos , qui était lui-même le dieu du théâtre. D'un autre côté, Melpomene porterait un ensemble d'acteur tragique, y compris la chaussure à talons hauts connue sous le nom de chaussure , et une robe à manches longues à motifs. Elle tiendrait également un masque tragique dans sa main droite et l'accessoire d'un héros tragique dans sa main gauche. Ces accessoires seraient généralement une épée, une massue ou un couteau.

Des interprétations antérieures de Melpomene, avant le développement de Muses dans la supervision de domaines spécifiques des arts au cours de la Période hellénistique , a été attribuée au fait de jouer de la lyre.

La Muse Polymnie

Polymnia est la muse de la poésie sacrée, des hymnes religieux et de la danse. Son nom provient de la combinaison du mot grec poly (beaucoup), avec le mot hymne (éloge), ce qui signifie que son nom signifie l'une des nombreuses louanges.

Outre Calliope, elle fait partie des Muses qui pourraient être la mère d'Orphée, selon la source exacte. De même, Polyhymnia est peut-être la mère de Triptolème, une figure trouvée dans les mystères éleusiniens pratiqués par le culte de Déméter . D'autres mythes établissent la déesse comme virginale, suggérant son rôle important dans le culte religieux.

En attendant, la plupart des représentations de Polymnia la montrent voilée et vêtue modestement, avec une expression contemplative. Contrairement à ses sœurs, la déesse n'apparaît pas souvent joviale, abandonnant le sourire pour une façade plus sereine.

La muse Terpsichore

Muse du chant et de la danse chorale, Terpsichore est à l'honneur dans le ballet d'Igor Stravinsky, Apollon Musagette . Son nom se traduit à peu près par Delightful Dancing.

Bien qu'elle soit l'une des Muses les plus connues, Terpsichore manque toujours de mythes majeurs. On pense principalement qu'elle est l'une des mères divines possibles des sirènes, née d'une relation avec le dieu de la mer Achelous. De même, elle pourrait être la mère du musicien Linus.

Dans les œuvres d'art, Terpsichore est principalement représenté dansant ou assis et jouant de la lyre bien-aimée des Muses. Dans une statue de la Villa d'Hadrien, Terpsichore a la lyre cachée sous son bras et une couronne de plumes dans ses cheveux tirés en arrière.

La muse Thalia

Thalia est surtout connue comme la muse de la comédie, du soulagement comique et de la poésie idyllique. Aux côtés de sa sœur, la Muse Melpomene, les filles constituent le symbole le plus emblématique du théâtre moderne des masques joints de la tragédie et de la comédie.

Thalie a légèrement plus d'influence dans la mythologie, ayant été la mère supposée des Corybantes de son partenariat avec Apollon, qu'elle a courtisé pendant la jeunesse d'Orphée.

Les Corybantes étaient de fiers adorateurs qui exaltaient la déesse mère phrygienne, Cybèle, connue pour le chahut qu'ils faisaient pendant le culte. Notamment blindés, brandissant des lances, des boucliers et des tambours, les Corybantes d'origine sont les danseurs qui ont étouffé les cris de l'enfant Zeus.

On montre qu'elle tient le masque comique et - selon la représentation - elle tient également une trompette ou une houlette de berger. L'escroc était un symbole de son règne sur la poésie pastorale, où échapper à l'agitation de la vie quotidienne pour s'échapper dans un style de vie plus idyllique et simple était admiré.

La Muse Uranie

Urania est la muse de l'astronomie - plus tard, la muse de la poésie chrétienne une fois que le christianisme s'est répandu. Son nom seul invoquait les cieux, lui prêtant une influence sur le domaine de l'astronomie.

Selon la légende, la déesse prévoyait l'avenir en devinant les étoiles, s'ajoutant à la longue liste des divinités prophétiques grecques. On dit parfois qu'elle est l'aînée des muses, remplaçant Calliope dans le rôle. De même, avec sa connaissance des corps célestes, Urania était considérée comme la plus puissante des ennéades.

Au fil du temps, Uranie est devenue la muse qui a guidé les poètes chrétiens de la Renaissance.

De nombreuses images d'Uranie la montrent tenant un globe céleste et portant des robes de différentes nuances de bleu. Le globe lui-même aurait été construit par Thalès de Milet et il montrait plus que tout le placement supposé des étoiles, l'instrument fonctionnait pour mettre en évidence l'expertise de la déesse.

Par contre, des interprétations modernes de la déesse apparaissent sur le sceau de l'U.S. Naval Observatory (USNO) et de la Royal Astronomical Society of Canada (RASC).

Les 3 muses originales

Tout le monde connaît les neuf filles de Zeus et de Mnemosyne, bien qu'avant la vénération des neuf, il n'y ait eu que trois Muses. Les premiers récits proviennent de Béotie, où les revendications de trois muses - Aoide (chant), Melete (pratique) et Mneme (mémoire) - ont vu le jour. Dans la Grèce antique, le trio est connu sous le nom de Muses béotiennes, les spécifiant à cette région.

En Béotie, les trois muses béotiennes étaient vénérées sur la plus grande montagne de la région : le mont Helicon.

Bien qu'il existe d'innombrables mythes et légendes cruciaux qui se déroulent en Béotie (en particulier sa plus grande ville, Thèbes), les plus notables sont les mythes de Dionysos, Héraclès et le massacre de Niobid.

Quel est le lien entre Apollon et les Muses ?

Demandez à n'importe quel grec ancien et il vous dira : il n'y a pas de musique sans Apollon.

Le gars joue littéralement de la lyre et supervise les domaines de la musique, de la poésie et de l'art. Il est certainement l'un des dieux les plus populaires et les poètes aimaient chanter ses louanges.

Bien qu'il y ait eu de nombreux hymnes produits en son nom, c'est dans l'hymne homérique, L'Apollon Pythique qui se démarque, car il représente Apollon faisant sa marque sur la Maison de Zeus avec l'entourage des Muses, jouant de sa lyre assez bien pour provoquer les dieux actuels à danser jovialement : il fonce de la terre à l'Olympe, à la maison de Zeus, pour rejoindre le rassemblement des autres dieux : alors aussitôt les dieux immortels ne pensent qu'à la lyre et au chant, et toutes les Muses ensemble, voix douce répondant voix, hymne aux dons sans fin dont jouissent les dieux et aux souffrances des hommes...

Explorons donc l'identité de Apollon à Mousegetes , ou Apollon, chef des Muses. Il est indéniablement proche de l'ennéad - en dehors de peut-être avoir des enfants avec deux muses, sortir avec le fils d'une autre et courtiser Thalia, la muse de la comédie - comme on le voit travailler avec elles à plusieurs reprises.

Cela dit, la relation d'Apollon avec les Muses s'apparente à celle entre Artémis et sa suite, ou d'Aphrodite et de sa suite. Les déesses de l'inspiration sont simplement des membres de son entourage personnel, rarement découvertes en dehors de la compagnie les unes des autres. En effet, même dans l'hymne orphique à Apollon cite le dieu comme étant le chef des Mousai.

De plus, la relation entre Apollon et les neuf Muses est examinée à la fois dans les arts et au théâtre. Apollon et les muses de John Singer Sargent illustre cette relation unique que le dieu de la lumière entretenait avec les neuf muses. Pendant ce temps, les fresques de Moregine dans le 'Une salle à manger du Grand Gymnase montre le dieu aux côtés des Muses.

Pendant ce temps au théâtre, Igor Stravinsky compose un ballet de 1927 intitulé Apollon Musagette qui comprenait les trois Muses, Calliope, Polyhymnia et Terpsichore.

Comment les Muses étaient-elles vénérées ?

Les Muses étaient vénérées dans le monde grec, avec d'importants temples et sanctuaires établis dans toute la Méditerranée. Les liens étroits d'Apollon avec les Muses en tant que chef ont conduit les neuf filles de Zeus à être invoquées par le culte d'Apollon lors de certains rituels et rites, et vénérées régulièrement.

De plus, les Muses avaient des temples remarquables en Béotie et en Piérie, qui sont tous deux des endroits où les déesses sont censées résider régulièrement. L'un des sanctuaires dédiés aux Muses près du Mont Helicon est appelé la Vallée des Muses et la Sanctuaire des Muses à Thespiai ici, des festivals auraient lieu chaque année pour honorer les Muses.

Pendant les festivals, des dédicaces seraient apportées pour honorer les Muses, y compris l'art et d'autres artefacts uniques ou spectaculaires par ceux qui recherchent la faveur. Bien sûr, il y aurait également des représentations théâtrales, de la musique et des occasions de danser lors des festivals.

D'autres preuves de temples construits pour honorer les filles du puissant Zeus peuvent être trouvées dans les ruines romaines d'Héliopolis, de Baalbek au Liban moderne et sur la Colline des Muses à Athènes.

Hésiode et les Muses

Hésiode : nous le connaissons, nous l'aimons, nous savons qu'il a écrit beaucoup .

Né à Cyme, Hésiode était un ancien philosophe grec, poète et fermier à temps partiel. Il a écrit les poèmes trop familiers Théogonie et Travaux et jours pendant sa vie et son travail ont contribué aux coutumes religieuses, à l'astronomie et à l'économie après sa mort.

Quoi qu'il en soit, qu'en est-il d'Hésiode et des Muses ? Sont-ils comme… des besties, ou quoi ?

Eh bien, en quelque sorte, pas vraiment. Bien que certainement ne pas on casual Retrouvons-nous pour un brunch ! termes, les Muses a fait donner à Hésiode leur sceau d'approbation.

Dans le conte, Hésiode a affirmé avoir rencontré les neuf déesses aux multiples talents de Béotie alors qu'il gardait des moutons près du mont Helicon. Il était allé en Béotie qui, selon sa pièce Travaux et jours , était un lieu maudit, cruel en hiver, dur en été, jamais agréable, pour rendre visite à son père vieillissant.

Sur la base du récit d'Hésiode, les Muses lui ont présenté un bâton de laurier, qui a établi l'homme comme celui qui a exercé l'autorité et la maîtrise poétiques. C'est après cette interaction divine qu'Hésiode s'est senti inspiré pour écrire son œuvre la plus célèbre, Théogonie , abandonnant ainsi sa vie de fils de maigre marchand au profit d'une vie pleine de poésie et d'aventures créatives de toute une vie.

Où apparaissent les muses dans la mythologie grecque ?

Les Muses sont généralement les personnages secondaires des mythes des autresDieux grecs, déesses, et héros. Naturellement, ils sont présentés à titre honorifique dans leurs propres genres respectifs de poésie, de musique, d'art et, en danse, leurs noms sont invoqués comme une bénédiction ou une demande, certains créatifs posant même des questions aux Muses.

Cependant, les preuves des déesses inspirantes ayant des rôles importants dans les mythes sont rares.

Vous trouverez ci-dessous deux des mythes les plus connus dans lesquels les filles de Zeus jouent des rôles clés, ayant une influence directe sur les événements qui se déroulent.

Le mythe d'Orphée

Oh, par où commencer avec Orphée ?

Le légendaire barde thrace a été en enfer et est revenu (sérieusement), défendu le Sirènes en chanson, a parcouru le monde avec Jason et les Argonautes, et a finalement été assassiné sans cérémonie par des adorateurs frénétiques de Dionysos dans les bois.

Des trucs fous.

Quoi qu'il en soit, d'en haut, on disait qu'Orphée était le fils de la muse de la poésie épique, Calliope, ce qui expliquerait sa belle voix et ses inclinations poétiques, et le dieu Apollon.

Tu parles d'un couple puissant !

Bien sûr, comme avec de nombreux Figures de la mythologie grecque, la filiation d'Orphée a également été débattue parmi les historiens classiques et les théologiens. En particulier, sinon Apollon, alors le roi thrace Oeagrus serait nommé le père d'Orphée. Quoi qu'il en soit, il a été dit qu'Apollon avait donné à un jeune Orphée sa toute première lyre, que le garçon maîtrisait avec facilité et même perfectionné de Hermès ' dessin original.

Généralement, c'est la paternité d'Orphée qui est la plus grande disparité familiale en dehors des rares sources répertoriant la mère d'Orphée comme la muse des hymnes, Polyhymnia.

Pour résumer, à un moment donné de sa vie, le barde toujours éloquent finit par rejoindre Jason dans sa quête à la recherche de la légendaire toison d'or et finit par sauver tout le groupe d'aventuriers du chant des sirènes en jouant de la musique plus forte et plus épique pour noyer les leurs. À son retour du voyage, il épousa la nymphe Eurydice et plongea courageusement dans le monde souterrain après sa mort prématurée pour la récupérer - malgré les négociations avec le roi Hadès, il ne réussit pas à ramener Eurydice à la maison.

Au fil du temps, Orphée a choisi de n'adorer qu'Apollon. Après la perte d'Eurydice, il est devenu désillusionné par les autres divinités. Il fut bientôt confronté à des ménades furieuses pour son refus d'adorer Dionysos, le conduisant à être déchiré et jeté à la mer.

Après la mort d'Orphée, son corps a été recueilli puis enterré par les Muses à Pieria.

La folie de Thamyris

Thamyris était un chanteur thrace, dont le rôle dans la mythologie grecque a varié selon les sources. Il était fréquemment dépeint comme l'un des amants de Hyacinthus, fils de Clio, et comme un challenger arrogant des neuf Muses.

L'événement est référencé dans le livre 2 du poème épique homérique, Iliade : il s'est vanté avec vantardise qu'il vaincrait, si les Muses elles-mêmes chantaient contre lui, les filles de Zeus qui portent l'égide, mais elles dans leur colère l'ont mutilé, et lui ont enlevé son chant merveilleux, et lui ont fait oublier son ménestrel.

D'autres versions de la légende précisaient qu'Apollon, dans sa jalousie pour les affections de Hyacinthus, informait les Muses du manque de respect de Thamyris ou, au contraire, que Thamyris désirait les cadeaux des Muses et s'il gagnait, alors il profiterait de leurs faveurs. .

En guise de punition pour son arrogance, Thamyris est traditionnellement cité pour être rendu aveugle, fou, complètement dépouillé de sa maîtrise musicale, ou les trois. Pendant ce temps, la disparition de Thamyris semble être un contraste avec une légende mentionnée plus tard. Odyssée , le ménestrel aveugle, Demodocus, qui a reçu le don de chanter par une Muse sans nom.

Contrairement à Thamyris, Démodocus était adoré, étant décrit comme celui que la Muse aimait par-dessus tout, bien qu'elle ait mélangé le bien et le mal dans ses dons, lui privant de ses yeux mais lui accordant le don d'une douce chanson.

Les Muses dans la Rome antique

Le culte des Muses ne s'est pas arrêté en Grèce. En effet, comme pour de nombreuses divinités du panthéon grec, l'occupation romaine a conduit à l'adaptation des dieux aux Lentille religieuse romaine . Contrairement aux dieux supplémentaires intégrés depuis les confins de l'Empire romain, les Muses et ce qu'elles représentaient sont restés largement intacts au début. Ce n'est que plus tard que les neuf Muses sont devenues vaguement liées à la romaine. Poêles , ou les quatre déesses prophétiques liées aux puits, aux fontaines et à l'accouchement. Chacun s'appelait respectivement Carmentis, Aegeria, Porrima et Postvorta, Carmentis étant le chef du quatuor. Tout comme avec les Muses de la mythologie grecque, leDéesses romainessont considérés comme des nymphes de l'eau.

Dans le monde romain, les Muses étaient un sujet populaire d'un certain nombre d'œuvres d'art. Leur ressemblance a été capturée dans les statues de la Villa d'Hadrien, construite en 120 CE dans le Tivoli moderne pour l'empereur Hadrien (76-138 CE). C'est là dans les années 1500 que les statues de huit des neuf Muses ont été déterrées. Les formes assises décoraient probablement la scène d'un petit théâtre sur le terrain de la villa.

De même, une œuvre d'art en marbre blanc connue sous le nom de Sarcophage des Muses a été achevé en 180-200 CE à Rome. Les neuf muses sont montrées en compagnie d'Athéna et d'Apollon, qui étaient supposés être leurs mécènes.

Qui était Grigori Raspoutine ? L'histoire du moine fou qui a esquivé la mort

Grigori Raspoutine, Le « Moine Fou », était plus un mythe qu'un homme. Lisez l'histoire complète et choquante de sa vie et les rumeurs salaces entourant son voyage.

Dieux de l'eau et dieux de la mer du monde entier

L'eau est essentielle à la vie, c'est pourquoi tant de cultures ont créé leurs propres dieux de l'eau et de la mer. Apprenez qui ils sont et lisez leurs histoires.

La Perse antique : de l'empire achéménide à l'histoire de l'Iran

L'ancien empire perse s'est épanoui de l'empire achéménide au deuxième plus grand empire du monde jusqu'à l'Iran moderne. Découvrez toute l'histoire ici.

Le compromis de 1850 : la dernière tentative américaine de faire semblant d'être esclavagiste est OK

Le compromis de 1850 était la dernière tentative de l'Amérique de prétendre que l'esclavage n'était pas un problème avant que tout n'explose dans la guerre civile américaine. Lisez-le maintenant.

Athènes contre Sparte : l'histoire de la guerre du Péloponnèse

La guerre du Péloponnèse était une ancienne guerre grecque menée de 431 à 404 avant notre ère par la Ligue de Délos dirigée par Athènes contre la Ligue du Péloponnèse dirigée par Sparte.