L'empire aztèque : l'ascension et la chute rapides des Mexicas

Table des matières

Huizipotakl, le dieu Soleil, se lève lentement derrière les sommets des montagnes. Sa lumière scintille contre les douces eaux du lac devant vous.

Il y a des arbres à perte de vue et le chant des oiseaux domine le paysage sonore. Ce soir, vous dormirez à nouveau parmi les étoiles. Le soleil est brillant, mais il ne fait pas chaud l'air est frais et frais, raréfié. L'odeur de la sève et des feuilles humides flotte dans le vent, vous apaisant lorsque vous remuez et rassemblez vos affaires pour que le voyage puisse commencer.



Quauhcoatl - votre chef, le Grand Prêtre - a parlé la nuit dernière de la nécessité de chercher à travers les petites îles centrées au milieu du lac.
Avec le soleil toujours au-dessous des sommets des montagnes, il quitte le camp avec toute la confiance que vous attendez d'une personne touchée par les dieux.

Toi et les autres, suivez.

Vous savez tous ce que vous cherchez — le signe — et vous avez la foi qu'il viendra. Quauhcoatl vous a dit, Là où l'aigle repose sur le figuier de barbarie, une nouvelle ville naîtra. Une ville de grandeur. Celui qui régnera sur le pays et donnera naissance aux Mexica - le peuple d'Aztlan.

C'est difficile de traverser les broussailles, mais votre entreprise arrive au fond de la vallée et sur les rives du lac avant que le soleil n'atteigne son apogée dans le ciel.

Lac Texcoco, dit Quauhcoatl. Xictli — le centre du monde.

Ces mots inspirent l'espoir, et cela se traduit par une ferveur pour le travail.

En début d'après-midi, votre tribu a façonné plusieurs radeaux et pagaie vers la rivière. Les eaux confuses en dessous restent immobiles, mais une énergie énorme s'élève de son doux clapotis - un martèlement universel qui semble transporter avec lui toute la force et la puissance nécessaires pour créer et maintenir la vie.

Les radeaux s'écrasent à terre. Vous les traînez rapidement en lieu sûr, puis vous partez avec les autres derrière le prêtre, qui se déplace rapidement à travers les arbres vers une destination que lui seul semble connaître.

Après pas plus de deux cents pas, le groupe s'arrête. Devant nous, une clairière, et Quauhcoatl s'est mis à genoux. Tout le monde se déplace dans l'espace, et vous voyez pourquoi.

Un figuier de Barbarie - le tenochtli - se dresse triomphalement seul dans la clairière. Il domine tout, tout en n'étant pas plus grand qu'un homme. Une force vous saisit et vous êtes également à genoux. Quauhcoatl chante, et ta voix est avec la sienne.

Respiration lourde. Bourdonnement. Concentration profonde, profonde.
Rien.
Des minutes de prière silencieuse passent. Une heure.
Et puis vous l'entendez.
Le son est indubitable - un cri sacré.
N'hésite pas ! crie Quauhcoatl. Les dieux parlent.

Le cri devient de plus en plus fort, signe certain que l'oiseau approche. Votre visage est écrasé dans la saleté - les fourmis rampent sur la peau du visage, dans vos cheveux - mais vous ne bougez pas.

Vous restez solide, concentré, en transe.

Puis, un grand whoosh ! et le silence de la clairière est parti alors que le seigneur des cieux descend sur vous et se repose sur son perchoir.

Voyez, mes bien-aimés ! Les dieux nous ont appelés. Notre voyage est terminé.

Vous soulevez votre tête du sol et levez les yeux. Là, l'oiseau majestueux - drapé de plumes de café et de marbre, ses grands yeux brillants absorbant la scène - est assis, perché sur le nopal perché sur le cactus. La prophétie était vraie et vous l'avez faite. Tu es à la maison. Enfin un endroit pour se reposer la tête.

Le sang commence à se précipiter dans vos veines, écrasant tous les sens. Vos genoux commencent à trembler, vous empêchant de bouger. Pourtant, quelque chose à l'intérieur de vous vous pousse à rester avec les autres. Enfin, après des mois, voire plus, d'errance, la prophétie s'est avérée vraie.

Tu es à la maison.

Lire la suite :Dieux et déesses aztèques

Cette histoire - ou l'une de ses nombreuses variantes - est essentielle pour comprendre les Aztèques. C'est le moment décisif d'un peuple qui est venu régner sur les vastes terres fertiles du centre du Mexique d'un peuple qui a détenu les terres avec plus de succès que toute autre civilisation avant lui.

La légende positionne les Aztèques - connus à l'époque sous le nom de mexicain - en tant que race élue descendant d'Aztlan, un jardin d'Eden proverbial défini par l'abondance et la paix, qui avait été touché par les dieux afin de faire de grandes choses pour la vie sur Terre.

Bien sûr, étant donné sa nature mystique, peu d'anthropologues et d'historiens croient que cette histoire est le récit réel de l'origine de la ville, mais quelle que soit sa vérité, son message est un élément essentiel de l'histoire de l'empire aztèque - une société connu pour ses conquêtes brutales, ses sacrifices humains déchirants, ses temples extravagants, ses palais ornés d'or et d'argent et ses marchés commerciaux célèbres dans tout le monde antique.

Qui étaient les Aztèques ?

Les Aztèques - également connus sous le nom de Mexica - étaient un groupe culturel qui vivait dans ce qu'on appelle la vallée de Mexico (la région entourant la ville de Mexico). Ils ont établi un empire, à partir du XVe siècle, qui est devenu l'un des plus prospères de toute l'histoire ancienne avant d'être rapidement renversé par les conquérants espagnols en 1521.

L'une des caractéristiques déterminantes du peuple aztèque était sa langue - Nahuatl . Il, ou une variante, était parlé par de nombreux groupes de la région, dont beaucoup ne se seraient pas identifiés comme Mexica ou Aztèque. Cela a aidé les Aztèques à établir et à accroître leur pouvoir.

Mais la civilisation aztèque n'est qu'une petite pièce du puzzle beaucoup plus vaste qu'est l'ancienne Méso-Amérique, qui a vu pour la première fois des cultures humaines sédentarisées dès 2000 av.

On se souvient des Aztèques en raison de leur empire, qui était l'un des plus grands du monde américain antique, rivalisé uniquement par les Incas et les Mayas. On estime que sa capitale, Tenochtitlan, comptait environ 300 000 habitants en 1519, ce qui en aurait fait l'une des plus grandes villes du monde à l'époque.

Ses marchés étaient célèbres dans tout le monde antique pour leurs produits uniques et luxueux - un signe de la richesse de l'empire - et leurs armées étaient redoutées par les ennemis proches et lointains, car les Aztèques hésitaient rarement à attaquer les colonies voisines pour leur propre expansion et enrichissement.
Mais alors que les Aztèques sont certainement connus pour leur immense prospérité et leur force militaire, ils sont tout aussi célèbres pour leur effondrement catastrophique.

L'empire aztèque était à son apogée en 1519 - l'année où les maladies microbiennes et les armes à feu avancées, portées par Hernán Cortés et ses amis conquistadors, ont atterri sur les rives du golfe du Mexique. Malgré la puissance de l'empire aztèque à l'époque, ils n'étaient pas à la hauteur de ces envahisseurs étrangers, leur civilisation s'est effondrée depuis son zénith en ce qui équivaut à un instant historique.

Et les choses ont bien empiré après la chute de Tenochtitlan.

Le système colonial établi par les Espagnols a été spécifiquement conçu pour extraire autant de richesses que possible des Aztèques (et de tout autre peuple indigène qu'ils rencontraient) et de leurs terres. Cela comprenait le travail forcé, les demandes de taxes et d'hommages importants, l'établissement de l'espagnol comme langue officielle de la région et l'adoption forcée du catholicisme.

Ce système - plus le racisme et l'intolérance religieuse - a fini par enterrer les peuples conquis au plus bas de ce qui est devenu une société encore plus inégale que ce qui existait auparavant sous l'empire aztèque.
La façon dont la société mexicaine s'est développée signifiait que, même lorsque le Mexique a finalement obtenu son indépendance de l'Espagne, la vie des Aztèques ne s'est pas beaucoup améliorée - la population hispanisée a cherché un soutien indigène pour remplir ses armées, mais une fois au pouvoir, cela n'a pas fait grand-chose. les dures inégalités de la société mexicaine, marginalisant davantage les Mexicains d'origine.

En conséquence, 1520 - l'année de la chute de Tenochtitlan, près de douze mois après le premier débarquement de Cortés au Mexique - marque la fin d'une civilisation aztèque indépendante. Il y a des gens vivants aujourd'hui avec des liens très étroits avec les Aztèques du 16ème siècle, mais leurs modes de vie, leurs visions du monde, leurs coutumes et leurs rituels ont été supprimés au fil des ans au point de disparaître.

Aztèque ou Mexica ?

Une chose qui peut prêter à confusion lors de l'étude de cette culture ancienne est leur nom.

Dans les temps modernes, nous connaissons la civilisation qui a régné sur la majeure partie du centre du Mexique de 1325 à 1520 de notre ère sous le nom d'Aztèques, mais si vous demandiez aux personnes vivant à proximité à cette époque où trouver les Aztèques, ils vous auraient probablement regardé comme si vous aviez deux têtes. En effet, à leur époque, le peuple aztèque était connu sous le nom de Mexica - le nom qui a donné naissance au terme moderne Mexique, bien que son origine exacte soit inconnue.

L'une des principales théories, avancée par Alfonso Caso en 1946 dans son essai El Águila y el Nopal (L'aigle et le cactus), est que le mot Mexica fait référence à la ville de Tenochtitlan en tant que centre du nombril de la lune.
Il a assemblé cela en traduisant les mots en nahuatl pour la lune (metztli), naval (xictli) et lieu (co).

Ensemble, affirme Caso, ces termes ont aidé à créer le mot Mexica - ils auraient vu leur ville, Tenochtitlan, qui a été construite sur une île au milieu du lac Texcoco, comme le centre de leur monde (qui était symbolisé par le lac lui-même) .

Bien sûr, d'autres théories existent, et nous ne connaîtrons peut-être jamais complètement la vérité, mais la chose importante à retenir est que le mot aztèque est une construction beaucoup plus moderne. Il vient du mot nahuatl aztecah, qui signifie peuple d'Aztlan - encore une autre référence à l'origine mythique du peuple aztèque.

Où était situé l'empire aztèque ?

L'empire aztèque existait dans le centre du Mexique moderne. Sa capitale était Mexico-Tenochtitlan, qui était une ville construite sur une île du lac Texcoco - le plan d'eau qui remplissait la vallée du Mexique mais qui a depuis été converti en terre et abrite maintenant la capitale moderne du pays. , Mexico.

À son apogée, l'empire aztèque s'étendait du golfe du Mexique à l'océan Pacifique. Il contrôlait la majeure partie du territoire à l'est de Mexico, y compris l'État moderne du Chiapas, et s'étendait aussi loin à l'ouest que Jalisco.

Les Aztèques ont pu construire un tel empire grâce à leurs vastes réseaux commerciaux et à leur stratégie militaire agressive. En général, l'empire a été construit sur un système d'hommage, bien qu'au XVIe siècle - dans les années qui ont précédé son effondrement - des versions plus formelles du gouvernement et de l'administration existaient.

Carte de l'empire aztèque

Les racines de l'empire aztèque : la capitale fondatrice de Mexico-Tenochtitlan

L'histoire de l'atterrissage de l'aigle sur le figuier de barbarie est essentielle pour comprendre l'empire aztèque. Il soutient l'idée que les Aztèques - ou Mexicas - étaient une race divine issue d'anciennes grandes civilisations mésoaméricaines et prédestinées à la grandeur. Il continue également à former la base de l'identité mexicaine moderne, car l'aigle et le cactus figurent en bonne place dans la nation drapeau aujourd'hui.

Il est enraciné dans l'idée que les Aztèques sont venus de la terre mythique de l'abondance connue sous le nom d'Aztlan, et qu'ils ont été envoyés loin de cette terre en mission divine pour établir une grande civilisation. Pourtant, nous ne savons rien de sa vérité.

Ce que nous savons, cependant, c'est que les Aztèques sont passés d'une entité relativement inconnue dans la vallée de Mexico à la civilisation dominante de la région en moins de cent ans. L'empire aztèque est devenu l'un des plus avancés et des plus puissants de l'Antiquité - compte tenu de cette soudaine montée en puissance, il est naturel de supposer une sorte d'intervention divine.

Mais les preuves archéologiques suggèrent le contraire.

La migration méridionale des Mexicas

Il est difficile de suivre les mouvements des cultures anciennes, en particulier dans les cas où l'écriture n'était pas répandue. Mais dans certains cas, les archéologues ont pu associer certains artefacts à certaines cultures – soit par les matériaux utilisés, soit par les motifs qui y sont placés – puis utilisent la technologie de datation pour se faire une idée de la façon dont une civilisation s'est déplacée et a changé.

Les preuves recueillies sur le Mexica suggèrent qu'Aztlan aurait pu, en fait, être un lieu réel. Il était probablement situé dans ce qui est aujourd'hui le nord du Mexique et le sud-ouest des États-Unis. Mais au lieu d'être une terre de splendeur, il est probable que ce n'était rien de plus que… eh bien… une terre.
Il était occupé par plusieurs tribus nomades de chasseurs-cueilleurs, dont beaucoup parlaient la même langue, ou une variante, de la langue nahuatl.

Au fil du temps, soit pour fuir leurs ennemis, soit pour trouver de meilleures terres où s'installer, ces tribus Nahuatl ont commencé à migrer vers le sud en direction de la vallée du Mexique, où de meilleures températures, des précipitations plus fréquentes et une eau douce abondante ont créé de bien meilleures conditions de vie.

Les preuves suggèrent que cette migration a eu lieu progressivement au cours des XIIe et XIIIe siècles et a conduit la vallée de Mexico à se remplir lentement de tribus parlant le nahuatl (Smith, 1984, p. 159). Et il y a plus de preuves que cette tendance s'est également poursuivie pendant toute la durée de l'empire aztèque.
Leur capitale est devenue un attrait pour les gens de partout et, ironiquement, compte tenu du climat politique actuel, les gens d'aussi loin au nord que l'actuel Utah avaient l'habitude de choisir les terres aztèques comme destination lorsqu'ils fuyaient les conflits ou la sécheresse.

On pense que les Mexicas, après s'être installés dans la vallée de Mexico, se sont affrontés avec les autres tribus de la région et ont été forcés à plusieurs reprises de se déplacer jusqu'à ce qu'ils s'installent sur une île au milieu du lac Texcoco - le site qui deviendra plus tard Tenochtitlan.

Construire une colonie dans une ville

Quelle que soit la version de l'histoire que vous choisissez d'accepter - la version mythique ou la version archéologique - nous savons que la grande ville Mexico-Tenochtitlan, souvent appelée plus simplement Tenochtitlan, a été fondée en l'an 1325 après J.-C. (Sullivan, 2006 ).

Cette certitude est due au croisement du calendrier grégorien (celui que le monde occidental utilise aujourd'hui) avec le calendrier aztèque, qui a marqué la fondation de la ville en tant que 2 Calli (2 House). Entre ce moment et 1519, lorsque Cortés a débarqué au Mexique, les Aztèques sont passés de colons récents à souverains du pays. Une partie de ce succès était due aux chinampas, des zones de terres agricoles fertiles créées en déversant de la terre dans les eaux du lac Texcoco, permettant à la ville de se développer sur un sol autrement pauvre.

Mais étant bloqués sur une petite île à l'extrémité sud du lac Texcoco, les Aztèques devaient regarder au-delà de leurs frontières pour pouvoir satisfaire les besoins croissants de leur population en expansion.

Ils ont réalisé l'importation de marchandises en partie grâce à un vaste réseau commercial qui existait déjà dans le centre du Mexique depuis des centaines, voire des milliers d'années. Il reliait les nombreuses civilisations différentes de Mesomerica, réunissant les Mexica et les Mayas, ainsi que des personnes vivant dans les pays modernes du Guatemala, du Belize et, dans une certaine mesure, du Salvador.

Cependant, à mesure que les Mexicas développaient leur ville, ses besoins augmentaient tout autant, ce qui signifiait qu'ils devaient travailler plus dur pour assurer le flux de commerce qui était si central à leur richesse et à leur pouvoir. Les Aztèques ont également commencé à compter de plus en plus sur le tribut comme moyen de garantir les besoins en ressources de leur société, ce qui signifiait mener des guerres contre d'autres villes afin de recevoir un approvisionnement régulier en biens (Hassig, 1985).

Cette approche avait déjà réussi dans la région, à l'époque des Toltèques (du Xe au XIIe siècle). La culture toltèque ressemblait aux civilisations mésoaméricaines précédentes - comme celle basée à Teotihuacan, une ville à quelques kilomètres au nord du site qui allait devenir Tenochtitlan - en ce sens qu'elle utilisait le commerce pour construire son influence et sa prospérité, les racines de ce commerce ont été semés par les civilisations précédentes. Dans le cas des Toltèques, ils ont suivi la civilisation de Teotihuacan, et les Aztèques ont suivi les Toltèques.

Cependant, les Toltèques étaient différents en ce qu'ils étaient les premiers peuples de la région à adopter une culture véritablement militariste qui valorisait la conquête territoriale et l'annexion d'autres cités-États et royaumes à leur sphère d'influence.

Malgré leur brutalité, les Toltèques sont restés dans les mémoires comme une civilisation grande et puissante, et la royauté aztèque a travaillé pour établir un lien ancestral avec eux, probablement parce qu'ils estimaient que cela aidait à justifier leur prétention au pouvoir et leur gagnerait le soutien du peuple.

En termes historiques, s'il est difficile d'établir des liens directs entre les Aztèques et les Toltèques, les Aztèques peuvent certainement être considérés comme les successeurs des civilisations autrefois prospères de la Méso-Amérique, qui contrôlaient toutes la vallée du Mexique et les terres qui l'entouraient.
Mais les Aztèques ont conservé leur pouvoir beaucoup plus étroitement que n'importe lequel de ces groupes précédents, ce qui leur a permis de construire l'empire brillant encore vénéré aujourd'hui.

L'empire aztèque

La civilisation de la vallée du Mexique a toujours été centrée sur le despotisme, un système de gouvernement dans lequel le pouvoir est entièrement entre les mains d'une seule personne - qui, à l'époque aztèque, était un roi.

Des villes indépendantes parsemaient le pays et interagissaient les unes avec les autres à des fins de commerce, de religion, de guerre, etc. Les despotes se battaient fréquemment les uns contre les autres et utilisaient leur noblesse - généralement des membres de la famille - pour essayer d'exercer un contrôle sur d'autres villes. La guerre était constante et le pouvoir était hautement décentralisé et en constante évolution.

LIRE LA SUITE :Religion aztèque

Le contrôle politique d'une ville sur une autre était exercé par l'hommage et le commerce, et imposé par le conflit. Les citoyens individuels avaient peu de mobilité sociale et étaient souvent à la merci de la classe d'élite qui revendiquait le pouvoir sur les terres sur lesquelles ils vivaient. Ils étaient tenus de payer des impôts et de se porter volontaires, eux-mêmes ou leurs enfants, pour le service militaire à la demande de leur roi.

Au fur et à mesure qu'une ville grandissait, ses besoins en ressources augmentaient également, et pour répondre à ces besoins, les rois devaient garantir l'afflux de plus de marchandises, ce qui signifiait ouvrir de nouvelles routes commerciales et obliger les villes les plus faibles à rendre hommage - c'est-à-dire à payer de l'argent (ou, dans l'ancien monde, biens) en échange de protection et de paix.

Bien sûr, beaucoup de ces villes auraient déjà rendu hommage à une autre entité plus puissante, ce qui signifie qu'une ville ascendante serait, par défaut, une menace pour le pouvoir d'un hégémon existant.

Tout cela signifiait qu'au fur et à mesure que la capitale aztèque grandissait au cours du siècle suivant sa fondation, ses voisins devenaient de plus en plus menacés par sa prospérité et sa puissance. Leur sentiment de vulnérabilité s'est souvent transformé en hostilité, ce qui a transformé la vie aztèque en une guerre quasi perpétuelle et une peur constante.
Cependant, l'agression de leurs voisins, qui ont choisi de se battre avec plus que les Mexicas, a fini par leur offrir une opportunité de prendre plus de pouvoir pour eux-mêmes et d'améliorer leur position dans la vallée du Mexique.

En effet, heureusement pour les Aztèques, la ville la plus intéressée à voir leur disparition était également l'ennemie de plusieurs autres villes puissantes de la région, ouvrant la voie à une alliance productive qui permettrait aux Mexicas de transformer Tenochtitlan d'une ville prospère et en pleine croissance. ville dans la capitale d'un vaste et riche empire.

La Triple Alliance

En 1426 (date connue en déchiffrant le calendrier aztèque), la guerre menace les habitants de Tenochtitlan. Les Tepanecs - un groupe ethnique qui s'était installé principalement sur les rives occidentales du lac Texcoco - avaient été le groupe dominant de la région au cours des deux siècles précédents, bien que leur emprise sur le pouvoir n'ait rien créé qui ressemble à un empire. En effet, le pouvoir restait très décentralisé et la capacité des Tepanecs à rendre hommage était presque toujours contestée, ce qui rendait les paiements difficiles à faire respecter.

Pourtant, ils se considéraient comme les leaders et étaient donc menacés par l'ascendant de Tenochtitlan. Ainsi, ils ont placé un blocus sur la ville pour ralentir le flux de marchandises entrant et sortant de l'île, un mouvement de pouvoir qui mettrait les Aztèques dans une position difficile (Carrasco, 1994).

Ne voulant pas se soumettre aux exigences tributaires, les Aztèques ont cherché à se battre, mais les Tepanecs étaient puissants à l'époque, ce qui signifie qu'ils ne pouvaient être vaincus que si les Mexica avaient l'aide d'autres villes.

Sous la direction d'Itzcoatl, le roi de Tenochtitlan, les Aztèques ont tendu la main au peuple Acolhua de la ville voisine de Texcoco, ainsi qu'aux habitants de Tlacopan - une autre ville puissante de la région qui luttait également pour combattre les Tepanecs et leurs revendications, et qui étaient mûrs pour une rébellion contre l'hégémonie actuelle de la région.

L'accord a été conclu en 1428 et les trois villes ont fait la guerre aux Tepanecs. Leur force combinée a conduit à une victoire rapide qui a éliminé leur ennemi en tant que force dominante dans la région, ouvrant la porte à l'émergence d'un nouveau pouvoir (1994).

Le début d'un empire

La création de la Triple Alliance en 1428 marque le début de ce que nous comprenons aujourd'hui comme l'empire aztèque. Il a été formé sur la base d'une coopération militaire, mais les trois parties avaient également l'intention de s'entraider pour se développer économiquement. Des sources, détaillées par Carrasco (1994), nous apprenons que la Triple Alliance avait quelques dispositions clés, telles que :

  • Aucun membre ne devait faire la guerre à un autre membre.
  • Tous les membres se soutiendraient dans les guerres de conquête et d'expansion.
  • Les impôts et les tributs seraient partagés.
  • La capitale de l'alliance devait être Tenochtitlan.
  • Les nobles et les dignitaires des trois villes travailleraient ensemble pour choisir un chef.

Sur cette base, il est naturel de penser que nous avons toujours vu les choses de travers. Ce n'était pas un empire aztèque, mais plutôt un empire Texcoco, Tlacopan et Tenochtitlan.

C'est vrai dans une certaine mesure. Les Mexica se sont appuyés sur la puissance de leurs alliés dans les premières étapes de l'alliance, mais Tenochtitlan était de loin la ville la plus puissante des trois. En la choisissant comme capitale de l'entité politique nouvellement formée, le tlatoani — le chef ou le roi celui qui parle — de Mexico-Tenochtitlan était particulièrement puissant.

Izcoatl, le roi de Tenochtitlan pendant la guerre avec les Tepanecs, a été choisi par les nobles des trois villes impliquées dans l'alliance pour être le premier tlatoque - le chef de la Triple Alliance et le dirigeant de facto de l'Empire aztèque.

Cependant, le véritable architecte de l'Alliance était un homme du nom de Tlacaelel, le fils de Huitzilihuiti, le demi-frère d'Izcoatl (Schroder, 2016).

Il était un conseiller important des dirigeants de Tenochtitlan et l'homme derrière de nombreuses choses qui ont conduit à la formation éventuelle de l'empire aztèque. En raison de ses contributions, il s'est vu offrir la royauté à plusieurs reprises, mais a toujours refusé, selon une citation célèbre : Quelle plus grande domination puis-je avoir que ce que je détiens et ai déjà détenu ? (Davies, 1987)

Au fil du temps, l'alliance deviendrait beaucoup moins importante et les dirigeants de Tenochtitlan assumeraient plus de contrôle sur les affaires de l'empire - une transition qui a commencé tôt, sous le règne d'Izcoatl, le premier empereur.
Finalement, l'importance de Tlacopan et Texcoco dans l'Alliance a diminué, et pour cette raison, l'Empire de la Triple Alliance est maintenant connu principalement comme l'Empire aztèque.

Les empereurs aztèques

L'histoire de l'Empire aztèque suit le chemin des empereurs aztèques, qui étaient d'abord considérés davantage comme les dirigeants de la Triple Alliance. Mais à mesure que leur pouvoir augmentait, leur influence augmentait également - et ce seraient leurs décisions, leur vision, leurs triomphes et leurs folies qui détermineraient le sort du peuple aztèque.

Au total, il y avait sept empereurs aztèques qui ont régné à partir de 1427 C.E./A.D. à 1521 C.E./A.D - deux ans après que les Espagnols sont arrivés et ont secoué les fondations du monde aztèque jusqu'à l'effondrement complet.

LIRE LA SUITE :Introduction à la Nouvelle-Espagne et au monde atlantique

Certains de ces dirigeants se distinguent comme de véritables visionnaires qui ont contribué à faire de la vision impériale aztèque une réalité, tandis que d'autres ont peu fait pendant leur séjour au sommet du monde antique pour rester saillants dans les souvenirs que nous avons de cette civilisation autrefois grande.

Izcoatl (1428 CE - 1440 CE)

Izcoatl est devenu le tlatoani de Tenochtitlan en 1427, après la mort de son neveu, Chimalpopca, qui était le fils de son demi-frère, Huitzlihuiti.
Izcoatl et Huitzlihuiti étaient les fils du premier tlatoani des Mexicas, Acamapichtli, bien qu'ils n'aient pas la même mère. La polygamie était une pratique courante parmi la noblesse aztèque à l'époque, et le statut de sa mère avait un impact important sur ses chances dans la vie.

En conséquence, Izcoatl avait été ignoré pour le trône à la mort de son père, puis à nouveau à la mort de son demi-frère (Novillo, 2006). Mais lorsque Chimalpopca mourut après seulement dix ans de règne tumultueux, Izcoatl reçut le feu vert pour assumer le trône aztèque et, contrairement aux précédents dirigeants aztèques, il bénéficia du soutien de la Triple Alliance, rendant de grandes choses possibles.

Les Tlatoani

En tant que roi de Tenochtitlan qui a rendu possible la Triple Alliance, Izcoatl a été nommé tlatoque - le chef du groupe le premier empereur de l'empire aztèque.

Après avoir remporté la victoire sur les Tepanecs - l'ancien hégémon de la région - Izcoatl pouvait revendiquer les systèmes d'hommage qu'ils avaient établis dans tout le Mexique. Mais ce n'était pas une garantie que revendiquer quelque chose n'en accorde pas le droit.

Ainsi, pour affirmer et consolider son pouvoir, et pour établir un véritable empire, Iztcoatl aurait besoin de faire la guerre à des villes plus éloignées.
C'était le cas avant la Triple Alliance, mais les dirigeants aztèques étaient considérablement moins efficaces lorsqu'ils opéraient seuls contre les dirigeants tepanec plus puissants. Cependant - comme ils l'avaient prouvé lors de la lutte contre les Tepanecs - lorsque leur force combinée à celle de Texcoco et de Tlaclopan, les Aztèques étaient bien plus redoutables et pouvaient vaincre des armées plus puissantes qu'ils n'avaient pu le faire auparavant.

En assumant le trône aztèque, Izcoatl entreprit de s'établir - et, par extension, la ville de Mexico-Tenochtitlan - en tant que principal destinataire de l'hommage dans le centre du Mexique. Les guerres qu'il a menées au début de son règne en tant qu'empereur tout au long des années 1430 ont exigé et reçu un hommage des villes voisines de Chalco, Xochimilco, Cuitláhuac et Coyoacán.

Pour mettre cela en contexte, Coyoacán est maintenant un sous-district de Mexico et se trouve à seulement 12 kilomètres au sud de l'ancien centre impérial de l'empire aztèque : le Templo Mayor (Le Grand Temple).

Conquérir des terres si proches de la capitale peut sembler un petit exploit, mais il est important de se rappeler que Tenochtitlan était sur une île – huit milles auraient semblé être un monde à part. De plus, pendant cette période, chaque ville était gouvernée par son propre roi, exigeant un hommage obligeant le roi à se soumettre aux Aztèques, réduisant ainsi leur pouvoir. Les convaincre de le faire n'était pas une tâche facile, et il fallait la puissance de l'armée de la Triple Alliance pour le faire.

Cependant, avec ces territoires voisins désormais vassaux de l'empire aztèque, Izcoatl a commencé à regarder encore plus au sud, apportant la guerre à Cuauhnāhuac - l'ancien nom de la ville moderne de Cuernavaca - la conquérant ainsi que d'autres villes voisines en 1439.

L'ajout de ces villes au système d'hommage était si important parce qu'elles étaient à une altitude beaucoup plus basse que la capitale aztèque et étaient beaucoup plus productives sur le plan agricole. Les demandes d'hommage incluraient des produits de base, tels que le maïs, ainsi que d'autres produits de luxe, tels que le cacao.

Au cours des douze années qui ont suivi sa nomination à la tête de l'empire, Izcoatl avait considérablement élargi la sphère d'influence aztèque de pas beaucoup plus que l'île sur laquelle Tenochtitlan avait été construit à toute la vallée du Mexique, plus toutes les terres éloignées de la sud.

Les futurs empereurs s'appuieraient sur ses gains et les consolideraient, contribuant à faire de l'empire l'un des plus dominants de l'histoire ancienne.

Monopoliser la culture aztèque

Alors qu'Izcoatl est surtout connu pour avoir lancé la Triple Alliance et apporté les premiers gains territoriaux significatifs de l'histoire aztèque, il est également responsable de la formation d'une culture aztèque plus unifiée - en utilisant des moyens qui nous montrent à quel point l'humanité a simultanément tellement et si peu changé. à travers les années.

Peu de temps après avoir pris ses fonctions, Itzcoatl - sous la direction directe de son conseiller principal, Tlacael - a lancé un autodafé de masse dans toutes les villes et colonies sur lesquelles il pouvait raisonnablement revendiquer le contrôle. Il a fait détruire des peintures et d'autres artefacts religieux et culturels dans le but d'amener les gens à adorer le dieu Huitzilopochtli, le dieu du soleil vénéré par les Mexicas, en tant que dieu de la guerre et de la conquête.

(La plupart des gouvernements modernes ne pourraient pas se permettre de brûler des livres, mais il est intéressant de noter que même dans la société aztèque du XVe siècle, les dirigeants reconnaissaient l'importance de contrôler l'information pour s'assurer le pouvoir.)

De plus, Itzcoatl - dont la lignée avait été remise en question par certains - a cherché à détruire toute preuve de sa lignée afin qu'il puisse commencer à construire son propre récit ancestral et s'établir davantage au sommet de la politique aztèque (Freda, 2006).

Dans le même temps, Tlacael a commencé à utiliser la religion et le pouvoir militaire pour diffuser un récit des Aztèques en tant que race élue, un peuple qui avait besoin d'étendre son contrôle par la conquête. Et avec un tel chef, une nouvelle ère de la civilisation aztèque est née.

Décès et Succession

Malgré son succès dans l'acquisition et la consolidation de son pouvoir, Itzcoatl mourut en 1440 C.E./A.D., douze ans seulement après être devenu empereur (1428 C.E./A.D.). Avant sa mort, il s'était arrangé pour que son neveu, Moctezuma Ilhuicamina - généralement connu sous le nom de Moctezuma I - devienne le prochain tlatoani.

La décision a été prise de ne pas transmettre la règle au fils d'Izcoatl afin de guérir la relation entre les deux branches de la famille qui remonte au premier roi mexicain, Acamapichtli - avec l'un dirigé par Izcoatl et l'autre par son demi- frère, Huitzlihuiti (Novillo, 2006).

Izcoatl a accepté cet accord, et il a également été convenu que le fils d'Izcoatl et la fille de Moctezuma I auraient un enfant et que ce fils serait le successeur de Moctezuma I, réunissant les deux côtés de la famille royale d'origine mexicaine et évitant toute crise de sécession potentielle qui pourrait se produire à la mort d'Iztcoatl.

Motecuhzoma I (1440 CE - 1468 CE)

Motecuhzoma I - également connu sous le nom de Moctezuma ou Montezuma I - porte le nom le plus célèbre de tous les empereurs aztèques, mais on s'en souvient en fait à cause de son petit-fils, Moctezuma II.

Cependant, le Montezuma original mérite plus que ce nom immortalisé, sinon plus, en raison de ses contributions importantes à la croissance et à l'expansion de l'empire aztèque - quelque chose qui établit un parallèle avec son petit-fils, Montezuma II, qui est le plus célèbre pour avoir présidé plus tard à l'effondrement de cet empire.

Son ascension s'est faite avec la mort d'Izcoatl, mais il a repris un empire qui était en plein essor. L'accord conclu pour le mettre sur le trône a été conclu pour apaiser toute tension interne, et avec la sphère d'influence aztèque croissante, Motecuhzoma I était dans la position idéale pour étendre son empire. Mais alors que la scène était certainement plantée, son temps en tant que dirigeant ne serait pas sans défis, les mêmes que ceux auxquels les règles ou les empires puissants et riches ont dû faire face depuis la nuit des temps.

Consolider l'Empire à l'intérieur et à l'extérieur

L'une des plus grandes tâches auxquelles Moctezuma I était confronté, lorsqu'il a pris le contrôle de Tenochtitlan et de la Triple Alliance, était de sécuriser les gains réalisés par son oncle, Izcoatl. Pour ce faire, Moctezuma I a fait quelque chose que les rois aztèques précédents n'avaient pas fait - il a installé son propre peuple pour superviser la collecte des hommages dans les villes environnantes (Smith, 1984).

Jusqu'au règne de Moctezuma Ier, les dirigeants aztèques avaient permis aux rois des villes conquises de rester au pouvoir, tant qu'ils rendaient hommage. Mais c'était un système notoirement défectueux au fil du temps, les rois se lasseraient de payer la richesse et se relâcheraient dans sa collecte, forçant les Aztèques à répondre en faisant la guerre à ceux qui étaient dissidents. Cela était coûteux et rendait encore plus difficile l'obtention d'un hommage.

(Même les personnes qui vivaient il y a des centaines d'années n'aimaient pas particulièrement être obligées de choisir entre des paiements d'hommage extractifs ou une guerre totale.)
Pour lutter contre cela, Moctezuma I a envoyé des percepteurs d'impôts et d'autres membres de haut rang de l'élite de Tenochtitlan dans les villes et villages environnants, afin de superviser l'administration de l'empire.

Cela est devenu une opportunité pour les membres de la noblesse d'améliorer leur position au sein de la société aztèque, et cela a également ouvert la voie au développement de ce qui serait effectivement des provinces tributaires - une forme d'organisation administrative jamais vue auparavant dans la société mésoaméricaine.

De plus, sous Moctezuma I, les classes sociales se sont accentuées grâce à un code de lois imposé aux territoires liés à Tenochtitlan. Il a décrit des lois sur la propriété et le statut social, restreignant des choses telles que la copulation entre la noblesse et les gens ordinaires (Davies, 1987).

Pendant son mandat d'empereur, il engagea des ressources pour améliorer la révolution spirituelle que son oncle avait initiée et que Tlacael avait fait d'une politique centrale de l'État. Il a brûlé tous les livres, peintures et reliques qui n'avaient pas Huitzilopochtli - le dieu du soleil et de la guerre - comme divinité principale.

La plus grande contribution de Moctezuma à la société aztèque, cependant, a été la construction du Templo Mayor, l'immense temple pyramidal qui se trouvait au cœur de Tenochtitlan et qui inspirerait plus tard la crainte des Espagnols qui arrivaient.

Le site est devenu plus tard le cœur battant de Mexico, même si, malheureusement, le temple n'existe plus. Moctezuma I a également utilisé la force assez importante à sa disposition pour réprimer toute rébellion dans les terres revendiquées par les Aztèques, et peu de temps après son arrivée au pouvoir, il a commencé les préparatifs de sa propre campagne de conquête.

Cependant, une grande partie de ses efforts ont été interrompus lorsqu'une sécheresse a frappé le centre du Mexique vers 1450, décimant les approvisionnements alimentaires de la région et rendant difficile la croissance de la civilisation (Smith, 1948). Ce n'est qu'en 1458 que Moctezuma I serait en mesure de jeter son regard au-delà de ses frontières et d'étendre la portée de l'empire aztèque.

La guerre des fleurs

Après que la sécheresse a frappé la région, l'agriculture a diminué et les Aztèques étaient affamés. Mourant, ils ont regardé les cieux et sont arrivés à la conclusion qu'ils souffraient parce qu'ils n'avaient pas fourni aux dieux la quantité appropriée de sang nécessaire pour faire fonctionner le monde.

La mythologie aztèque dominante à l'époque discutait de la nécessité de nourrir les dieux avec du sang pour que le soleil se lève chaque jour. Les temps sombres qui s'étaient abattus sur eux ne pouvaient donc être levés qu'en s'assurant que les dieux avaient tout le sang dont ils avaient besoin, donnant aux dirigeants une justification parfaite pour le conflit - la collecte de victimes pour le sacrifice, pour plaire aux dieux et mettre fin à la sécheresse.

En utilisant cette philosophie, Moctezuma I - peut-être sous la direction de Tlacael - a décidé de faire la guerre aux villes de la région entourant Tenochtitlan dans le seul but de rassembler des prisonniers qui pourraient être sacrifiés aux dieux, ainsi que de fournir une formation au combat pour les guerriers aztèques.

Ces guerres, qui n'avaient aucun but politique ou diplomatique, sont devenues connues sous le nom de guerres des fleurs, ou la guerre des fleurs - un terme utilisé plus tard par Montezuma II pour décrire ces conflits à la demande des Espagnols séjournant à Tenochtitlan en 1520.

Cela a donné aux Aztèques le contrôle des terres dans les États modernes de Tlaxcala et Puebla, qui s'étendaient jusqu'au golfe du Mexique à l'époque. Fait intéressant, les Aztèques n'ont jamais officiellement conquis ces terres, mais la guerre a servi son objectif en ce sens qu'elle a maintenu les gens dans la peur, ce qui les a empêchés de dissident.

Les nombreuses guerres de fleurs ont d'abord combattu sous Montezuma I ont amené de nombreuses villes et royaumes sous le contrôle impérial aztèque, mais ils n'ont pas fait grand-chose pour gagner la volonté du peuple - ce qui n'est pas vraiment surprenant, étant donné que beaucoup ont été forcés de regarder leurs proches se faire retirer leurs cœurs battants avec une précision chirurgicale par des prêtres aztèques.

Leurs crânes étaient ensuite accrochés devant le Templo Mayor, où ils servaient de rappel de la renaissance (pour les Aztèques) et de la menace à laquelle étaient soumis les invaincus, qui défiaient les Aztèques.

De nombreux érudits modernes pensent que certaines descriptions de ces rituels peuvent avoir été exagérées, et il y a un débat sur la nature et le but de ces guerres de fleurs - d'autant plus que la plupart de ce que l'on sait vient des Espagnols, qui cherchaient à utiliser les modes de vie barbares. pratiquée par les Azèques comme justification morale pour les conquérir.

Mais peu importe comment ces sacrifices ont été faits, le résultat a été le même : un mécontentement généralisé de la population. Et c'est pourquoi, lorsque les Espagnols sont venus frapper à la porte en 1519, ils ont pu si facilement recruter des habitants pour aider à conquérir les Aztèques.

Étendre l'Empire

La guerre des fleurs ne concernait qu'en partie l'expansion territoriale, mais même ainsi, les victoires remportées par Moctezuma I et les Aztèques au cours de ces conflits ont apporté plus de territoire dans leur sphère. Cependant, dans sa quête pour assurer les paiements d'hommage et trouver plus de prisonniers à sacrifier, Moctezuma ne s'est pas contenté de se battre uniquement avec ses voisins. Il avait les yeux plus loin.

En 1458, les Mexicas s'étaient remis de la dévastation provoquée par la sécheresse prolongée, et Moctezuma I se sentait suffisamment confiant quant à sa propre position pour commencer la conquête de nouveaux territoires et étendre l'empire.
Pour ce faire, il a continué sur la voie tracée par Izcoatl - se dirigeant d'abord vers l'ouest, à travers la vallée de Toluca, puis vers le sud, hors du centre du Mexique et vers les peuples majoritairement mixtèques et zapotèques qui habitaient les régions modernes de Morelos et Oaxaca.

Décès et Succession

En tant que deuxième dirigeant de l'empire basé à Tenochtitlan, Moctezuma I a contribué à jeter les bases de ce qui allait devenir un âge d'or pour la civilisation aztèque. Cependant, son impact sur le cours de l'histoire impériale aztèque est encore plus profond.

En lançant et en menant la guerre des fleurs, Moctezuma I a temporairement étendu l'influence aztèque dans la région au détriment d'une paix à long terme que peu de villes se soumettraient volontairement aux Mexicas, et beaucoup attendaient simplement l'émergence d'un adversaire plus fort - celui qu'elles pourraient aider défier et vaincre les Aztèques en échange de leur liberté et de leur indépendance.

À l'avenir, cela signifierait de plus en plus de conflits pour les Aztèques et leur peuple, ce qui éloignerait leurs armées de chez eux et les rendrait plus ennemis - quelque chose qui les blesserait beaucoup lorsque des hommes à l'apparence étrange et à la peau blanche débarqueraient au Mexique en 1519 CE/AD, décidant de revendiquer toutes les terres des Mexicas en tant que sujets de la reine d'Espagne et de Dieu.

Le même accord qui a mis Moctezuma I sur le trône stipulait que le prochain dirigeant de l'empire aztèque soit l'un des enfants de sa fille et du fils d'Izcoatl. Ces deux-là étaient cousins, mais c'était le point - un enfant né de ces parents aurait le sang d'Izcoatl et de Huitzlihuiti, les deux fils d'Acamapichtli, le premier roi aztèque (Novillo, 2006).

En 1469, après la mort de Moctezuma Ier, Axayactl - le petit-fils d'Izcoatl et de Huitzlihuiti, et un éminent chef militaire qui avait remporté de nombreuses batailles pendant les guerres de conquête de Moctezuma Ier - fut choisi pour être le troisième chef de l'empire aztèque.

Axayacatl (1469 CE - 1481 CE)

Axayactl n'avait que dix-neuf ans lorsqu'il prit le contrôle de Tenochtitlan et de la Triple Alliance, héritant d'un empire en plein essor.

Les gains territoriaux réalisés par son père, Moctezuma I, avaient élargi la sphère d'influence aztèque dans presque tout le centre du Mexique, la réforme administrative - l'utilisation de la noblesse aztèque pour régner directement sur les villes et les royaumes conquis - facilitait l'obtention du pouvoir, et les guerriers aztèques, hautement entraînés et notoirement meurtriers, étaient devenus parmi les plus redoutés de toute la Méso-Amérique.

Cependant, après avoir pris le contrôle de l'empire, Axayactl a été contraint de s'occuper principalement de problèmes internes. Peut-être que le plus important d'entre eux s'est produit en 1473 C.E./A.D. - quatre ans seulement après être monté sur le trône - lorsqu'un différend a éclaté avec Tlatelolco, la ville sœur de Tenochtitlan qui a été construite sur la même étendue de terre que la grande capitale aztèque.

La cause de cette dispute reste incertaine, mais elle a conduit à des combats, et l'armée aztèque - beaucoup plus forte que celle de Tlatelolco - a remporté la victoire, pillant la ville sous le commandement d'Axayactl (Smith, 1984).

Axayactl a supervisé très peu d'expansion territoriale pendant son mandat de dirigeant aztèque, la majeure partie du reste de son règne a été consacrée à la sécurisation des routes commerciales qui ont été établies à travers l'empire alors que les Mexicas élargissaient leur sphère d'influence.

Le commerce, à côté de la guerre, était le ciment qui maintenait tout ensemble, mais cela était souvent contesté à la périphérie de la terre aztèque - d'autres royaumes contrôlaient le commerce et les taxes qui en découlaient. Puis, en 1481 C.E./A.D. - douze ans seulement après avoir pris le contrôle de l'empire, et au jeune âge de trente et un ans - Axayactl tomba violemment malade et mourut subitement, ouvrant la porte à un autre dirigeant pour assumer le poste de tlatoque (1948).

Tizoc (1481 CE - 1486 CE)

Après la mort d'Axayacatl, son frère, Tizoc, monta sur le trône en 1481 où il ne resta pas longtemps, n'accomplissant presque rien pour l'empire. Au contraire, en fait, son emprise sur le pouvoir dans les territoires déjà conquis s'est affaiblie en raison de son inefficacité en tant que chef militaire et politique (Davies, 1987).

En 1486, cinq ans seulement après avoir été nommé tlatoani de Tenochtitlan, Tizoc mourut. La plupart des historiens pensent au moins – sinon acceptent carrément – ​​qu'il a été assassiné en raison de ses échecs, bien que cela n'ait jamais été définitivement prouvé (Hassig, 2006).

En termes de croissance et d'expansion, les règnes de Tizoc et de son frère, Axayactl, furent un calme proverbial avant la tempête. Les deux empereurs suivants redynamiseront la civilisation aztèque et l'amèneront vers ses meilleurs moments en tant que dirigeants du centre du Mexique.

Ahuitzotl (1486 CE - 1502 CE)

Un autre fils de Moctezuma Ier, Ahuitzotl, a succédé à son frère à sa mort, et son ascension au trône a marqué une tournure des événements au cours de l'histoire aztèque.

Pour commencer, Ahuitzotl - après avoir assumé le rôle de tlatoani - a changé son titre en huehueytlaotani, qui se traduit par Supreme King (Smith, 1984).
C'était un symbole de la consolidation du pouvoir qui avait laissé les Mexicas en tant que puissance principale de la Triple Alliance, c'était un développement depuis le début de la coopération, mais à mesure que l'empire s'étendait, l'influence de Tenochtitlan augmentait également.

Amener l'Empire vers de nouveaux sommets

Utilisant sa position de roi suprême, Ahuitzotl entreprit une nouvelle expansion militaire dans l'espoir de développer l'empire, de favoriser le commerce et d'acquérir plus de victimes pour le sacrifice humain.

Ses guerres l'ont amené plus au sud de la capitale aztèque que n'importe quel empereur précédent n'avait réussi à aller. Il a pu conquérir la vallée d'Oaxaca et la côte de Soconusco du sud du Mexique, avec des conquêtes supplémentaires apportant l'influence aztèque dans ce qui est maintenant les parties occidentales du Guatemala et d'El Salvador (Novillo, 2006).

Ces deux dernières régions étaient des sources précieuses de produits de luxe tels que les fèves de cacao et les plumes, qui étaient toutes deux largement utilisées par la noblesse aztèque de plus en plus puissante. De tels désirs matériels servaient souvent de motivation à la conquête aztèque, et les empereurs avaient tendance à se tourner vers le sud plutôt que vers le nord du Mexique pour leur butin - car il offrait à l'élite ce dont elle avait besoin tout en étant beaucoup plus proche.

Si l'empire n'était pas tombé avec l'arrivée des Espagnols, il aurait peut-être fini par s'étendre davantage vers les précieux territoires du nord. Mais le succès au sud de pratiquement tous les empereurs aztèques a maintenu leurs ambitions concentrées.

Dans l'ensemble, le territoire contrôlé par les Aztèques ou leur rendant hommage a plus que doublé sous Ahuitzotl, faisant de lui de loin le commandant militaire le plus titré de l'histoire de l'empire.

Réalisations culturelles sous Ahuitzotl

Bien qu'il soit surtout connu pour ses victoires militaires et sa conquête, Ahuitzotl a également fait un certain nombre de choses pendant qu'il régnait qui a contribué à faire progresser la civilisation aztèque et à en faire un nom familier dans l'histoire ancienne.
Le plus célèbre de tous était peut-être l'agrandissement du Templo Mayor, le principal édifice religieux de Tenochtitlan qui était le centre de la ville et de tout l'empire. C'est ce temple, et la place qui l'entoure, qui était en partie responsable de la crainte que les Espagnols ressentaient lorsqu'ils rencontraient des gens dans ce qu'ils appelaient le Nouveau Monde.

C'est aussi, en partie, cette grandeur qui les a aidés à décider d'agir contre le peuple aztèque, en essayant d'émietter leur empire et de revendiquer leurs terres pour l'Espagne et Dieu - quelque chose qui était très à l'horizon quand Ahuitzotl est mort en 1502 C.E. et le trône aztèque est allé à un homme nommé Moctezuma Xocoyotzin, ou Moctezuma II également connu simplement sous le nom de Montezuma.

Conquête espagnole et fin de l'Empire

Lorsque Montezuma II a pris le trône aztèque en 1502, l'empire était à la hausse. En tant que fils d'Axayacatl, il avait passé la majeure partie de sa vie à regarder ses oncles régner, mais le moment était enfin venu pour lui d'intervenir et de prendre le contrôle de son peuple.

À seulement vingt-six ans lorsqu'il est devenu roi suprême, Montezuma avait pour objectif d'étendre l'empire et de faire entrer sa civilisation dans une nouvelle ère de prospérité. Cependant, alors qu'il était sur la bonne voie pour en faire son héritage au cours des dix-sept premières années de son règne, les grandes forces de l'histoire travaillaient contre lui.

Le monde était devenu plus petit que les Européens - à commencer par Christophe Colomb en 1492 C.E./A.D. - ont pris contact avec et ont commencé à explorer ce qu'ils appelaient le Nouveau Monde. Et ils n'ont pas toujours eu l'amitié en tête lorsqu'ils sont entrés en contact avec les cultures et les civilisations existantes, c'est le moins qu'on puisse dire. Cela a provoqué un changement radical dans l'histoire de l'empire aztèque, qui a finalement conduit à sa disparition.

Moctezuma Xocoyotzin (1502 CE - 1521 CE)

En devenant le dirigeant des Aztèques en 1502, Montezuma entreprit immédiatement de faire les deux choses que presque tous les nouveaux empereurs devaient faire : consolider les gains de son prédécesseur, tout en revendiquant de nouvelles terres pour l'empire.
Pendant son règne, Montezuma a pu faire de nouveaux gains sur les terres des peuples Zapoteca et Mixteca - ceux qui vivaient dans les régions au sud et à l'est de Tenochtitlan. Ses victoires militaires ont étendu l'empire aztèque à son plus grand point, mais il n'y a pas ajouté autant de territoire que son prédécesseur, ni même autant que les empereurs précédents tels qu'Izcoatl.

Au total, les terres contrôlées par les Aztèques comptaient quelque 4 millions de personnes, Tenochtitlan comptant à elle seule environ 250 000 habitants - un chiffre qui l'aurait placée parmi les plus grandes villes du monde à l'époque (Burkholder et Johnson, 2008).

Cependant, sous Montezuma, l'empire aztèque subissait des changements considérables. Afin de consolider son pouvoir et de réduire l'influence des nombreux intérêts différents de la classe dirigeante, il a commencé à restructurer la noblesse.

Dans de nombreux cas, cela signifiait simplement dépouiller les familles de leurs titres. Il a également promu le statut de beaucoup de ses propres parents - il a mis son frère en ligne pour le trône et semble avoir tenté de placer tout le pouvoir de l'empire et de la Triple Alliance dans sa famille.

Les Espagnols, rencontrés

Après dix-sept ans de succès dans la mise en œuvre des stratégies impériales aztèques, tout a changé en 1519 C.E./A.D.

Un groupe d'explorateurs espagnols dirigé par un homme nommé Hernán Cortés - à la suite des murmures de l'existence d'une grande civilisation riche en or - a touché terre sur la côte du golfe du Mexique, près de ce qui allait bientôt être le site de la ville de Veracruz.

Montezuma connaissait les Européens dès 1517 de notre ère/après JC - la nouvelle lui était parvenue par le biais de réseaux commerciaux d'hommes étranges à la peau blanche naviguant et explorant les Caraïbes et ses nombreuses îles et côtes. En réponse, il a ordonné, dans tout l'empire, qu'il soit averti si l'une de ces personnes était repérée sur ou à proximité des terres aztèques (Dias del Castillo, 1963).

Ce message est finalement venu deux ans plus tard, et après avoir entendu parler de ces nouveaux arrivants - qui parlaient dans une langue étrange, avaient un teint anormalement pâle et qui portaient des bâtons étranges et dangereux qui pouvaient être faits pour déclencher le feu avec juste quelques petits mouvements — il envoya des messagers portant des cadeaux.

Il est possible que Montezuma ait pensé que ces personnes étaient des dieux, car une légende aztèque a parlé du retour du dieu serpent à plumes, Quetzalcoatl, qui pourrait également prendre la forme d'un homme à la peau blanche avec une barbe. Mais il est tout aussi probable qu'il les ait vus comme une menace et qu'il ait voulu l'atténuer très tôt.

Mais Montezuma était étonnamment accueillant envers ces étrangers, malgré le fait qu'il était probablement évident tout de suite qu'ils avaient des intentions hostiles – suggérant que quelque chose d'autre motivait le dirigeant de l'empire.

Après cette première rencontre, les Espagnols ont continué leur voyage à l'intérieur des terres et, ce faisant, ils ont rencontré de plus en plus de monde. Cette expérience leur a permis de voir de première main le mécontentement que les gens ressentaient face à la vie sous la domination aztèque. Les Espagnols ont commencé à se faire des amis, dont le plus important était Tlaxcala - une ville puissante que les Aztèques n'avaient jamais réussi à subjuguer et qui étaient impatients de renverser leurs plus grands rivaux de leur position de pouvoir (Diaz del Castillo, 1963).

La rébellion éclatait souvent dans les villes proches des endroits où les Espagnols s'étaient rendus, et cela aurait probablement dû être un signe pour Montezuma pointant vers les véritables intentions de ces personnes. Pourtant, il a continué à envoyer des cadeaux aux Espagnols alors qu'ils se dirigeaient vers Tenochtitlan, et a finalement accueilli Cortés dans la ville lorsque l'homme est arrivé au centre du Mexique.

Les combats commencent

Cortés et ses hommes ont été accueillis dans la ville par Montezuma en tant qu'invités d'honneur. Après s'être rencontrés et avoir échangé des cadeaux au bout de l'une des grandes chaussées reliant l'île sur laquelle Tenochtitlan a été construite aux rives du lac Texcoco, les Espagnols ont été invités à séjourner dans le palais de Montezuma.

Ils ont fini par y rester plusieurs mois, et bien que les choses aient bien commencé, les tensions ont rapidement commencé à monter. Les Espagnols ont pris la générosité de Montezuma et l'ont utilisée pour prendre le contrôle, mettant le chef aztèque sous ce qui équivalait à une assignation à résidence et prenant le contrôle de la ville.

Des membres puissants de la famille de Montezuma ont apparemment été bouleversés par cela et ont commencé à insister pour que les Espagnols partent, ce qu'ils ont refusé de faire. Puis, fin mai 1520, les Aztèques célébraient une fête religieuse lorsque des soldats espagnols ont ouvert le feu sur leurs hôtes sans défense, tuant plusieurs personnes - dont des nobles - à l'intérieur du temple principal de la capitale aztèque.
Des combats ont éclaté entre les deux parties lors d'un événement connu sous le nom de Massacre dans le Grand Temple de Tenochtitlan.

Les Espagnols ont affirmé être intervenus dans la cérémonie pour empêcher un sacrifice humain - une pratique qu'ils abhorraient et utilisaient comme principale motivation pour prendre le contrôle du gouvernement mexicain, se considérant comme une force civilisatrice apportant la paix à un peuple en guerre (Diaz del Castillo, 1963).

Mais ce n'était qu'une ruse - ce qu'ils voulaient vraiment, c'était une raison d'attaquer et de commencer leur conquête des Aztèques.

Vous voyez, Cortés et ses copains conquistadors n'avaient pas atterri au Mexique pour se faire des amis. Ils avaient entendu des rumeurs sur la richesse extravagante de l'empire, et en tant que première nation européenne à avoir touché terre dans les Amériques, ils étaient impatients d'établir un grand empire qu'ils pourraient utiliser pour se muscler en Europe. Leur objectif principal était l'or et l'argent, qu'ils voulaient non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour financer ledit empire.

Les Espagnols vivants à l'époque ont affirmé qu'ils faisaient l'œuvre de Dieu, mais l'histoire a révélé leurs motivations, nous rappelant à quel point la convoitise et la cupidité étaient responsables de la destruction d'innombrables civilisations qui avaient mis des milliers d'années à se créer.

Au cours du chaos qui a suivi après que les Espagnols aient attaqué la cérémonie religieuse des Aztèques, Montezuma a été tué, dont les circonstances restent encore floues (Collins, 1999). Cependant, peu importe comment cela s'est passé, le fait demeure que les Espagnols avaient tué l'empereur aztèque.
La paix ne pouvait plus être feinte, il était temps de se battre.

Pendant ce temps, Cortés n'était pas à Tenochtitlan. Il était parti combattre l'homme envoyé pour l'arrêter pour avoir désobéi aux ordres et envahi le Mexique. (À l'époque, si vous n'étiez pas d'accord avec les accusations portées contre vous, il semble que tout ce que vous aviez à faire était d'accomplir la simple tâche de tuer l'homme envoyé pour vous arrêter. Problème résolu !)

Il revint victorieux d'une bataille — celle livrée contre l'officier envoyé pour l'arrêter — au beau milieu d'une autre, celle qui se livrait à Tenochtitlan entre ses hommes et les Mexicains.

Pourtant, alors que les Espagnols possédaient de bien meilleures armes - comme dans les fusils et les épées en acier par rapport aux arcs et aux lances - ils étaient isolés à l'intérieur de la capitale ennemie et étaient sérieusement en infériorité numérique. Cortés savait qu'il devait faire sortir ses hommes pour qu'ils puissent se regrouper et lancer une attaque appropriée.

Dans la nuit du 30 juin 1520, les Espagnols - pensant que l'une des chaussées reliant Tenochtitlan au continent était laissée sans surveillance - ont commencé à sortir de la ville, mais ils ont été découverts et attaqués. Les guerriers aztèques sont venus de toutes les directions, et bien que les chiffres exacts restent contestés, la plupart des Espagnols ont été massacrés (Diaz del Castillo, 1963).

Cortés a qualifié les événements de cette soirée de Noche Triste - ce qui signifie nuit triste. Les combats se sont poursuivis alors que les Espagnols contournaient le lac Texcoco, ils étaient encore plus affaiblis, offrant la dure réalité que la conquête de ce grand empire ne serait pas une mince affaire.

Cuauhtemoc (1520 CE/AD - 1521 CE/AD)

Après la mort de Montezuma et après que les Espagnols aient été chassés de la ville, la noblesse aztèque restante - ceux qui n'avaient pas encore été massacrés - a voté Cuitláhuac, le frère de Montezuma, pour devenir le prochain empereur.

Son règne n'a duré que 80 jours, et sa mort, qui a été provoquée soudainement par le virus de la variole qui fait rage dans la capitale aztèque, était un signe avant-coureur des choses à venir. La noblesse, désormais confrontée à des choix extrêmement limités depuis que ses rangs avaient été décimés à la fois par la maladie et l'hostilité espagnole, a choisi son prochain empereur - Cuauhtémoc - qui a pris le trône vers la fin de 1520 C.E./A.D.

Il a fallu plus d'un an à Cortés après Noche Triste pour rassembler la force dont il avait besoin pour prendre Tenochtitlan, et il a commencé à l'assiéger à partir du début de 1521 C.E./A.D. Cuauhtémoc a envoyé un mot aux villes environnantes pour venir aider à défendre la capitale, mais il a reçu peu de réponses - la plupart avaient abandonné les Aztèques dans l'espoir de se libérer de ce qu'ils considéraient comme un régime oppressif.

Seuls et mourant de maladie, les Aztèques n'avaient aucune chance contre Cortés, qui marchait vers Tenochtitlan avec plusieurs milliers de soldats espagnols et quelque 40 000 guerriers des villes voisines - principalement Tlaxcala.

Lorsque les Espagnols sont arrivés dans la capitale aztèque, ils ont immédiatement commencé à assiéger la ville, coupant les chaussées et tirant des projectiles sur l'île de loin.

La taille de la force d'attaque et la position isolée des Aztèques rendaient la défaite inévitable. Mais les Mexica ont refusé de se rendre. Cortés aurait fait plusieurs tentatives pour mettre fin au siège par la diplomatie afin de garder la ville intacte, mais Cuauhtémoc et ses nobles ont refusé.

Finalement, les défenses de la ville ont éclaté Cuauhtémoc a été capturé le 13 août 1521 C.E./A.D., et avec cela, les Espagnols ont revendiqué le contrôle de l'une des villes les plus importantes du monde antique.

La plupart des bâtiments avaient été détruits pendant le siège, et la plupart des habitants de la ville qui n'étaient pas morts pendant l'attaque ou de la variole ont été massacrés par les Tlaxcalans. Les Espagnols ont remplacé toutes les idoles religieuses aztèques par des idoles chrétiennes et ont fermé le Templo Mayor au sacrifice humain.

Debout là, au centre d'un Tenochtitlan en ruines - une ville qui comptait autrefois plus de 300 000 habitants, mais qui s'est maintenant détériorée face à l'extinction due à l'armée espagnole (et aux maladies véhiculées par les soldats) - Cortés était un conquérant . À ce moment-là, il se sentait probablement au sommet du monde, en sécurité dans la pensée que son nom serait lu pendant des siècles, aux côtés d'Alexandre le Grand, de Jules César et de Gengis Khan.
Il ne savait pas que l'histoire prendrait une position différente.

L'empire aztèque d'après Cortés

La chute de Tenochtitlan a fait tomber l'empire aztèque. Presque tous les alliés des Mexicas avaient soit fait défection vers les Espagnols et les Tlaxcalans, soit avaient eux-mêmes été vaincus.

La chute de la capitale signifiait que, en seulement deux ans après avoir pris contact avec les Espagnols, l'empire aztèque s'était effondré et était devenu une partie des possessions coloniales espagnoles dans les Amériques - un territoire collectivement connu sous le nom de Nouvelle-Espagne.

Tenochtitlan a été rebaptisée Ciudad de México - Mexico - et connaîtrait un nouveau type de transformation en tant que centre d'un vaste empire colonial.

Pour aider à financer ses désirs impériaux, l'Espagne a décidé d'utiliser ses terres dans le Nouveau Monde pour s'enrichir. Ils se sont appuyés sur les systèmes d'hommages et d'impôts déjà existants et ont forcé le travail pour extraire la richesse de ce qui était autrefois l'empire aztèque – ce qui a exacerbé ce qui était déjà une structure sociale très inégale.

Les indigènes ont été forcés d'apprendre l'espagnol et de se convertir au catholicisme, et ils ont eu peu de chances d'améliorer leur position dans la société. La majeure partie de la richesse est allée aux Espagnols blancs qui avaient des liens avec l'Espagne (Burkholder et Johnson, 2008).

Au fil du temps, une classe d'Espagnols nés au Mexique a émergé et s'est rebellée contre la Couronne espagnole pour leur avoir refusé certains privilèges, remportant l'indépendance du Mexique en 1810. Mais, en ce qui concerne les communautés autochtones, la société qu'elles ont créée était en fait la même que celle celle qui avait existé sous les Espagnols.

La seule vraie différence était que les riches criollo (ceux nés au Mexique de parents espagnols qui étaient au sommet de la société, en dessous seulement des Espagnols nés en Espagne, les españoles) n'avaient plus à répondre à la Couronne espagnole. Pour tous les autres, c'était comme d'habitude.

À ce jour, les communautés indigènes du Mexique sont marginalisées. Il existe 68 langues indigènes différentes reconnues par le gouvernement, dont le nahuatl, la langue de l'empire aztèque. C'est l'héritage de la domination espagnole au Mexique, qui n'a commencé qu'une fois qu'elle a conquis la civilisation aztèque, l'une des plus puissantes à avoir jamais existé sur l'un ou l'autre des continents américains.

Cependant, alors que le Mexique a été contraint de s'adapter à la culture et aux coutumes espagnoles, le peuple est resté connecté à ses racines préhispaniques. Aujourd'hui, le drapeau mexicain comporte un aigle et un serpent à plumes au sommet d'un cactus de figue de Barbarie - le symbole de Tenochtitlan et un hommage à l'une des civilisations les plus grandes et les plus percutantes de l'Antiquité.

Bien que ce symbole - les armoiries officielles du Mexique - n'ait été ajouté qu'au XIXe siècle, il a toujours fait partie de l'identité mexicaine et rappelle qu'on ne peut pas comprendre le Mexique d'aujourd'hui sans comprendre l'empire aztèque, ses exemple de l'Ancien Monde, et sa disparition quasi instantanée aux mains des Espagnols opérant sous l'illusion que leur cupidité et leur luxure étaient magnanimes et divines.

Cela nous rappelle que nous ne pouvons pas vraiment comprendre notre monde moderne sans saisir les impacts de près de cinq siècles d'impérialisme et de colonisation européens, une transformation que nous comprenons maintenant comme la mondialisation.

Culture aztèque

La prospérité et le succès de la civilisation aztèque dépendaient de deux choses : la guerre et le commerce.

Les campagnes militaires réussies ont apporté plus de richesse à l'empire, en grande partie parce qu'elles ont ouvert de nouvelles routes commerciales. Il a fourni aux marchands de Tenochtitlan la possibilité d'accumuler des richesses grâce à la vente des marchandises et d'acquérir un grand luxe qui ferait du peuple aztèque l'envie de tout le Mexique.

Les marchés de Tenochtitlan étaient célèbres - non seulement dans tout le centre du Mexique, mais aussi dans le nord du Mexique et les États-Unis actuels - comme étant des endroits où l'on pouvait trouver toutes sortes de biens et de richesses. Cependant, ils étaient étroitement réglementés par la noblesse, et c'était une pratique pratiquée dans la plupart des villes contrôlées par l'empire. Les responsables aztèques veilleraient à ce que les demandes d'hommage du roi soient satisfaites et que toutes les taxes soient payées.

Ce contrôle strict du commerce dans tout l'empire a contribué à assurer le flux de marchandises qui a gardé les nobles et les classes dirigeantes heureuses à Tenochtitlan, une ville en croissance rapide qui compterait plus d'un quart de million d'habitants au moment où Cortés est arrivé sur la côte mexicaine. .

Cependant, pour maintenir le contrôle de ces marchés et pour augmenter la quantité et le type de marchandises entrant dans l'empire, le militarisme était également un élément essentiel de la société aztèque - les guerriers aztèques qui sont sortis pour conquérir les habitants du centre du Mexique et au-delà étaient en train de paver le moyen pour les marchands de nouer de nouveaux contacts et d'apporter plus de richesse à la civilisation.

La guerre avait également un sens dans la religion et la vie spirituelle aztèques. Leur dieu patron, Huitzilopochtli, était le dieu du soleil et aussi le dieu de la guerre. Les dirigeants justifiaient bon nombre de leurs guerres en invoquant la volonté de leur dieu, qui avait besoin de sang - le sang des ennemis - pour survivre.

Lorsque les Aztèques sont entrés en guerre, les empereurs pouvaient faire appel à tous les hommes adultes considérés comme faisant partie de leur sphère pour rejoindre l'armée, et la punition pour refus était la mort. Ceci, ainsi que les alliances qu'elle avait avec d'autres villes, donna à Tenochtitlan la force dont elle avait besoin pour mener ses guerres.

Tout ce conflit a évidemment créé beaucoup d'animosité envers les Aztèques de la part du peuple qu'ils dirigeaient - une colère que les Espagnols exploiteraient à leur avantage alors qu'ils travaillaient pour vaincre et conquérir l'empire.

Les parties de la vie aztèque qui n'étaient pas dominées par la guerre et la religion étaient consacrées au travail, soit dans les champs, soit dans une sorte d'artisanat. La grande majorité des personnes vivant sous la domination aztèque n'avaient pas leur mot à dire sur les questions de gouvernement et étaient censées rester séparées de la noblesse, la classe sociale juste sous les dirigeants de l'empire - qui, combinées, jouissaient de presque tous les fruits de la culture aztèque. prospérité.

La religion dans l'empire aztèque

Comme c'est le cas avec la plupart des civilisations anciennes, les Aztèques avaient une forte tradition religieuse qui justifiait leurs actions et définissait très bien qui ils étaient.

Comme mentionné, parmi les nombreux Dieux aztèques , la divinité primordiale de l'empire aztèque était Huitzilopochtli, le dieu du soleil , mais cela n'a pas toujours été le cas. Le peuple aztèque a célébré de nombreux dieux différents, et lorsque la Triple Alliance a été formée, les empereurs aztèques - à commencer par Izcoatl - ont suivi les conseils de Tlacaelel, commençant à promouvoir Huitzilopochtli à la fois comme dieu du soleil et dieu de la guerre, au centre de la religion aztèque. .

En plus de promouvoir Huitzilopochtli, les empereurs ont financé ce qui équivalait à d'anciennes campagnes de propagande - faites principalement pour justifier auprès du peuple la guerre quasi constante menée par les empereurs - qui épousaient le destin glorieux du peuple aztèque, ainsi que le besoin de sang pour garder leur dieu heureux et l'empire prospère.

Le sacrifice religieux des gens a joué un rôle important dans la vision du monde religieux aztèque, en grande partie parce que l'histoire de la création aztèque implique Quetzalcóatl, le dieu serpent à plumes, saupoudrant son sang sur des os secs pour créer la vie telle que nous la connaissons. Le sang que les Aztèques ont donné, alors, était d'aider à continuer la vie ici sur Terre.

Quetzalcóatl était l'un des principaux dieux de la religion aztèque. Sa représentation en tant que serpent à plumes s'inspire de nombreuses cultures mésoaméricaines différentes, mais dans la culture aztèque, il était célébré comme le dieu du vent, de l'air et du ciel.
Le prochain grand dieu aztèque était Tlaloc, le dieu de la pluie. Il était celui qui apportait l'eau dont ils avaient besoin pour boire, faire pousser des cultures et prospérer, et était donc naturellement l'une des divinités les plus importantes de la religion aztèque.

De nombreuses villes de l'empire aztèque avaient Tlaloc comme divinité patronne, bien qu'elles aient probablement aussi reconnu le pouvoir et la puissance de Huitzilopochtli.

Dans l'ensemble, il existe des centaines de dieux différents vénérés par le peuple de l'Empire aztèque, dont la majorité n'ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres - développés dans le cadre d'une culture individuelle qui est restée liée aux Aztèques par le commerce. et hommage.

La religion a également contribué à alimenter le commerce, car les cérémonies religieuses - en particulier celles impliquant la noblesse - nécessitaient des pierres précieuses, des pierres, des perles, des plumes et d'autres artefacts, qui devaient provenir des confins de l'empire pour être disponibles sur les marchés de Tenochtitlan.

Les Espagnols ont été horrifiés par la religion aztèque, en particulier son utilisation du sacrifice humain, et l'ont utilisé comme justification de leur conquête. Le massacre du Grand Temple de Tenochtitlan aurait eu lieu parce que les Espagnols sont intervenus dans une fête religieuse pour empêcher un sacrifice de se produire, ce qui a déclenché les combats et a initié le début de la fin pour les Aztèques.

Une fois victorieux, les Espagnols ont entrepris d'éliminer les pratiques religieuses de ceux qui vivaient au Mexique à l'époque et de les remplacer par des catholiques. Et étant donné que le Mexique a l'une des plus grandes populations catholiques au monde, il semble qu'ils aient réussi dans cette quête.

La vie après les Aztèques

Après la chute de Tenochtitlan, les Espagnols ont commencé le processus de colonisation des terres qu'ils avaient acquises. Tenochtitlan a été pratiquement détruite, alors les Espagnols se sont mis à la reconstruire, et son remplaçant, Mexico, est finalement devenu l'une des villes les plus importantes et la capitale de la Nouvelle-Espagne - le conglomérat composé de colonies espagnoles dans les Amériques qui s'étendait du nord du Mexique. et les États-Unis, à travers l'Amérique centrale, et tout au sud jusqu'à la pointe de l'Argentine et du Chili.
Les Espagnols ont gouverné ces terres jusqu'au 19ème siècle, et la vie sous la domination impériale était rude.

Un ordre social strict a été mis en place qui maintenait la richesse concentrée entre les mains de l'élite, en particulier ceux qui avaient des liens étroits avec l'Espagne. Les autochtones ont été forcés de travailler et empêchés d'accéder à autre chose qu'à une éducation catholique, ce qui a contribué à la pauvreté et aux troubles sociaux.

Mais, au fur et à mesure que l'ère coloniale progressait et que l'Espagne contrôlait plus de terres dans les Amériques que toute autre nation européenne, l'or et l'argent qu'ils avaient découverts n'étaient bientôt plus suffisants pour financer leur immense empire, plongeant la couronne espagnole dans la dette.

En 1808, saisissant cette opportunité, Napoléon Bonaparte envahit l'Espagne et prend Madrid, obligeant Charles IV d'Espagne à abdiquer et plaçant son frère Joseph sur le trône.

Les riches criollos ont commencé à parler d'indépendance alors qu'ils cherchaient à protéger leurs biens et leur statut, et se sont finalement déclarés une nation souveraine. Après plusieurs années de guerre avec les États-Unis, le pays du Mexique est né en 1810.

Le nom de la nouvelle nation et son drapeau ont été établis pour renforcer le lien avec la nouvelle nation et ses racines aztèques.

Les Espagnols ont peut-être effacé l'un des empires les plus puissants du monde de la surface de la Terre en seulement deux petites années, mais les gens qui sont restés n'oublieront jamais à quoi ressemblait la vie avant d'être envahis par des Européens porteurs d'armes à feu et porteurs de la variole qui avaient leur objectif est de dominer le monde.

Pour ceux d'entre nous qui sont en vie aujourd'hui, l'histoire aztèque est un témoignage remarquable de la croissance de la civilisation et un rappel de combien notre monde a changé depuis 1492, lorsque Christophe Colomb a navigué sur l'océan bleu.

Bibliographie

Collis, Maurice. Cortés et Montezuma. Vol. 884. New Directions Publishing, 1999.

Davies, Nigel. L'empire aztèque : la résurgence toltèque. Presse de l'Université d'Oklahoma, 1987.

Duran, Diego. L'histoire des Indes de la Nouvelle-Espagne. Presse de l' Université de l' Oklahoma , 1994 .

Hassig, Ross. La polygamie et la montée et la disparition de l'empire aztèque. Presse de l'Université du Nouveau-Mexique, 2016.

Santamarina Novillo, Carlos. Le système de domination aztèque : l'empire Tepanec. Vol.11. Fondation universitaire espagnole, 2006.

Schroeder, Susan. Souvenir de Tlacaelel : cerveau de l'empire aztèque. Vol. 276. Presses de l'Université d'Oklahoma, 2016.

Sullivan, Thelma D. La découverte et la fondation de Tenochtitlán au Mexique. De la Chronique mexicaine, par Fernando Alvarado Tezozomoc. Sports 6.4 (2016) : 312-336.

Smith, Michael E. Les Aztèques. John Wiley & Fils, 2013.

Smith, Michael E. Les migrations aztlanes des chroniques nahuatl: mythe ou histoire?. Ethnohistoire (1984): 153-186.

Dieux et déesses serpents : 19 divinités serpents du monde entier

Corps of Discovery : Chronologie et itinéraire de l'expédition Lewis et Clark

L'expédition Lewis et Clark est partie avec leur Corps of Discovery et sans chronologie définie sur un itinéraire de sentier inconnu dans une terre inexplorée. C'est leur histoire.

Athènes contre Sparte : l'histoire de la guerre du Péloponnèse

La guerre du Péloponnèse était une ancienne guerre grecque menée de 431 à 404 avant notre ère par la Ligue de Délos dirigée par Athènes contre la Ligue du Péloponnèse dirigée par Sparte.

Les satrapes de l'ancienne Perse : une histoire complète

L'Empire perse a dominé une grande partie de l'ère antique en utilisant des satrapes. Apprenez ce qu'ils étaient et comment les Perses les ont utilisés pour construire un empire.

Bataille de la mer de Corail

La bataille de la mer de Corail a marqué le moment où la Seconde Guerre mondiale est véritablement devenue une guerre mondiale. Obtenez les dates complètes, la chronologie et la répartition des événements.