Devenir un soldat romain

La recrue de l'armée républicaine
avant les réformes de Marius

La guerre offrait au citoyen romain de la république la possibilité de revenir couvert de gloire, ayant gagné à la fois des terres et de l'argent. Pour les Romains de la première république, servir dans la légion et la guerre elle-même étaient la même chose. PourRomen'avait d'armée que si elle était en guerre. Tant qu'il y avait la paix, les gens restaient chez eux et il n'y avait pas d'armée. cela montre le caractère essentiellement civil deSociété romaine. Mais Rome est encore célèbre aujourd'hui pour être dans un état de guerre quasi constant.

Le passage de la paix à la guerre a été un changement mental autant que spirituel. Lorsque la guerre était décidée par le sénat, les portes du temple du dieu Janus s'ouvraient. Ce n'est qu'une fois que Rome serait en paix que les portes se refermeraient. – Les portes de Janus étaient presque toujours ouvertes. Pour le citoyen, devenir soldat était une transformation bien au-delà du simple enfilage de son armure.

Lorsque la guerre est déclarée et qu'une armée est levée, un drapeau rouge est hissé sur la capitale de Rome. La nouvelle serait portée à l'ensemble du territoire sous domination romaine. Le hissage du drapeau rouge signifiait que tous les hommes soumis au service militaire avaient trente jours pour se présenter au travail.



Tous les hommes n'étaient pas obligés de servir. Seuls les propriétaires fonciers contribuables étaient soumis au service militaire, car il était considéré qu'eux seuls avaient des raisons de se battre. Parmi eux, ce sont ceux âgés de 17 à 46 ans qui devront servir. Les vétérans de l'infanterie qui avaient déjà participé à seize campagnes précédentes, ou les cavaliers qui avaient servi à dix campagnes, seraient excusés. Seraient également exempts de service les très rares personnes qui, grâce à des contributions militaires ou civiles exceptionnelles, avaient obtenu le privilège spécifique de ne pas avoir à prendre les armes.

C'est dans la capitale que le(s) consul(s) choisiraient, avec leurs tribuns militaires, leurs hommes. Les premiers à être choisis étaient les plus riches, les plus privilégiés. Les derniers élus étaient les plus pauvres, les moins privilégiés. On veillerait à ne pas épuiser complètement le nombre d'hommes d'une classe ou d'une tribu particulière.

La sélection dépendait ensuite en grande partie des hommes jugés aptes à servir. Bien que ceux jugés inaptes au travail aient sans doute été déshonorés aux yeux des autres. Car l'armée n'était pas tant aux yeux des Romains un fardeau qu'une occasion de se montrer digne aux yeux de ses compatriotes. En attendant, ceux qui s'étaient montrés dignes de leurs devoirs civiques n'étaient plus tenus de le faire. Et ceux qui s'étaient déshonorés aux yeux du public se verraient refuser la possibilité de servir dans l'armée républicaine !

Lire la suite :La République romaine

Pour effectuer leur transformation de citoyens romains en soldats romains, les hommes sélectionnés devaient alors prêter serment d'allégeance.
Cette prestation de serment du sacramentum, a changé entièrement le statut de l'homme. Il était maintenant totalement soumis à l'autorité de son général et avait ainsi levé toutes les contraintes de son ancienne vie civile. Ses actions seraient par la volonté du général. Il ne porterait aucune responsabilité pour les actions qu'il commettrait pour le général. S'il recevait l'ordre de le faire, il tuerait tout ce qu'il verrait, que ce soit un animal, un barbare ou même un romain.

Il y avait plus qu'un simple aspect pratique derrière le passage de la toge blanche du citoyen à la tunique rouge sang du légionnaire. Le symbolisme était tel que le sang du vaincu ne le tacherait pas. Il n'était plus un citoyen dont la conscience ne permettait pas le meurtre. Maintenant, il était soldat. Le légionnaire ne pouvait être libéré du sacramentum que par deux choses : la mort ou la démobilisation. Sans le sacramentum, cependant, le Romain ne pourrait pas être un soldat. C'était impensable.

Lire la suite : Équipement de la Légion romaine

Une fois qu'il avait prêté serment, le Romain rentrait chez lui pour faire les préparatifs nécessaires à son départ. Le commandant aurait donné l'ordre de se rassembler à une date donnée.
Une fois que tout était prêt, il rassemblait ses armes et se dirigeait vers l'endroit où les hommes avaient reçu l'ordre de se rassembler. Très souvent, cela impliquait tout un voyage. L'assemblée avait tendance à être proche du théâtre réel de la guerre.

Et il se pourrait donc qu'on dise aux soldats de se rassembler loin de Rome. Par exemple, les guerres grecques ont vu un commandant ordonner à son armée de se rassembler à Brundisium au talon même de l'Italie, où ils seraient embarqués sur des navires pour leur voyage vers la Grèce. Il incombait aux soldats de se rendre à Brundisium et il leur aura sans doute fallu du temps pour y parvenir.

Du jour de l'assemblée jusqu'au jour de la démobilisation, le légionnaire vit une vie totalement séparée de l'existence civile des autres Romains. Il ne passerait pas son temps en garnison de ville, mais dans un camp militaire à des kilomètres de tout lieu de civilisation.

Le camp que les légionnaires construisaient chaque nuit pendant leur marche remplissait plus que la simple fonction de protéger les soldats des attaques nocturnes. Car il maintenait la compréhension romaine de l'ordre, il ne se contentait pas de maintenir la discipline de l'armée, mais distinguait les soldats des barbares qu'ils combattaient. Cela renforçait leur caractère romain. Les barbares pouvaient dormir là où ils se couchaient comme des bêtes. Mais pas les Romains.

N'étant plus des civils, mais des militaires, le régime alimentaire devait être aussi robuste que leur mode de vie. Le blé, frumentum, était ce que le soldat recevait pour manger chaque jour, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau.

Si c'était monotone, c'était aussi ce que les soldats réclamaient. Il était réputé bon, rustique et pur. Priver les soldats de frumentum et leur donner autre chose à la place était considéré comme une punition.

LorsqueCésardansGauleluttait pour que ses troupes se nourrissent uniquement de blé et devaient remplacer leur alimentation par de l'orge, des haricots et de la viande, les troupes devinrent mécontentes. Ce n'était que leur fides, leur loyauté envers le grand César qui leur faisait manger ce qu'on leur donnait.

Car tout comme avec leurs attitudes envers leur campement nocturne, les Romains voyaient dans la nourriture qu'ils mangeaient en tant que soldats un symbole qui les distinguait des barbares. Si les barbares se remplissaient le ventre de viande et d'alcool avant la bataille, les Romains s'en tenaient à leurs rations austères. Ils avaient de la discipline, de la force intérieure. Leur refuser leur frumentum, c'était les considérer comme des barbares.

Dans l'esprit romain, le légionnaire était un outil, une machine. Bien qu'il possédât dignité et honneur, il abandonna sa volonté à son commandant. Il ne mangeait et ne buvait que pour fonctionner. Cela ne demandait aucun plaisir.

Cette machine ne sentirait rien et ne reculerait devant rien.

Étant une telle machine, le soldat ne ressentirait ni cruauté ni pitié. Il tuerait simplement parce qu'il en avait reçu l'ordre. Totalement dépourvu de passion, il ne pouvait être accusé d'apprécier la violence et de se livrer à la cruauté. Bien plus, c'était une forme de violence civilisée.

Pourtant, le légionnaire romain a dû être l'un des spectacles les plus terrifiants. De loin plus horrible que le barbare sauvage. Car si le barbare ne savait tout simplement pas mieux, alors le légionnaire romain était une machine à tuer glaciale, calculatrice et totalement impitoyable.

Totalement différent du barbare, sa force résidait dans le fait qu'il détestait la violence, mais il possédait une maîtrise de soi si totale qu'il pouvait se forcer à ne pas s'en soucier.

La recrue de l'armée impériale
après les Réformes de Marius

La recrue typique du Armée romaine se présenterait à son entretien, armé d'une lettre d'introduction. La lettre aurait généralement été écrite par le patron de sa famille, un fonctionnaire local ou peut-être son père.

Le titre de cet entretien était la probation. La première et l'une des fonctions les plus importantes de la probatio était d'établir le statut juridique précis du demandeur. Après tout, seuls les citoyens romains étaient autorisés à servir dans la légion. Et tout natif d'Egypte par exemple ne pouvait être recruté que dans la flotte (sauf s'il appartenait à la classe dirigeante gréco-égyptienne).

De plus, il y avait aussi un examen médical, où le candidat devait satisfaire à une norme minimale pour être acceptable pour le service. Il semble même y avoir eu une hauteur minimale exigée. Bien qu'avec la pénurie de recrues à la finEmpire, ces normes ont commencé à tomber. Il y a même des rapports de recrues potentielles qui se coupent certains de leurs doigts afin de ne pas être utiles au service.

En réponse à cela, les autorités décidèrent d'accepter que les administrateurs provinciaux, tenus de recruter un certain nombre d'hommes dans leur région, parvenaient à recruter deux mutilés à la place d'un sain.


L'historien Végèce nous dit qu'il y avait une préférence pour les recrues de certaines professions. Forgerons, charretiers, bouchers et chasseurs étaient les bienvenus. Alors que les candidats issus de professions associées aux métiers féminins, comme les tisserands, les confiseurs ou encore les pêcheurs, sont moins recherchés par l'armée.

On s'est également efforcé, en particulier dans l'empire postérieur de plus en plus analphabète, d'établir si les recrues avaient une certaine maîtrise de la littératie et de la numératie. l'armée exigeait des hommes d'une certaine instruction pour certains postes. Une armée était une énorme machine qui avait besoin d'hommes pour surveiller et noter la livraison des fournitures, la solde et l'exécution des tâches par les différentes unités.

Une fois acceptée par la probation, la recrue recevrait une avance sur salaire et serait affectée à une unité. Il voyagerait alors très probablement dans un petit groupe de recrues, dirigé peut-être par un officier, jusqu'à l'endroit où son unité était stationnée.
Ce n'est qu'une fois arrivés dans leur unité et inscrits sur les listes de l'armée qu'ils étaient effectivement des soldats.

Avant leur inscription sur les listes, ils étaient, même après avoir perçu l'avance sur salaire, toujours des civils. Bien que la perspective du viatique, un paiement initial d'adhésion, garantissait très probablement qu'aucune des recrues ne changeait d'avis alors qu'elle se trouvait dans cette étrange situation juridique d'être une recrue de l'armée sans en être membre.

Les rouleaux de l'armée romaine étaient initialement connus sous le nom de numeri. Mais avec le temps, l'expression a été changée en matriculae. Cela pourrait bien avoir été le cas, en raison de l'introduction de forces auxiliaires particulières avec le nom de numeri. le nom devait donc peut-être simplement changer pour éviter les malentendus.

Avant d'être acceptés sur les listes, ils devraient alors prêter le serment militaire, ce qui les lierait légalement au service. Bien que cette prestation de serment n'ait peut-être été qu'un rituel du début de l'empire. Le dernier empire, qui ne s'est pas abstenu de tatouer, ni même de marquer ses nouveaux soldats, aurait bien pu se passer de subtilités telles que les cérémonies d'assermentation.

Lire la suite :L'Empire romain

Lire la suite : Noms des légions romaines

Lire la suite : Carrière de l'armée romaine

Lire la suite : Équipement auxiliaire romain

Lire la suite : La cavalerie romaine

Lire la suite : Tactiques de l'armée romaine

Lire la suite : Nouvelle guerre de siège

Le compromis de 1850 : la dernière tentative américaine de faire semblant d'être esclavagiste est OK

Le compromis de 1850 était la dernière tentative de l'Amérique de prétendre que l'esclavage n'était pas un problème avant que tout n'explose dans la guerre civile américaine. Lisez-le maintenant.

Dieux et déesses de la guerre antique : 8 dieux de la guerre du monde entier

Au cours des nombreuses guerres de l'humanité, les gens se tournent souvent vers les dieux de la guerre pour justifier les conflits et demander de l'aide. Découvrez les anciens dieux de la guerre du monde entier

Le premier téléviseur : une histoire complète de la télévision

Atteindre les cieux : l'histoire de l'alpinisme

Communément associé aux ascensions audacieuses de sommets formidables, l'alpinisme (parfois appelé alpinisme) combine la randonnée, l'escalade et les techniques de neige et de glace.

Histoire des ordinateurs Apple

Apple Inc. est l'une des plus grandes entreprises au monde fondée par Steve Jobs, Steve Wozniak et Ronald Wyne dans les années 1970.