Dieux et déesses de la guerre antique : 8 dieux de la guerre du monde entier

Guerre : à quoi ça sert ?

Bien que la question soit posée depuis des éons, il n'y a pas de réponse à l'emporte-pièce. Les certitudes sont jetées par la fenêtre. Il y a la garantie de survivre à la prochaine bataille, de voir flotter un drapeau blanc ou de boire dans la coupe du vainqueur des vérités dures et froides telles que celles-ci ont remué l'esprit des soldats aguerris pendant des générations.

Parmi le chaos et la cruauté, cependant, surgit une vénération pour les dieux et les déesses de la guerre au cœur de lion qui jouaient leurs cartes sur le champ de bataille. Car eux — et eux seuls — pourraient éventuellement mener quelqu'un à la victoire.



Pendant des centaines de millénaires, les dieux de la guerre ont été vénérés par les civils et les guerriers par les rois du monde entier. Des temples géants construits par peur et vénération pour ces divinités tout-puissantes. Ceux qui cherchaient la protection, la victoire, la gloire héroïque et la mort d'un héros priaient à la fois en temps d'épreuves et en temps de paix.

Ces dieux et déesses infâmes avaient leurs autels construits par le sang et le soufre de la guerre.

Ci-dessous, nous passerons en revue 8 des dieux de la guerre les plus notoires du monde antique.

Les 8 dieux de la guerre les plus vénérés du monde antique

Table des matières

Apedemak - Ancien dieu nubien de la guerre

Ancien dieu de la guerre nubien
    Domaine(s): Guerre, Création, VictoireArme de choix:Arc et Flèches

Ce dieu de la guerre était un favori parmi le roi de l'ancien Kush, voisin du sud de l'Égypte. Représenté le plus souvent comme un homme à tête de lion - ou comme dans le cas d'un temple à Naqa, Trois têtes de lion - Apedemak représentait l'autorité inébranlable de la classe dirigeante de Kush.

Le royaume de Koush était une monarchie absolue établie en 1070 av. Il se trouvait dans les terres fertiles de la vallée du Nil et était une plaque tournante pour le travail du fer. En raison de sa proximité avec l'Égypte, il y avait un certain chevauchement culturel : les archives indiquent que les dieux égyptiens étaient vénérés dans certaines villes, que les habitants de Koush ont également momifié leurs morts et qu'ils ont également construit des pyramides funéraires. Le royaume a été dissous en 350 après JC.

Assurer la victoire et la justice

Beaucoup de ces rois qui ont rendu hommage à cette divinité de la guerre ont réclamé sa faveur, jurant qu'il les mènerait à la victoire contre leurs adversaires. Il existe d'innombrables images d'Apedemak sous une forme léonine complète sur les murs des temples qui le montrent dévorant des ennemis et accordant de l'aide aux rois au milieu de la guerre.

Beaucoup continueraient à spéculer que ce dieu de la guerre incarne également la justice militaire : des représentations de lui tenant les fers des prisonniers de guerre ainsi que en mangeant captifs suggère de graves conséquences pour quiconque s'oppose au règne du roi en place. Une mort aussi cruelle était à prévoir comme punition pour un crime aussi audacieux, avec de multiples récits confirmant l'alimentation des captifs aux lions en Égypte, ainsi qu'à Kush pendant cette période.

On ne sait pas si cela a été pratiqué ou non comme un apaisement d'Apedemak, ou une démonstration de son pouvoir. Des événements similaires peuvent également avoir eu lieu à Rome, bien que le plus souvent lors des nombreux sports de sang qui ont eu lieu au Colisée.

Le dirigeant le plus notoire de Kush à avoir fait cela est le tactique, borgne Kandaké Amanirenas . Il se trouve qu'elle possédait le lion comme animal de compagnie dans ce cas, et elle a pris l'habitude d'énerver Auguste César, le souverain de Rome.

Les nombreux sanctuaires d'Apedemak

Apedemak dieu de la guerre

Le temple d'Apedemak

Il y a un temple dédié au dieu à tête de lion Apedemak à Musawwarat es-Sufra : un complexe méroïtique massif qui remonte au 3ème siècle avant JC. Ce complexe est situé dans l'ouest du Bhoutan moderne au Soudan. On pense que la majorité de Musawwarat es-Sufra a été construite lors de la centralisation du pouvoir à Méroé en tant que capitale du royaume de Kush.

Plus précisément, l'emplacement dédié à Apedemak est dénommé Le Temple du Lion , dont la construction a commencé sous le règne du roi Arnekhamani. Le texte sur les murs du temple d'Apedemak à Musawwarat es-Sufra le désigne comme le Dieu à la tête de la Nubie, soulignant ainsi son importance dans la région.

Son rôle dans la région est particulièrement mis en évidence dans son temple de Naqa qui se trouve à l'ouest du temple d'Amon, l'un des dieux primordiaux de toute la mythologie égyptienne. Là, Apedemak est représenté à côté d'Amon et d'Horus, et est représenté par un serpent à tête de lion sur les bords extérieurs du temple.

En fait, l'arme d'Apedemak, l'arc, reflétait sa signification : la Nubie - la région où se trouvait Kush - était connue sous le nom de Ta-Seti par leurs voisins du nord en Égypte, ce qui se traduit par Terre des arcs.

Le Morrígan - déesse irlandaise de la guerre

    Religion/Culture :IrlandeDomaine(s) :Guerre, Destin, Mort, Prophéties, FertilitéArme de choix:Lance

Maintenant, cette déesse irlandaise de la guerre vous fait peut-être voir double. Ou triple. D'accord, honnêtement, parfois vous ne voyez même pas vraiment son .

On dit souvent qu'il est un signe avant-coureur de la mort sous la forme d'un corbeau ou d'un corbeau sur le champ de bataille, Le Morrigan a suffisamment de récits différents à travers les âges pour suggérer qu'elle était vraiment trois déesses. Adorées séparément sous le nom de Nemain, Badb et Macha, ces trois divinités guerrières sont devenues connues sous le nom de Morrígan : des déesses guerrières puissantes et inébranlables qui pouvaient changer le cours d'une guerre.

Chaque fois qu'ils en avaient envie, le trio participait également aux combats eux-mêmes. Les Morrígan se battaient pour l'équipe qu'ils voulaient gagner ou pour l'équipe destinée à gagner. Badb apparaissait si souvent comme un corbeau pendant le combat qu'elle est devenue connue sous le nom de Badb Catha (corbeau de bataille).

Les soldats sur le terrain voyaient un corbeau voler au-dessus de leur tête et étaient passionnés de se battre plus fort pour la cause qui les poussait. D'un autre côté, la vue de l'oiseau noir inciterait les autres à déposer les armes en signe de défaite.

Badb : Déesse Guerrière des Rêves

Certaines interprétations de Badb la rattachent à la banshee moderne, dont le cri inhumain prédirait la mort d'un individu ou d'un membre de la famille bien-aimé. Le gémissement sinistre de la banshee s'apparenterait aux visions prophétiques de Badb.

Elle apparaîtrait dans les rêves des soldats qui étaient destinés à mourir dans la bataille à venir, lavant leur armure ensanglantée sous une forme de sorcière. Badb partage un mari avec sa sœur Morrígan, Nemain. Le mari, dit Nouveau , est un autre dieu de la guerre irlandais aidé dans la longue bataille contre les Fomoriens : des géants destructeurs et chaotiques hostiles aux premières civilisations irlandaises venues du sous-sol.

Nemain : Le fou ?

Comparativement, la sœur Nemain incarnait les ravages effrénés de la guerre. Appelée fureur de bataille, pendant la guerre, elle semait délibérément la confusion et la panique sur le terrain. Voir des bandes de guerriers autrefois alliées se retourner est l'une de ses préférées. Elle appréciait le chaos qui s'ensuivait sur le champ de bataille, souvent déclenché par son cri de guerre perçant.

Macha : Le corbeau

Puis, vient Macha . Également connue sous le nom de corbeau, cette déesse guerrière irlandaise est le plus étroitement associée à l'Irlande elle-même, et en particulier à sa souveraineté. Macha était également considérée par beaucoup comme une déesse de la fertilité. Non seulement elle était une force notable avec laquelle il fallait compter sur le champ de bataille, ayant massacré des milliers d'hommes, mais elle est devenue bien connue pour ses associations avec le pouvoir féminin et plus particulièrement la maternité.

Indépendamment de qui compose l'intrépide Morrígan, elle est décrite comme étant membre de la Pays de Dieu - une race surnaturelle dans la mythologie irlandaise qui résidait généralement dans un pays appelé The Otherworld (selon les légendes, The Otherworld était sous des étendues d'eau telles qu'un lac ou une mer). C'étaient des individus extrêmement talentueux, dotés de capacités surnaturelles uniques, chacun vénérant une déesse Terre-mère nommée Danu.

LIRE LA SUITE: Dieux et déesses celtiques

Maahes - Dieu de la guerre de l'Égypte ancienne

Dieux et déesses de la guerre antique : 8 dieux de la guerre du monde entier 2
    Religion/Culture :EgypteDomaine(s) :Guerre, Protection, Couteaux, MétéoArme de choix:Couteau

Semblable à d'autres dieux de la guerre, comme le dieu nubien Apedemak, ce divinité égyptienne aussi Il se trouve qu'il a la tête d'un lion et est connu pour se mêler des guerres et des batailles. Sa filiation est inconnue et varie selon que vous étiez en Haute ou en Basse Égypte. Certains Égyptiens croyaient Maahes est le fils de Ptah et Bastet, tandis que d'autres pensent qu'il est né de Sekhmet et Ra (dans certaines variantes, Sekhmet et Ptah).

Les pères de Maahes variaient en fonction de celui qui était déterminé à être le dieu principal de l'époque. Cependant, il n'y a aucune preuve absolue pour prêter complètement les faits d'un côté ou de l'autre. Si l'on devait tenir compte de l'apparence physique et du rôle divin, alors il y a une certaine confiance à dire que sa mère la plus probable était Sekhmet :

Il ressemble à Sekhmet en apparence et en pratique, étant des divinités de guerre léonines et tout ça.

Telle mère, tel fils pourrait-on dire…

Mais! Au cas où les lignes ne seraient pas assez floues, il y a tellement de similitudes entre ce dieu de la guerre et le dieu de l'aromathérapie, Nefertum (un autre fils de l'une ou l'autre des déesses félines), que les érudits ont émis l'hypothèse que Maahes pourrait être un aspect de lui. Aussi, bien qu'il descende de grands Egyptiens dieux des chats , beaucoup pensent que ce grand dieu de la guerre n'est peut-être pas égyptien. En fait, beaucoup suggèrent qu'il a été adapté d'Apedemak of Kush.

Il est connu pour avoir aidé Ra, l'un des Égyptiens dieux du soleil , dans son combat nocturne contre Apep, le dieu du chaos, pour faire respecter l'ordre divin. Les combats auraient lieu après qu'Apep, voyant Ra transporter le soleil à travers les Enfers, ait lancé une attaque.

De plus, Maahes est censé protéger les pharaons d'Égypte. Plus généralement, il était chargé de maintenir Maât (équilibre) et de punir ceux qui le violaient, en dehors d'être un dieu de la guerre.

LIRE LA SUITE: Dieux et déesses égyptiens

Guan Gong - ancien dieu de la guerre chinois

dieu chinois de la guerre
    Religion/Culture :Chine / Taoïsme / Bouddhisme chinois / ConfucianismeDomaine(s) :Guerre, Loyauté, RichesseArme de choix:Guandao (lame du croissant du dragon vert)

La prochaine étape n'est autre que Guan Gong. Il était une fois, ce dieu n'était qu'un simple homme : un général de la période des Trois Royaumes connu sous le nom de Guan Yu qui servit loyalement sous le seigneur de guerre Liu Bei (le fondateur du royaume de Shu Han). Il est devenu un dieu chinois officiel (de la guerre) en 1594 lorsqu'il a été canonisé par un empereur de la dynastie Ming (1368-1644 après JC).

Cependant, sa vénération parmi les soldats, les civils et les rois chinois était inébranlable depuis sa mort initiale et son exécution en 219 après JC. De grands titres lui ont été accordés à titre posthume au fil des siècles. Les récits de ses exploits ont circulé dans tout le pays pendant des générations, et les histoires de sa vie et d'autres personnages pendant la période des Trois Royaumes sont devenues la chair du roman de Luo Guanzhong. Roman des Trois Royaumes (1522).

Les gens en masse étaient investis, ils étaient mystifiés, ils étaient émerveillés. A tous ceux qui lisent Roman des Trois Royaumes, les qualités de Guan Yu devaient être plus qu'admirées : ce sont des qualités à exalter . Ainsi commença l'ascension de Guan Yu pour devenir le dieu chinois Guan Gong.

Qui était Guang Gong ?

Une multitude de représentations de Guan Gong révèlent d'autres aperçus de son personnage et de ce qu'il incarne. Dans l'art, il est souvent représenté avec une barbe frappante (décrite comme sans égal par Luo Guanzhong), portant des robes vertes et avec un visage très rouge.

Comme pour tous les autres dieux de la guerre, il y a un but plus profond derrière la façon dont il est représenté : les érudits ont des raisons de croire que le rouge de son visage est dérivé du costume d'opéra chinois traditionnel, et que le rouge représente la loyauté, le courage et la bravoure. Une peinture faciale similaire se reflète dans les styles de l'opéra de Pékin.

De plus, bien que les représentations populaires de ce dieu de la guerre le montrent en vert à maintes reprises, on ne sait pas exactement pourquoi. Certains spéculent que la couleur de ses vêtements reflète ses intentions pures, montre une croissance (économique, sociale et politique), ou - si nous basons nos observations sur l'opéra de Pékin - alors il est un autre figure héroïque .

Guan Gong à travers les cultures

Quant à son abondance les rôles dans des interprétations religieuses plus modernes, il est considéré comme un sage guerrier dans le confucianisme, comme Sangharama Bodhisattva dans le bouddhisme chinois et comme une divinité dans le taoïsme.

Ses temples guerriers les plus remarquables incluent le temple Guanlin à Luoyang (le dernier lieu de repos de sa tête), le temple Guan Di à Haizhou (le plus grand temple et construit dans sa ville natale) et le palais Zixiao / temple du nuage violet à Hubei (un temple taoïste qui prétend pour abriter la véritable Green Dragon Crescent Blade).

LIRE LA SUITE : Dieux et déesses chinois

Ares - Le dieu grec de la guerre

ares dieu grec de la guerre
    Religion/Culture :GrèceDomaine(s) :GuerreArme de choix:Lance et Guêpe

Contrairement à la plupart des dieux mentionnés précédemment, Arès n'est pas aussi populaire parmi les gens du commun pour son temps. Il était considéré comme l'un des dieux et déesses grecs les plus destructeurs et les plus maussades (bien qu'il ait réussi à séduire la déesse très recherchée de l'amour et de la beauté, Aphrodite ).

En fait, c'est sa relation avec Aphrodite que les anciens Grecs ont exploré le lien à peine voilé entre l'amour, la passion et la beauté et les liens que ces aspects ont avec la guerre, les combats et le massacre sur le champ de bataille.

L'unité entre ces deux dieux grecs est au mieux vague, bien que le Iliade par le poète grec bien-aimé Homère montre un effet boule de neige conséquent sur la façon dont l'amour peut provoquer la guerre plus spécifiquement, lorsque Paris prend Hélène à Ménélas et provoque le intégralité de la guerre de Troie après avoir choisi Aphrodite comme la plus belle des déesses entre Héra et Athéna.

Bien sûr, il y avait d'autres facteurs impliqués, y compris la déesse de la discorde à l'origine de la dispute, mais je m'égare : plus ou moins, pour l'une des plus grandes épopées du monde antique, nous pouvons remercier Aphrodite de l'avoir lancée et applaudir Ares car, eh bien, faire ce que lui et ses serviteurs font de mieux en wa : la destruction totale.

Les enfants puissants d'Ares

Les enfants d'Ares avec Aphrodite comprenaient les jumeaux Eros et Anteros, Harmonia, les jumeaux Phobos et Deimos, Pothos et Himeros.

Alors que quatre des fils d'Ares aident à constituer les infâmes Erotes (divins ailés qui accompagnent Aphrodite), ses autres fils, Phobos et Deimos accompagnaient souvent leur père au combat. En tant que dieu de la panique et de la peur, Phobos est resté aux côtés de son père, étant la personnification de la houle émotionnelle associée au combat.

Pendant ce temps, Deimos, un dieu de l'effroi et de la terreur, est devenu l'incarnation des sentiments que les soldats ressentaient avant de se diriger vers les lignes de front : son nom seul était craint parmi les soldats de la Grèce antique, car il est associé à la défaite et à la perte.

Un autre des compagnons de combat d'Ares est sa sœur jumelle, Enyo, une déesse guerrière à part entière. On disait qu'elle avait conduit le char d'Arès à la guerre, et qu'elle avait un penchant pour les batailles qui étaient d'ailleurs particulièrement destructrices. Elle était connue pour être assez tacticienne et aimait planifier le siège des villes. Leur sœur, Eris, la déesse des conflits et de la discorde, s'est également retrouvée à les suivre partout où la guerre a éclaté.

Bien qu'il vante déjà un entourage impressionnant, la longue liste de dieux et de déesses d'Ares à sa disposition n'est pas encore tout à fait terminée.

Des êtres divins comme Alala, le cri de guerre vivant, et son père, le démon personnifiant la guerre, Polemos, connaissent les tenants et les aboutissants de la guerre. Il y avait aussi les Makhai, les enfants d'Eris et les esprits de la bataille et du combat de même, les Androktasiai (plus d'enfants d'Eris), les personnifications de l'homicide involontaire et d'une mort violente ou cruelle lors d'une bataille, étaient également présents pendant la guerre.

Vous souvenez-vous de la guerre de Troie mentionnée précédemment ? Ce collectif de dieux destructeurs et chaotiques s'est répandu dans les rues de Troie après les 10 ans de siège de la ville.

LIRE LA SUITE:Dieux et déesses grecs

Odin - Dieu de la guerre nordique

dieu nordique de la guerre
    Religion/Culture :Norrois ancien / germaniqueDomaine(s) :Guerre, Poésie, Magie, parfois la Dieu de la mort Arme de choix:Lance

Être père est déjà assez difficile - il est difficile d'imaginer être un père de famille. Pourtant, Odin parvient à éviter d'une manière ou d'une autre l'apocalypse imminente de Ragnarok, la maison du Dieux et déesses nordiques . Ce dieu de la guerre fait l'objet de nombreux contes héroïques et pour une bonne raison : il a aidé à créer le monde en premier lieu.

Comme le histoire va, au début il n'y avait qu'un vide connu sous le nom de Ginnungagap : un vaste néant. Deux royaumes ont germé de ce vide connu sous le nom de Niflheim, une terre de glace qui s'étendait au nord de Ginnungagap, et Muspelheim, une terre de lave qui s'étendait au sud.

C'est dans ces paysages extrêmes que sont venus se faire les plus grands acteurs des mythes nordiques et germaniques…

Lorsque le mélange d'atmosphère et d'aspects de Niflheim et de Muspelheim s'est produit au milieu de Ginnungagap, un jötunn nommé Ymir a vu le jour. La sueur d'Ymir a formé trois autres jötunn - de ses aisselles et de ses jambes, respectivement.

À un moment donné, une vache nommée Audhumbla a également été fabriquée de la même manière qu'Ymir et il lui incombait d'allaiter le nouveau jötunn. Un peu plus loin dans le temps, Audhumbla lécha un bloc de glace particulièrement salé et fit apparaître le premier des dieux : Buri.

Maintenant, Buri a eu un fils nommé Borr, qui a épousé Bestla, et le couple a eu trois fils : Vili, Ve et Odin. Ce sont ces trois frères qui ont tué Ymir et utilisé son corps pour créer le monde tel que nous le connaissons (Midgard inclus).

En plus de tout cela, les trois frères ont également créé les premiers humains à partir d'un frêne et d'un orme. Ils les ont nommés Ask et Embla Odin était chargé de leur donner la vie et l'esprit initiaux.

Compte tenu de tout cela, il est logique qu'Odin soit décrit comme un vieil homme borgne plein de sagesse : il existe littéralement depuis la nuit des temps et a participé non seulement à la construction du monde, mais également à la création de l'humanité.

En plus d'être considéré comme un dieu de la guerre, Odin est également un patron des guerriers. De courageux soldats fidèles à ce dieu croyaient qu'ils seraient emmenés dans le glorieux Valhalla après être morts au combat pour être pris en charge par lui.

D'un autre côté, alors qu'Odin peut maintenir les salles de Valhalla et superviser ses fonctions, ce sont les Valkyries qui déterminent qui doit vivre et qui doit mourir au combat. Pour cette raison, la vue d'une Valkyrie peut être interprétée comme un protecteur divin ou un héraut de la mort. Le rôle des Valkyries est également de déterminer quels soldats vont au Valhalla et deviennent einherjar, et lesquels vont au royaume de prairie de Freyja, Fólkvangr. Indépendamment de la décision, ces esprits féminins qui servent le Tout-Père sont essentiels au bon fonctionnement de l'au-delà en vieux norrois.

Hachiman - Dieu de la guerre japonais

    Religion/Culture :Shinto, bouddhisme japonaisDomaine(s) :Guerre, Protection, Tir à l'arc, AgricultureArme de choix:Arc et Flèches

Hachiman est souvent connu pour être un dieu de la guerre au Japon, beaucoup à travers le royaume le croyant être la déification du 15e empereur, Ōjin, dont le règne a duré de 270 à 310 après JC.

C'est du moins le consensus général. Né en 201 après JC trois ans après la mort de son père (ceci est interprété comme étant plus symbolique que littéral), Ōjin n'est devenu empereur qu'en 270 après JC, à l'âge de 70 ans, et il a régné pendant 40 ans jusqu'à sa mort à l'âge de 110. Selon les registres , il eut 28 enfants d'une femme et dix concubines. Son fils - le légendaire saint empereur Nintoku - est son successeur.

Alors que les historiens débattent pour savoir si Ōjin était ou non une figure réelle, son impact sur lahistoire du Japonest irréfutable. Pendant son règne, il aurait mené la charge de la réforme agraire et encouragé les échanges culturels avec les pays continentaux de Chine et de Corée. L'unification complète du pouvoir impérial, renforçant ainsi le régime monarchique, est un autre événement qui lui a été attribué.

Les pêcheurs et les agriculteurs d'eld priaient Hachiman (connu alors sous le nom de Yahata) pour une récolte réussie, tandis que ceux du âge des samouraïs le considérerait comme une divinité vigilante de leurs clans personnels. Les guerriers à travers le temps se tournaient vers Hachiman pour obtenir des conseils, tandis que le Maison Impériale le considère comme leur protecteur et gardien de la nation (une pratique qui a commencé dans la période Nara de 710 à 792 après JC).

À cette époque, la capitale du pays était située dans la ville de Nara. La période a été marquée par le développement du bouddhisme dans toute la région, conduisant à la construction de temples bouddhistes dans tout le royaume dans le but de protéger spirituellement le Japon. Un oracle de la cour impériale a affirmé que Hachiman avait promis la découverte de métaux précieux pour mouler un bouddha massif pour le plus grand et le plus important de ces temples à Nara. Au fil du temps, Hachiman est devenu Hachiman Diabosatsu et son identité de gardien des temples s'est appuyée sur son rôle plus large de gardien de la nation par la suite.

Cependant, c'est à la fin de la période Hein (794-1185 après JC) que ce dieu de la guerre a prospéré en popularité avec la construction de nombreux autres sanctuaires bouddhistes. Au cours de sa vénération, ce dieu de la guerre a souvent été prié en compagnie de Bishamon : le dieu des guerriers et de la justice, et un aspect de Viśravaṇa.

En tant que gardien de la nation, il est juste que Hachiman soit crédité des deux vents divins qui ont mis fin à l'invasion aquatique du Japon par Kublai Khan en 1274 après JC. Par la suite, il y a aussi une forte indication que la mère d'Ōjin, l'impératrice Jingū, était également connue pour être un avatar de Hachiman pour son invasion de la Corée au cours de son règne.

LIRE LA SUITE: Dieux et déesses japonais

Mars - Le dieu romain de la guerre

Mars est le dieu romain de la guerre
    Religion/Culture :Empire romainDomaine(s) :Guerre, AgricultureArme de choix:Lance & Parme

Juste avertissement : Mars est très semblable au dieu grec Arès. Néanmoins, malgré cette tendance à des similitudes fortuites entre le grec etDieux et déesses romains, (quelque chose que les Romains ont fait pour essayer d'amener les gens dans leur empire), ce dieu romain est unique à sa manière.

Plus que tout, ce dieu de la guerre était la fusion par excellence des idéaux romains. Sa vénération d'être également le dieu de l'agriculture symbolisait les premières années de la République, où le poids des soldats romains était des agriculteurs non formés. De plus, on croyait qu'il nettoyait les terres agricoles pour assurer des récoltes saines. Bien qu'il ne soit pas le seul dieu connu pour travailler dans l'agriculture, il était suffisamment respecté pour que des cérémonies sacrificielles soient célébrées en son honneur. Comparativement, Ares n'a pas un double domaine, avec son accent sur la guerre et la guerre seule.

Oui , Mars était romantiquement lié à Vénus équivalente à Aphrodite, et oui il avait une sœur jumelle qui était une déesse guerrière mais dans ce cas, son nom est Bellona et non Enyo.

Cependant, ce n'est pas un copier-coller. Certainement pas!

Mars était un dieu de la guerre populaire, puissant et vénéré dans tout le monde romain. Une grande partie de cela a à voir avec ses traits équilibrés franchement, contrairement à Ares, Mars est presque sympathique. Il n'est pas impulsif et réfléchit plutôt avec tact. Au lieu d'être impétueux, il est lent à la colère. De même, il est considéré comme étant un dieu martialement vertueux.

Ce dieu romain était tellement apprécié du public qu'il n'était considéré que comme le second après le dieu principal du panthéon, Jupiter.

De plus, Mars est également crédité d'être le père des jumeaux Romulus et Remus : les fondateurs mythiques de Rome.

Selon l'histoire, une femme nommée Rhea Silvia a été forcée de devenir une vestale vierge par son oncle suite à la destitution du père de Silvia, le roi d'Alba Longa. Comme son oncle ne voulait aucune menace à sa prétention au trône, il considérait cela comme la meilleure voie. Malheureusement pour le nouveau roi, Rhea Silvia a fait tomber enceinte et, de plus, a revendiqué le dieu de la guerre Mars comme le père de ses enfants à naître.

Par cet acte, Mars est largement considéré comme le protecteur divin de Rome, ainsi que le gardien du mode de vie romain. On pense que sa présence a renforcé la force militaire de l'armée pendant les combats.

Il n'est pas surprenant que si l'on considère que le mois de mars porte son nom (Martius), la plupart des célébrations en son honneur ont lieu alors. Cela inclurait tout, de la présentation de la puissance militaire à la conduite de rituels pour la bénédiction de Mars avant la bataille.

Bataille de la mer de Corail

La bataille de la mer de Corail a marqué le moment où la Seconde Guerre mondiale est véritablement devenue une guerre mondiale. Obtenez les dates complètes, la chronologie et la répartition des événements.

Histoire des chiens : le voyage du meilleur ami de l'homme

Vous êtes-vous déjà arrêté pour réfléchir à l'histoire de votre petit compagnon canin à fourrure ? Le chien, connu dans la communauté scientifique sous le nom de Canis lupus familiaris.

La guerre civile américaine : dates, causes et personnages

La guerre civile américaine a été le conflit le plus sanglant de l'histoire américaine. Découvrez ce qui l'a causé, comment il a été combattu et comment il perdure à ce jour.

Introduction à la Nouvelle-Espagne et au monde atlantique

En explorant les facettes de l'histoire de la Nouvelle-Espagne, nous pouvons voir les fortes influences de la Reconquista, des systèmes politiques aztèques et de la pensée chrétienne de la fin du Moyen Âge sur l'histoire de la colonie.

Dieux du soleil

Presque toutes les cultures ont un dieu du soleil. Venez rencontrer les dieux et les déesses du soleil du monde entier et découvrez leurs pouvoirs et leurs histoires.