La chute de Rome

Constantin II, Constance II et Constans

Flavius ​​Claudius Constantin

Né en février après JC ca. 317. Consul AD 320, 321, 324. Est devenu empereur de Rome en AD 337. Mort près d'Aquilée, AD 340.

Lire la suite :Constantin II

Flavius ​​Jules Constance

Né en août 317 après JC. Devenu empereur en 337 après JC. Mort à Mopsucrène en Cilicie, en 361 après JC.



Lire la suite :Constance II

Flavius ​​​​Jules Constantus

Né en 320 après JC. Devenu empereur en 337 après JC. Mort en Gaule, sur le chemin de la frontière espagnole, janvier 350 après JC.

À la mort de Constantin à Nicomédie en 337 après JC, trois fils et deux de ses neveux étaient destinés par le défunt empereur à lui succéder. Bien que deux de ces fils soient absents de Nicomédie. Avec l'assentiment du troisième, Constance, les autres membres de la famille impériale, à l'exception de deux jeunes cousins, furent massacrés par les soldats.

L'empire fut ensuite par accord partagé entre les trois fils. Constantin prenant l'ouest,Constantle centre et Constance l'est. L'aîné des trois nouveaux empereurs avait vingt et un ans leurs deux cousins, Gallus et Julian, les neveux du grand Constantin , étaient en 337 après JC âgés respectivement de douze et six ans.

Dès le début, Constance était très occupé à faire face aux activités du roi perse Sapor II. Constance fut-il absorbé par la querelle avec le Perse Sapor II au sujet de l'Arménie, alors le véritable siège de la lutte fut bientôt en Mésopotamie, où la guerre fit rage pendant quelques années sans aucun résultat décisif.

Les deux camps appelèrent à l'action des cavaliers arabes, qui attaquèrent et semèrent le chaos partout dans le monde. Neuf batailles rangées furent livrées, dans lesquelles, de l'aveu des historiens romains, l'avantage revenait généralement aux Perses. Constance lui-même était présent deux fois, mais il est prudent de supposer que ses officiers, et non lui, étaient responsables de la direction militaire.

Pendant ce temps, les frères de Constance, Constantin et Constans, se disputaient puis se battaient pour la possession de l'Illyrie. L'aîné, Constantin, a été tué dans une embuscade près d'Aquilée (340 après JC), et le plus jeune, Constans, a été reconnu dans tout le dominion occidental.

Mais Constans se conduit désormais en tyran irresponsable. Les loyautés ont rapidement diminué et lorsque Magnence a été acclamé par les légions alors que l'empereur était parti chasser, Constans ne pouvait que fuir pour sauver sa vie, seulement pour être rattrapé et tué sur la côte espagnole.

Plus grand

Flavius ​​​​Magnus Magnence

Né en février après JC ca. 303. Devient empereur le 18 janvier 350 après JC. Mort à Lugdunum (Lyon), 353 après JC.

Si Plus grand en l'an 350 apr. J.-C. fut reconnu immédiatement dans les préfectures de Gaule et d'Italie, puis en Illyrie un autre général Vetranio fut érigé en empereur.

A l'est, Constance s'entretenait encore avec Sapor II. Hélas le roi de Perse fut appelé à régler d'autres problèmes à l'est de la Perse, lorsque la nouvelle parvint à Constance de la mort de Constans et de la mise en place de deux nouveaux empereurs à l'ouest.

Sapor II et Constance quittèrent la Mésopotamie, laissant derrière eux un no man's land dévasté. Pendant ce temps, les deux nouveaux empereurs se hâtèrent de s'entendre et d'offrir leur égale amitié au fils survivant de Constantin à l'est. Mais pour Constance la réconciliation avec le meurtrier de son frère Magnence était impossible.

Bien plus convainquit Vetranio comme son allié et partit en guerre contre Magnence, le battant lors de l'épuisante bataille de Mursa en Pannonie où 50 000 des meilleures troupes des armées impériales furent tuées. Bien que Magnence lui-même ne soit pas mort, il a cherché à continuer la guerre, mais ses troupes l'ont progressivement abandonné.

Au moment où ceux qui restaient étaient prêts à le livrer à l'ennemi, ne serait-ce que pour s'épargner, il choisit le suicide. Si Constance avait laissé son cousin Gallus en charge de gouverner l'Est, ce n'était que pour apprendre que Gallus était un tyran irresponsable et prévoyait déjà une trahison. Gallus a été convoqué en Pannonie où il a rencontré l'épée d'un bourreau en 354 après JC.

À l'exception de Constance lui-même, le seul descendant mâle survivant de Constantin le Grand était Julien, le frère cadet de Gallus. Julian a vécu à Athènes en se consacrant à des études littéraires et philosophiques. Il n'avait aucune expérience pratique de la règle et n'en recherchait aucune. Pourtant, contre son gré, Julien fut élevé par Constance à César avec la souveraineté sur l'Europe transalpine.

Le fait que l'empire était trop grand pour être géré sans vice-rois faisait une fois de plus ses preuves d'autant plus que le roi perse Sapor II, après avoir réglé ses problèmes à l'est de la Perse, était désormais de retour aux frontières romaines pour renouveler ses ambitions.

Les barbares, d'ailleurs, pullulaient de nouveau sur le haut Danube.
Constance s'occupe du problème barbare tandis que ses lieutenants s'occupent de Sapor en Mésopotamie.

Bien que l'armée perse ait été largement supérieure en nombre, elle s'est finalement épuisée dans plusieurs vaines tentatives pour conquérir la ville fortifiée obstinément défendue d'Amidia. Hélas, leur nombre a diminué et, bien que la guerre ait continué, la grande menace qui pesait sur l'empire oriental a été évitée.

Pendant ce temps, le réticent Julien se révélait un vaillant homme d'action en Gaule et à la frontière gauloise. Un homme fort était certainement nécessaire en Gaule car, dans la guerre civile, Magnence avait appelé à son aide des armées de Francs et d'Alamans, qui assumèrent rapidement le rôle non d'auxiliaires mais de conquérants.

Malgré son inexpérience et ses prédilections académiques, Julian s'est montré à la hauteur de l'urgence, remportant des batailles contre vents et marées avec une vaillance personnelle distinguée et rétablissant la loi et l'ordre dans les quartiers dévastés.

Jusqu'à ce que la réputation qu'il gagnait n'éveille la jalousie de Constance, dont le propre crédit n'était en rien rehaussé par ses opérations en Orient, ni comme soldat ni comme souverain.

La jalousie s'est rapidement transformée en suspicion et probablement en desseins secrets contre la vie du jeune homme. Constance ordonna l'envoi immédiat des meilleures légions de Julien sur le front mésopotamien. Les légions ont répondu en faisant appel à Julian pour sauver l'empire en assumant la pourpre d'Auguste.

Pendant un certain temps, Julian a résisté loyalement, mais les soldats n'ont accepté aucun refus jusqu'à ce qu'il cède, enfin convaincu que la loyauté envers l'empire était supérieure à la loyauté envers l'empereur.

Julien l'Apostat

Flavius ​​​​Magnus Magnence

Né en 332 après JC àConstantinople. Est devenu empereur en février 360 après JC. Mort en Mésopotamie, le 26 juin 363 après JC.

Bien que Julien ait professé n'exiger que sa propre reconnaissance en tant qu'Auguste occidental, Constance a naturellement refusé de le considérer comme autre chose qu'un rebelle. Lorsque cela a été clairement expliqué à Julian et à ses légions, il ne restait plus d'autre alternative que la guerre civile.

Et tout d'un coup Julien, avec pas plus de trois mille hommes, disparut dans les forêts et les montagnes du sud de l'Allemagne pour réapparaître sur le bas Danube. Constance, revenant de sa campagne peu glorieuse en Orient, tomba malade en Cilicie et mourut en 361 après JC.

Il n'y a pas eu de guerre civile.

Julien l'Apostat traversé en Asie, son titre d'Auguste incontesté, et n'est jamais revenu en Europe. Julien n'a pas régné plus de deux ans. Il porte le nom d'« apostat » parce qu'il a renoncé au christianisme de ses premières années et s'est proclamé le champion des dieux antiques.

Cependant, si Julien a réfuté le christianisme, sa méthode de suppression de la religion qu'il a rejetée n'était pas celle de la persécution au sens ordinaire. Il n'allait pas plus loin que d'exclure l'enseignement chrétien et les enseignants des écoles.

Pendant le reste de son règne, Julien resta occupé par la guerre de Perse. Une campagne victorieuse dans laquelle il pénétra au-delà du Tigre se termina par un désastre. L'armée, avançant sous la direction de guides imprudemment fiables, fut entraînée dans un piège.

Il était presque submergé par les myriades d'ennemis dont il se trouvait entouré. Pourtant, la bravoure et l'habileté ont brisé chaque assaut. Mais dans la poursuite qui suivit le dernier refoulement, Julien fut blessé d'un coup de javelot et ramené àcamp, seulement pour mourir. (363 ap. J.-C.)

jovien

Flavius ​​Jovianus

Né en 330 après JC à Singidunum. Est devenu empereur en juin 363 après JC. Mort à Dadastana, hiver 363/4 après JC.

Il n'y avait aucun descendant masculin survivant de la maison impériale et Julian n'avait nommé aucun successeur. L'armée a choisi un vieux soldat, Jovian, qui a vécu assez longtemps pour rafistoler la paix avec la Perse et se retirer. Mais six mois après son avènement Jovian mourut.

Lire la suite: La maison romaine

Valentinien et Valens

Flavius ​​Valentinien

Né en 321 après JC à Cibalae, Pannonie. Est devenu empereur au début de l'an 364. Épouses : (1) Marina Severa (un fils Flavius ​​Gratien ) (2) Justina (un fils de Flavius ​​​​Valentinianus). Décédé à Brigitia le long du Danube, le 17 novembre 375.

Flavius ​​Julius Valens

Né en ap. J.-C. ca. 328 à Cibalae, Pannonie. Est devenu empereur au début de l'an 364. Épouse Albia Domnica (trois enfants). Décédé près d'Hadrianopolis, le 9 août 378.

Encore une fois, le choix appartenait aux soldats. En 364 après J.-C., un barbare de souche pannonienne et d'ascendance commune, mais dont les capacités ont été prouvées, a été élu pour être le nouveau maître de Rome, Valentinien.

Dès son premier acte, le nouvel empereur reconnut la nécessité pratique du partage. Aucun homme ne pouvait tenir longtemps entre ses mains avec succès la responsabilité de l'Est et de l'Ouest. Valentinien a choisi pour lui-même son ouest natal et a fait son frère Valens Auguste de l'est. Cette fois, la division était permanente, même si le Empire restait encore nominalement un.

Pendant douze ans, Valentinien a gouverné l'Occident avec vigueur et, en dehors de son impitoyable sauvage envers toute opposition, avec justice et modération.
Valentinien était rigide dans son insistance sur l'égalité de traitement pour toutes les religions, il tenait les frontières gauloises d'une main forte contre l'essaimage des Francs et des Alamans qu'il vainquit dans des campagnes réussies au-delà du Rhin.

C'est lors d'une campagne contre les Quadi sur le haut Danube qu'une de ces explosions de rage incontrôlable qui ont entaché son caractère a causé sa propre perte en provoquant une apoplexie qui l'a tué.

Gratien et Valentinien II

Flavius ​​Gratien

Né en 359 après JC à Sirmium. Est devenu empereur le 17 novembre en 367 après JC. Épouses: (1) Constance (2) Laeta. Décédé à Lugdunum (Lyon), août 383.

Flavius ​​Valentinien

Né en 371 après JC à Treviri. Devenu empereur le 22 novembre en 367 après JC. Mort à Vianna en Gaule, le 15 mai 392 après JC.

A la mort de Valentinien, son fils aîné Gratien est aussitôt reconnu comme son successeur. La mère de Gratien avait été écartée par Valentinien au profit d'une femme qui lui donna un autre fils,Valentinien II, que Gratien nomma aussitôt co-empereur.

Si depuis Constantin les empereurs chrétiens avaient toujours pu accepter plusieurs religions au sein de leur empire, Gratien fut le premier à ne pas pouvoir tolérer cela.

Si au fil du temps des privilèges avaient été accordés à l'église, les privilèges de la religion d'État étaient toujours restés. Ces derniers étaient maintenant retirés. En conséquence, les non-chrétiens commençaient à devenir rétifs, tandis que l'église chrétienne devenait de plus en plus intolérante envers les autres.

Pendant ce temps à l'est régnait encore Valens. Sa nomination comme empereur d'Orient s'est avérée être la plus grave erreur de jugement que Valentinien ait jamais commise. Les pires défauts de Valens étaient la faiblesse et l'indécision, pas la brutalité. Et c'est à ces faiblesses que le roi Sapor II, dans sa vieillesse, a finalement pu établir une maîtrise complète quoique détestée sur l'Arménie.

Cependant, le grand désastre du règne de Valens ne s'abattit sur l'empire qu'après la mort de Valentinien. Vers le milieu du siècle, la confédération gothique répandue avait étendu et consolidé ses territoires entre la Baltique au nord et le Danube et la mer Noire au sud, sous la direction d'Hermanaric l'Amal, que toutes les tribus reconnaissaient comme roi.

Mais pendant la même période un nouvel et redoutable ennemi se déversait de la Scythie asiatique dans la Scythie européenne, le flot des terribles Huns.
Maintenant, il s'est abattu sur les Goths. Officiellement au moins, les Goths étaient maintenant amis deRome.

Sous le choc, les Wisigoths ont demandé l'aide de Valens, qui leur a accordé de vastes terres pour s'établir du côté sud de la barrière du Danube. Leurs vastes essaims, seulement en partie désarmés, ont été transportés à travers le fleuve par centaines de milliers, en nombre qui avait été tout à fait sous-estimé.

Les conditions de famine à l'étroit auxquelles ils étaient soumis étaient tout à fait intolérables. De là naquit de l'autre côté des défenses du Danube un nouvel ennemi. Valens avait en effet créé son propre désastre. La guerre fait maintenant rage dans les Balkans, une guerre si critique que Valens fait appel à Gratien pour lui venir en aide.

Mais Gratien n'avait guère moins d'embarras, car les Alamans étaient sur lui. Ce n'est qu'après avoir remporté sur eux une victoire décisive et écrasante qu'il put se déclarer en marche pour effectuer une jonction avec l'armée de l'Est.

Mais Valens n'attendrait pas. Dans le quartier deAndrinopleil se jeta sur les Goths et dans la bataille qui suivit son armée fut anéantie, il périt lui-même, et le triomphe des Goths fut complet (9 août 378).

La bataille d'Andrinoble stoppa l'avancée de Gratien. Aussi énorme que fût le désastre, Andrinople et la grande capitale du Bosphore pouvaient défier les assauts des Goths, qui n'étaient pas des experts en gagner la guerre . Mais pour Gratien, avoir marché sur les Goths aurait signifié risquer un désastre à la fois à l'est et à l'ouest. les Alamans n'avaient été éliminés que pour le moment.

Gratien se hâta de prononcer un nouvel empereur en Orient pour prendre en main le problème gothique. Son choix s'est porté sur Théodose , le fils d'un grand capitaine et serviteur de l'État à qui, dans la première année de Gratien, les intrigues des traîtres avaient amené la peine imméritée de trahison. Le fils, qui avait déjà eu le temps de faire ses preuves, s'était laissé retirer dans la vie privée et était maintenant élevé à la pourpre à l'âge de trente-trois ans.

Théodose et Magnus Maximus

Flavius ​​Théodose

Né en 347 après JC à Cauca en Espagne. Est devenu empereur le 19 janvier en 379 après JC. Épouses : (1) Aelia Flavia Flaccilla (deux filsArcadius Honorius) (2) Galla (une fille Galla Placidia). Décédé à Mediolanum (Milan), janvier 395 après JC.

Grand Maxime

Probablement né à Callaecia, Espagne. Devenu empereur en 383 après JC. Mort en 388 après JC.

Théodose entreprit sa dure tâche avec une habileté et une prudence admirables, mais non sans manque de courage. Hermanaric était tombé avant le début de la guerre des Goths. Le successeur capable qui avait conduit les Goths unis à la victoire mourut et, avec sa mort, leur unité disparut.

Théodose n'a fait aucune tentative ambitieuse pour récupérer la position en jalonnant le sort de l'empire sur une bataille rangée. Il ne risquait pas de grands combats, mais tandis qu'il frappait des coups mineurs contre leurs forces divisées, il encourageait leurs divisions internes.

Sa diplomatie attacha quelques-uns de leurs chefs à l'empire, pour lequel ils avaient une vénération presque superstitieuse. En un peu plus de quatre ans, une paix relativement durable, quoique précaire, s'est établie.

Pendant ce temps, Gratien perdait la haute réputation qu'il avait gagnée. De son courage et de ses vertus privées, il ne pouvait y avoir de doute, mais l'apparence d'une grande capacité était peut-être due à sa soumission précoce à une sage direction. De plus, il a commis l'erreur d'abandonner une grande partie des soucis de l'État pour des amusements, ce qui l'a amené au mépris des soldats.

Théodose avait à peine mis le sceau sur sa propre réputation en 382 après JC par son traité très applaudi avec les Goths, lorsque l'armée en Grande-Bretagne, comme au temps de Carausius, renonça à son allégeance à Gratien et proclama un empereur de son choix. L'Espagnol Maximus a accepté à contrecœur le dangereux honneur.

Lire la suite : Qui était Magnus Maximus ?

En 383 après JC, Maximus traversa la Manche avec une grande force qui appauvrit la garnison de l'île et marcha sur Lutèce (Paris) où résidait Gratien. Les soldats en Gaule ont refusé de bouger. Gratien s'enfuit, mais fut rattrapé à Lyon, où il fut traîtreusement assassiné, mais sans aucune complicité de l'empereur britannique.

L'usurpateur heureux n'avait rien à craindre du garçon Valentinien II – ou plutôt de sa mère Justine – régnant à Milan. Mais il s'empressa d'envoyer une ambassade à Théodose, répudiant et condamnant le meurtre qui avait été si hâtivement commis en son nom, mais justifiant sa propre prise de pourpre et invitant l'alliance amicale de l'empereur d'Orient.

Théodose a peut-être estimé que la pacification qu'il venait d'opérer était trop précaire pour lui permettre de plonger l'empire dans une guerre civile, dont l'issue serait douteuse, bien que la justice et l'honneur exigeaient le châtiment de l'assassin de Gratien.

Il s'est contenté de reconnaître le titre de Maximus dans les Gaules et la Grande-Bretagne comme un troisième Auguste, à condition que la souveraineté de Valentinien II sur l'Italie, l'Afrique et l'Ilyrie occidentale soit incontestée. Et à ces conditions, Maximus a accepté.

Mais l'ambition démesurée de Maxime provoqua sa propre chute. Justina était impopulaire car l'Italie était fanatiquement chrétienne orthodoxe, alors qu'elle était une hérétique arienne. Maximus a saisi cela comme une excuse pour envahir l'Italie. Justina s'enfuit à Théodose avec Valentinien II et sa fille. L'empereur est tombé amoureux de la fille et l'a épousée.

Lire la suite : L'hérésie chrétienne dans la Rome antique

La politique prudente de Théodose a été balayée par les vents, Maximus a été rapidement anéanti et Valentinien II a été restauré dans l'empire de l'ouest, où à la mort de sa mère, il est tombé complètement sous l'influence de la partie orthodoxe (AD 388).

Son règne fut bref bien qu'il sorte à peine de l'enfance. Le commandement suprême en Gaule a été conféré au païen Frank, Arbogast, un capitaine capable qui était resté fidèle à Gratien et avait pris le service avec Théodose au lieu de Maxime. Le Frank cède alors la place à ses propres aspirations. Après une querelle avec Arbogast, Valentinien II se suicida ou fut assassiné, et Arbogast installa à sa place sa propre marionnette, Eugenius en 392 après JC.

En 394 après JC, Théodose se débarrassa de l'usurpateur et divisa la succession à l'est et à l'ouest entre ses propres fils Arcadius (382-408) et Honorius (384-423 après JC). Ce dernier devint immédiatement empereur d'Occident et, à la mort de Théodose en 395 après JC, Arcadius lui succéda à Constantinople.

Honorius, Constantin III et Constance III

Flavius ​​​​Honorius

Né en 383 ap. J.-C. Devenu empereur en janvier 395 ap. J.-C. Épouse : Maria. Décédé à Ravenne en 423 ap.

Flavius ​​Claudius Constantin

Date de naissance inconnue. Est devenu empereur en 407 après JC. Mort à l'extérieur de Ravenne, en 411 après JC.

Flavius ​​Constance

Né à Naissus, date de naissance inconnue. Épouse : Aelia Galla Placidia (un fils Flavius ​​​​Valentinianus une fille Justa Grata Honoria). Est devenu empereur en 421 après JC. Mort en 421 après JC.

Lire la suite : Constance III

Les jeunes héritiers du puissant Théodose étaient faibles et incompétents.
De la mort de Théodose à la disparition de l'empire d'Occident, de puissantes figures ont traversé la scène, mais il ne s'agissait pas d'empereurs romains ou byzantins, mais de barbares : vandales, wisigoths, ostrogoths, francs ou – le plus terrible de tous – Hun.

Théodose avait nommé comme tuteur de ses fils et chef de ses armées de l'ouest un soldat d'une capacité et d'une valeur éprouvées, le vandale Stilicon, qui s'acquitta de sa charge avec plus de loyauté qu'Arbogast le Franc.

Virtuellement, la domination de l'ouest était entre ses mains. Alors qu'il était engagé dans l'écrasement de la dangereuse indépendance d'un prince maure et tyran, Gildo, en Afrique, la mauvaise gestion du préfet Rufin à Constantinople a provoqué une grande rébellion des Wisigoths - cette branche de la race gothique qui s'était installée en Mésie et en Illlyrie. , les Ostrogoths restant au-delà du Danube – menés par Alaric le Balte.

Les Goths ont envahi la Grèce pratiquement sans contrôle et ont causé beaucoup de destruction, jusqu'à ce que l'apparition de Stilicon, son travail accompli en Afrique, arrête leur carrière conquérante. Alaric était en danger d'être enveloppé, mais s'est échappé avec une grande habileté et a en fait effrayé la cour de Constantinople en l'achetant en le nommant au commandement en Illyrie en tant qu'officier impérial.

Le Goth a accepté le poste, mais comme un tremplin. L'Italie était l'objectif sur lequel il avait fixé ses ambitions. Les troupes étaient diverses et pour la plupart barbares maintenant à sa disposition étaient prêtes à le suivre.

Et en 403 après J.-C., Honorius et l'Italie furent terrifiés par une invasion apparemment totalement inattendue. Le génie de Stilicon, qui, avec une énergie incroyable, rassembla des troupes de toutes parts, sauva la situation. dans le duel entre les deux grands capitaines, Alaric subit une lourde défaite à Pollentia, et la prudence des chefs goths le contraignit momentanément à abandonner la lutte.

Bien que le retrait d'Alaric n'ait laissé la voie ouverte qu'à un nouveau flot de barbares mixtes à se déverser en Italie en 406 après JC, sous leur chef Ragadaisus. Ils ont balayé la plaine du Pô, les Apennins jusqu'en Toscane pour anéantir Rome.

Mais tandis qu'ils tardaient à assiéger Florence, Stilicon rassembla de nouveau des troupes dans le nord, les répartit autour des armées assiégeantes, coupa les approvisionnements des barbares et les réduisit par la famine. Radagaisus avec un tiers de ses forces a été contraint de capituler. Lui-même a été tué.

Le reste de la horde, Vandales, Suèves, Bourguignons, Ostrogoths, Huns et Alains ont été délibérément autorisés à se retirer sans encombre à travers les Alpes, et leurs diverses bandes ont rapidement gâché et pillé en Gaule sur leur chemin vers l'Espagne, renforcées par leurs patries respectives ( 406 après J.-C.).

Ainsi, seule l'Italie fut épargnée par les envahisseurs qui, en 407 ap. J.-C., harcelaient la Gaule. Et le harcèlement de la Gaule était l'excuse de l'armée de Bretagne pour proclamer son propre Auguste.

Constantin III , probablement un Britannique d'origine, fut élevé à la pourpre et partit pour la Gaule pour la sauver des Allemands et l'ajouter à son propre empire, emmenant avec lui une partie substantielle de la garnison britannique. Les Vandales, Suèves et Alains, cependant, ne cherchèrent pas à rester en permanence en Gaule pour en disputer la possession à Constantin, mais prirent leur chemin dévastateur à travers le sud jusqu'en Espagne, où ils s'établirent.

Sur le Rhin moyen, les Bourguignons semblent être restés en possession effective. Constantin III pénétra en Espagne, établit sa domination en Aragon et réussit à extorquer à Honorius sa propre reconnaissance en tant que troisième Auguste.

Le mouvement de Constantin vers la Gaule en 407 après JC est communément appelé l'évacuation romaine de la Grande-Bretagne.

Pendant ce temps, les ambitions de Stilicon se concentraient évidemment sur les relations entre les empires oriental et occidental, dans lesquels il cherchait à être le pouvoir derrière le trône (comme il l'était déjà à l'ouest).

La clé de cette position était la possession de l'ensemble de l'Illyrie, et il voulait qu'Alaric soit son agent. La cour orientale n'avait aucune inclination à être dominée par lui, et les relations entre Constantinople et Ravenne (où pour plus de sécurité Honorius avait fixé sa résidence) étaient tendues.

Stilicon ne pouvait pas se permettre de négliger complètement la rébellion de Constantin III, mais il le laissa à Alaric, avec qui il avait conclu son propre marché, et encore une fois Alaric n'a pris que les mesures qu'il jugeait suffisantes.

Au début de l'an 408, Arcadius, laissant le trône à l'enfant de six ans Théodose II . Presque tout le monde croyait que Stilicon, qui avait marié le faible Honorius à sa propre fille, entendait se faire empereur.

Ses ennemis formèrent un complot et prirent de l'ascendant sur l'esprit d'Honorius. Au sommet de sa puissance apparente, Stilicon a été soudainement arrêté, condamné sans procès comme brigand et « ennemi de l'État » et exécuté. Mais aucune preuve de plans de trahison de sa part n'a jamais été apportée. Parmi les plus actifs dans sa chute se trouvait Héraclien, qui fut récompensé en étant nommé comte d'Afrique.

La chute de Stilicon ouvre la voie d'une part à des relations amicales avec Constantinople, d'autre part aux ambitions d'Alaric. C'était l'expression de l'hostilité frémissante de l'Italie envers les hommes de sang barbare, en fait le massacre de nombreux étrangers dans le pays, qui donna au roi gothique une excuse plus que suffisante pour fondre sur l'Italie avant la fin de l'année.

Alaric marcha droit sur Rome, ignorant Honorius à Ravenne. La ville fut rapidement réduite à la famine et la peste éclata. Alaric a exigé tout le trésor qu'il contenait et tous les esclaves barbares.

Pendant une brève période, Alaric et Honorius ont vécu côte à côte en Italie. Mais l'année suivante, les évasions de l'empereur ont irrité les Goths qui ont nommé le préfet Attale comme empereur fantoche. Honorius, cependant, a été mis en sécurité à Ravenne par l'arrivée de troupes de l'est.

Attalus a été refusé pour être tout à fait une marionnette et a ensuite été déposé. D'autres négociations avec Honorius ont échoué. Alaric a perdu patience et le 24 août 410 après JC, il a lâché ses Goths et d'autres partisans sur Rome, qui a été saccagée pendant trois jours.

Bien qu'Alaric ne se soit pas proclamé empereur. Il ravageait vers le sud, et planifiait une invasion de l'Afrique, le grenier de l'Italie, lorsqu'à la fin de l'année il mourut. Il fut remplacé par son beau-frère, Athaulf, qui abandonna les desseins sur l'Afrique.

En 412 après JC, les Wisigoths traversèrent les Alpes en Gaule. Alors qu'Athaulf s'attarde encore en Italie, l'empire de Constantin III s'effondre. Elle s'étendait de la Bretagne à l'Aragon.

Il s'est effondré, en partie à cause de la révolte de l'un de ses officiers en Espagne, Gerontius, et en partie parce qu'en 411 après JC, la place autrefois occupée par Stilicon était dans une certaine mesure occupée par un autre soldat capable, Constance. Géronte assiégeait Constantin III à Arles, lorsque Constance intervint sur l'hypothèse que les deux étaient des rebelles.

Gerontius se retira en Espagne, où il fut assassiné, Constance captura Arles, et avec Constantin III, qui fut exécuté. A peine Constance était-elle revenue en Italie, qu'Athaulf évacuait, qu'un nouvel empereur, Jovinus, était proclamé en Gaule.

Une autre complication survint lorsqu'au début de l'an 413, Héraclien, comte d'Afrique, se proclama également empereur. Pire encore, Héraclien, ayant déjà amassé une grande flotte, s'embarqua pour l'Italie.

Bien que la rébellion d'Héraclian se soit avérée un fiasco total. Il a été capturé et exécuté au milieu de l'été. Mais entre-temps Constance et Honorius n'avaient pas pu agir directement en Gaule. Au lieu de cela, ils avaient dû négocier avec Athaulf, qui avait ensuite écrasé Jovinus.

Maintenant, la princesse Galla Placidia entre en scène. Étant la sœur d'Honorius, elle a été capturée et emmenée à des fins de négociation par Alaric lors de son sac de Rome. Cependant, la princesse avait en Constance un admirateur dévoué, qui voulait qu'elle revienne. Naturellement, l'empereur Honorius a également compris une tache sur son honneur que sa sœur soit l'otage des barbares.

Cela faisait partie du marché avec Athaulf qui devait être rendu. Mais la partie romaine du marché, la fourniture de blé aux troupes d'Athaulf, avait été déjouée par la rébellion d'Héraclien. Par conséquent, Athaulf, au lieu de rendre la princesse, l'épousa lui-même en 414 après JC, apparemment avec son propre consentement volontaire, - mais sans celui de son frère.

Le mariage n'a pas réussi à rapprocher Athaulf de la cour impériale, et Athaulf est parti avec ses Goths et son épouse pour conquérir l'Espagne. Là, il a été assassiné en 415 après JC, et son successeur Wallia a conclu un marché avec Rome, pour faire la guerre aux autres barbares en Espagne.

Lire la suite :Mariage romain

Placidia fut enfin renvoyée à Ravenne, où elle accepta à contrecœur la main de Constance. Les Vandales, Alans et Sueves en Espagne se sont empressés de rechercher la paix avec l'empire, qu'ils ont obtenu Wallia et ses Wisigoths ont été installés en Aquitaine à la place en tant que «fédérés».

Cela signifiait qu'ils occupaient la majeure partie du sol à condition de servir militairement dans l'empire, sous leur roi. Un règlement similaire a été fait avec les Bourguignons sur le Rhin. En 417 après JC, Wallia fut remplacé par Théodoric I , probablement un petit-fils d'Alaric.

La position en Grande-Bretagne à cette époque n'est en aucun cas claire. Constantin III n'avait pas laissé l'île dénuée de troupes mais seulement appauvrie. Les magistrats romains et le gouvernement romain n'ont pas disparu, mais ils ont dû tirer le meilleur parti de la situation, en utilisant leurs propres ressources.

Et la situation est devenue progressivement plus difficile lorsque les raids des Pictes et des Écossais insoumis au nord, des Celtes irlandais sur la côte ouest et des rovers saxons sur les côtes est et sud ont augmenté en intensité et en fréquence.

Mais de nombreuses années devaient encore s'écouler avant que les pillards ne s'installent définitivement. En 421 après JC, Constance était associé à Honorius en tant qu'empereur occidental, mais mourut après quelques mois.

La princesse Placidia se querella avec son frère, qui avait développé une affection embarrassante pour elle, et se retira avec ses petits enfants à Constantinople. Honorius, après un règne de vingt-cinq ans, au cours duquel rien n'est enregistré à son crédit, mourut à l'âge de quarante ans en 423 après JC.

John

Johannes


Date de naissance et lieu inconnus. Est devenu empereur en 423 après JC. Décédé en mai/juin 425 après JC.

Le successeur évident d'Honorius était l'enfant de Placidia, Valentian III, mais un usurpateur nommé John, un rival sans mérite particulier, devait être supprimé avant que Placidia ne puisse effectivement prendre la régence en 425 après JC.

Valentinien III

Flavius ​​​​Placidus Valentinianus Johannes

Né en 419 après JC. Devenu empereur en 425 après JC. Épouse: Licinia Eudoxia (une fille Placidia). Décédé le 16 mars 455 après JC.

La figure de proue dans l'ouest, cependant, pendant près de trente ans à venir était Aetius (AD395-454), originaire de Mésie, mais d'origine italienne. Il possédait des relations gothiques, sa femme étant de noble maison gothique, et des relations hun parce qu'il avait passé longtemps en otage parmi les Huns.

Lorsque Jean l'usurpateur a été renversé, Aetius s'était engagé à apporter une force Hun à son aide. Mais à la mort de Jean, Aetius a fait la paix avec une Placidia réticente et s'est vu confier le règne de la Gaule, où il a contrôlé l'expansion agressive du Burgonde Gunther à l'est et du Goth Théodoric à l'ouest et au sud, ainsi que le Francs saliens sur l'Escaut.

Mais le mouvement le plus notable pendant la régence de Placidia fut celui du groupe Vandal-Alan qui avait pris possession du sud de l'Espagne. En 428 après JC, Boniface, le comte d'Afrique, avait rompu avec le gouvernement impérial et invité l'aide des Vandales dans ses propres projets ambitieux.

L'Afrique offrait un terrain plus prometteur que l'Espagne. Les Vandales, dirigés par leur roi Geiseric, rusé et capable, traversèrent l'Afrique et se mirent à ravager la Maurétanie d'une manière impitoyable.

Ce n'était pas l'intention de Boniface. Il est retourné à son allégeance à Rome, mais quand il a combattu les Vandales, il a été si lourdement vaincu qu'il a jeté le concours et s'est retiré en Italie, où sa rivalité avec Aetius a provoqué un conflit armé dans lequel il a été tué (AD 432), tandis que toute la province d'Afrique était à la merci de Geiseric.

La position en Gaule était trop critique pour permettre une reconquête de l'Afrique. Mais Geiseric était tout à fait prêt à faire la paix en 435 après JC, à des conditions qui le laissaient pratiquement maître de la Maurétanie et d'une partie de la Numidie.

Dans son conflit avec Boniface, Aetius était en véritable rébellion. Mais la chute de son rival lui rendit son ascendant, qui devint une suprématie virtuelle lorsque Placidia dut renoncer à la régence lors du mariage deValentinien III, à dix-huit ans à sa cousine Licina Eudoxia à Constantinople en 437 après JC.

A peine le traité était-il conclu avec les Vandales qu'Aetis se trouva contraint de freiner d'abord les Bourguignons puis les Wisigoths. Il rompit le premier en appelant à l'aide les Huns, avec le roi Rugila desquels il avait toujours été en bons termes.

Les Wisigoths, qui visaient à s'établir sur la côte méditerranéenne, furent repoussés en Aquitaine. Mais, étiré comme il l'était, Aetius ne pouvait pas épargner les forces pour contrôler l'agression continue des Vandales en Afrique.

Ainsi, le Vandal Geiseric, malgré le traité de 435 après JC, a étendu sa domination africaine qu'il a gagnéeCarthage. Puis, satisfait de la faiblesse de l'Italie, il rassembla une flotte et attaqua la Sicile.

La menace a amené l'empire oriental à l'aide de l'ouest. L'arrivée de la flotte orientale, a vu Geiseric prêt à se retirer pacifiquement de la Sicile, retournant à Carthage en 442 après JC.

Si le roi Hun Rugila était mort en 434 après JC, ses deux neveux avaient hérité conjointement de ses pouvoirs. L'un de ces fils, Attila, en 441 après JC, avait attaqué l'empire oriental, envahissant les Balkans et dévastant tout ce qu'il rencontrait.

Constantinople elle-même n'a pas été tentée, car elle a été jugée imprenable. En 443 après JC, Théodose II s'entendit, doublant sa subvention annuelle à Attila et acceptant un no man's land entre les deux empires.

Le conflit a de nouveau éclaté en 447 après JC, pour être interrompu en 449 après JC avec des conditions inchangées. En l'an 450, Théodose II mourut, remplacé par l'habile Marcien . Mais cela n'intéressait plus Attila qui avait désormais les yeux rivés sur l'ouest.

Un épisode curieux avait peut-être déterminé le parcours d'Attila. La cour de Ravenne proposa de marier Honoria, la sœur de Valentinien III, à un mari sûr et distingué mais âgé. Elle s'y est opposée et a envoyé secrètement au puissant Hun, l'invitant à la sauver.

Attila a accepté le message comme des fiançailles et a réclamé son épouse et la moitié de l'empire de son frère comme dot (AD 450). Valentinien III fait rage et rejette la demande. Pendant ce temps Attila marche sur la Gaule.

Il a dit à Ravenne qu'il venait sauver les Romains des Goths et il a dit aux Goths qu'il venait les rejoindre contre les Romains. Mais la diplomatie d'Aelius et l'intelligence de Théodoric ont suffi pour unir Romains et Wisigoths contre les Huns.

Attila a balayé, dévastant tout sur son passage, au-delà de la frontière gauloise, avec Orléans (la ville d'Aurèle) comme objectif. Théodoric effectua une jonction avec Aetius. Attila commença à battre en retraite, mais tourna près de Châlons, et subit une défaite écrasante (AD 451), tandis que Théodoric lui-même fut tué.

Bien que déjà l'année suivante, Attila était de retour, cette fois se jetant sur l'Italie pour faire respecter sa demande de main d'Honoria. Aetius, face à un ennemi extrêmement supérieur, ne pouvait se permettre une bataille rangée, laissant Atilla détruire Aquilée, avant de marcher sur Rome.

La tradition dit qu'Attila a finalement été intimidé par le pape Léon, une autre histoire dit que la peste a éclaté dans son camp, en tout cas, Rome a été miraculeusement délivrée des Huns alors qu'il se retirait soudainement sans combattre.

En 453, Attila mourut et tout le tissu terrifiant et fragile de son empire se dissout. les Huns étaient impuissants sans tête. Les Ostrogoths, les Gépides, les Rugiens, les Héruliens se sont levés et les ont submergés à la bataille de Nedao en Pannonie en 454 après JC.

Aetius, souvent appelé 'le dernier des Romains', a rencontré la même récompense que Stilicon le Vandale. L'esprit de l'empereur a été empoisonné contre lui et il a été accusé de trahison et a été tué par l'empereur Valentinien III lui-même en 455 après JC.

Pétrone Maxime

Flavius ​​Petronius Maximus

Né en ap. J.-C. ca. 396. Devient empereur en mars 455. Mort à Rome, le 31 mai 455.

Lorsque Valentinien III a été assassiné la même année, Maxime a acheté la couronne et a forcé la veuve Eudoxie à l'épouser. Geiseric le Vandale – convoqué par l'impératrice veuve – arriva deux mois plus tard avec une flotte.

La foule a déchiré Maximus membre par membre, ce qui n'a cependant pas empêché Geiseric d'occuper Rome, de la saccager avec une minutie méthodique et consciencieuse, et de se retirer avec une foule de captifs, dont Eudoxie et ses deux filles, dont la plus jeune il a épousé son fils. Hunséric.

Grand-père

Marcus Maecilius Flavius ​​Eparchius Avitus

Né en Gaule. Consul AD 456. Devenu empereur le 9 juillet AD 455. Mort en route vers les Alpes depuis Placentia, AD 456.

Quelques semaines plus tard, un nouvel empereur est proclamé par les Goths à Tolosa (Toulouse), Grand-père , le lieutenant de l'Aetius, qui avait contribué à former l'alliance entre les Romains et les Goths contre Attila.

Marcian à l'est et Avitus à l'ouest ont tous deux menacé Geiseric, qui les a défiés tous les deux. Avitus a envoyé ses armées sous le commandement de Ricimer, un Suève et petit-fils du Wisigoth Wallia, et Ricimer a remporté une victoire navale sur les Vandales.

Pendant ce temps, Théodoric II, se faisant passer pour le champion impérial, attaqua les Suèves en Espagne, brisant mais ne détruisant pas leur pouvoir. Avitus était étroitement lié aux Goths, tandis que l'Italie les détestait – et Ricimer était un Suève !

Avitus a dû battre en retraite précipitamment d'Italie. Ricimer installa le Majorien romain, un officier de distinction, comme empereur, et le déchu Avitus fut consolé avec un évêché en 457 après JC).

Majorien

Julius Valerius Majorianus

Devenu empereur le 1er avril 457 après JC. Mort le 7 août 461 après JC à Dertona.

Majorien conféra à Ricimer le titre de Patricien - en fait de premier ministre - qui avait déjà été porté par Stilicon, Constance et Aetius avant lui.

Majorian a refusé d'être la marionnette de Ricimer, mais la flotte qu'il a rassemblée contre les Vandales a rencontré un désastre, donnant à Ricimer une excuse suffisante pour le destituer.

A sa place l'empereur fantoche Livius Sévère était réglé.

Livius Sévère

Devenu empereur en 461 après JC. Mort le 14 novembre 465 après JC à Dertona.

Bien que Libius Severus mourut bientôt et qu'il n'y eut pas d'empereur pendant un certain temps, sauf Leo à Constantinople. En 467 après J.-C., Léon nomma le Grec Anthemius , gendre de Marcien, comme Auguste occidental.

Anthemius

Anthemius plus près

Né en Galatie. Consul AD 455. Est devenu empereur AD 467. Épouse: Euphemia (une fille Alypia). Décédé en mars/avril 472 après JC à Rome.

Ricimer a été apaisé en recevant la fille du nouvel empereur pour épouse.
Puis l'Est et l'Ouest se sont combinés pour écraser les Vandales maîtres de la Méditerranée. Bien que Geiseric ait une fois de plus réussi à garder le dessus et que la flotte romaine conjointe sous Basiliscus ait rencontré un désastre en 468 après JC.

Le Vandale contrôlant la mer, il tenait par conséquent le commerce méditerranéen à sa merci. Pendant ce temps, les Wisigoths, sous Euric, mettaient le sud de la Gaule sous leur contrôle. La Grande-Bretagne s'était éclipsée, Jutes et Saxons s'étant emparés d'elle. Le même sort s'abattait sur la Gaule septentrionale. A l'est de la Gaule, le royaume bourguignon se renforce de plus en plus.

En 472 après J.-C., Ricimer résolut de déposer Anthemius, après avoir proclamé Olybrius (époux de la fille aînée de Valentinien III) empereur à sa place.

Olybrius

Anicius Olybrius

Est devenu empereur en mars/avril 472. Épouse : Placidia (une fille Juliana Anicia). Décédé en novembre 472 après JC.

Anthemius a été capturé et mis à mort. Mais en quelques semaines, Ricimer lui-même mourut. Pendant un certain temps, sa place fut prise par son neveu bourguignon Gundobad. Olybrius mourut et, après un certain retard en 473 après JC, Gundobad créa un empereur fantoche,Glycerius, que Leo à Constantinople a refusé de reconnaître.

Glycerius

Est devenu empereur en mars 473. Déposé par Julius Népos 474 après JC.

Alors Gundobad retourna en Bourgogne et Léon proclama l'empereur Julius Nepos en 474 après JC.

Julius Népos

Devenu empereur en juin 474 après JC. Mort le 9 mai en Dalmatie en 480 après JC.

Bien que déjà l'année suivante Julius Nepos était un fugitif de Rome, expulsé par son 'maître des soldats', Oreste, qui fit son propre fils, surnommé avec mépris Romulus 'Auguste' , empereur.

Romulus Auguste

Devenu empereur le 31 octobre 475 après JC. Abdiqué le 4 septembre 476 après JC. Date de décès inconnue.

Au même moment Zénon, le successeur de Léon, était un fugitif de Constantinople, expulsé par Basiliscus. Les deux usurpateurs sont tombés en 476 après JC. À l'est, Zénon a été restauré, mais à l'ouest, le mercenaire germanique Odoacer a pris le pouvoir.

Odoacre a choisi de ne pas être Auguste lui-même, ni de servir un autre Auguste occidental, mais d'être le vice-roi d'un empereur romain à Constantinople.

L'ouestEmpire romainavait cessé d'être.

Lire la suite:

Sac de Constantinople

Empereur Basiliscus

Empereurs romains

Dieux et déesses serpents : 19 divinités serpents du monde entier

Corps of Discovery : Chronologie et itinéraire de l'expédition Lewis et Clark

L'expédition Lewis et Clark est partie avec leur Corps of Discovery et sans chronologie définie sur un itinéraire de sentier inconnu dans une terre inexplorée. C'est leur histoire.

Athènes contre Sparte : l'histoire de la guerre du Péloponnèse

La guerre du Péloponnèse était une ancienne guerre grecque menée de 431 à 404 avant notre ère par la Ligue de Délos dirigée par Athènes contre la Ligue du Péloponnèse dirigée par Sparte.

Les satrapes de l'ancienne Perse : une histoire complète

L'Empire perse a dominé une grande partie de l'ère antique en utilisant des satrapes. Apprenez ce qu'ils étaient et comment les Perses les ont utilisés pour construire un empire.

Bataille de la mer de Corail

La bataille de la mer de Corail a marqué le moment où la Seconde Guerre mondiale est véritablement devenue une guerre mondiale. Obtenez les dates complètes, la chronologie et la répartition des événements.